Gaule celtique

Carte de la Gaule selon Gustav Droysen[1] d'après le témoignage de Jules César. La Gaule celtique est en vert.

La Gaule celtique, appelée Celtica en Latin, est une des trois principales régions de la Gaule, selon le récit de Jules César dans son ouvrage intitulé Commentaires sur la Guerre des Gaules (58–51/50 av. J.-C.).

La Gaule celtique était habitée par les Celtes, également appelés Gaulois par les Romains en leur langue [2]. Le territoire correspond aujourd'hui à une grande partie de la France (de la Seine à la Garonne), la Suisse, le Luxembourg et l'Allemagne sur la rive ouest du Rhin [3]. Selon le témoignage de Jules César, les Aquitains et les Belges formaient des peuples distincts des Gaulois, bien que parlant une langue appartenant au groupe celtique.

Celtica constituait une des principales régions de l'Europe occidentale, à l'image de Germania et de Britannia.

Étymologie et nom

Selon les ethnographes romains et Jules César dans son récit Commentaires sur la Guerre des Gaules, la Gaule était composée de trois principales régions : la Gaule belgique (Belgica), la Gaule celtique (Celtica) et la Gaule aquitaine (Aquitania). Les habitants de la Gaule celtique se désignaient eux-mêmes comme Celtes dans leur propre langue, et furent ensuite appelés Gaulois par les Romains et Jules César :

Gallia est omnis divisa in partes tres, quarum unam incolunt Belgae, aliam Aquitani, tertiam qui ipsorum lingua Celtae, nostra Galli appellantur.

— Commentaires sur la Guerre des Gaules, Livre I-1[4], Jules César

« L’ensemble de la Gaule est divisé en trois parties : l’une est habitée par les Belges, l’autre par les Aquitains, la troisième par le peuple qui, dans sa langue se nomme Celtes, et dans la nôtre Gaulois. »

— Jules César

Une définition similaire est donnée par Pline l'Ancien :

Gallia omnis Comata uno nomine appellata in tria populorum genera dividitur, amnibus maxime distincta. a Scalde ad Sequanam Belgica, ab eo ad Garunnam Celtica eademque Lugdunensis, inde ad Pyrenaei montis excursum Aquitanica, Aremorica antea dicta. Universam oram[5].

— Histoire naturelle (4.17 / 4.31), Pline l'Ancien

« L'ensemble de la Gaule connue sous le nom général de Comata, est divisée en trois peuples, qui se distinguent les uns des autres par les rivières suivantes. Belgica de l'Escaut à la Seine, Celtica ou Lugdunensis de la Seine à la Garonne, et Aquitanica anciennement appelée Aremorica de la Garonne aux montagnes des Pyrénées. »

— Pline l'Ancien

La Gaule celtique fut redécoupée et renommée en Gaule lyonnaise (Gallia Lugdunensis en latin) en tant que province de l'Empire Romain, après la conquête de Jules César.


Carte de peuplement par les Celtes :
  •      Noyau originel de Hallstatt, au VIe siècle av. J.-C.
  •      Expansion celtique maximale, en 275 av. J.-C.
  •      Domaine lusitanien de l'Ibérie où la présence celtique est incertaine
  •      Zones où les langues celtiques restent largement parlées aujourd'hui
Le carnyx de Tintignac, un instrument de musique en forme de sanglier caractéristique de la civilisation celte de La Tène.

Historiographie

L'idée d'une Gaule unie regroupant les régions Celtica, Belgica et Aquitanica fut inventée au XIXe siècle par le nationalisme républicain français naissant, en contradiction avec les témoignages des écrivains antiques qui distinguaient en réalité différentes régions. Le terme de "Gaulois" (inventé par les Romains) fut alors utilisé à la place de "Celtes" (nom réellement utilisé par les autochtones eux-mêmes dans leur propre langue) car il permettait de créer l'illusion d'une nation française millénaire distincte des autres cultures européennes [2]. En réalité, les Celtes peuplaient non seulement le territoire de la France actuelle, mais également l'Europe centrale et les îles Britanniques, et partageaient des cultures similaires [3]. Des fouilles archéologiques ont permis par exemple de découvrir des torques et des carnyx – trait caractéristique de la civilisation celtique – aussi bien en France, qu'en Allemagne ou encore en Grand-Bretagne.

Des théories nationalistes identiques ont été développées au Royaume-Uni et en Allemagne, par la personnification de la nation dans les allégories antiques "Britannia" et "Germania" basées sur les noms géographiques latins (voir les articles correspondants : Britannia (allégorie) et Germania (allégorie)). La Suisse utilisera quant à elle la figure allégorique d'Helvetia en référence au peuple celte des Helvètes. Bien que le terme "Celtica" fut utilisé par les Romains pour désigner une grande partie du territoire de la France actuelle, les gouvernements français n'ont jamais utilisé la figure allégorique féminine correspondante, et ont préféré glorifier le personnage de Vercingétorix ou le Coq gaulois pour incarner la nation.

Notes et références

  1. Gustav Droysens Allgemeiner historischer Handatlas in 96 Karten mit erläuterndem Text Bielefeld [u.a.]: Velhagen & Klasing 1886, S. 16
  2. a et b Lucien Bély, Connaitre l'histoire de France, (ISBN 2877472647), p. 7 : Document utilisé pour la rédaction de l’article

    « La Gaule a précédé la France. Mais ce sont les Romains qui ont appelé Gaule ce territoire qu'ils étaient sur le point de conquérir et désigné comme les Gaulois ce peuple qu'ils voulaient soumettre après l'avoir redouté. Selon Jules César, ceux-ci se disaient eux-mêmes des Celtes. La Gaule, telle que les Romains la définirent, appartenait donc à un monde celtique beaucoup plus vaste qui s'étendait au nord des civilisations méditerranéennes. »

  3. a et b Lucien Bély, Connaitre l'histoire de France, (ISBN 2877472647), p. 12 : Document utilisé pour la rédaction de l’article

    « Le général romain [Jules César] considéra que le Rhin qu'il avait atteint servirait désormais de frontière entre ce qu'il appela la Gaule d'un côté, et la Germanie de l'autre : « César a donc créé la "nation gauloise". Il a imposé le nom de Gaule qui remonte à l'extrême fin de l'époque préromaine, avec sa limitation par le Rhin » (Karl-Ferdinand Werner). De l'autre côté du Rhin, il y avait encore des Celtes. Mais les Romains eurent avant tout, le souci de fortifier cette frontière le long du Rhin et du Danube, pour en faire le limes. Et dans cette Gaule qui fut parfois qualifiée de "chevelue" (comata) ou de "porteuse de braies" (braccata), César distingua, à côté des Belges, les Aquitains au sud de la Garonne (qui n'étaient pas celtes), et les Gaulois ou Celtes à proprement parler. »

  4. Commentarii de bello Gallico, Liber I sur Wikisource.
  5. Pline l'Ancien, « Naturalis Historia (4.17 / 4.31) »

Articles connexes