Geraint Thomas

Geraint Thomas
Deutschland Tour 2018 Bonn 067.jpg
Geraint Thomas (2018)
Informations
Nom de naissance
Geraint Howell Thomas
Naissance
(32 ans)
Cardiff
Nationalité
Équipe actuelle
Spécialités
Distinction
Équipes amateurs
2000Maindy Flyers
2001-2003CC Cardiff
2004Cardiff JIF
2005?
2006Recycling.co.uk-SIS
Équipes professionnelles
Principales victoires

Geraint Thomas est un coureur cycliste gallois, né le à Cardiff (pays de Galles). Il est professionnel sur route depuis 2007 et membre de l'équipe Sky depuis 2010. Spécialiste de la poursuite sur piste au début de sa carrière, il est champion olympique de poursuite par équipes en 2008 et 2012, et champion du monde de cette discipline en 2007, 2008 et 2012. Il se consacre à la route à partir de 2013. Équipier de Christopher Froome lors de ses victoires sur le Tour de France, il est vainqueur du Grand Prix E3 en 2015, de Paris-Nice 2016 et du Critérium du Dauphiné 2018, puis succède à Froome comme vainqueur du Tour en 2018.

Biographie

Jeunesse et carrière amateur

Geraint Thomas naît le 25 mai 1986 à Cardiff au pays de Galles, et vit dans sa banlieue, à Whitchurch . Il commence le cyclisme à l'âge de dix ans au Maindy Flyers Cycling Club, au Maindy Centre , puis court pour d'autres clubs, Cycling Club Cardiff et Cardiff Just in Front[1]. Il obtient des victoires dans les catégories moins de 14 ans et moins de 16 ans, dont des championnats nationaux, et commence à prendre conscience de son potentiel et à envisager une carrière de cycliste professionnel en décrochant la médaille d'argent de la course aux points lors de championnats d'Europe juniors en 2004, puis en devenant champion du monde juniors de scratch la même année[2],[3]. Il remporte le Paris-Roubaix juniors la même année. Il devient alors membre de l'académie olympique de British Cycling, la fédération britannique de cyclisme. Il s'installe à Manchester, où il vit avec Mark Cavendish et Edward Clancy, et est entraîné par Darren Tudor et Rod Ellingworth[1]. Il remporte le Carwyn James Junior Award lors de la cérémonie récompensant les personnalités sportives galloises de la BBC.

En février 2005, il chute à l'entraînement à Sydney, en Australie, avant une manche de coupe du monde sur piste. Il tombe sur l'objet métallique à l'origine de la chute et souffre de saignements internes. Il subit une ablation de la rate et ne peut faire de vélo pendant cinq semaines. Il doit renoncer à participer aux championnats du monde sur piste[1] et ne reprend la compétition qu'en mai[3]. En fin d'année, il est stagiaire au sein de l'équipe allemande Wiesenhof. Il prend avec elle la 19e place du Championnat des Flandres.

En 2006, il court sur route essentiellement pour l'équipe Recycling.co.uk-SIS et prend avec elle la troisième place du championnat de Grande-Bretagne[4]. En mars, il représente le pays de Galles aux Jeux du Commonwealth et y obtient la médaille de bronze de la course aux points. Avec l'équipe de Grande-Bretagne sur piste, il participe aux championnats du monde sur piste à Bordeaux. Il y obtient la médaille d'argent de la poursuite par équipes, avec Steve Cummings, Paul Manning et Rob Hayles, en étant battu en finale par les Australiens. Quelques mois plus tard, Thomas remporte avec Andrew Tennant, Ian Stannard et Edward Clancy le championnat d'Europe espoirs de cette discipline. Avec l'équipe de Grande-Bretagne sur route, il remporte en mai la Flèche du Sud, course par étapes disputée au Luxembourg et participe au Tour de Grande-Bretagne. En fin d'année, il rejoint l'équipe Saunier Duval-Prodir en tant que stagiaire.

Début de carrière professionnelle sur route et premiers titres mondiaux olympiques

Geraint Thomas lors du Tour de Grande-Bretagne 2009.

