Gouvernement provisoire kabyle

Armoiries du Gouvernement provisoire Kabyle (GPK)

Le Gouvernement Provisoire Kabyle (GPK) (en kabyle : Anavaḍ Aqvayli Uεḍil) est un gouvernement provisoire autoproclamé sous la forme d'une association formé à Paris par le Mouvement pour l'autonomie de la Kabylie et visant à promouvoir la Kabylie vis-à-vis de l'État algérien.

Historique

Un mouvement prônant l'autodétermination de la Kabylie, a été formé, mardi 1er juin 2010 dans la soirée à Paris[1], un gouvernement provisoire « pour ne plus subir l'injustice, le mépris, la domination du gouvernement d'Alger », a-t-on appris mercredi auprès de ses responsables. « Niés dans notre existence, bafoués dans notre dignité, discriminés sur tous les plans, nous nous sommes vus interdits de notre identité, de notre langue, et de notre culture kabyles, spoliés de nos richesses naturelles, nous sommes, à ce jour, administrés tels des colonisés, voire des étrangers en Algérie »[1], a dénoncé dans un communiqué Ferhat Mehenni, 59 ans, président du Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK), formé en 2001.

« Aujourd'hui, si nous en sommes à mettre sur pied notre gouvernement provisoire, c'est pour ne plus subir ce que nous endurons d'injustice, de mépris, de domination, de frustrations et de discriminations depuis 1962 », date de l'indépendance de l'Algérie par rapport à la France, a-t-il ajouté. Ferhat Mehenni, un président sous mandat d'amener.

Le Gouvernement provisoire kabyle est alors composé d'un président, Ferhat Mehenni, plusieurs fois arrêté en Algérie et sous le coup d'un mandat d'amener par les autorités algériennes, neuf ministres, deux femmes et sept hommes, originaires des trois sous-régions de la Kabylie. Cependant, à la suite d'un profond désaccord avec le président qui est accusé de freiner les actions ministérielles, 4 ministres démissionnent (Ministre du budget, ministre de la santé et de la solidarité, ministre de l'intérieur, et ministre aux relations avec la société). Un 5e ministre démissionne à la suite de son élection à la présidence du MAK France. Le chef de cabinet de la présidence sera lui limogé par Ferhat Mehenni.

La Kabylie est une région montagneuse pauvre, située à l'est d'Alger, foyer traditionnel de contestation[2]. Les Kabyles, qui parlent une langue berbère (le tamazight), militent depuis l'indépendance de l'Algérie pour la reconnaissance de leur langue et leur culture.

Le Gouvernement provisoire kabyle a été admis le 31 août 2013 en tant que membre à part entière aux côtés d'autres associations culturelles revendiquant des territoires tel que la République du Rif, la République de Cabinda et Cameroons du sud.... Et cela au sein de l'Organisation des États africains émergents (OEAS), une ONG américaine basée à Washington[3].

Discours inaugural

Il s'agit d'un discours prononcé par Ferhat Mehenni, le 1 juin 2010 lors de l'installation officielle du Gouvernement Provisoire Kabyle:

« Honorables invités, Ayssetma Aytma, Nous sommes un peuple qui chérit la liberté depuis la nuit des temps. Tout le long des siècles, nous nous sommes organisés en républiques villageoises, confédérées selon les besoins de l’époque et les vicissitudes de l’Histoire. Tamurt N Yeqvayliyen a de tout temps préféré la liberté de chacun au joug de tous. » [4]

Composition du Gouvernement Provisoire Kabyle (du : 11/11/2017)

Ferhat Mehenni, Président du GPK
  • Président: Ferhat MEHENNI
  • Secrétaire général de la présidence : Rabah GHELID
  • Premier ministre: Zidane LAFDHAL
  • Ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche: Hamu At-Ali
  • Ministre des institutions et de la sécurité : Mohand BELOUCIF
  • Ministre de la Culture et de Langue Kabyle : Shamy CHEMINI
  • Ministre des Relations internationales : Larbi CHABI
  • Ministre déléguée aux Relations internationales : Soraya SOUGH
  • Ministre de l’Economie et des Finances : Mounir BOUTEGRABET
  • Ministre des Affaires juridiques et des Droits humains : Sakina AT SLIMAN
  • Ministre de la Santé et de la Solidarité : Amuqran AT CCIX
  • Ministre de la Jeunesse et des Sports : Sab AMMAR KHODJA
  • Secrétaire d’Etat chargé des Sports : Aksel BELLABACI
  • Ministre de l’Agriculture, du Tourisme et de l’Ecologie : Velaid Ucaεlal
  • Ministre délégué au Tourisme : Avdalla At Mhasseid
  • Ministre des Infrastructures, des Mines et de l’Aménagement des Territoires : Tayev ABDELLI
  • Directeur du Département des Services de l’Information et de la Communication rattaché au Premier ministre : Vaz At Vrahem

Élection du drapeau kabyle

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2014)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Drapeau de la Kabylie conçu et réalisé par le MAK

Dans sa volonté de réaffirmer non seulement ses positions démocratiques et surtout de se distancer d'un combat qu'il considère trop grand et donc irréaliste dans celui de la démocratisation entière de l'Algérie et de la cause berbériste, en 2014 le GPK met sur pied une élection pour le drapeau qui représentera la Kabylie jusqu'à son indépendance, moment auquel une assemblée élue devra trancher sur la question de sa préservation ou d'un changement de symbole national[5]. La participation de milliers de personnes[5] dans la conception de modèles de drapeaux et dans l'élection d'un emblème identitaire aussi important que le drapeau national est jusqu'alors un fait inédit et peut expliquer l'adoption massive de la population lors des manifestations populaires, et ce depuis la marche du 20 avril 2015[6].

