Guillaume Rouillé

Guillaume Rouillé
Lione, guillaume rouillé, bibbia vulgata, 1566 (10.B.1.4) 00.JPG
Vulgate par Guillaume Rouillé, 1566, conservée à la Bibliothèque Laurentienne.
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Œuvres principales

Guillaume Rouillé, dit aussi Roville ou, en latin, Rovillius[1], (né v. 1518 à Tours et mort en 1589 à Lyon) est un éditeur lyonnais de la Renaissance. Formé à Venise, il travaille d'abord à Paris, puis s’établit définitivement à Lyon.

Biographie

Page de titre du second livre du Promptuaire des médailles de Guillaume Rouillé.

Guillaume Rouillé est originaire de Dolus-le-Sec[2]. Il se forme chez Gabriele Giolito de' Ferrari à Venise et auprès de son fils Gabriele Giolito[3].

Il s'installe à Lyon vers 1542-1543 et est engagé chez le libraire Vincent Portonariis[4]. Le frère de celui-ci, Dominique, qui lui succède en 1547, lui donne sa fille en mariage. La maison Portonariis bat de l'aile par la suite, alors que Guillaume est solidement installé. Mais il aide ses beaux-frères pour qu'il s'installent en Espagne au Siècle d'or et ouvrent des succursales[3].

Rouillé fonde sa propre maison en 1545, initialement marquée « à l'escu de Venise », avec l'aide entre autres de Helayn Dulin[5] et un cousin de Touraine. Il fut libraire ou éditeur, mais jamais imprimeur[6].

Sa production est considérable, avec plus de huit cent trente publications durant ses quarante-cinq années d'activités. Ses principales réussites commerciales proviennent d'ouvrages de droit, de médecine, de science et de religion. Les domaines de la littérature et les romans ne forment qu'un cinquième de son œuvre. Rouillé édite de nombreux auteurs italiens, souvent en langue originale, plus d'une cinquantaine. En revanche, il édite peu de poètes français, à l'exception de Clément Marot. Avec l'aide de ses beaux-frères, il publie également en espagnol[3]. Il travaille à Lyon avec plusieurs imprimeurs comme Macé Bonhomme, Balthazar Arnoullet, Jean Pullon alias de Trin ou Jean Frellon. « Guillaume Rouillé est avec, et, d'une certaine façon, en contre-image de Jean de Tournes, le principal imprimeur lyonnais de son temps, parfait exemple d'une réussite économique et sociale, qui s'est construite autant sur un sens avisé du marché que du souci d'une production de qualité, utile au public, rigoureuse dans ses choix, qui, dans ses meilleures réussites, notamment quand Rouillé fait appel comme illustrateur à Pierre Eskrich, pour des frontispices ou des vignettes, comme celles qui figurent dans sa Bible de 1562, constitue un des sommets de l'art du livre à Lyon au XVIe siècle[7] ».

Photographie d'un ouvrage de Maurice Scève
Page de titre de "l'Entrée d'Henri II à Lyon" par Maurice Scève, édité par Guillaume Rouillé en 1548.

Sa stratégie commerciale passe entre autres par la proximité des plus éminents intellectuels de son temps. Il a des relations suivies avec de grands juristes, dont il publie les travaux. De même, il est « l'initiateur, le financier et le participant très actif[2] » (c'est sur un terrain lui appartenant qu'est situé le jardin des plantes[8]) des recherches du botaniste Jacques Daléchamps, dont il publie l'Historia generalis plantarum. De même, il est pleinement engagé dans le mouvement humaniste et il édite de nombreux humanistes avec qui il correspond. Il publie ainsi les ouvrages archéologiques de Guillaume du Choul, et s'essaie même à l'écriture avec son célèbre Promptuaire des médailles (Promptuarium iconum insigniorum), qui connait un large succès[7].

Durant la seconde partie de sa vie, il s'établit et devient un notable de Lyon ; élu conseiller de la ville, échevin en 1568-1569, 1573-1574 et 1578-1579, ce qui l'anoblit[9]. Il soutient fermement la religion catholique, surtout après les conflits des années 1560. Ainsi, il publie en 1561 le traité d'Henri VIII contre Luther, agrémenté d'une longue préface ouverte au chanoine Gabriel de Saconay. Il édite également un des tenants de l'orthodoxie : Stanislas Hosius[7].

Sa marque était un aigle représenté soit sur une palme, sur un globe ou sur un piédestal, avec un ou plusieurs serpents enroulés. Il a associé plusieurs devises à cette marque: « prudence » (prudentia) ou « la vertu et la fortune » (« in virtute et fortuna »), et différents textes sur Venise (« sub scuto veneto[10] »), la ville où il a travaillé pour la première fois comme libraire.

