Gouvernement Jacques Chirac (1)

Gouvernement Jacques Chirac I

Ve République

Président Valéry Giscard d'Estaing
Premier ministre Jacques Chirac
Formation
Fin
Durée 2 ans, 2 mois et 29 jours
Composition initiale
Coalition UDR-FNRI-CD-RAD-CR
Ministres 15
Secrétaires d'État 21
Femmes 4
Hommes 32
Représentation
Ve législature
302 / 490
Drapeau de la France

Cet article présente la composition du gouvernement du Premier ministre Jacques Chirac, en fonction du au , durant la présidence de Valéry Giscard d'Estaing. Il s’agit du premier gouvernement dirigé par Jacques Chirac.

Le premier gouvernement de Jacques Chirac est le 11e gouvernement de la Ve République française.

Contexte de formation

Contexte politique et économique

Choix des ministres

Féminisation du gouvernement

Le gouvernement compte six femmes ministres, dont quatre à sa nomination : Simone Veil, ministre de la Santé, Françoise Giroud, secrétaire d'État chargée de la Condition féminine, Hélène Dorlhac, secrétaire d’État à la Condition pénitentiaire, Annie Lesur, secrétaire d’État à l'Enseignement périscolaire.

Deux nommées plus tard : Alice Saunier-Seïté, secrétaire d'État aux Universités, et Christiane Scrivener, secrétaire d’État à la Consommation.

Coalition

Composition initiale

Jacques Chirac est nommé Premier ministre par un décret du (JO du )[1], les ministres du gouvernement par un décret en date du (JO du )[2],[3] et les secrétaires d'État par un décret en date du (JO du )[4],[3].

Premier ministre

Image Fonction Nom Parti
Jacques Chirac par Claude Truong-Ngoc septembre 1980.jpg Premier ministre Jacques Chirac UDR

Ministres d'État

Image Fonction Nom Parti
Michel Poniatowski In Tunisia mars1976 (cropped).jpg Ministre d'État, ministre de l'Intérieur Michel Poniatowski FNRI

Ministres

Image Fonction Nom Parti
Jean Lecanuet.jpg Garde des sceaux, ministre de la Justice Jean Lecanuet CD
Sin foto.svg Ministre de la Défense Jacques Soufflet UDR
Jean-Jacques Servan-Schreiber (1968).jpg Ministre des Réformes Jean-Jacques Servan-Schreiber RAD
Jean Sauvagnargues (1974).jpg Ministre des Affaires étrangères Jean Sauvagnargues DVD
Jean-Pierre Fourcade.jpg Ministre de l'Économie et des Finances Jean-Pierre Fourcade FNRI
Sin foto.svg Ministre de l'Éducation nationale René Haby FNRI
Sin foto.svg Ministre de la Coopération Pierre Abelin CD
Sin foto.svg Ministre de l'Équipement Robert Galley UDR
Sin foto.svg Ministre de l'Agriculture Christian Bonnet FNRI
Sin foto.svg Ministre de la Qualité de la vie André Jarrot UDR
Sin foto.svg Ministre du Travail Michel Durafour CR
Simone Veil (1984).jpg Ministre de la Santé Simone Veil DVD
Michel d'Ornano.jpg Ministre de l'Industrie, lors de la nomination[2], puis ministre de l'Industrie et de la Recherche[5] Michel d'Ornano FNRI
Sin foto.svg Ministre du Commerce et de l'Artisanat Vincent Ansquer UDR