C'est le 11 décembre 2014 que l'Anavad rend public le drapeau élu[5]. À l'occasion des marches de commémorations du Printemps Noir de 2001 et du Printemps berbère, l'étendard indépendantiste fait l'objet d'un véritable bras de fer entre les manifestants souverainistes et les autorités algériennes, celles-ci ayant reçu l'ordre de bloquer toute tentative de distribution du drapeau aux militants dès l'arrivée des exemplaires dans les aéroports[7]. En guise de réponse, les manifestants séparatistes font imprimer des milliers de drapeaux en papiers ou «flyers» afin de réaffirmer l'appartenance de leurs carrés de marches aux idées du MAK et du GPK[6] . C'est aussi à compter de ce 20 avril 2015 que le lever du drapeau kabyle devient une façon de célebrer toute commémoration et toute nouvelle adhésion collective aux idéaux souverainistes chez les milieux indépendantistes.

Journal Officiel

Le Journal officiel du Gouvernement Provisoire Kabyle a été créé le 23 mai 2010 par décret portant N° GZM/2010/01/ASAN/05[8].
Il est publié dans deux langues; le kabyle et le français et servira à:

  • Servir de support à la publication des décisions du Gouvernement provisoire kabyle.

Membres du Gouvernement I (1er juin 2010 - 1er juin 2011

Évolution des réactions

Maroc

Le gouvernement marocain soutient d'une manière plus ou moins officielle les démarches du MAK en contre partie du soutien de Ferhat Mehenni au plan d'autonomie pour le Sahara Occidental.[9],[10]

Ferhat Mehenni s'est vu refuser l'acces au territoire marocain dans le cadre d'une manifestation culturelle organisee dans la province d'Agadir.

Du gouvernement algérien

Le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia a déclaré : « Ce n’est que du tintamarre », Le ministre de la Communication Nacer Mahel a ajouté : « Mais c’est qui celui-là ? »[11].

Du peuple Algérien

Berbère

On peut noter la tentative de création du M.A.C, Mouvement pour l'autonomie Chaouie, et le M.A.M, mouvement pour l'autonomie du M'zab.

Arabes

Cette population minoritaire (officiellement), considèrent cet acte comme une trahison envers l'Algérie, malgré sa diversité culturelle et linguistique au fil d’histoire le peuple Algérien a toujours fait preuve d'union (guerre d'indépendance) .

Kabyle

Une opposition, sans grande surprise, des milieux politiques kabyles ou à forte composante kabyle (RCD, FFS).

Les réactions en Kabylie sont assez claires, le nombre des adhérents au projet s'étant augmenté après les marches du 20 avril 2016[réf. nécessaire][Combien ?].

Notes et références

  1. a et b  (fr) « Un gouvernement provisoire kabyle : pour quoi faire ? », sur www.afrik.com (consulté le 14 septembre 2010)
  2. [1] Jeune Afrique du
  3. Organization of Emerging African States
  4. http://www.anavad.org/discours-presidentiel-inaugural,029.html?lang=taq
  5. a b et c « Election du drapeau kabyle : Résultats définitifs », sur siwel.info, (consulté le 3 juillet 2016)
  6. a et b « la marche du 20 avril 2015 a tizi ouzou », sur youtube.com, (consulté le 4 juillet 2016)
  7. « Deux importants lots de drapeaux kabyles saisis à Vgayet et à Alger par la douane algérienne », sur siwel.info, (consulté le 7 juillet 2016)
  8. Journal Officiel du Gouvernement provisoire Kabyle
  9. « Maroc-Kabylie: un soutien de circonstance », sur Telquel.ma, (consulté le 26 février 2017)
  10. « Maroc-Algérie: «Le droit de la Kabylie à l’autodétermination» enflamme le web », sur geopolis.francetvinfo.fr (consulté le 26 février 2017)
  11. L.M., « Alger et la formation à Paris d'un "gouvernement provisoire kabyle" », sur lematindz.net, (consulté le 9 août 2014).

Voir aussi

Liens externes

  • Journal officiel du Gouvernement provisoire kabyle -en français
  • Journal officiel du Gouvernement provisoire kabyle -en kabyle
  • Interview Ferhat Mehenni : « Pourquoi le Gouvernement provisoire kabyle »
  • http://www.oeas.info/news.html
  • http://www.oeas.info/members.html