Guillaume Boëry

Guillaume Boëry
Fonction
Député
Biographie
Naissance
Décès
Lieu de travail
Activité
Autres informations
Membre de

Guillaume Barthelémy Boëry[1], né le à Chénérailles et décédé le à Châteauroux[2], est un homme politique français, pendant la Révolution française et le Premier Empire.

Biographie

Guillaume Boëry est le fils de Pierre Boëry, procureur du roi en la châtellenie de Chenérailles, et le petit-fils de Guillaume Miquel, procureur du roi en celle de Jarnages[3]. Il est avant la Révolution française avocat puis président en l'élection de Châteauroux. Il est franc-maçon. Premier échevin de Châteauroux en 1788, il est élu député (tiers état) du bailliage du Berry pour les États Généraux. Il siège du au . Il soutient sans succès aux Jacobins une motion contre un député qui ne reconnaitrait plus l'autorité du roi.

Guillaume Boëry est ensuite élu juge à Châteauroux[4]. Député de l'Indre au Conseil des Cinq-Cents, il approuve le coup d'État du 18 brumaire de Napoléon Bonaparte et est désigné par le Sénat Conservateur comme membre du Corps législatif (majorité) où il siège de 1799 à 1814. Nommé en 1804[5] Directeur des droits réunis dans l'Indre, il le demeure jusqu'en 1816 puis est nommé Président honoraire du tribunal de Châteauroux. Il est fait chevalier de l'Empire en 1811[6]. Il décède onze ans plus tard, à l'âge de 73 ans. Il est le grand-oncle d'Étienne de Saint-Martin (1831-1911), député de l'Indre.

Distinctions

Sources

  • Assemblée nationale, Base historique des députés français depuis 1789
  • Jean Robinet, Dictionnaire historique et biographique de la Révolution et de l'Empire, 1789-1815, volume I
  • « Guillaume Boëry », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition]

Notes et références

  1. Particule abandonnée pendant la Révolution
  2. Fiche du député sur le site de l'Assemblée nationale
  3. V. acte de baptême.
  4. 23 vendémiaire an IV
  5. 5 germinal an XII
  6. Lettre patente d'anoblissement du 13 avril 1811, signée par Napoléon et Cambacérès.


Chevalier de la Légion d'honneur