Corps des Grenadiers de France

(Redirigé depuis Grenadiers de France)

Corps des Grenadiers de France
Image illustrative de l’article Corps des Grenadiers de France
Drapeau d’Ordonnance du corps des Grenadiers de France

Création 1749
Dissolution 1771
Pays France
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Type régiment
Rôle infanterie de ligne

Le corps des Grenadiers de France est un corps d’infanterie du Royaume de France créé en 1749.

Lignage

  • 15 février 1749 : création du corps des Grenadiers de France
  • 4 août 1771 : licencié

Équipement

Drapeaux

Habillement

Historique

Composition

Ce corps est formé, par l’Ordonnance du 15 février 1749, de compagnies réformées de grenadiers. Il est composé de quatre brigades de 12 compagnies.

Chaque compagnie comprend :

  •  à l’origine : un capitaine, un lieutenant, un lieutenant en second, 45 hommes
  • après l’Ordonnance du 10 décembre 1762 :
    • un capitaine, un lieutenant, un lieutenant en second,
    • 52 hommes : 2 sergents, 1 fourier, 4 caporaux, 4 appointés, 40 grenadiers et un tambour.

De plus, chaque brigade comprend un enseigne, un sergent, un caporal, 11 grenadiers charpentiers ; l’Ordonnance du 8 juillet 1756 y adjoint un major. L’Ordonnance du 6 octobre 1759 supprime les majors des brigades et établit un aide-major et un sous-aide-major par brigade. L’Ordonnance du 10 décembre 1762 supprime les 4 enseignes.

Le corps est commandé par un inspecteur commandant, de 2 lieutenants-colonels, et des colonels dont le nombre, initialement de 16, est porté à 20 par l’Ordonnance du 30 mai 1752, et à 24 par une Ordonnance de 1753. En 1760, il y avait un colonel surnuméraire. Le major du corps (Sieur de Lanjamet en 1756) devient commandant en second après l’Ordonnance du 8 juillet 1756. L’Ordonnance du 6 octobre 1759 rétablit un major pour tout le corps avec un aide-major. L’Ordonnance du 10 décembre 1762 supprime les 2 lieutenant-colonels et l’aide-major, et crée un second major, un trésorier et un quartier-maître.

Commandement

Inspecteur commandant 
  • 20 février 1749 : Vincent-Judes, marquis de Saint-Pern, lieutenant général le 10 mai 1748, † 8 mars 1761 âgé de 77 ans
  • 15 mars 1761 : Jacques de Choiseul, comte de Stainville, lieutenant général le 18 mai 1760
Commandant en second 
  • 1756 : M. de Lanjamet
  • comte de Narbonne
Major du corps 
  • 1749-1756 : M. de Lanjamet
  • 1759 : M. de Keralio (rang de colonel)
Colonels[1]
  • M. de Monteils
  • M. le marquis des Issarts
  • M. le marquis de Guitry
  • M. Rouillé de Roissy
  • M. le comte de la Luzerne
  • M. le comte de Souaffres (de Guines)
  • M. le marquis de Prye
  • M. le marquis d’Estampes
  • M. le marquis de Montesquiou
  • M. le comte de Bernis
  • M. le comte de Berenger
  • M. le comte de Lannoy
  • M. le comte du Roure
  • M. le marquis de Lastic
  • M. le marquis de Royan
  • M. de Machault d’Arnouville
  • M. le marquis de Tavannes
  • 3 décembre 1751-10 février 1759 : François-Martial de Choiseul-Beaupré, comte de Choiseul (colonel surnuméraire, puis colonel en pied le 30 mai 1752)
  • M. le comte de Peyre
  • M. le marquis de Thianges
  • M. le comte de Chabannes
  • M. le comte de Chavigny
  • M.le comte Claude de Thomas de Labarthe (1771)
  • M. de Beaumont
  • M. de Dullau-Dallemans

Campagnes et batailles

Notes et références

  1. État militaire pour l’année 1760, Sieurs de Montandre-Longchamps et chevalier de Montandre, Paris 1760