Gary Cooper

Gary Cooper
Description de cette image, également commentée ci-après

Gary Cooper en 1936.

Nom de naissance Frank James Cooper
Surnom Coop'
Naissance
Helena, Montana, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès (à 60 ans)
Los Angeles, Californie (États-Unis)
Profession Acteur
Films notables Cœurs brûlés
Les Trois Lanciers du Bengale
L'Extravagant Mr. Deeds
L'Homme de la rue
Sergent York
Le train sifflera trois fois
Site internet

(en) « Site officiel de Gary Cooper »

Gary Cooper signature.svg
Signature de Gary Cooper

Frank Cooper, dit Gary Cooper, est un acteur américain né le à Helena (Montana) et mort le à Beverly Hills (Californie).

Figure majeure du cinéma américain des années 1930-1950, Gary Cooper est pendant ces deux décennies un des plus grands champions du box-office aux États-Unis et dans le monde,. Ses films engrangent plus d'une centaine de nominations diverses et il est personnellement nommé à cinq reprises pour l'Oscar du meilleur acteur (il reçoit la statuette deux fois, en 1942 et 1953). En 1961, James Stewart accepte en son nom un Oscar d'honneur pour l'ensemble de sa carrière, et sa mort, la même année, sonne la fin de « l'âge d'or d'Hollywood ». En 1999, l'American Film Institute le désigne 11e plus grande star masculine de tous les temps.

Biographie

Enfance

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Né Frank James Cooper à Helena dans le Montana, de Charles Henry Cooper (juge à la cour suprême du Montana, d'origine britannique), et d'Alice Cooper, Gary Cooper passe son enfance à Dunstable au Royaume-Uni avec sa mère et son frère aîné Arthur Le Roy. Il fait ses études primaires à la Dunstable Grammar School entre 1910 et 1913.

Alors qu'il est âgé de treize ans, un accident de voiture l'oblige à prendre du repos. Il part rejoindre son père qui possède un ranch de bétail au Montana. C'est là qu'il apprend à monter à cheval. Il y rencontre également une voisine de dix ans destinée à devenir célèbre : Myrna Loy. Il obtient son diplôme de Grinnell College (Iowa) en 1922.

Hollywood

Gary Cooper et Marlene Dietrich dans Cœurs brûlés.

En 1923, Gary Cooper déménage à Los Angeles dans l'idée de gagner sa vie en travaillant comme dessinateur pour la publicité. Après trois mois d'insuccès, il commence à travailler comme figurant pour le cinéma, notamment grâce à son talent de cavalier. Un an plus tard, il obtient un premier rôle dans un court-métrage avec Eileen Sedgwick, ce qui lui vaut d'être pris sous contrat par la Paramount Pictures en 1926. Les Frank Cooper étant légion dans les couloirs d'Hollywood, il change alors son prénom pour Gary sur les conseils de son agent, Nan Collins, originaire de la ville de Gary, Indiana. Il tourne trois films d'affilée avec Clara Bow, la « garçonne » des années 1920, et vit avec elle son premier amour hollywoodien.

Cascadeur à Hollywood au début des années 1920, il gagne 5 dollars par jour de tournage. Gary Cooper signe un contrat avec la Paramount et devient rapidement une vedette grâce à ses interprétations dans Les Ailes de William A. Wellman, Cœurs brûlés de Joseph von Sternberg et L'Adieu aux armes de Frank Borzage. 1926, En 1928, il signe un contrat avec Samuel Goldwyn Productions pour cinquante dollars par semaine. En 1928, il gagne 2 750 dollars par film. C'est son premier film parlant, The Virginian, en 1929, qui fait de lui une star ; c'est aussi l'année de sa liaison avec l'actrice Lupe Vélez. L'année suivante, Cœurs brûlés avec Marlène Dietrich confirme ce statut. Il tourne sans cesse avec les plus grands, passant des rôles d'aventurier (L'Adieu aux armes, Les Trois Lanciers du Bengale) à ceux de jeunes premiers romantiques et naïfs (Sérénade à trois, Peter Ibbetson). En 1932 son salaire passe à 4000 dollars par semaine. C'est en 1936 que se construit véritablement son personnage d'américain au grand cœur, avec L'Extravagant Mr. Deeds de Frank Capra. Son interprétation lui vaut sa première nomination aux oscars.

