Gouvernement de Flensbourg

Gouvernement provisoire du Reich
Geschäftsführende Reichsregierung (de)

1945 – 1945

Drapeau
Drapeau
Blason
Armoiries
Devise : Ein Volk, ein Reich, ein Führer.
(« Un peuple, un empire, un guide. »)
Description de cette image, également commentée ci-après
Carte des Gaue du Troisième Reich en 1943.
Informations générales
Statut Dictature[a], gouvernement en exil
Capitale Berlin (de jure) ;
Flensbourg (de facto)
Langue Allemand
Monnaie Reichsmark
Histoire et événements
2 mai 1945 Création
8 mai 1945 Capitulation du Reich
23 mai 1945 Fin du Gouvernement et du Troisième Reich
Président du Reich
30 avril - 23 mai 1945 Karl Dönitz

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Hitler serre la main du Gorssadmiral Dönitz dans le Führerbunker en 1945 ; par testament, il va remettre à celui-ci les pouvoirs de président du Reich.

Le gouvernement provisoire du Reich (Geschäftsführende Reichsregierung), appelé aussi gouvernement de Flensbourg, est une administration éphémère qui tenta de gouverner l’Allemagne du 2 au 23 mai 1945, après les suicides d’Adolf Hitler et de Joseph Goebbels.

Le Grossadmiral Karl Dönitz, successeur désigné de Hitler, devient président du Reich ; Joseph Goebbels est alors chancelier du Reich (cabinet Goebbels) puis, après son suicide, c'est Lutz Schwerin von Krosigk qui est désigné à ce poste mais avec le titre de « chef du gouvernement provisoire du Reich ». Cette administration doit son surnom à la ville de Flensbourg, proche de la frontière avec le Danemark, où se trouvait alors le quartier général de Dönitz. Le territoire que contrôlait ce gouvernement était limité au voisinage de la ville en raison de l’avance des armées alliées. Ce gouvernement provisoire du Reich tenta vainement de conclure une paix séparée avec ces derniers.

Contexte

Le 23 avril 1945, après réception d'un télégramme en forme d’ultimatum du ministre de l'Air, Herman Göring, réfugié en Bavière, Adolf Hitler condamne ce dernier et Heinrich Himmler comme traîtres[1] et les exclut tous deux du parti nazi. Göring se trouve à Berchtesgaden et Himmler auprès de Dönitz, mais sans que ce dernier soit informé de la condamnation par le Führer.

En avril, Himmler a en effet décidé d'entrevoir un après-Hitler. À la suite d’un entretien avec Lutz Schwerin von Krosigk, alors ministre des Finances, il décide unilatéralement (avec cependant le soutien du responsable des services de contre-espionnage, Walter Schellenberg, qui s'entretenait avec le ministre du Travail, Franz Seldte) de traiter avec les Alliés afin de laisser entrevoir un avenir politique après la défaite. Le vice-président de la Croix-Rouge suédoise, le comte Folke Bernadotte essaie ainsi de négocier un armistice entre l'Allemagne et les Alliés. À la toute fin de la guerre, il reçoit l'offre faite par Himmler d'une paix séparée du Troisième Reich vis-à-vis de la Grande-Bretagne et des États-Unis, à la condition que celui-ci soit autorisé à poursuivre la résistance contre l'Union soviétique. Il aurait alors annoncé par les médias que Hitler, très malade, n'était plus à même d'assurer ses fonctions[2]. Le parti national-socialiste aurait néanmoins dû être dissous. Cette offre est transmise au Premier ministre britannique Winston Churchill, au président américain Harry S. Truman et au commandant des troupes alliées Dwight Eisenhower. Il souhaite d'ailleurs rencontrer ce dernier. Himmler comptait (contre l'avis de Bernadotte, qu'il rencontre le 21 avril 1945 près de Berlin) obtenir alors un poste dans le futur gouvernement de transition. Le problème va pourtant ne pas se poser, car dès le 22 avril 1945, le président des États-Unis déclare exclure toute paix séparée avec l'Allemagne[2].

