Gare de Châteauroux

Châteauroux
Le bâtiment voyageurs et entrée de la gare en 2016.
Le bâtiment voyageurs et entrée de la gare en 2016.
Localisation
Pays France
Commune Châteauroux
Quartier La Gare
Adresse Rue Bourdillon
36000 Châteauroux
Coordonnées géographiques 46° 48′ 35″ nord, 1° 41′ 59″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services Intercités
TER Centre-Val de Loire
Fret SNCF
Caractéristiques
Ligne(s) Les Aubrais - Orléans à Montauban-Ville-Bourbon
Joué-lès-Tours à Châteauroux
Châteauroux à La Ville-Gozet
Voies 4 + 5 ITE + voies de service
Altitude 154 m
Historique
Mise en service (bâtiment provisoire)
1852 (nouveau bâtiment)
Correspondances
Horizon 1 2 3 4 6 10 A B F1 F2 F3
Rémi A B D F I N Q S V
Autocars TER Centre-Val de Loire 1.3 2.4 4.2 4.3
Taxi oui

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Châteauroux

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

(Voir situation sur carte : Centre-Val de Loire)
Châteauroux

Géolocalisation sur la carte : Indre

(Voir situation sur carte : Indre)
Châteauroux

La gare de Châteauroux est une gare ferroviaire française des lignes des Aubrais - Orléans à Montauban-Ville-Bourbon et de Joué-lès-Tours à Châteauroux, située sur le territoire de la commune de Châteauroux, dans le département de l'Indre, en région Centre-Val de Loire.

C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par les trains des réseaux Intercités et TER Centre-Val de Loire.

Situation ferroviaire

Vue générale des quais en 2010.
Vue générale des quais en 2010.

Établie à 154 mètres d'altitude, la gare de Châteauroux est située au point kilométrique (PK) 264,054 de la ligne des Aubrais - Orléans à Montauban-Ville-Bourbon, entre les gares ouvertes de Neuvy-Pailloux et de Luant. Elle est séparée de Neuvy-Pailloux par la gare de Montierchaume aujourd'hui ouverte uniquement au trafic fret et par la gare fermée de Déols.

Gare de bifurcation, elle est aussi le terminus au PK 353,979 de la ligne de Joué-lès-Tours à Châteauroux, après la gare de Saint-Maur, utilisées toutes les deux uniquement pour le trafic fret. Elle est également l'origine de la ligne de Châteauroux à La Ville-Gozet, non exploitée sur la partie subsistante de Châteauroux à La Châtre.

Histoire

La section de Vierzon à Châteauroux de la ligne des Aubrais - Orléans à Montauban-Ville-Bourbon fut inaugurée le .

Pour accélérer sa mise en exploitation, des bâtiments provisoires en planches constituèrent la première gare, de même qu'à Reuilly et Issoudun. Les bâtiments définitifs furent ensuite rapidement réalisés. la gare fut construite en 1852, de même que les ouvrages ferroviaires nécessaires au fonctionnement technique et à la sécurité.

Avec la réalisation de la ligne de Tours à Montluçon, entre 1878 et 1884, Châteauroux développa son importance ferroviaire et ses installations : dépôt, triage, aiguillages…

En 1888, la recette de la gare est de 939 346 francs[1].

Le [2], un train de marchandises à heurté un bœuf entre la gare de Châteauroux et le « pont de Bryas », ce qui le fera dérailler. Malheureusement, le train rapide (voyageurs) no 67, circulant à proximité, entra en collision avec le train de marchandises. Cet accident a fait 19 morts. Un jeune stagiaire de 25 ans, qui faisait fonction de sous-chef de gare, est inculpé pour « blessures et homicides par imprudence ».

Témoignage[2] d'un journaliste de l'époque à La Dépêche du Centre :

« Quel horrible spectacle ! On ne sait quels mots employer pour décrire les scènes qui se déroulent sous nos yeux. La paroi gauche du wagon de 3e classe a été arrachée sur toute sa longueur et rejetée sur le ballast et sous les roues du wagon métallique. On ne distingue plus que couvertures, bras, jambes, enchevêtrés parmi les ressorts et le crin des banquettes ». Il y a aussi des miraculés, comme cette femme, blessée. « La malheureuse, qui avait conservé toute sa présence d'esprit, était étendue parmi trois ou quatre cadavres, dont celui de son mari. Elle marque une défaillance, car voilà déjà plus d'une heure qu'elle est dans cette position. On lui fait absorber une nouvelle rasade de rhum. »

La gare de Châteauroux fut bombardée le . Elle subit des dégâts importants et un employé fut tué.