Gary Cooper et Eleanor Roosevelt, le à New York.

En 1939, il est le premier choix de David O. Selznick pour interpréter le rôle de Rhett Butler dans Autant en emporte le vent[4]. Il aurait dit en refusant le rôle : « Ce film sera le plus gros flop de l'histoire du cinéma. Je suis content que ce soit Clark Gable qui se prenne une gamelle et pas moi »[5],[6]. En 1940, il fait la connaissance d'Ernest Hemingway ; les deux hommes entament une amitié qui durera jusqu'à la mort[7]. Voici comment Hemingway décrit Gary Cooper à son éditeur Maxwell Perkins : « Coop est un homme bien ; aussi honnête, droit, aimable et intègre qu'il le paraît. Si on inventait un personnage comme Coop, personne n'y croirait. Il est juste trop bien pour être vrai ».

Il s'impose au milieu des années 1930 comme une vedette internationale avec des films d'aventures comme Les Trois Lanciers du Bengale ou Beau Geste et des westerns, mais aussi dans les comédies dramatiques de Frank Capra, L'Extravagant Mr. Deeds et L'Homme de la rue. En 1939, l’acteur était le plus gros salaire du pays, salaire évalué à 482.819 dollars (8 millions de 2017). Avec sa haute taille et son jeu sobre, il incarne à l'écran des héros de l'Amérique des années 1940 : le Sergent York, le joueur de baseball Lou Gehrig (dans Vainqueur du destin), le docteur Wassell ou encore Robert Jordan dans l'adaptation au cinéma de Pour qui sonne le glas. Acteur de western, Gary Cooper obtient son plus grand triomphe en 1952 en incarnant le courageux shérif du Train sifflera trois fois. Il termine sa carrière avec des succès comme Vera Cruz ou La Loi du Seigneur (Palme d'or à Cannes en 1957). Si son physique est adapté à des rôles de héros de films d'action, il montre également son talent dans le registre comique, notamment chez Ernst Lubitsch qui l'emploie dans Sérénade à trois, La Huitième Femme de Barbe-Bleue, et dans le registre dramatique pour Frank Capra, King Vidor (Le Rebelle) ou Otto Preminger (Condamné au silence). Séducteur à la ville comme à l'écran, il est marié à la même femme de 1933 à sa mort mais connait de nombreuses relations extra-conjugales, parfois avec ses partenaires, comme l'actrice Patricia Neal.

Alfred Hitchcock lui propose les rôles principaux de Correspondant 17 (1940) et Cinquième Colonne (1942) qu'il refuse également. Il admettra plus tard avoir fait une erreur. En 1941, il remporte son premier oscar pour Sergent York. En 1952, il en obtient un second pour le rôle du Marshal Will Kane dans Le train sifflera trois fois, considéré par beaucoup comme son meilleur rôle.

Comme plusieurs stars d'Hollywood de sa génération, il s'engage politiquement aux côtés des républicains. Membre de la Motion Picture Alliance for the Preservation of American Ideals , organisation qui souhaite s'opposer à toute influence fasciste ou communiste à l'intérieur de Hollywood, son rôle lors des investigations de la commission des activités anti-américaines est toutefois bien faible. En 1947, il est interrogé par la commission, mais, bien qu'avouant ressentir une certaine influence communiste à Hollywood, il ne livre aucun nom[8]. Le président de la commission lui ayant présenté un document attestant de son engagement communiste, il lui confirme que le document est un faux[9]. En 1959, il devient catholique sous l'influence de son épouse. L'annonce de sa conversion est réalisée par Radio Vatican[10].