En 2007, Geraint Thomas devient professionnel sur route au sein de l'équipe Barloworld. Avec Edward Clancy, Bradley Wiggins et Paul Manning, il devient pour la première fois champion du monde de poursuite par équipes, à la Palma Arena de Palma de Majorque. Barloworld obtient une invitation pour le Tour de France, que Thomas dispute pour la première fois. Il est le plus jeune participant de cette édition[1] et le premier Gallois à courir le Tour depuis Colin Lewis  en 1967. Il finit à la 140e place, sur 141 coureurs classés.

En mars 2008, aux championnats du monde sur piste à Manchester, Thomas, Clancy, Wiggins et Manning conservent leur titre de champion du monde. Après avoir réalisé le deuxième temps (min 59 s 40) en tour de qualification derrière les Danois, ils battent ces derniers en finale en établissant un nouveau record du monde, en min 56 s 322[5],[6]. Geraint Thomas dispute le Tour d'Italie, puis retourne en Grande-Bretagne afin de s'entraîner en vue des Jeux olympiques de Pékin. Il ne participe donc pas au Tour de France. Aux Jeux olympiques, il fait partie de l'équipe britannique de poursuite par équipes, avec les mêmes coéquipiers qu'aux championnats du monde. Lors des qualifications, ils battent le record du monde de la discipline en min 55 s 202, éliminant les Russes aisément. Le lendemain, ils améliorent leur record en finale, en min 53 s 314, devancent les Danois de 6,7 secondes et remportent la médaille d'or. Geraint Thomas aurait pu participer au tournoi de poursuite individuelle, mais s'en abstient afin de ne pas compromettre les chances de l'équipe de poursuite par équipes. Il est également pressenti pour être associé à Bradley Wiggins lors de l'américaine. C'est cependant Mark Cavendish qui est sélectionné[7]. Comme d'autres médaillés britanniques de ces Jeux, Geraint Thomas est fait membre de l'Ordre de l'Empire britannique (MBE) en janvier 2009.

En début d'année 2009, Geraint Thomas chute lors du contre-la-montre de Tirreno-Adriatico. Souffrant de fractures de la hanche et du nez, il doit rester 20 jours au repos complet. Le 30 octobre, Geraint Thomas réalise le meilleur temps en poursuite selon les règles actuelles, en parcourant les 4 kilomètres en min 15 s 105, lors du premier tour de la manche de Coupe du monde de Manchester. Seul Chris Boardman a fait mieux en 1996, dans une position sur le vélo qui a depuis été interdite. Le 1er novembre, le dernier jour de la compétition, Geraint Thomas et ses coéquipiers s'imposent en poursuite par équipes en réalisant le deuxième meilleur temps de l'histoire de la discipline, en min 54 s 395. En fin d'année, lors de la cérémonie de la BBC récompensant les personnalités sportives de l'année, Thomas est deuxième derrière le joueur de football Ryan Giggs.

Arrivée chez Sky

Geraint Thomas au Tour de France 2011.

En 2010, il est recruté par la nouvelle équipe britannique Sky, qui obtient la licence ProTour dès sa première année. En début de saison, Geraint Thomas remporte avec elle le contre-la-montre par équipes du Tour du Qatar. Après avoir disputé les classiques, il obtient de bons résultats en juin au Critérium du Dauphiné. Il se classe parmi les dix premiers des quatre premières étapes et porte le maillot vert du classement par points à trois reprises. Il termine à la 21e place du classement général. Quelques jours plus tard, il remporte le championnat de Grande-Bretagne sur route, en battant son coéquipier Peter Kennaugh. Au Tour de France, il se classe cinquième du prologue et deuxième de la troisième étape. À l'issue de cette dernière, il porte le maillot blanc de meilleur jeune. Il termine le Tour à la 67e place du classement général et neuvième au classement du meilleur jeune.

Geraint Thomas est ensuite sélectionné pour participer aux Jeux du Commonwealth, à New Delhi, en Inde. Comme d'autres cyclistes, il renonce à s'y rendre à cause de risques sanitaires (la dengue est notamment évoquée). Il dit sa « grande déception » : « je n'ai l'occasion de courir pour le pays de Galles qu'une fois tous les quatre ans, mais cette décision devait être prise »[8].

