Grand Occident de France

Grand Occident de France
Grand Occident de France
Cadre
Zone d’influence France
Fondation
Fondation 1899
Fondateur Jules Guérin
Identité
Secrétaire général Jules Girard
Financement Philippe d'Orléans

Le Grand Occident de France était une ligue antisémite et antimaçonnique française fondée par le journaliste antidreyfusard Jules Guérin en 1899, qui était alors subventionné par le duc d'Orléans[1].

Description

Le siège du Grand Occident de France, théâtre de l'épisode du « Fort Chabrol » (1899).

Le nom de la ligue fait directement référence au Grand Orient de France, principale obédience maçonnique française. Le signe de ralliement du Grand Occident était les deux poings (« Un dans la gueule des juifs, l'autre dans la gueule des francs-maçons ! »).

Ce mouvement poursuit l'entreprise de la Ligue antisémite française (ou Ligue antisémitique de France) fondée par Édouard Drumont. Après s'être brouillé avec ce dernier, Jules Guérin préside l'association sous le nouveau nom de Grand Occident de France et fonde son propre journal L'Antijuif pour concurrencer La Libre Parole.

Le Grand Occident fut impliqué dans le combat antidreyfusard et dans la lutte contre la franc-maçonnerie dont il dénonce les implications et les complots supposés dans la politique de la Troisième République. Le député Charles Bernard, qui avait siégé en 1898 dans le groupe antisémite d'Édouard Drumont, tente de se faire élire dans le 18e arrondissement de Paris avec l'appui du GOF, mais se brouille rapidement avec ses dirigeants[1].

En 1899, Guérin est impliqué dans une tentative avortée de coup d'État avec des royalistes et plusieurs membres de la Ligue de la patrie française. Il réussit à s'échapper et se barricade avec douze complices pendant un mois et demi au siège du Grand Occident de France et de L'Antijuif (dans les locaux du 51, de la rue de Chabrol). On désigne souvent cet événement qui eut une couverture médiatique considérable à l'époque par l'expression « Fort Chabrol ».

En 1900, Jules Guérin sera condamné à 10 ans de prison. Cette peine sera commuée en bannissement. Plusieurs militants d'extrême droite comme Xavier Vallat et Henry Coston se revendiqueront par la suite du Grand Occident de France. Héritier de l'antimaçonnisme et de l'antisémitisme de Guérin, Lucien Pemjean fondera à la fin des années 1930 un éphémère mensuel intitulé Le Grand Occident.

Notes et références

  1. a et b Laurent Joly, « Antisémites et antisémitisme à la Chambre des députés sous la IIIe République », Revue d'histoire moderne et contemporaine, no 54-3,‎ , p. 63-90 (ISBN 978-2-7011-4571-6, DOI 10.3917/rhmc.543.0063).

Articles connexes