Secrétaires d'État

Image Fonction Ministre de rattachement Nom Parti
André Bord par Claude Truong-Ngoc septembre 1980.jpg Secrétaire d'Etat aux Anciens combattants - André Bord UDR
Sin foto.svg Secrétaire d’État aux Postes et télécommunications - Pierre Lelong UDR
Sin foto.svg Secrétaire d'Etat aux Transports - Marcel Cavaillé FNRI
Sin foto.svg Secrétaire d'Etat à la Culture - Michel Guy SE
Norbert segard.jpg Secrétaire d'Etat au Commerce extérieur - Norbert Ségard UDR
Jean-Pierre Soisson.jpg Secrétaire d'Etat aux Universités - Jean-Pierre Soisson FNRI
Olivier-Stirn.jpg Secrétaire d'Etat aux Départements et Territoires d'Outre-Mer - Olivier Stirn UDR
Sin foto.svg Secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement Premier ministre René Tomasini UDR
Sin foto.svg Secrétaire d'Etat à la Fonction publique Premier ministre Roger Poudonson CD
Sin foto.svg Secrétaire d'Etat à la Formation professionnelle Premier ministre Paul Granet UDR
Chézy-sur-Marne-FR-02-A-08.jpg Secrétaire d'Etat; Porte-parole du Gouvernement Premier ministre André Rossi RAD
Sin foto.svg Secrétaire d'État à la Condition pénitentiaire Garde des Sceaux, ministre de la Justice Hélène Dorlhac DVD
Bernard Destremau 1951.jpg Secrétaire d'Etat Ministre des Affaires étrangères Bernard Destremau FNRI
Christian Poncelet (cropped).JPG Secrétaire d'Etat au Budget Ministre de l’Économie et des Finances Christian Poncelet UDR
Sin foto.svg Secrétaire d'Etat à l'Enseignement préscolaire Ministre de l’Éducation Annie Lesur CD
Jacques Barrot (cropped).jpg Secrétaire d’État au Logement Ministre de l’Équipement Jacques Barrot CD
Sin foto.svg Secrétaire d’État à l'Environnement Ministre de la Qualité de la vie Gabriel Péronnet RAD
  • Secrétaire d’État auprès du ministre de la Qualité de la vie (Jeunesse et sports) : Pierre Mazeaud (UDR)
  • Secrétaire d’État auprès du ministre de la Qualité de la vie (Tourisme) : Gérard Ducray (FNRI)
  • Secrétaire d’État auprès du ministre du Travail (Travailleurs immigrés) : André Postel-Vinay
  • Secrétaire d’État auprès du ministre de la Santé (Action sociale) : René Lenoir

Modifications

Remaniement du 9 juin 1974

Jean-Jacques Servan-Schreiber, ministre des Réformes, déclare le qu'il est opposé à la reprise des essais nucléaires à Moruroa[6]. Jacques Chirac fait pression sur le président de la République pour faire exclure Jean-Jacques Servan-Schreiber du gouvernement[6]. Jean-Jacques Servan-Schreiber démissionne du gouvernement le (JO du )[7]. Il n'est pas remplacé.

Nomination du 16 juillet 1974

Françoise Giroud (Rad), entre au gouvernement et est nommée le (JO du )[8] secrétaire d’État auprès du Premier ministre à la Condition féminine.

Remaniement du 22 juillet 1974

André Postel-Vinay, secrétaire d'État aux Travailleurs immigrés, en désaccord avec le Premier ministre[9] démissionne. Sa démission est officialisée le (JO du ) et il est remplacé par Paul Dijoud (FNRI)[10].

Remaniement du 29 octobre 1974

Roger Poudonson, secrétaire d'État à la Fonction publique, est élu sénateur le et décide de démissionner du gouvernement[11]. Il est remplacé par Gabriel Péronnet, jusqu'alors secrétaire d'État à l'Environnement le (JO du )[12].