Le 30 avril, Hitler se suicide dans le Fuhrerbunker (le bunker de la nouvelle chancellerie de Berlin). Dans son testament politique, Hitler avait de nouveau séparé les fonctions de chef d'État de celles de chef de gouvernement, qu’il avait fait réunir à son profit en 1934. Il y avait désigné le Großadmiral Dönitz comme président du Reich (Reichspräsident), et le ministre du Reich à la Propagande, Joseph Goebbels, comme chancelier du Reich (Reichskanzler). Cependant, ce dernier se suicide un jour après Hitler, le .

Cadre juridique du gouvernement du Reich après le suicide de Hitler

Le régime nazi mis en place en 1933-1934 reste en place après le suicide de Hitler : Dönitz se voit investi de fait des pleins pouvoirs à la réception du télégramme de Bormann lui annonçant que le testament de Hitler était entré en vigueur, le dans la matinée[3]. Nommé président du Reich par testament, Dönitz doit cependant compter avec le mépris de certains commandants d'unités comme Felix Steiner, notamment des SS qui ne s'estiment pas liés par serment au nouveau président du Reich[3].

En bleu, les territoires sous contrôle allemand début .

Le régime continue de fonctionner comme dans les semaines précédentes : le NSDAP reste le parti unique d'un Reich en déconfiture[4], les cours martiales volantes, instituées en 1944, sont encore actives[4], tandis que l'objectif de Dönitz et de son administration semble de perpétuer le Reich dans sa forme de 1933-1934[4]. Les organes de commandement du Reich continuent d'émettre des ordres, de remettre des décorations[b], d'encourager le port de ces dernières[5].

Création et initiatives du gouvernement

Le , trois membres du gouvernement de Flensbourg entourés de soldats britanniques qui viennent de les arrêter. De gauche à droite : à l'arrière en manteau de cuir et casquette, le Generaloberst Alfred Jodl (chef des opérations de la Wehrmacht) ; à ses côtés en imperméable civil, Albert Speer (ministre de l'Économie) ; devant en manteau et casquette, le Großadmiral Karl Dönitz (président du Reich).

Ainsi, le , Karl Dönitz devient le seul représentant du Reich vacillant lorsqu’il apprend que Goebbels s’est également suicidé. Il demande alors le jour-même à Lutz Schwerin von Krosigk d’endosser la charge de chancelier du Reich. Dans un premier temps, refusant formellement de prendre le titre de chancelier, ce dernier décline l’offre. Tous deux s'accordent finalement sur la dénomination de « chef du gouvernement provisoire du Reich ». Dans la journée, Dönitz s'entretient aussi avec Himmler, auquel il apprend le suicide de Hitler[6].

Par delà les querelles de personnes, le nouveau gouvernement n'a guère de moyens pour asseoir son pouvoir : la structure de commandement se réduit d'heure en heure, les résidus de ministères ne fonctionnent presque plus et s'occupent surtout de détruire leurs archives, le réseau de renseignement militaire s'effiloche[4].

Le 2 mai 1945, conformément à ses objectifs — négocier une série de redditions partielles avec les alliés occidentaux, et poursuivre le combat à l'Est[7], pour ramener le maximum d'unités de la Wehrmacht vers l'Est[8] — Dönitz rencontre le général britannique Bernard Montgomery[9]. Le surlendemain, Dönitz donne l'ordre par un radiotélégramme non codé à tous les sous-marins (Unterseeboot) de se rendre aux Alliés, sans se saborder[10]. Les navires envoient des messages (codés) demandant confirmation, ayant peine à croire que le nouveau chef de l'État puisse prendre une telle décision, en raison de sa carrière passée dans la marine. Certains se dirigent alors vers le Royaume-Uni, la Norvège, voire l'Argentine (comme le U-977 du commandant Heinz Schäffer), d'autres enfin rentrent dans les ports allemands ou se sabordent.