En début d'année 2011, Geraint Thomas se classe sixième de la Classica Sarda Sassari-Cagliari, deuxième d'À travers les Flandres et dixième du Tour des Flandres. En mai, il remporte le Tour de Bavière. En juin, il est deuxième du championnat de Grande-Bretagne, derrière Bradley Wiggins. Lors du Tour de France, il se classe sixième de la première étape et porte le maillot blanc. Il le garde le lendemain, l'équipe Sky finissant troisième du contre-la-montre par équipes. Il le cède à Robert Gesink à l'issue de la septième étape : Wiggins chute et quitte la course, et les autres coureurs de l'équipe perdent du temps en l'attendant. Thomas obtient le prix de la combativité de la douzième étape. Il attaque après deux kilomètres de course. Repris par les leaders du classement général à sept kilomètres de l'arrivée, il prend la 36e place de l'étape. Il finit 31e de ce Tour. Au Tour de Grande-Bretagne, il remporte le classement par points. Il fait partie de l'équipe de Grande-Bretagne qui aide le sprinter Mark Cavendish à obtenir le titre de champion du monde sur route. À l'issue de cette saison, il reçoit la récompense d'Athlète olympique de l'année en cyclisme, remis par la British Olympic Association[9].

2012 : deuxième titre olympique

En 2012, il se concentre sur la piste avec pour objectif les Jeux olympiques de Londres[10]. Après avoir aidé Bradley Wiggins à gagner Paris-Nice, il participe en avril aux championnats du monde sur piste. Il y remporte la médaille d'or de la poursuite par équipes en établissant un nouveau record du monde en min 53 s 295, avec Edward Clancy, Steven Burke et Peter Kennaugh. Il fait équipe avec Ben Swift pour obtenir la médaille d'argent de l'américaine et prend la cinquième place du tournoi de poursuite individuelle. De retour sur route fin avril, il gagne le prologue du Tour de Romandie. Le leader de Sky, Bradley Wiggins, prend le maillot jaune le lendemain et s'impose au classement général de cette course. Au Tour d'Italie, Geraint Thomas se classe deuxième du prologue derrière Taylor Phinney. Il aide Mark Cavendish à remporter trois étapes et est à nouveau deuxième en contre-la-montre, lors de la dernière étape, battu cette fois par Marco Pinotti. Afin de ne pas diminuer ses chances de briller aux Jeux olympiques, il renonce à disputer le Tour de France[11], que Bradley Wiggins devient le premier coureur britannique à remporter.

Aux Jeux olympiques, Geraint Thomas forme l'équipe britannique de poursuite par équipes, avec Steven Burke, Ed Clancy et Peter Kennaugh. Le 2 août, ils établissent un nouveau record du monde en min 52 s 499 lors du premier tour de compétition, et se qualifient en finale. Ils y battent les Australiens de trois secondes, avec un nouveau record du monde de min 51 s 659. Geraint Thomas obtient ainsi sa deuxième médaille d'or olympique.

Retour à la route en 2013

Geraint Thomas lors du Tour Down Under 2013.

En 2013, il met la piste de côté. Les classiques pavées constituent son principal objectif de la saison. Il prévoit ensuite de jouer un rôle d'équipier au Tour de France[12]. Il reprend la compétition en janvier, en Australie, lors du Tour Down Under. Il en remporte la deuxième étape. Il est premier du classement général pendant trois jours et termine à la troisième place.

Sélectionné pour l'équipe Sky alignée au Tour de France en tant qu'équipier de Christopher Froome, Thomas chute durant la première étape. Deux jours plus tard, des examens médicaux montrent qu'il s'est fracturé le bassin à cette occasion, ce qui ne l'empêche pas de continuer la course[13]. Il termine à la 140e place de ce Tour qui voit Chris Froome succéder à Bradley Wiggins.

