Georges Prêtre

Georges Prêtre
Naissance
Waziers (Nord)
Décès (à 92 ans)
Navès (Tarn)
Lieux de résidence Navès
Activité principale chef d'orchestre
Style Classique
Activités annexes trompettiste
Collaborations Maria Callas
Formation Conservatoire de Paris
Maîtres Maurice Duruflé
Conjoint Suzanne Lefort
Gina Marny
Distinctions honorifiques Grand officier de la Légion d'honneur (2009)

Répertoire

Georges Prêtre est un chef d'orchestre français né le à Waziers (Nord) et mort le à Navès (Tarn)[1].

Biographie

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Famille et formation

Né d'un père bottier, Georges Prêtre découvre sa passion pour la musique à sept ans et demi.

Il étudie le piano au conservatoire de Douai puis intègre le Conservatoire de Paris en 1944 où il remporte un premier prix de trompette, il étudie l'harmonie avec Maurice Duruflé. À 19 ans, il se découvre une passion pour la direction d'orchestre et se rapproche du grand chef d'orchestre André Cluytens. Un autre de ses maîtres sera Olivier Messiaen[2].

Il a été brièvement marié à la mezzo-soprano Suzanne Lefort du 21 juin 1947 au 6 décembre 1949[3], avant d'épouser le 20 avril 1950[4] la soprano Gina Marny, fille du directeur de l'opéra municipal de Marseille, Jean Marny[5]. Le couple a eu deux enfants, Isabelle et Jean-Reynald (mort en 2012).

Carrière

Il fait ses débuts en 1946 à l'opéra de Marseille, puis dirige à Lille en 1948 avant d'être engagé au Capitole de Toulouse de 1951 à 1955. Il entre en 1956 à l'Opéra-Comique, où il crée notamment La Voix humaine de Francis Poulenc en 1959, puis à l'Opéra Garnier où il demeure jusqu'en 1963.

Sa carrière internationale débute en 1962 quand il devient chef associé de l'orchestre philharmonique royal de Londres. En 1970, il est directeur musical de l'Opéra de Paris avant de démissionner l'année suivante. En 1986, il est nommé premier chef invité de l'Orchestre symphonique de Vienne.

Chef d'orchestre préféré de Francis Poulenc et de Maria Callas, il dirige les derniers concerts de la diva à Paris et Londres.

En 1988, il crée la Symphonie no 4 de Marcel Landowski.

Le , il dirige la soirée inaugurale de l'Opéra Bastille en présence du président de la République François Mitterrand.

Au cours de sa carrière, il dirige la plupart des grands orchestres internationaux, de l'orchestre de La Scala de Milan à celui de la Société des concerts du Conservatoire avec lequel il enregistre le Concerto pour piano de Francis Poulenc. Chef éclectique, il dirige aussi à Vienne, en 1962, L'Opéra d'Aran de Gilbert Bécaud.

Georges Prêtre dirigea de très nombreuses fois la soprano française Mady Mesplé.

En 1994, il dirige à Turin le premier concert du nouvel orchestre symphonique national de la RAI aux côtés de Giuseppe Sinopoli.

Georges Prêtre a dirigé deux concerts à Douai, sa région natale : l’un en juin 1988 avec le Wiener Symphoniker (Une vie de héros de Richard Strauss et la Symphonie no 1 de Johannes Brahms), l’autre en février 1996, avec l’Orchestre national de Lille (Danses hongroises de Brahms, La Mer de Claude Debussy, suite de valses du Rosenkavalier de Strauss et La Valse de Maurice Ravel)[6].

Il est choisi par les musiciens de l'Orchestre philharmonique de Vienne pour diriger les concerts du nouvel an 2008 et 2010, étant le premier chef français à la tête de cet orchestre depuis 50 ans. Il a également dirigé le concert du nouvel an de La Fenice à Venise le . Il dirige encore l'orchestre philharmonique de Vienne en 2013 au Théâtre des Champs-Élysées de Paris.

La Société philharmonique de Vienne annonce sa mort le [7].

Décoration et distinctions

Hommages

  • La salle municipale du village de Navès, village où il résidait et où il est inhumé, porte son nom.
  • Un centre culturel, qu'il inaugure le , porte son nom à Waziers, sa ville natale.

Créations

Sous sa direction (il n'utilisait pas de baguette) ont été créées plusieurs œuvres lyriques :

Notes

  1. « Mort du chef d’orchestre français Georges Prêtre, qui a dirigé la plupart des grandes formations internationales », sur lemonde.fr, 4 janvier 2017.
  2. Par AFP, « A 91 ans, le chef d'orchestre Georges Prêtre reste au pupitre », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne).
  3. « Moïse Dupuis, Suzanne Lefort, artistes mais discrets », Le Lensois normand tome 3, 30 mai 2013.
  4. Carnet du jour, Le Figaro du 19-20 avril 2014, p. 11 (70 ans de mariage).
  5. Georges et Isabelle Prêtre, La Symphonie d'une vie, coll. « Essais et entretiens », Écriture, 2013.
  6. Source : Véronique Gilles de l’Hippodrome – scène nationale de Douai[réf. nécessaire]..
  7. « Le célèbre chef d'orchestre français Georges Prêtre avait 92 ans », Le Dauphiné,‎ (lire en ligne).
  8. Le Point, magazine, « Décès du grand chef d'orchestre français Georges Prêtre », Le Point,‎ (lire en ligne).
  9. Grande Ufficiale Ordine al Merito della Repubblica Italiana Maestro Georges Prêtre.
  10. Wiener Symphoniker, « Wiener Symphoniker > Orchestra > Conductors > Georges Prêtre », sur www.wienersymphoniker.at (consulté le 9 janvier 2017)
  11. 88 notes pour piano solo, Jean-Pierre Thiollet, Neva Éditions, 2015, p. 206 (ISBN 978 2 3505 5192 0).

Liens externes

  • Notices d'autorité : Fichier d'autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Bibliothèque nationale d'Espagne • WorldCat