Le cabinet, qui comprend notamment le Generalfeldmarschall Wilhelm Keitel, le général Alfred Jodl et l'ex-ministre de Hitler, Albert Speer, tient sa première réunion à Flensbourg le . Heinrich Himmler et Alfred Rosenberg sont tous deux démis de leurs fonctions le lendemain. Certains récits rapportent que ces démissions auraient été imposées en vue de rendre le gouvernement plus acceptable aux yeux des Alliés, d’autres parce que Himmler et Rosenberg cherchaient à prendre l'ascendant dans le nouveau gouvernement. Les deux explications sont compatibles.

Au cours de la courte période durant laquelle il est chargé des affaires, Dönitz consacre la majeure partie de ses efforts à s’assurer de la loyauté des forces allemandes et à faire en sorte qu’elles se rendent aux Britanniques ou aux Américains plutôt qu’à l'Armée rouge dont il craint, à juste titre, les représailles. Il pense en outre que le communisme pourrait être un ennemi commun, les Alliés occidentaux et l'Allemagne ayant au moins comme point commun de reposer sur un système capitaliste.

À partir du 3 mai, Dönitz tente de mettre en place un certain nombre de mesures symboliques pour rompre avec le national-socialisme : les actions du Werwolf sont jugées par le gouvernement contraires aux lois de la guerre et donc interdites, le salut nazi est interdit dans la Wehrmacht et le portrait de Hitler retiré des bâtiments publics. Le , Dönitz ordonne de ne pas mettre en application la politique de terre brûlée, édictée dans les ordonnances de mars 1945[11].

Dans les jours qui suivent, Dönitz doit affronter les conséquences d’une désintégration toujours plus avancée de la Wehrmacht et des groupes d’armées qui la composent : craignant pour leur propre sort et celui des civils allemands, les unités engagées contre l’Armée Rouge ne semblaient pas disposées à se rendre, comme l’atteste le télégramme envoyé par le commandant de la poche de Courlande, demandant à Dönitz l’autorisation de changer le statut de son groupe d'armées en corps franc, si les collaborateurs lettons proclamaient l’indépendance du pays[12] ; de son côté, Lothar Rendulic mène une négociation avec les alliés occidentaux (qui opposent une fin de non-recevoir) pour organiser la reddition du groupe d'armées Sud ; face à ce refus, Rendulic capitule unilatéralement le 7 mai[13].

Le même jour, Dönitz autorise le général Alfred Jodl, chef de l’état-major des opérations des forces armées allemandes à signer la reddition inconditionnelle des forces allemandes à Reims. La radio allemande de Flensbourg (seul poste émetteur officiel encore en service) diffuse un message du comte Schwerin von Krosigk indiquant que « le Haut Commandement des forces armées a proclamé en ce jour sur ordre du Großadmiral Dönitz, la reddition sans condition de toutes les forces combattantes allemandes[14] ».

Le lendemain, le Generalfeldmarschall Wilhelm Keitel signe la capitulation du Troisième Reich à Berlin. À l’annonce de la nouvelle, Paul Giesler, alors ministre de l’Intérieur du Reich, se suicide en compagnie de son épouse.

Composition du gouvernement

Article détaillé : Cabinet Schwerin von Krosigk.

Il est composé de huit membres se répartissant les douze ministères : Krosigk, outre la présidence du gouvernement, prend également les Affaires étrangères et les Finances sous sa responsabilité. Dönitz, le président du Reich, cumule aussi le ministère de la Guerre. Alfred Jodl et Wilhelm Keitel, en font plus ou moins partie en tant que représentants de Dönitz dans les négociations avec les Alliés : avec les Occidentaux du front ouest (Américains, Britanniques et Français) pour le premier ; avec les Soviétiques sur le front est pour le second.