Geraint Thomas commence l'année 2014 avec la huitième place du Tour Down Under et la onzième du Tour d'Andalousie. Il est désigné leader de Sky pour Paris-Nice. Il occupe la première place du classement général pendant deux jours, puis doit abandonner à la suite d'une chute, alors qu'il est encore deuxième du classement[14]. Il participe ensuite aux classiques. Il y obtient ses meilleurs résultats sur ce type de courses : il est troisième du Grand Prix E3, huitième du Tour des Flandres malgré une chute en début de course[15] et septième de Paris-Roubaix. Une chute lors de l'Amstel Gold Race met fin à sa période de classiques[16]. Il reprend la course au Tour de Bavière. Vainqueur de l'étape contre-la-montre, il s'impose au classement général. Au Tour de France, Froome chute durant la première semaine et abandonne. Porte, leader de remplacement, est à nouveau malade et perd toute chance de victoire durant la deuxième semaine. Thomas y gagne davantage de liberté pour la suite de la course. Il est pendant quelques jours le coureur de Sky le mieux placé au classement général, jusqu'à ce qu'une mauvaise journée lors de l'étape menant au Pla d'Adet ne le fasse passer de la seizième à la 22e place du classement général, qu'il conserve jusqu'à la fin de la course[17]. Geraint Thomas remporte avec le pays de Galles la course en ligne des Jeux du Commonwealth de Glasgow, quelques jours après avoir pris la médaille de bronze du contre-la-montre. Sur les 139 coureurs au départ, seulement douze ont terminé la course en raison de fortes pluies[18]. Thomas s'est imposé avec une avance d'une minute et vingt-et-une secondes, malgré une crevaison dans les derniers kilomètres[19]. En août, il est cinquième de l'Eneco Tour. Avec ses coéquipiers de Sky, il est quatrième du championnat du monde du contre-la-montre par équipes. Initialement présélectionné en équipe de Grande-Bretagne pour le contre-la-montre et la course en ligne de ces championnats du monde[20], il est finalement retenu pour la course en ligne[21], qu'il ne termine pas.

En juillet de cette année, le contrat qui le lie à Sky est prolongé jusqu'à fin 2016[22].

2015 : Grand Prix E3

En mars 2015, il remporte en solo le Grand Prix E3 en se défaisant de ses compagnons d'échappée Zdeněk Štybar et Peter Sagan avec quatre kilomètres à parcourir[23]. En juillet, il participe au Tour de France : lors de la 16e étape, il est heurté par Warren Barguil et tombe dans un ravin, sans gravité[24]. Il termine à la quinzième place.

Thomas est sélectionné pour la course en ligne des championnats du monde de Richmond et est l'un des deux chefs de file de la sélection britannique avec Mark Cavendish[25]. Au sortir du Tour d'Espagne qu'il termine à la 69e place, il annonce son forfait pour ces championnats pour cause de fatigue et met un terme à sa saison[26].

2016 : vainqueur de Paris-Nice

Geraint Thomas, vainqueur de Paris-Nice 2016.

En 2016, Geraint Thomas se concentre pour la première fois sur les courses par étapes, afin de s'y tester comme leader et avec l'objectif d'être au mieux de sa forme au Tour de France, tant pour aider Christopher Froome que pour tenter d'y obtenir un résultat personnel[27].

Après avoir commencé sa saison au Tour Down Under en janvier, il dispute en février le Tour de l'Algarve. Deuxième d'étape à l'Alto da Foia et troisième le lendemain en contre-la-montre, il s'impose au classement général à l'issue de la dernière étape, aux dépens de Tony Martin. Le mois suivant, il remporte Paris-Nice. Il prend la tête du classement général à l'issue de la sixième étape à la Madone d'Utelle, où il est deuxième derrière Ilnur Zakarin. Il la conserve après la dernière étape le lendemain, avec quatre secondes d'avance sur Alberto Contador. Il participe ensuite à Milan-San Remo, au Tour de Catalogne, qu'il ne termine pas afin de se préparer pour le Tour des Flandres, sa seule classique pavée de la saison[27],[28]. Il en prend la douzième place. En mai 2016, il prolonge son contrat avec son équipe Sky, jusqu'à la fin d'année 2018[29].

En juin, il est leader de l'équipe au Tour de Suisse, avec l'objectif de s'y imposer après avoir terminé deuxième en 2015[30]. Troisième du classement général après cinq étapes, il recule durant les jours suivant et occupe la huitième place avant la dernière étape. Il prend froid durant ce dernier jour, perd onze minutes et finit dix-septième[31].