Remaniement du 31 janvier 1975

Suite aux démissions de Jacques Soufflet et de Pierre Lelong il est procédé au remaniement du (JO du )[13] :

Remaniement du 12 janvier 1976

Ce remaniement du (JO du )[14] dispose :

  • Jean Lecanuet (MR), garde des sceaux, ministre de la Justice, est nommé ministre d'État ;
  • Pierre Abelin, ministre de la Coopération, démissionne du gouvernement et est remplacé par Jean de Lipkowski (UDR) qui entre au gouvernement ;
  • André Jarrot, ministre de la Qualité de la vie, démissionne du gouvernement et est remplacé par André Fosset qui entre au gouvernement ;
  • Norbert Ségard, ministre du Commerce extérieur, est remplacé par Raymond Barre qui entre au gouvernement ;
  • Jean-Pierre Soisson, secrétaire d'État aux Universités, est remplacé par Alice Saunier-Seïté (UDR) qui entre au gouvernement ;
  • Aymar Achille-Fould, secrétaire d'État aux Postes et Télécommunications, démissionne du gouvernement et est remplacé par Norbert Ségard (UDR) jusqu'alors ministre du Commerce extérieur ;
  • Paul Granet, secrétaire d'État à la Formation professionnelle, est remplacé par Jean-Pierre Soisson (FNRI), jusqu'alors secrétaire d'État aux Universités ;
  • Annie Lesur, secrétaire d'État à l'Enseignement préscolaire, démissionne du gouvernement et sa fonction est supprimée ;
  • Jean-François Deniau, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Agriculture, démissionne du gouvernement et est remplacé par Pierre Méhaignerie qui entre au gouvernement ;
  • Gérard Ducray, secrétaire d'État au Tourisme, démissionne du gouvernement et est remplacé par Jacques Médecin (FNRI) qui entre au gouvernement ;
  • Pierre-Christian Taittinger entre au gouvernement et est nommé secrétaire d'État auprès du ministre d'État, ministre de l’Intérieur ;
  • Jean François-Poncet entre au gouvernement et est nommé secrétaire d'État auprès du ministre des Affaires étrangères ;
  • Christiane Scrivener entre au gouvernement et est nommée secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances (Consommation) ;
  • Lionel Stoléru (Rad) entre au gouvernement et est nommé secrétaire d’État auprès du ministre du Travail (Condition des travailleurs manuels) ;
  • Paul Granet, jusqu'alors secrétaire d'État à la Formation professionnelle, est nommé secrétaire d’État auprès du ministre de la Qualité de la vie (Environnement) (ce poste n'était pas pourvu depuis la nomination de Gabriel Péronnet le ) ;
  • Jean Tiberi (UDR) entre au gouvernement et est nommé secrétaire d’État auprès du ministre de l’Agriculture et du ministre de l'Industrie et de la Recherche (Industries alimentaires).

Ajustement du 27 juillet 1976

Jean François-Poncet, jusqu'alors secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires étrangères, démissionne du gouvernement le (JO du )[15] pour être nommé secrétaire général de la présidence de la République (JO du )[16].

Ajustement du 4 août 1976

Marcel Bigeard, secrétaire d’État auprès du ministre de la Défense, démissionne du gouvernement[17] le (JO du )[18].

Actions

Politique budgétaire

Devant les conséquences néfastes du Premier choc pétrolier et la baisse de la demande intérieure et des investissements, les experts économiques recommandent des relances keynésiennes passant par l'investissement public dans l'économie, qui font gonfler provisoirement la dette publique, afin de compenser la ponction sur la demande et l'investissement privés. Cette stratégie doit s'appliquer aux pays "locomotives", ceux qui abordent cette crise avec de forts excédents (Allemagne, Japon). Cependant, le Premier ministre Jacques Chirac décide dès l'automne 1975 un plan de soutien à la croissance.

La relance est divisée entre plusieurs volets : 15 milliards de francs pour des grands travaux, comme le TGV, 5 milliards d'augmentation des allocations sociales et 18 milliards de baisses d'impôts afin de générer du pouvoir d'achat. Le SMIC augmente de 8,4% en 1974, et 6,6% en 1975, et 4,7% en 1976. Cela permet à la France de retrouver dès 1976 son taux de croissance de 1974 (4,3%)[19].

