Géza Lakatos

Géza Lakatos
Géza Lakatos
Image illustrative de l'article Géza Lakatos
Fonctions
Premier ministre hongrois
Prédécesseur Döme Sztójay
Successeur Ferenc Szálasi
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Budapest
Date de décès (à 77 ans)
Lieu de décès Adélaïde
Diplômé de Académie militaire de Ludovica (Budapest)

Le chevalier Géza Lakatos de Csíkszentsimon (vitéz lófő csíkszentsimoni Lakatos Géza en hongrois ; Geza Ritter Lakatos, Edler von Csikszentsimon en allemand), né le et décédé le , est une personnalité militaire et politique hongroise. Général d'armée durant la Seconde Guerre mondiale, il est premier ministre de Hongrie du 29 août au 15 octobre 1944 dans le gouvernement de Miklós Horthy.

Biographie

Il est élève à l'académie militaire de Ludovica. Il est nommé attaché militaire à Prague de 1928 à 1934. Le 5 aout 1934 il reçoit le commandement de la deuxième armée hongroise et le premier avril 1944 celui de la première armée jusqu'au 15 mai 1944. Fin aout 1944 des partisans du général Lakatos renversent le gouvernement pro-allemand de Döme Sztójay. Géza Lakatos est nommé le 29 août 1944 premier ministre.

Sa politique de rapprochement avec les alliés, son refus de soutenir la politique de déportation des Juifs vers l'extérieur du pays, l'entrée de l'armée rouge début octobre sur le territoire hongrois précipitèrent les évènements. Le 14 octobre les Allemands déclenchent l'Opération Panzerfaust et envoyèrent à Budapest la 24e Panzer division pour renverser le gouvernement Lakatos.

Le 16 octobre 1944, le régent Miklós Horthy, à la suite du coup de force des Allemands, à l'enlèvement de son fils par Otto Skorzeny et aux menaces du plénipotentiaire Edmund Veesenmayer  de le fusiller[1] choisit de signer son abdication et de nommer un nouveau premier ministre en échange de la liberté et la vie sauve pour son fils. Lakatos démissionne de son mandat de premier ministre et est immédiatement arrêté par les allemands. Libéré en 1945, il émigre en 1956 en Australie pendant les évènements de Hongrie. Il meurt à Adélaïde en 1967.

Notes et références

  1. Raul Hilberg la destruction des Juifs d'Europe Folio/Histoire p. 744 éd.Gallimard 1991 (ISBN 2-07-032710-8)