Geek rock

Geek rock
Origines stylistiques Rock alternatif
Origines culturelles Fin des années 1990 ; États-Unis
Instruments typiques Guitare électrique, instruments de musique électronique, instruments inhabituels
Voir aussi Nerdcore, Nintendocore

Genres dérivés

Wizard rock

Le geek rock (nerd rock ou dork rock[1]) est un sous-genre musical dérivé du rock alternatif et un genre similaire au nerdcore qui, lui, est dérivé du hip-hop. Il se caractérise par l'usage d'instruments de musique électronique et d'instruments inhabituels comparés à ceux utilisés dans la musique rock ; des références à la culture geek et aux intérêts souvent banals ; avec un soupçon d'humour.

Caractéristiques

Le geek rock se caractérise par l'usage significatif d'instruments de musique électronique et autres instruments moins typiques comme l'accordéon et le ukulélé[2]. Dans les paroles, le genre se centre sur les thèmes habituels de la culture geek (comme la science-fiction, les comics et les jeux vidéo), les études, la technologie, et autres sujets connexes. Kyle Stevens des Kirby Krackle explique s'en servir pour leurs centres d'intérêts dans une entrevue effectuée en 2013 : « Pour nous maintenant, ce que l'on considère de rock 'nerd' ou 'geek' c'est ce qui caractérise nos passions ; ça peut parler de sujets traditionnellement geek, ou ça peut être une chanson qui explique à quel point on aime les tacos. En gros, ce sont des déclarations d'amour pour les choses auxquelles on est vraiment attachés[3]. » L'ironie, l'autodérision et l'humour sont des éléments majeurs du genre[1]. Tandis que la musique rock semble s'inspirer de ce qu'est ou ce que souhaite incarner son public masculin moyen, le geek rock se concentre sur des sujets banals et communs auquel son public, lui, peut facilement s'identifier[4].

Histoire

The Doubleclicks, Aubrey et Angela Webber, sur scène au JoCo Cruise Crazy 3.

Le premier groupe à s'autoproclamer « geek rock » semblerait être Nerf Herder[5]. Le succès de l'album Flood de They Might Be Giants, publié en 1990, popularise la culture geek et le geek rock auprès d'un public moins restreint[5]. Billboard décrit They Might Be Giants comme « les rois du Nerd-Rock[6]. » D'une manière similaire, Weird Al Yankovic sont considérés comme les rois du nerd rock[7].

La catégorie de « proto-geek rock » regroupait des musiciens similaires avant que le terme ne soit utilisé et ceux ayant adopté la culture geek mais qui n'en faisaient eux-mêmes pas partie[5]. Alex DiBlasi considère Frank Zappa comme le rockeur geek archétype et le précurseur du geek rock[4]. Le terme « nerd rock » était auparavant utilisé dans un sketch de la série comique américaine Saturday Night Live, nommé par Anne Beatts après l'apparition de son invité Elvis Costello. Elle sort cette petite phrase : « c'est pas du punk rock ; c'est du nerd rock. » Ce sketch est le premier de la série The Nerds qui suit les mêmes personnages « nerd »[8],[9].

Formes dérivés

Certains sous-genres et formes dérivés du geek rock se centrent sur une partie bien spécifique de la culture geek et des fandoms, ou dessous-genres de la musique rock.

Nerd rock

Le nerd punk est un mélange de musique nerd et de punk rock. Il partage les caractéristiques du geek rock et inclut des groupes comme Thundering Asteroids! et 3d6.

Twi-rock

Le twi-rock (ou twirock) est lancé par des fans de la série Twilight avec des groupes comme Bella Cullen Project[5],[10]. Bien qu'initialement un succès, et rival du wizard rock, le genre twi-rock s'essouffle très vite[11],[12].

Time Lord rock

Le Time Lord rock (ou trock) est lancé par le groupe britannique Chameleon Circuit en 2008, s'inspirant directement du wizard rock[5],[1],[13],[14]. Le Time Lord rock est initialement dominé par les groupes britanniques et australiens, mais le genre parvient aux États-Unis avec des groupes comme Time Crash et la chanteuse Allegra Rosenberg[15],[16].

Wizard rock

Le wizard rock (ou wrock) est lancé par des fans américains de Harry Potter avec des groupes comme Harry and the Potters au début des années 2000[5]. Le sous-genre se popularise par la suite avec des centaines de groupes et établit son propre festival appelé Wrockstock.