Rapidement, Dönitz s’affranchit des consignes laissées par Hitler dans son testament[15] : par exemple, il négocie avec Himmler le maintien de ce dernier dans ses fonctions de ministre de l'intérieur, et ce dernier n'abandonne aucun des pouvoirs dont il disposait en tant que Reichsführer-SS[6] ; le , Himmler est démis de ses fonctions et invité à se tenir à l'écart[6]. Par ailleurs, certaines personnalités choisies par Hitler se sont suicidées (Bormann, Goebbels), d'autres sont engagées dans des négociations parallèles avec les Alliés (Seyss-Inquart)[15], d'autres, comme Konstantin Von Neurath, pressenti au ministère des Affaires étrangères, sont injoignables[16]… Néanmoins, la continuité caractérise le cabinet formé par Dönitz et son chef du gouvernement[15] : en son sein, on compte plusieurs officiers généraux de la SS et un gauleiter[17]. Herbert Backe, responsable de la famine provoquée dans les territoires occupés d'URSS, Otto Ohlendorf, ancien membre du RSHA et de l'Einsatzgruppe D, comptent parmi les membres de ce gouvernement[17], en tant que ministre ou secrétaire d’État, et Heinrich Himmler est ministre de l'Intérieur jusqu'à son renvoi le [6]. Des ministres techniciens, comme Julius Dorpmüller aux Transports, sont confirmés dans leur poste, tandis qu'Albert Speer se voit confier le portefeuille de la Reconstruction[16].

Une tentative de gouverner réaliste ?

Le maintien du cadre institutionnel mis en place en 1933

D'un strict point de vue juridique, les membres du gouvernement s'accrochent à l'idée de la continuité du Reich, défendue par le nouveau ministre de l'Intérieur, Wilhelm Stuckart, dans un mémorandum insistant sur la permanence juridique entre le Reich tel qu'il a été réorganisé en 1933-1934 et le Reich dans sa forme de mai 1945 : à ses yeux, la capitulation des forces armées ne remet nullement en cause la forme légale de l'État allemand[5]. De plus, certains membres de l'entourage de Dönitz défendent le caractère dictatorial du régime politique mis en place à partir de 1933 dans le Reich[5] : Dönitz lui-même s'oppose à la restauration du jeu politique démocratique tel qu'il existait avant 1933[18].

Fidèles à l'idée de maintien du Reich, Dönitz et ses ministres s’efforcent de gérer ce qu'il reste de l’Allemagne. Ils communiquent les instructions du gouvernement par le truchement du Reichssender Flensburg, seule station de radio locale encore entre leurs mains. Ces efforts se révèlent infructueux. Albert Speer suggère néanmoins qu’après la capitulation, le gouvernement du Reich replié à Flensbourg doive soit prononcer sa propre dissolution soit démissionner, pour permettre l'émergence de ministres non compromis avec le régime mis en place en 1933[5]. Dönitz et ses ministres choisissent de continuer de faire partie d'un gouvernement privé de pouvoirs réels, dans l’espoir de pouvoir gouverner l’Allemagne d’après-guerre en tant que gouvernement provisoire. Toutefois, les Alliés ne veulent pas moins que la reddition inconditionnelle de l’État allemand, de son gouvernement et de ses forces armées. Une fois l’acte de capitulation formellement signé, ce n’était plus qu’une question de temps avant que les occupants ne tiennent le gouvernement allemand responsable de la Seconde Guerre mondiale. Les tentatives du gouvernement de Flensbourg pour travailler en coopération avec les forces d’occupation sont ignorées tant par le général Dwight Eisenhower, commandant suprême des Alliés en Europe de l'Ouest, que par les autorités soviétiques.