La gare routière a été construite en 1958.

Des améliorations ont été apportées à la gare au cours des années. Il apparut toutefois nécessaire, dans les années 1980, d'engager des travaux importants de modernisation.

En 1985, un poste à commande automatisée a été mis en service. Le , la gare entièrement rénovée (en particulier dans sa partie la plus visible par le public, l'accueil voyageurs) est inaugurée.

Châteauroux fut desservie par des TGV, du au , qui circulaient entre Brive-la-Gaillarde et Lille.

Fréquentation

La fréquentation[4] de la gare est détaillée dans le tableau ci-dessous :

2014 2015 2016 2017 2018
784 797 766 504 731 376 ? en cours

Service des voyageurs

Accueil

Gare[5] SNCF, elle dispose d'un bâtiment voyageurs avec guichet et de distributeurs automatiques de titres de transport régionaux.

Elle est équipée d'un quai latéral et de deux quais centraux[6], encadrant quatre voies. Le changement de quai se fait par un passage souterrain.

La gare dispose de voies de service[7].

Desserte

Châteauroux est desservie par des trains Intercités[8], qui circulent entre Paris, Limoges et Toulouse. Pour cette desserte, le type de matériel utilisés sont des locomotives électriques BB 26000, tirant des voitures Téoz.

Au niveau régional, Châteauroux est desservie par des trains TER Centre-Val de Loire[5], qui circulent entre Orléans, Vierzon, Châteauroux et Limoges. Les trajets étant assurés par des trains de type Z 7300, B 81500 et parfois Z 21500.

Intermodalité

La gare est desservie par les lignes 1, 2, 3, 4, 6, 10, A, B, F1, F2 et F3 du réseau de bus Horizon[9], les lignes A, B, D, F, I, N, Q, S et V du Réseau de mobilité interurbaine[10] et par les lignes 1.3, 2.4, 4.2 et 4.3 du réseau d'autocars TER Centre-Val de Loire[5].

Un parc de stationnement pour les véhicules motorisés (100 places) et les vélos y est aménagé[5].

Service des marchandises

Cette gare est ouverte au service du fret et possède cinq embranchements particuliers[11] (ITE).

Notes et références

  1. Conseil général de l'Indre, « Chapitre VIII - Trafic », Rapports et délibérations,‎ , p. 212-213 (lire en ligne), consulté le 19 février 2018.
  2. a et b Xavier Benoit, « 1939 : dix-neuf morts dans le Paris - Toulouse », La Nouvelle République du Centre-Ouest, Indre,‎ (lire en ligne).
  3. « Fréquentation en gares : Châteauroux », sur le site SNCF Open Data, consulté le consulté le 19 février 2018.
  4. a, b, c et d « Gare Châteauroux », sur le site SNCF TER Centre-Val de Loire, consulté le 19 février 2018.
  5. « Annexe 9.1.1 - Document de référence des gares de voyageurs » [PDF], sur le site SNCF Réseau, p. 67/232, consulté le 19 février 2018.
  6. « Annexe 8.2 - Localisation des voies de service » [PDF], sur le site SNCF Réseau, p. 5/13, consulté le 19 février 2018.
  7. « Ligne Paris Austerlitz - Limoges - Toulouse - Cerbère », sur le site SNCF Intercités, consulté le 19 février 2018.
  8. « Plans », sur le site de Horizon, consulté le 19 février 2018.
  9. « Indre (36) - Fiches horaires », sur le site du Réseau de mobilité interurbaine, consulté le 19 février 2018.
  10. « Annexe 8.4 - Localisation des installations terminales embranchées » [PDF], sur le site SNCF Réseau, p. 8/25, consulté le 19 février 2018.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes


Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Toulouse-Matabiau Limoges-Bénédictins Intercités Vierzon-Ville Paris-Austerlitz
Cahors
ou Brive-la-Gaillarde
Limoges-Bénédictins
ou La Souterraine
ou Argenton-sur-Creuse
Intercités Issoudun
ou Vierzon-Ville
ou Paris-Austerlitz
Paris-Austerlitz
Toulouse-Matabiau La Souterraine Intercités 100% Éco Les Aubrais Paris-Austerlitz
Limoges-Bénédictins
ou La Souterraine
ou Argenton-sur-Creuse
ou Terminus
Argenton-sur-Creuse
ou Luant
ou Terminus
TER Centre-Val de Loire Neuvy-Pailloux Vierzon-Ville
ou Orléans
Limoges-Bénédictins Argenton-sur-Creuse TER Nouvelle-Aquitaine Terminus
ou Issoudun
Terminus
ou Vierzon-Ville