Après ce Tour de Suisse décevant, il revoit ses ambitions et prend le départ du Tour de France dans le seul but d'aider Christopher Froome[32]. Une chute lors de la première étape lui cause des douleurs aux côtes durant les jours suivants[33]. Comme en 2015, il termine quinzième du classement général, remporté par Froome.

Aux Jeux olympiques de Rio, il représente la Grande-Bretagne dans les deux épreuves sur route. Lors de la course en ligne, il chute dans la dernière partie du parcours et termine onzième de l'épreuve[34]. Quatre jours plus tard, il est neuvième du contre-la-montre. En fin de saison, il participe aux championnats du monde sur route où il est quatrième du contre-la-montre par équipe avec Sky.

2017 : maillot jaune sur le Tour de France

Geraint Thomas fait du Tour d'Italie son principal objectif de la saison et, dans cette optique, renonce à prendre part aux classiques[35],[36].

Après une reprise en janvier au Tour Down Under, Geraint Thomas ne défend pas son titre sur Paris-Nice, où Sergio Henao défend les couleurs de Sky. Il dispute Tirreno-Adriatico, où ses chances de victoires finales disparaissent dès la première étape : lors de ce contre-la-montre par équipe, trois coureurs de Sky cassent une roue, dont Gianni Moscon qui chute. Malgré une victoire d'étape le lendemain et des places d'honneur les jours suivants, notamment à Terminillo où il est deuxième derrière Nairo Quintana, il ne peut rattraper la centaine de secondes perdues le premier jour et termine cinquième du classement général[37],[35]. Il enchaîne avec le Tour de Catalogne où il est à nouveau leader de Sky. Troisième du classement général après trois étapes, il s'effondre les jours suivants et termine à une décevante 34e place[38],[39]. Après un stage en altitude, le Tour des Alpes, en avril, est son dernier test avant le Giro[39]. En gagnant la troisième étape devant son coéquipier Mikel Landa, il prend la tête du classement général[40]. Il la conserve les deux jours suivant et remporte la course.

Deux semaines plus tard, il est au départ du Giro, co-leader de l'équipe Sky avec Mikel Landa. Lors de la neuvième étape, il est victime d'une chute collective provoquée par une moto mal garée. Souffrant de l'épaule et du genou, il parvient néanmoins à prendre le lendemain la deuxième place du contre-la-montre derrière Tom Dumoulin. Il doit cependant abandonner à l'issue de la douzième étape[41],[42].

Le 1er juillet, il gagne à Düsseldorf la première étape du Tour de France, lors d'un contre-la-montre de 14 km. Il garde son maillot jaune pendant quatre jours, avant de le céder à son coéquipier Christopher Froome. Ayant chuté dans la descente du col de la Biche, il doit abandonner[43] au cours de la 9e étape alors qu'il occupe la deuxième place du classement général.

Au cours de la saison, Geraint Thomas est approché par plusieurs équipes souhaitant s'attacher ses services. Il décide néanmoins de rester chez Sky en 2018[44].

En septembre, il participe au Tour de Grande-Bretagne pour la première fois depuis 2011[45] et en prend la troisième place, puis termine sa saison aux championnats du monde à Bergen, où il obtient la médaille de bronze du contre-la-montre par équipe avec Sky.

2018 : vainqueur du Dauphiné et du Tour de France

Geraint Thomas, vêtu du maillot jaune durant le Tour de France 2018.

Durant l'hiver, Christopher Froome, voit sa saison menacée d'une suspension après avoir subi sur la Vuelta un contrôle antidopage au résultat anormal. Dans ce contexte, Geraint Thomas fait part de son ambition personnelle en vue du Tour de France[46],[47],[48].

Il commence sa saison au Tour de l'Algarve. Vainqueur du contre-la-montre, il occupe la tête du classement général pendant deux jours et prend finalement la deuxième place derrière son coéquipier Michał Kwiatkowski. Il dispute ensuite Tirreno-Adriatico, également remporté par Kwiatkowski et dont il prend la troisième place.