Mode de fonctionnement du gouvernement

Le gouvernement tente de maintenir une activité ministérielle durant le bref temps de son existence. Tous les matins à 10 h, une réunion du cabinet se tient dans une salle de classe réquisitionnée, transformée en salle du conseil des ministres ; tous les matins, Dönitz, pourtant logé à 500 mètres du lieu de réunion du gouvernement, s'y rend dans une limousine ayant appartenu à Hitler[18]. Lors de ces conseils des ministres sont abordés tous les sujets de nature à aider l'Allemagne à se relever[18] et sont débattus les problèmes posés par l'absence de ministre des Cultes, l'opportunité de laisser ou non des portraits de Hitler dans les salles de classe ou lors de rencontres avec des représentants des Alliés, ou encore de changer de drapeau[18]. Le 16 mai, Otto Ohlendorf, secrétaire d’État adjoint au ministère de l'Économie du Reich, propose à Dönitz de mettre les forces de sécurité au service des alliés occidentaux[17]. Cependant, les moyens de ce gouvernement sont si faibles, que les ministres doivent, par exemple, fournir eux-mêmes aliments et couverts pour les repas pris en commun[18].

Les tentatives de collaboration avec les Alliés

Sous une forme ou sous une autre, la coopération avec les Alliés est sérieusement envisagée par les membres du gouvernement : Ribbentrop, pourtant exclu du gouvernement, en trace les contours dans une lettre qui n'a jamais été envoyée à Dönitz, mais dont les termes reprennent le programme politique des ministres nouvellement nommés[7] : le maintien d'une souveraineté allemande sur les régions non occupées du Reich en échange de l'évacuation de la Scandinavie et d'une mutation progressive du régime[7]. Ribbentrop développe également dans ce courrier sa vision de l'avenir de l'Allemagne, selon deux options, avec ou sans le gouvernement organisé autour de Dönitz, ce qui lui semble possible si ce dernier coopère pleinement avec les alliés[7].

Dans les jours qui suivent la capitulation, deux ministres, Herbert Backe et Julius Dorpmüller, sont envoyés en mission au Quartier Général d'Eisenhower pour amorcer les bases d'une collaboration, prélude à la reconstruction du Reich[18].

Le 20 mai, le gouvernement soviétique fait clairement savoir ce qu’il pense du gouvernement de Flensbourg. Il s’en prend à l'administration dirigée par Dönitz désignée comme le « gang Dönitz ». La Pravda écrit : « Les discussions relatives au gang fasciste entourant Dönitz se poursuivent. Plusieurs cercles alliés éminents considèrent qu’il est nécessaire d’utiliser les services de Dönitz et de ses collaborateurs. Au Parlement britannique, ce gang a été désigné sous le terme « administration Dönitz » […] Un reporter de la presse réactionnaire, Hearst, a déclaré l’enrôlement de Dönitz comme un acte de sagacité politique. Il faut donc en conclure qu’un scribouillard fasciste a trouvé opportun de faire cause commune avec un camarade de maraude de Hitler. Au même moment, la presse fasciste des deux bords de l’Atlantique a évoqué les conditions qui régnaient en 1918 en Allemagne, lorsque les extrémistes de droite allemands répandirent les mêmes sornettes concernant l’imminence d’un chaos. À l’époque, les unités allemandes intactes furent utilisées pour de nouvelles aventures à l’Est immédiatement après la capitulation. La présente campagne a des objectifs similaires. De nombreux cercles réactionnaires du camp allié sont opposés à la création d’une nouvelle Europe sur les bases formulées lors de la conférence de Crimée. Ces cercles considèrent que la préservation des États fascistes et de leurs viviers comme un moyen de contrecarrer les volontés de tous les peuples qui aspirent à la paix ».

La fin du gouvernement de Flensbourg

Le 23 mai 1945, un officier de liaison britannique se rend au quartier général de Dönitz et demande à parler à tous les membres du gouvernement. Il lit alors un ordre émanant du général Eisenhower qui prononce la dissolution du dernier gouvernement du Reich et, conformément à cet ordre, procède à l’arrestation de tous les membres de ce gouvernement.

