Guy Piérauld

Guy Piérauld
Nom de naissance Guy di Piro
Surnom Pierrault
Naissance
Lyon, (Rhône), France
Nationalité Drapeau de la France Française
Décès (à 90 ans)
Ermont, (Val-d'Oise), France
Profession Acteur
Scénariste
Films notables Le Soupirant
Domicile conjugal
Stavisky
Chaussette surprise
Séries notables Le Miel et les Abeilles
Au théâtre ce soir

Guy di Piro, dit Guy Piérauld[1], est un acteur et scénariste français né le à Lyon (Rhône), et mort le à Ermont (Val-d'Oise)[2].

Malgré une longue carrière au théâtre, il est surtout connu pour son activité dans le doublage et pour avoir notamment été pendant près de 40 ans la voix française de Bugs Bunny et Woody Woodpecker.

Il fut aussi connu pour la voix de Max la Menace (Don Adams).

Biographie

Débuts

Guy Piérauld naît dans une famille italienne naturalisée française en 1930 et aux origines très modestes : son père est mouleur de bronze et sa mère femme au foyer. Ses frères aînés sont ouvriers.

Sa vocation de comédien lui vient à l'école lorsque à 14 ans il joue Louis XI dans une pièce de Théodore de Banville, Gringoire, mise en scène par son instituteur. Il enchaîne alors les spectacles scolaires et les petits boulots : il travaille aux usines Berliet, puis dans une pharmacie jusqu'à ce qu'il soit engagé en 1941 par un metteur en scène parisien venu à Lyon faire passer des auditions. Il a à peine seize ans et le contrat qui lui est proposé s'avère bien plus lucratif que son travail à la pharmacie. Son père lui donne son accord et Guy part en tournée en province et en Afrique du Nord pour jouer Colin dans George Dandin de Molière[3]. Alors qu'il a 17 ans, lors d'une scène où il se force à parler de façon enrouée, il s'abîme une corde vocale, ce qui le gratifiera pour le reste de sa vie d'un timbre de voix très particulier. La troupe de théâtre, devant rentrer en France, doit embarquer sur le Lamoricière, mais le manque de peu, lequel sombrera en Mer Méditerranée quelques heures après, faisant 301 morts[4].

Il monte ensuite à Paris, engagé par Maurice Jacquemont, puis Jean Serge l'engage comme régisseur et acteur d'occasion, il joue notamment dans Poil de carotte, Gringoire et le rôle de l'Innocent dans L'Arlésienne[5].

En 1944, est arrêté par les Allemands et passe les neuf derniers mois de la guerre en prison. À la Libération, il est engagé par une troupe pour jouer en Alsace où il rencontre les Frères Jacques. De 1945 à 1947, Guy Piérauld intègre le Centre de l'Est de Colmar et y perfectionne sa diction. Il y rencontre Anne Marilo, qui lui donnera la réplique dans plusieurs pièces avant de devenir son épouse en 1948 (jusqu'à sa mort en 2010), ainsi que Jean-Louis Jemma avec qui il noue une forte amitié. En 1949, il s'installe à Paris et est engagé par Charles Dullin, peu de temps avant que celui-ci ne meure, pour une tournée de L'Avare de Molière et La Marâtre de Balzac[3]. Il donne ensuite un spectacle au cabaret La Rose rouge où il interprète dix-sept personnages en cinquante minutes, puis fait partie de la troupe des Branquignols avec laquelle il joue dans "Dugudu". Il est ensuite engagé au Théâtre de l'ABC pour une revue avec Pierre Dac et Francis Blanche[6].

Carrière

Mais c'est grâce à la télévision qu'il se fait connaître du grand public en participant cinq ans durant à l'émission dominicale Sérieux s'abstenir (1965-1973). Poussé par Roger Carel, il se lance dans l'univers du doublage dont il devient l'une des plus célèbres voix, dont celle de Bugs Bunny pendant près de 40 ans, mais aussi de Woody Woodpecker, Kiri le clown ou Looping (dans Satanas et Diabolo). Il est également la voix régulière de Red Buttons ou de Don Adams dans la série Max la Menace.

Il s'essaye parallèlement à l'opéra (L'Histoire du soldat de Igor Stravinsky) et enregistre des chansons pour plusieurs livres-disques Disney.

Au cinéma, il est notamment apparu dans Domicile conjugal de François Truffaut. Enfin, il a connu une importante notoriété auprès de la nouvelle génération au début des années 1990 en jouant le rôle de Monsieur Albert dans la série télévisée Le Miel et les Abeilles (1992-1994).

Décès

Guy Piérauld meurt à l'âge de 90 ans.

Il est titulaire de la croix du combattant et de la médaille commémorative 1939-1945, avec agrafe "Libération".

Théâtre

  • 1999 : Archibald de Julien Vartet, mise en scène Jacqueline Bœuf, théâtre Édouard VII

Filmographie

Acteur

Cinéma

Télévision

Au théâtre ce soir

Scénariste

  • 2012 : Vous êtes en retard, monsieur Fumet de Jeremy Parrot

Doublage

Il est important de signaler que cette liste est très loin d'être exhaustive.

Cinéma

Films

Longs métrages d'animation

Télévision

Séries télévisées

  • Max la Menace (1970) : Max la Menace (Don Adams)
  • Ma sorcière bien-aimée :
    • « Le Magicien » (saison 1 ép. 16) : Le grand Zeno[Qui ?]
    • « L'Espion » (saison 3 ép. 8) : Le laitier espion[Qui ?]
    • « La Super voiture » (saison 3 ép. 19) : le client de Tate[Qui ?]
    • « La Vache sacrée » (saison 3 ép. 20) : l'homme chargé de surveiller la vache[Qui ?]
  • Mariés, deux enfants , saison 6 ép. 24-26 : Winston[Qui ?]
  • Les Rues de San Francisco (saison 1 ép. 6) : L'homme interrogé à l'hospice

Séries télévisées d'animation

Jeux vidéo

Références

  1. Parfois orthographié Pierrault.
  2. Nawal Bonnefoy, « Guy Piérauld, la voix de Bugs Bunny et Kiri le clown, est mort à l’âge de 90 ans », sur BFM TV,
  3. a et b « Objectif Cinéma : Guy Pierauld - Comédien de doublage : Bugs Bunny et Kiri le Clown », sur www.objectif-cinema.com (consulté le 3 mai 2016)
  4. Anecdote racontée par Guy Piérauld dans Télé 7 Jours no 690 (semaine du 14 au 20 juillet 1973), pages 82 et 83, article de Guy Verdot.
  5. Télé 7 Jours no 690 (semaine du 14 au 20 juillet 1973), pages 82 et 83, article de Guy Verdot, intitulé : "Frappé d'aphonie, Guy Piérauld a mis quatre ans à retrouver sa voix".
  6. Télé 7 Jours no 690 (semaine du 14 au 20 juillet 1973), pages 82 et 83, article de Guy Verdot.
  7. Interview de Guy Piérauld sur Objectif Cinéma

Liens externes