En juin, Geraint Thomas gagne le critérium du Dauphiné et il déclare : « C'est la plus belle victoire de ma carrière ! »[49]. À l'approche du Tour de France, alors que la présence de Christopher Froome reste incertaine, il est considéré comme un possible « plan B » pour Sky[50],[51]. Blanchi par l'UCI, Froome est finalement au départ de la « grande boucle » et leader désigné de la Sky.

Durant la première semaine du Tour de France, Geraint Thomas est le seul des favoris à ne pas perdre de temps. Il occupe ainsi la deuxième place du classement général derrière Greg Van Avermaet à partir de la sixième étape, tandis que Froome est retardé par une chute dès le premier jour[52]. Dans les Alpes, il gagne la onzième étape en attaquant à cinq kilomètres de l'arrivée à La Rosière, et il endosse le maillot jaune, avec 1 minute 25 secondes d'avance sur son équipier Christopher Froome. Le lendemain, il consolide son avance en gagnant à l'Alpe d'Huez et il est hué sur le podium protocolaire[53]. Il compte alors min 39 s d'avance sur Froome et min 50 s sur Tom Dumoulin, et la hiérarchie au sein de l'équipe Sky, entre Thomas maillot jaune et Froome leader au départ, est désormais incertaine[54],[55]. Dans les Pyrénées, Geraint Thomas s'affirme en leader et assure sa première place, notamment lors de la courte étape entre Bagnères-de-Luchon et Saint-Lary-Soulan. Il y résiste aux attaques de Tom Dumoulin et Primož Roglič, leur reprenant même quelques secondes, tandis que Froome, incapable de suivre en fin d'étape, perd une minute. Lors du contre-la-montre disputé la veille de l'arrivée, il ne concède que quatorze secondes à son dauphin Dumoulin, champion du monde de la spécialité[52],[56]. Il gagne ainsi le Tour, devant Tom Dumoulin et Christopher Froome. En septembre, il prolonge de trois ans son contrat avec l'équipe Sky[57].

Palmarès, résultats et distinctions

Palmarès sur piste

Jeux olympiques

Championnats du monde

Championnats du monde juniors

  • 2004
    • Jersey rainbow.svg Champion du monde du scratch juniors

Coupe du monde

Championnats d'Europe

Juniors et Espoirs
Élites

Jeux du Commonwealth

Championnats de Grande-Bretagne

Records

Geraint Thomas a battu cinq fois le record du monde de poursuite par équipes avec l'équipe de Grande-Bretagne et détient le record actuel. Lors des championnats du monde de 2008 à Manchester, il réalise avec Edward Clancy, Bradley Wiggins et Paul Manning le temps de 3 minutes 56 secondes 322 et bat le record détenu depuis les Jeux olympiques de 2004 par les Australiens Luke Roberts, Bradley McGee, Brett Lancaster et Graeme Brown. Lors des Jeux olympiques de 2008, ils battent à deux reprises leur record, en 3 minutes 55 secondes 202 puis 3 minutes 53 secondes 314. Ce record tient quatre ans. Il est de nouveau battu par l'équipe britannique, formée par Geraint Thomas, Steven Burke, Peter Kennaugh et Edward Clancy lors des championnats du monde de 2012, en 3 minutes 53 secondes 295[5]. Le meilleur temps réalisé lors des Jeux de 2008 reste le record olympique jusqu'aux Jeux olympiques de 2012 où l'équipe britannique, avec les mêmes coureurs, bat le record du monde et record olympique en 3 minutes 51 secondes 659[58].

Palmarès sur route et classements mondiaux

Palmarès par année

Geraint Thomas sur le podium après sa victoire dans le prologue du Tour de Romandie 2012.
Podium de l'édition 2015 du Grand Prix E3 : Zdeněk Štybar (2e), Geraint Thomas (1er) et Matteo Trentin (3e).