Artistes représentatifs

Des groupes et artistes représentatifs du genre incluent notamment : 3d6, alt-J[17], Andrew W.K.[18], The Aquabats[18],[19], Barenaked Ladies[1], Ben Folds Five[1],[18], Chameleon Circuit[13], Jonathan Coulton[5], The Darkest of the Hillside Thickets, Dead Milkmen[1], The Decemberists, Daenerys and The Targaryens, Devo[5],[18], Thomas Dolby[18], The Doubleclicks[3],[5],[20], Dynamite Hack[1], Fortress of Attitude, Fountains of Wayne[1], The Four Eyes, The Franchise, Grandaddy, GWAR[18], H2Awesome!, Harry and the Potters[5], I Fight Dragons[21], Kirby Krackle[3],[7], Lemon Demon, Marc with a C, Minibosses, Moxy Früvous, Nada Surf, Nerf Herder[5], Ookla the Mok, Paul and Storm, The PDX Broadsides[22], Rush[23], Tenacious D[18], They Might Be Giants[1],[5],[6],[18], Thundering Asteroids![22], Time Crash[5], Weezer[1],[5],[18], Weird Al Yankovic[7], Wheatus[1], et The Young Knives.

Notes et références

  1. a b c d e f g h i j et k (en) Eric Weisbard, « Geek Love », SPIN,‎ , p. 158–162.
  2. (en) Marcel Danesi, Geeks, Goths, and Gangstas, Canadian Scholars’ Press, (ISBN 9781551303727), p. 96.
  3. a b et c  (en) Mike Selinker, « Geek Love: Kirby Krackle, The Doubleclicks, and the soul of nerd rock », Wired, (consulté le 8 mars 2015).
  4. a et b (en) Alex DiBlasi, Geek Rock: An Exploration of Music and Subculture, Rowman & Littlefield, (ISBN 9781442229761), « Frank Zappa: Godfather of Geek Rock ».
  5. a b c d e f g h i j k l m et n (en) Keidra Chaney, « The Evolution of Nerd Rock », Uncanny, no 2,‎ janvier-février 2015, p. 129–133 (lire en ligne).
  6. a et b (en) Jon Blistein, « They Might Be Giants Q&A », Billboard,‎ (lire en ligne).
  7. a b et c Mike Bell, « Weird Al Yankovic leads parade of geek music at Calgary’s Comic Expo », Calgary Herald,‎ , Not so with Weird Al Yankovic, the true, unabashed and remarkably enduring king of a now growing genre of nerd rock — a man who’s had a pretty remarkable 30-year career wearing his uncoolness on his accordion strap. (lire en ligne).
  8. (en) Benjamin Nugent, American Nerd, Simon and Schuster, , 61–62 p. (ISBN 9781416565512).
  9. (en) Doug Hill et Jeff Weingrad, Saturday Night, Untreed Reads, (ISBN 9781611872187).
  10. (en) Larry Carroll, « ‘Twilight’ Tribute Band The Bella Cullen Project: From ‘Sexy Vampire’ To Debut Album », MTV, (consulté le 23 mars 2015).
  11. Jennifer Vineyard, « ‘Harry Potter’ Vs. ‘Twilight’: Battle Of The ‘Bands About Books’ », MTV, (consulté le 23 mars 2015).
  12. (en) Bree McKenna, « The End for Twi-Rock? », The Stranger, (consulté le 23 mars 2015).
  13. a et b  (en) Neil Wilkes, « Introducing Trock: Songs about 'Doctor Who' », DigitalSpy.com (consulté le 15 mars 2015).
  14. (en) Anthony Harvison, « Chameleon Circuit review and interview » (consulté le 15 mars 2015).
  15. Megan Kirby, « Time Crash brings Time Lord rock across the pond », Chicago Reader,‎ (lire en ligne).
  16. (en) Christopher Borrelli, « Allegra Rosenberg is all plugged in, ready to Trock », Chicago Tribune, .
  17. (en) Molly Fosco, « Alt-J: Making Nerd Rock Sexy », The Huffington Post, (consulté le 15 mars 2015).
  18. a b c d e f g h et i  (en) Nick Freed et Christina Salgado, « The Greatest Nerd Rock Records of All Time », Consequence of Sound, (consulté le 15 mars 2015).
  19. (en) John Linn, « The Aquabats », Phoenix New Times, .
  20. (en) Joe Barron, « The Doubleclicks’ nerd rock in Ardmore Oct. 5 », Ticket Entertainment,‎ (lire en ligne).
  21. (en) Len Kendall, « Geek Rock: I Fight Dragons », Chicago Tech Report, (consulté le 15 mars 2015).
  22. a et b  (en) Marc Mohan, « The Doubleclicks kick off a busy 2015, including a pair of weekend Portland shows: The Week in Geek », Oregon Live, (consulté le 20 mars 2015).
  23. (en) Christopher J. McDonald, Rush, Rock Music, and the Middle Class, Indiana University Press, (ISBN 9780253004048), p. In questionnaires, several fans openly admit that Rush produces 'geek rock' with a significant constituency who might be described in such terms.