La dissolution du Gouvernement de Flensbourg met un point final à l'existence du Reich, ainsi qu'aux derniers espoirs de certains dignitaires du régime nazi qui espéraient jusque-là pouvoir collaborer avec les alliés occidentaux. L'Allemagne (comme l'Autriche) est alors placée sous le régime de l'occupation militaire, avec à sa tête un Conseil de contrôle allié (installé le ) qui assure les fonctions gouvernementales.

Le destin de ses anciens membres

À la suite de ces arrestations, plusieurs anciens ministres nazis préfèrent alors mettre fin à leurs jours, d'autant que la plupart se sont rendus coupables de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité, et donc étaient susceptibles d'être poursuivis. En effet, ce , Himmler se suicide en avalant une capsule de cyanure, tout comme l'amiral Hans-Georg von Friedeburg, dernier commandant en chef de la Kriegsmarine.

De tous les membres du gouvernement de Flensbourg, seul Julius Dorpmüller n'a pas été inquiété pour ses activités politiques antérieures. Les autorités d'occupation lui proposent même de jouer un rôle dans la future restructuration des transports allemands, mais il meurt quelques semaines après son arrestation.

Les autres sont appelés à répondre de leurs actes devant les tribunaux (soit au procès de Nuremberg, soit au procès des ministères), mais trois d'entre eux meurent avant de comparaître : Herbert Backe et Otto Georg Thierack se suicident, tandis que Franz Seldte succombe dans un hôpital militaire américain.

Des six survivants, seuls Alfred Jodl et Wilhelm Keitel sont condamnés à mort et, à ce titre, exécutés par pendaison. Karl Dönitz est condamné à une peine d'emprisonnement de dix ans, peine purgée à la prison de Spandau, tandis que Albert Speer est condamné à vingt années de réclusion. Lutz Schwerin von Krosigk va être interné durant six ans, alors que Wilhelm Stuckart ne va l'être que pendant quatre années.

Notes et références

Notes

  1. République de jure car la Constitution de Weimar n'est pas abrogée, bien qu'elle devienne caduque de facto.
  2. Par exemple, Alfred Jodl est décoré des feuilles de chêne le .

Références

  1. Fest 2002, p. 101-103.
  2. a et b [1].
  3. a et b Kershaw 2012, p. 449.
  4. a, b, c et d Kershaw 2012, p. 460.
  5. a, b, c et d Kershaw 2012, p. 480.
  6. a, b, c et d Longerich 2010, p. 706.
  7. a, b, c et d Kershaw 2012, p. 461.
  8. Kershaw 2012, p. 476.
  9. [2].
  10. [3].
  11. Kershaw 2012, p. 468.
  12. Kershaw 2012, p. 469.
  13. Kershaw 2012, p. 469-470.
  14. Une du des journaux quotidiens du Monde et de Sud-Ouest.
  15. a, b et c Kershaw 2012, p. 457.
  16. a et b Kershaw 2012, p. 459.
  17. a, b et c Kershaw 2012, p. 458.
  18. a, b, c, d, e et f Kershaw 2012, p. 479.

Annexes

Bibliographie

  • (de) Joachim Fest, Der Untergang : Hitler und das Ende des Dritten Reiches [« La Chute : Hitler et la fin du Troisième Reich »], Berlin, Alexander Fest Verlag, , 192 p. (ISBN 3828601723 et 978-3828601727).
  • Joachim Fest, Les derniers jours d'Hitler, Paris, Perrin, coll. « Tempus », , 206 p. (ISBN 2262020809 et 978-2262020804).
  • Ian Kershaw, La Fin : Allemagne, 1944-1945, Paris, Éditions du Seuil, , 665 p. (ISBN 978-2-02-080301-4). 
  • Peter Longerich, Himmler : l'éclosion quotidienne d'un monstre ordinaire, Paris, Héloise d'Ormesson, , 917 p. (ISBN 978-2-35087-137-0).

Articles connexes