Georges Emmanuel Beuret

Georges Emmanuel Beuret
Georges Emmanuel Beuret

Naissance
Larivière (Territoire de Belfort)
Décès (à 56 ans)
Michelbach-le-Haut (Haut-Rhin)
Origine Drapeau de la France France
Allégeance première République française
premier Empire français
Royaume de France (Restauration)
Arme Infanterie
Grade Général de brigade
Distinctions Vicomte
Baron de l'Empire
Commandeur de la Légion d'honneur
Famille père de Eugène Georges Jacques Beuret
oncle du général Georges Beuret, mort au combat à la bataille de Montebello (1859)

Georges Emmanuel Beuret, né le à Larivière, mort le à Michelbach-le-Haut (Haut-Rhin), est un général français de la Révolution et de l’Empire.

Biographie

  • Son père est George Beuret et sa mère Agathe née Bailly.
  • Il prend part à plusieurs campagnes dans l'armée du Nord et dans l'armée du Rhin puis au Portugal et en Espagne.
  • Il réside à Michelbach-le-Haut (Haut-Rhin) où il a acquis le Prieuré Saint-Apollinaire[1]. Un monument, reste de sa tombe, y rappelle sa mémoire sur la place de l'église.
  • Il épouse le 9 mai 1808 Joséphine Sophie Pauline Cellérier de qui il a déjà deux fils. Par manque d'informations sur le premier des fils né vers 1803, on suppose qu'il est décédé en bas âge. Le second fils, Eugène Georges Jacques, est quant à lui né le 15 juillet 1806 à Paris.
  • Il est blessé lors de la bataille de Sabugal le 3 avril 1811.
  • Il meurt subitement le au prieuré Saint-Apollinaire. Une légende raconte qu'il aurait été empoisonné par sa femme.

État de service

Décorations, titres et honneurs

Armoiries

Figure Blasonnement
Ornements extérieurs Barons de l'Empire français.svg
Blason famille fr Georges Emmanuel Beuret (baron).svg
Armes du baron Georges Emmanuel Beuret et de l'Empire

D'azur à un dextrochère d'or tenant une épée d'argent, accostée de deux molettes du second ; au canton des barons militaires brochant.

Notes et références

  1. « Notice Beuret - Beurray - Bouret - Burray », sur le site du Centre départemental d’histoire des familles, consulté le 13 février 2016.

Liens externes