Décès

Il meurt le 13 mai 1961, soit six jours après son soixantième anniversaire, des suites d'un cancer de la prostate[11].

Ses obsèques ont lieu à l'église du Bon Pasteur, à Beverly Hills. Seuls les membres de sa famille et ses amis intimes assistent à l'inhumation dans le cimetière de Holy Cross. Des années plus tard, en mai 1974, sa dépouille est déplacée par sa femme qui s'était remariée et déménageait vers New York. Sa tombe est désormais située au Sacred Heart Cemetery, à Southampton, Long Island[12],[13]. Sa veuve, Veronica « Rocky » Cooper-Converse, est enterrée à ses côtés en 2000.

Filmographie

Article détaillé : Filmographie de Gary Cooper.

Distinctions

Récompenses

Nominations

Voir aussi

Bibliographie

  • Notices d'autorité : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Bibliothèque nationale de la Diète • Bibliothèque nationale d’Espagne • Bibliothèque royale des Pays-Bas • Bibliothèque universitaire de Pologne • Bibliothèque nationale de Catalogne • Bibliothèque nationale d’Australie • WorldCat
  • Josette Ortega, Gary Cooper, Paris, PAC, 1984
  • Gary Cooper (Charles Ford) - Paris : J.-J. Pauvert, [S.d.]
  • Gary Cooper (Homer Dickens) - Paris : H. Veyrier, 1975
  • Gary Cooper (Larry Swindell) - Paris : O. Orban, 1980
  • Gary Cooper : Le Cavalier de l'Ouest (Lucienne Escoube) - Paris : Ed. du Cerf, 1965
  • Gary Cooper ou le Paladin du nouveau monde Stuart M. Kaminsky - Paris : France-Empire, 1981. Stuart M. Kaminskyle fait aussi apparaître dans sa série policière Toby Peters dans Pour qui sonne le Clap
  • Gary Cooper (M. Joseph) - London : Pavilion, 1985
  • Les Destins tragiques du cinéma (Jacques Mazeau) - Paris : Pac, 1982
  • The Films of Gary Cooper (Homer Dickens) - New-York : Citadel Press, 1970
  • Jeffrey Meyers, Gary Cooper, American Hero, William Morrow, 1998.
  • Maria Cooper Janis, Gary Cooper Off Camera, Harry N. Abrams, New York, 1999.
  • Adrien Le Bihan, « James Joyce et Gary Cooper » in Revue des Deux Mondes, Paris, 2008.
  • Isabelle Rivière, Gary Cooper. Les images d'une vie, Paris : Robert Laffont, septembre 2010.

Liens externes

  • (en) Photos de Gary Cooper

Notes et références

  1. Selznick, David O. (2000). Memo from David O. Selznick. New York: Modern Library, 172-173. (ISBN 0-375-75531-4).
  2. GoneMovie → Biography Gary Cooper
  3. Paul Donnelley (1er juin 2003). Fade To Black: A Book Of Movie Obituaries, 2e édition. Omnibus Press.
  4. Ernest Hemingway se suicide un mois après la mort de Gary Cooper
  5. Jean-Paul Törok, Pour en finir avec le maccarthysme : Lumières sur la Liste noire à Hollywood, L'Harmattan, 584 p. (lire en ligne), p.452.
  6. Thomas Wieder, Les sorcières de Hollywood, chasse aux rouges et listes noires, , 247 p..
  7. Ortega, p. 68.
  8. Hector Arce, Gary Cooper: An Intimate Biography, New York, Bantam Books, 1980, p. 274 (ISBN 978-0-553-14130-6)
  9. (en) Janis, Maria Cooper. Gary Cooper Off Camera: A Daughter Remembers. Harry N. Abrams, Inc.: New York, NY (1999), page 167.
  10. (en) Gary Cooper (1901 - 1961) - Find A Grave Memorial