Garde nationale de Paris

Article principal : Garde nationale (France).
Garde nationale de Paris
Image illustrative de l'article Garde nationale de Paris
Bataille de Paris (1814): les Gardes nationaux de Paris, sous les ordres du maréchal Moncey, pendant la défense de la Barrière de Clichy, d'après Horace Vernet.

Création 1789
Dissolution 1871
Pays France
Allégeance
Flag of France.svg
Première République (France)


Grandes Armes Impériales (1804-1815)2.svg
Premier Empire


Coat of Arms of the Bourbon Restoration (1815-30).svg
Royaume de France sous la Restauration
Coat of Arms of the July Monarchy (1831-48).svg

Monarchie de Juillet
Flag of France.svg

Seconde République (France)
Coat of Arms Second French Empire (1852–1870)-2.svg

Second Empire
Flag of France.svg

Troisième République (France)
Branche Infanterie, cavalerie, artillerie
Guerres Guerre franco-autrichienne (1792), Campagne de France (1814), Guerre franco-allemande de 1870
Batailles Prise de la Bastille, Journée du 10 août 1792, Chute de Robespierre, Insurrection du 12 germinal an III, Bataille de Paris (1814), Trois Glorieuses, Insurrection républicaine à Paris en juin 1832, Révolution française de 1848, Siège de Paris (1870), Commune de Paris (1871)
Commandant historique Gilbert du Motier de La Fayette, Antoine Galiot Mandat de Grancey, François Hanriot, Bon-Adrien Jeannot de Moncey

La Garde nationale de Paris est une unité de la Garde nationale française ayant Paris comme garnison. Levée dès juillet 1789, elle fut la première unité de gardes nationaux.

La Garde nationale de Paris était une milice citoyenne chargée du maintien de l'ordre et de la défense militaire. Elle fut impliquée dans tous les événements qui marquèrent la vie politique de la France depuis la Révolution de 1789 jusqu'à la Commune de Paris en 1871, qui fut à l'origine de la suppression de la Garde nationale.

Histoire

L'histoire des milices citoyennes affectées à la sécurité publique, puis plus tard à la défense militaire, de Paris trouve son origine avec la création du guet royal, institué en par Saint Louis et assuré par les bourgeois et les maîtres de métier parisiens, sous l'autorité d'un chevalier du guet.

Dès l'époque médiévale, ces gardes et milices bourgeoises parisiennes, peu ou prou structurées, « institutionnalisées » et militarisées, se retrouvèrent impliquées dans l'histoire politique de la France. C'est ainsi qu'en 1358, elles se trouvèrent mêlées aux événements de la journée du 22 février, journée d'émeute conduite par Étienne Marcel, prévôt des marchands de Paris, qui se déroule au palais de la Cité, résidence du dauphin Charles (futur Charles V de France) et qui mena au siège de Paris et au massacre, le , de Marcel et de ses partisans, suspectés de sympathies avec les Anglais, par les milices parisiennes[1].

Naissance de la Garde nationale de Paris

Période révolutionnaire (1789-1799)

La Garde nationale de Paris partant pour l'armée en 1792.
Chasseur de la Garde nationale de Paris en 1815 d'après Job.
Désarmement de la Garde nationale de Paris en janvier 1852.

Consulat et Premier Empire (1799-1815)

La bataille de Paris

Restauration et Monarchie de Juillet

Deuxième République et Second Empire

Siège de Paris et Commune révolutionnaire (1870-1871)

Le siège

Article détaillé : Siège de Paris (1870).
Batterie d’artillerie servie par les gardes nationaux pendant le siège de Paris.

La Commune

Article détaillé : Commune de Paris (1871).
« Les pièces de Montmartre » : les Gardes municipaux s'attelant aux pièces de Montmartre reprises ensuite par les Gardes nationaux. Gravure publiée dans L'Illustration. La tentative de saisie de ces pièces par le gouvernement républicain provoquera le déclenchement de la Commune révolutionnaire.

La déception à la suite de la défaite face à la Prusse, l’hostilité du peuple parisien à l'égard de l’Assemblée récemment élue, à majorité monarchiste, ainsi que certaines mesures prises par celle-ci ou par le gouvernement de Jules Dufaure — notamment lorsqu'il nomme trois bonapartistes aux postes de préfet de police (Louis Ernest Valentin), de chef de la Garde nationale (le général d'Aurelle de Paladines) et de gouverneur (le général Vinoy), nominations vécues comme une « provocation » par les Parisiens — renforcèrent un climat d’agitation dans la capitale au sein des unités de Gardes nationaux et des milieux populaires. Une insurrection éclata à Montmartre, le 18 mars lorsque des troupes régulières tentèrent, sur ordre du gouvernement, de saisir des canons de la Garde nationale. Une autorité insurrectionnelle se mit en place : la Commune de Paris.

Garde municipale de Paris

La Garde municipale de Paris est une unité chargée du maintien de l'ordre à Paris, indépendante de la Garde nationale parisienne, qui fut créée par un décret du (12 vendémiaire an XI) des consuls, dont Napoléon Bonaparte. Elle sera dissoute le après le coup d’État du général Malet[2].

Une nouvelle garde municipale parisienne sera levée sous la Monarchie de Juillet et servira à la répression des émeutes.

Gardes des barrières, vétérans et sapeurs-pompiers

Chefs de corps, officiers et personnalités militaires historiques ayant fait partie de la Garde nationale de Paris

Chefs de corps

Notes et références

Notes


Références

  1. Jean Favier, La guerre de Cent Ans, Fayard, , 678 p. (ISBN 2213008981).
  2. La Garde de Paris 1802-1812.

Voir aussi

Bibliographie

  • Henry Lachouque et Gérard Blanckaert (illustrateur), Les drapeaux de la Garde nationale de Paris en 1789, Les Éditions Militaires Illustrées, .
  • Noël, Coup d'œil sur les événemens de 1830, à mes concitoyens, par un grenadier de la 2e légion de la Garde nationale de Paris, Imprimerie Moreau, (lire en ligne).
  • Horace Raisson, Histoire populaire de la Garde nationale de Paris - Juillet 1789-Juin 1832, Knecht & Roissy Éditeurs, (lire en ligne).
  • Garde nationale de Paris et de la banlieue, Commission d'enquête. Rapport à M. le maréchal commandant en chef, sur la conduite du lieutenant-colonel de la 8e légion dans les journées des 5 et 6 juin 1832, Pihan Delaforest, (lire en ligne).
  • Garde nationale de Paris, Garde nationale de Paris, légion de cavalerie, 1er escadron, Imprimerie de Saulnier, (lire en ligne).
  • Capitaine de la Garde nationale L. Castelnau, Simple Avis touchant la réorganisation de la garde nationale, Pourreau, (lire en ligne).
  • Anonyme, Documents épisodiques sur les mouvements insurrectionnels dans Paris, de 1830 à 1848, par un ex-officier supérieur de l'état-major général de la Garde nationale de la Seine, Imprimerie Schiller, (lire en ligne).
  • Georges Carrot, La Garde nationale (1789-1871) : Une force publique ambiguë, Éditions de l'Harmattan, coll. « Sécurité et société », (ISBN 2747501272, lire en ligne).

Articles connexes

Liens externes

  • Drapeaux de la Garde nationale de Paris en 1789.
  • Société française d'histoire de la police : Les uniformes de police, du guet royal aux hirondelles.
  • Société des études historiques révolutionnaires et impériales : Garde nationale de Paris.