Corpus éditorial

  • Marc Antoine Flaminius , In librum Psalmorum brevis explanatio. Adjectae sunt in studiosorum usum ejusdem authoris in Psalmos aliquot, suo quaeque ordine & loco. Paraphrases. Item adjectae sunt in Tringinta Psalmos Paraphrases, carmine ab eode conscriptae, & suo loco positae, Lyon, Guillaume Rouillé, 1552 — Flaminius a écrit des poésies latines et révisé Beneficio di Cristo .
  • Jacques Daléchamps, Historia generalis plantarum, Lyon, Apud Guglielmum Rovillium, 1586 t. 1, 1587 ; t. 2, 1586
  • Jacques Daléchamps, Histoire générale des plantes, trad. par Jean Desmoulins, 1615 : t. 1 ; t. 2

Bibliographie

Travaux principaux

  • Patrice Béghain, Bruno Benoît, Gérard Corneloup et Bruno Thévenon (coord.), Dictionnaire historique de Lyon, Lyon, Stéphane Bachès, , 1054 p. (ISBN 9782915266658, notice BnF no FRBNF42001687)
  • (en) Nathalie Zemon Davis, « Publisher Guillaume Rouillé, businessman and humanist », Editing Sixteenth Century Texts, Toronto, R. J. Schoeck,‎ , p. 72-112 (lire en ligne)
  • Pierre Jacquet, « Les botanistes lyonnais du XVIe siècle », dans Publications de la Société Linnéenne de Lyon, 1996, Suppl. 65-5, p. 11

Bibliographie complémentaire

  • Ilaria Andreoli, « Impressions italiennes : imprimeurs, auteurs et livres italiens à Lyon au XVIe siècle », Cahiers d’études italiennes, no 27 « Les Italiens en Europe. Perceptions, représentations, échanges littéraires et culturels (XIVe-XVIe siècle) »,‎ (ISSN 1770-9571 et 2260-779X, DOI 10.4000/cei.5167, lire en ligne)
  • Jean Dubu, « Le Promptuaire des medalles de Guillaume Rouillé », dans Antoni Possenti et Giulia Mastrangelo, dir., Il Rinascimento a Lione : Atti dei congresso internationale, Macerata, 6-11 maggio 1985, t. 1, Rome, Ed. dell'Ateneo, , p. 185-219
  • Ji Gao, « Publier la Bible durant les guerres de religion : Roville et les libraires lyonnais », Questes, no 38,‎ , p. 119–139 (ISSN 2102-7188 et 2109-9472, DOI 10.4000/questes.4892, lire en ligne)
  • Élise Rajchenbach-Teller, « De « ceux qui de leur pouvoir aydent et favorisent au publiq » Guillaume Rouillé, libraire à Lyon », dans Christine Bénévent, Anne Charon, Isabelle Diu et Magali Vène (dir.), Passeurs de textes : Imprimeurs et libraires à l’âge de l’humanisme, Paris, Publications de l’École nationale des chartes, coll. « Études et rencontres », (ISBN 9782357231108, lire en ligne), p. 99–116 — Recensions par Véronique Duché, par Mark Crane.

Compléments

Éponymie

Notes et références

  1. La lettre « v » n'existait pas en latin. Elle a justement été inventée par les imprimeurs de la Renaissance. Si on écrit « Rouillé » sans « v » ni diacritique, on obtient « Rouille », ce qui cette fois peut se relire comme « Roville » (ou « Rouville » comme dans Baudrier, p. 122 ?).
  2. a et b Jacquet 1996, p. 12.
  3. a b et c DHL, p. 1148.
  4. Notice Data BNF.
  5. Sur Dulin, Baudrier, p. 134.
  6. Davis 1966.
  7. a b et c DHL, p. 1149.
  8. a et b Jacquet 1996, p. 13.
  9. Notice BNF.
  10. Baudrier.
  11. La place Rouville dans Google Maps.

Articles connexes

Liens externes

  • Notices d'autorité :
    • Fichier d’autorité international virtuel
    • International Standard Name Identifier
    • Bibliothèque nationale de France (données)
    • Système universitaire de documentation
    • Bibliothèque du Congrès
    • Bibliothèque nationale d’Espagne
    • Bibliothèque royale des Pays-Bas
    • Bibliothèque nationale de Catalogne
    • Bibliothèque nationale tchèque
    • Bibliothèque nationale du Portugal
    • WorldCat