Résultats sur les grands tours

Tour de France

9 participations

Tour d'Italie

3 participations

Tour d'Espagne

1 participation

Classements mondiaux

Année 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
Calendrier mondial UCI 144e[59]
UCI World Tour 155e[60] 120e[61] 43e[62] 31e[63] 14e[64] 37e[65] 67e[66]
UCI Europe Tour 427e[67] 314e[68] 101e[69]

Distinctions

Notes et références

  1. a, b, c et d (en) « No doubting Thomas », sur cyclingnews.com, (consulté le 27 janvier 2013)
  2. « Thomas takes Gold for Great Britain », sur cyclingnews.com, (consulté le 27 janvier 2013)
  3. a et b (en) « bbc.co.uk », sur Geraint Thomas MBE, cyclist (consulté le 27 janvier 2013)
  4. (en) « Haynes comes home for victory », sur cyclingnews.com, (consulté le 27 janvier 2013)
  5. a et b « Historique des records hommes élite » [PDF], sur uci.ch (consulté le 22 juin 2015)
  6. (en) « Great Britain smash World record and throw down Beijing gauntlet », sur cyclingnews.com, (consulté le 28 janvier 2013)
  7. (en) « Thomas & Cavendish fight for spot », sur bbc.co.uk, (consulté le 27 janvier 2013)
  8. (en) « Geraint Thomas pulls out of Commonwealth Games in Delhi », sur bbc.co.uk, (consulté le 27 janvier 2013)
  9. a et b (en) « Geraint Thomas scoops BOA award », sur cyclingnews.com, (consulté le 28 janvier 2013)
  10. (en) « Thomas: Olympics are a once in a lifetime opportunity », sur cyclingnews.com, (consulté le 28 janvier 2013)
  11. (en) « Geraint Thomas not flustered by Sutton comments », sur cyclingnews.com, (consulté le 28 janvier 2013)
  12. (en) « Geraint Thomas ready to emulate Bradley Wiggins at the Tour de France », sur cyclingnews.com, (consulté le 23 janvier 2013)
  13. (en) Peter Cossins, « Thomas vows to keep on fighting in Tour de France », sur cyclingnews.com,
  14. (en) « Thomas out of Paris-Nice after crash », sur cyclingnews.com,
  15. (en) « Thomas frustrated with performance at Tour of Flanders », sur cyclingnews.com,
  16. (en) « Rest for Thomas after Amstel Gold Race crash », sur cyclingnews.com,
  17. (en) « Thomas: Tour de France has been good for my morale », sur cyclingnews.com,
  18. Geraint Thomas, l'or au bout de l'effort sur lequipe.fr
  19. (en) Thomas wins gold for Wales in Commonwealth Games road race sur cyclingnews.com
  20. (en) « Froome, Wiggins and Millar make British Cycling long list for Worlds », sur cyclingnews.com,
  21. « Championnats du monde : David Millar capitaine des Britanniques pour sa dernière course », sur lequipe.fr, L'Équipe,
  22. (en) « Thomas to continue with Team Sky for two more years », sur cyclingnews.com,
  23. « Thomas solos away from Stybar to win E3 Harelbeke », Cyclingnews.com, Future plc,‎ (lire en ligne)
  24. « Geraint Thomas : "Quelqu'un m'a sorti du ravin. Certains Français nous aiment bien !" », Eurosport,‎ (lire en ligne)
  25. (en) « Cavendish and Thomas head up Great Britain in Worlds », sur cyclingnews.com,
  26. (en) « Geraint Thomas to skip World Championships citing fatigue », sur cyclingnews.com,
  27. a et b (en) « Geraint Thomas: I want to 'go full gas' in the Tour de France », sur cyclingnews.com, (consulté le 1er janvier 2018)
  28. (en) « Thomas following a dream at Tour of Flanders », sur cyclingnews.com, (consulté le 1er janvier 2018)
  29. « Geraint Thomas signs two-year contract extension with Team Sky », sur Mail Online (consulté le 24 août 2016)
  30. (en) « Thomas ready to go 'full gas' to win the Tour de Suisse », sur cyclingnews.com, (consulté le 1er janvier 2018)
  31. (en) « Thomas drops out of top-ten after bad day in Tour de Suisse », sur cyclingnews.com, (consulté le 1er janvier 2018)
  32. (en) « Thomas sacrifices Tour de France GC ambitions for Froome », sur cyclingnews.com, (consulté le 1er janvier 2018)
  33. (en) « Tour de France: 'Tough guy' Thomas ploughs on despite rib injury », sur cyclingnews.com, (consulté le 1er janvier 2018)
  34. « L'actu du 7 août », sur velo101.com, (consulté le 7 août 2016)
  35. a et b (en) « Thomas and Sky left with little to show for their aggression at Tirreno-Adriatico », sur cyclingnews.com, (consulté le 30 juillet 2018)
  36. (en) « Geraint Thomas: I need to keep committed to the Giro d'Italia », sur cyclingnews.com, (consulté le 1er août 2018)