Politique monétaire

Politique industrielle et de l'emploi

Le gouvernement doit faire face à la destruction progressive des emplois dans la sidérurgie après la récession de 1975. La demande d'acier mondiale chute de 16% ; en France, les installations tournent à 70% de leur capacité ; un sidérurgiste français produisant 175 tonnes d'acier par an, contre 250 pour un sidérurgiste américain ou 360 pour un sidérurgiste japonais, les destructions d'emploi commencent. Raymond Barre héritera de ce dossier lorsqu'il sera nommé Premier ministre et mettra en place des plans de refinancement étatique de la sidérurgie française, malgré la suppression de plus de 20 000 emplois.

Afin de faire face à la montée du chômage, est instaurée en janvier 1975 l'autorisation de licenciement administrative, selon laquelle tout licenciement doit être validé par l’État. Elle protège ainsi les insiders. Les blocages du marché du travail qui suivent ont comme conséquence indirecte que les difficultés se concentrent sur les populations où l’écart entre le salaire et la productivité est le plus grand.

Finances publiques

Le déficit budgétaire au bouclage du budget 1975, voté fin 1974, était de 4 milliards de francs ; il est augmenté à 38,2 milliards (2,6% du PIB) dans le budget 1976, voté à la fin de l'année précédente.

Deux problème se posent au gouvernement. Tout d'abord, le prix à payer pour ce niveau de croissance a été un creusement important du déficit extérieur français ; ensuite, l'impact sur le chômage est relativement faible, car il a continué à augmenter. En octobre 1975, le nombre de chômeurs dépasse 1 million de personnes. Cela signe un échec partiel de cette relance keynésienne.

Politique extérieure

Analyse de la popularité

Démission

Le gouvernement démissionne le (JO du )[20].

Notes et références

  1. Décret du 27 mai 1974 portant nomination du Premier ministre
  2. a et b Décret du 28 mai 1974 portant nomination des membres du gouvernement
  3. a et b Composition du gouvernement sur le site gouvernement.fr
  4. Décret du 8 juin 1974 portant nomination des membres du gouvernement
  5. Décret du 14 juin 1974 relatif aux attributions du ministre de l'Industrie et de la Recherche
  6. a et b « La fin des essais aériens français », sur moruroa.org (consulté le 28 décembre 2018)
  7. Décret du 9 juin 1974 mettant fin aux fonctions d'un membre du gouvernement
  8. Décret du 16 juillet 1974 portant nomination d'un membre du gouvernement
  9. Sylvain Laurens, « « 1974 » et la fermeture des frontières. Analyse critique d'une décision érigée en turning-point », Politix, vol. 82, no 2,‎ , p. 69-94 (ISSN 1953-8286, lire en ligne, consulté le 29 décembre 2018)
  10. Décret du 22 juillet 1974 portant nomination d'un membre du gouvernement
  11. Daniel Amson, La République du flou, Paris, éd. Odile Jacob, , 252 p. (ISBN 2-7381-1065-7 et 978-2-73811065-7, lire en ligne), p. 147.
  12. Décret du 29 octobre 1974 portant nomination d'un membre du gouvernement
  13. Décret du 31 janvier 1975 relatif à la composition du gouvernement
  14. Décret du 12 janvier 1976 relatif à la composition du gouvernement
  15. Décret du 27 juillet 1976 mettant fin aux fonctions d'un membre du gouvernement
  16. Arrêté du 27 juillet 1976 de la présidence de la République
  17. Guillaume Tabard, « L'héritage politique du général Bigeard », sur lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 29 décembre 2018)
  18. Décret du 4 août 1976 mettant fin aux fonctions d'un membre du gouvernement
  19. Daniel, Jean-Marc, (1954- ...), Le gâchis français : 40 ans de mensonges économiques, Paris, Tallandier, dl 2015, ©2015, 265 p. (ISBN 979-10-210-0287-6, OCLC 924058241, lire en ligne)
  20. Décret du 25 août 1976 relatif à la cessation des fonctions du gouvernement

Voir aussi

Bibliographie

Lien externe