  37. (en) « Wheel failures decimate Team Sky's Tirreno-Adriatico ambitions », sur cyclingnews.com, (consulté le 30 juillet 2018)
  38. (en) « Geraint Thomas leading Team Sky in Volta a Catalunya », sur cyclingnews.com, (consulté le 30 juillet 2018)
  39. a et b (en) « Geraint Thomas: Catalunya kicking gave me the reality check I needed for the Giro », sur cyclingnews.com, (consulté le 1er août 2018)
  40. (en) « Geraint Thomas puts Giro d'Italia rivals on the limit at Tour of the Alps », sur cyclingnews.com, (consulté le 1er août 2018)
  41. Xavier Colombani, « Geraint Thomas abandonne avant la treizième étape », L'Équipe,‎ (lire en ligne)
  42. (en) « Thomas abandons the Giro d'Italia », sur cyclingnews.com, (consulté le 1er août 2018)
  43. « Geraint Thomas abandonne après une chute », L'Équipe,‎ (lire en ligne)
  44. (en) « Thomas extends with Team Sky, hints at possibly leaving in 2019 », sur cyclingnews.com, (consulté le 30 juillet 2018)
  45. (en) « Geraint Thomas: It has been my best and worst season in the same year », sur cyclingnews.com, (consulté le 30 juillet 2018)
  46. (en) « Froome's Giro-Tour double: What now for Geraint Thomas? », sur cyclingnews.com, (consulté le 30 juillet 2018)
  47. (en) « Geraint Thomas: I believe Chris Froome but I'm racing my own Tour de France », sur cyclingnews.com, (consulté le 30 juillet 2018)
  48. (en) « Geraint Thomas: I'm preparing for the Tour de France as if I'm the leader », sur cyclingnews.com, (consulté le 30 juillet 2018)
  49. Avec AFP, « Geraint Thomas : «La plus belle victoire de ma carrière», sur le Dauphiné », L'Équipe,‎ (lire en ligne)
  50. Pierre Carrey, « Dauphiné : Geraint Thomas s'impose, Tao Geoghegan Hart en embuscade pour le Tour 2022 », sur liberation.fr, (consulté le 30 juillet 2018)
  51. « Geraint Thomas, le plan B de la Sky », sur dhnet.be, (consulté le 30 juillet 2018)
  52. a et b « Where and how Geraint Thomas won the Tour de France », sur cyclingnews.com, (consulté le 31 juillet 2018)
  53. « VIDÉO - Tour de France : le Maillot jaune Geraint Thomas hué sur le podium », Europe 1,‎ (lire en ligne)
  54. Clément Guillou, « Tour de France : chez Sky, c’est maintenant qu’il faut trahir », sur lemonde.fr, (consulté le 31 juillet 2018)
  55. Henri Seckel, « Tour de France 2018 : l’Alpe tape sur Froome, Thomas frappe à l’Alpe », sur lemonde.fr, (consulté le 31 juillet 2018)
  56. « Tour de France: trois semaines chaotiques pour Chris Froome », sur liberation.fr, (consulté le 31 juillet 2018)
  57. Geraint Thomas prolonge de trois ans avec la Sky
  58. « JO/Piste: les héritiers de Wiggins poursuivent la récolte de l'or », sur Le Point, (consulté le 28 juillet 2018).
  59. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2010 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  60. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2011 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  61. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2012 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  62. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2013 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  63. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2014 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  64. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2015 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  65. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2016 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  66. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2017 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 29 octobre 2017)
  67. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2009 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  68. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2016 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  69. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2017 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 29 octobre 2017)

Liens externes

  • (en) Site officiel
  • Ressources relatives au sport : CycleBase • Cycling Quotient • Fédération des Jeux du Commonwealth • LesSports.info • Mémoire du cyclisme • ProCyclingStats • Site du Cyclisme • Sports Reference • Team GB