Fusillade de Las Vegas

Fusillade de Las Vegas
image illustrative de l’article Fusillade de Las Vegas
Le Mandalay Bay Resort and Casino en 2010.

Localisation Las Vegas, Nevada, États-Unis
Cible Route 91 Harvest
Coordonnées 36° 05′ 32″ nord, 115° 10′ 23″ ouest
Date
22 h 5 (UTC−07:00)
Type Fusillade
Tuerie de masse
Armes Arme semi-automatique modifiée par un bump-stock
Morts 59 (dont le tireur)
Blessés 851 (dont 422 par les tirs)
Auteurs présumés Stephen Paddock

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
Fusillade de Las Vegas

Géolocalisation sur la carte : Nevada

(Voir situation sur carte : Nevada)
Fusillade de Las Vegas

Géolocalisation sur la carte : Las Vegas

(Voir situation sur carte : Las Vegas)
Fusillade de Las Vegas

La fusillade de Las Vegas est une tuerie de masse survenue le pendant un festival de musique country en plein-air, le Route 91 Harvest. Un tireur isolé situé au 32e étage de l'hôtel-casino Mandalay Bay Resort and Casino tire pendant plusieurs minutes avec des fusils d'assaut, tuant au moins 58 personnes et faisant au moins 527 blessés, avant de se donner la mort.

Fusillade de masse

Schéma montrant les angles de tir à partir du Mandalay Bay Resort and Casino.
La Voix de l'Amérique décrit les événements.

La fusillade de masse se produit au Mandalay Bay Resort and Casino pendant le Route 91 Harvest, un festival en plein air de musique country et le concert de Jason Aldean[1].

À 22 h 5 (UTC−07:00)[2], un homme situé au 32e étage, chambre 135 du casino Mandalay Bay, qui a loué deux chambres depuis trois jours, tire sur la foule. Après cette fusillade qui dure 10 minutes, les enquêteurs retrouvent vingt-trois armes, de différents calibres, dans sa chambre d'hôtel (dont 12 armes semi-automatiques modifiées par un « bump stock », un dispositif qui s'installe à la place de la crosse et qui permet d'utiliser le recul pour renvoyer le fusil vers l’avant et de tirer presque aussi vite qu’avec une arme automatique, à environ 500 coups/minute[3]) et dix-neuf autres à son domicile[4],[5]. Une équipe d'assaut pénètre dans la chambre 135 à 23 h 20 (UTC−07:00) après avoir utilisé des explosifs pour dégager la porte qui était barricadée. Le principal suspect, Stephen Craig Paddock[4], retraité, résidant dans la ville depuis cinq années, et âgé de 64 ans, se serait suicidé avant l'arrivée de la police[6]. De nombreux témoins croient à tort qu'il y avait plusieurs tireurs[7].

Victimes

Un premier bilan de la police fait état de vingt morts et d'une centaine de blessés[8], un deuxième donne cinquante morts et de deux cents blessés[9], un troisième cinquante neuf morts et cinq cent vingt sept blessés[10], Il s'agit de la tuerie de masse la plus importante de l'histoire des États-Unis[11], faisant davantage de victimes que la fusillade à Orlando, en .

Cinquante-huit personnes ont été tuées par balle au festival de musique, le suicide de Paddock était la seule mort à l'hôtel Mandalay Bay. Les décès comprenaient 36 femmes et 22 hommes. Le plus âgé avait 67 ans, le plus jeune 20 ans. 6 venaient du Nevada, 35 de Californie, 13 d'autres États et 4 du Canada[12],[13]. Trente et une des victimes ont été déclarées mortes sur les lieux, tandis que les autres ont été déclarées mortes dans les hôpitaux. En outre, 851 personnes ont été blessées, dont 422 par balle[14].

Tueur

Le tueur a été identifié comme étant Stephen Craig Paddock, un retraité[15] qui aimait les jeux d'argent.

Stephen Paddock et ses trois frères ont été élevés par leur mère seule qui leur avait dit que leur père, Benjamin Hoskins Paddock , était décédé, alors qu’en réalité il était en prison. Benjamin Hoskins avait en fait été condamné en 1961 à vingt ans de réclusion pour plusieurs braquages de banque. S’étant échappé de la prison fédérale de La Tuna (située à Anthony au Texas) le , il s'installa dans l'Oregon où il prit le nom de Bruce Warner Erickson, devint concessionnaire de voitures d’occasion puis en 1977 animateur de jeu de bingo. Il figurait sur la liste des personnes les plus recherchées du FBI[16].

Stephen Craig Paddock a agi seul et la police ne connaît pas sa motivation[17]. Riche comptable coutumier des casinos où il était devenu joueur de poker professionnel, il était aussi millionnaire grâce à ses investissements dans l'immobilier selon son frère[18],[19].

Sa compagne, Marilou Danley, une Australienne de 62 ans, a été activement recherchée. Se trouvant alors aux Philippines où elle a reçu de la part de Stephen Paddock un virement de 100 000 dollars, elle est rentrée aux États-Unis pour être interrogée par la police[20].

Revendication

L'État islamique, via son organe de propagande Amaq, revendique la fusillade, en affirmant que l'auteur s'est converti à l'islam il y a quelques mois[21] et le présente comme Abu Abd al-Barr al-Amriki, son nom de guerre[22]. Le FBI déclare toutefois qu'il n'y a « aucun lien à ce stade avec un groupe terroriste international »[23].

À propos de cette revendication — et de celle de l'attaque au couteau de la gare Saint-Charles à Marseille — le journaliste Wassim Nasr émet l'hypothèse que Daech revendiquerait des actes compatibles avec ses méthodes et ses objectifs, mais qu'il n'aurait ni commandités ni aidés[24]. La manœuvre viserait à encourager des personnes sans lien direct avec l'organisation à agir en autonomie de manière imprévisible, dans le but de maintenir une terreur latente en vue de compenser la perte de capacité opérationnelle que Daech subit depuis les revers infligés en Irak et en Syrie[24].

Pour le chercheur Romain Caillet : « L'EI met en jeu sa crédibilité pour revendiquer cet attentat. [...] Ce qui a fait la crédibilité de l'EI, c'est qu’il ne mentait pas sur ses revendications. Si c'était le cas, ce serait un changement structurel dans l’EI. Ils vont peut-être fournir des preuves dans les heures qui viennent. Auquel cas, plus le temps va passer, plus il va y avoir des doutes sur les revendications de Daech. [...] Il faut noter qu’en mai dernier, le fondateur de l'organe de propagande, Amaq, a été tué dans une frappe américaine. Ce journaliste de formation a donné beaucoup de crédibilité aux informations de l’EI. Est-ce que sa mort a déstabilisé la communication ? Cela expliquerait des cafouillages ces derniers mois. C’est possible, mais rien n’est sûr[25]. »

Réactions

Personnalités politiques

Le président américain Donald Trump rencontre une victime de la fusillade, avec sa femme Melania.
  • Drapeau de la Belgique Belgique : Le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, présente ses « sincères condoléances et [ses] pensées aux victimes et aux familles touchées par la fusillade »[26].
  • Drapeau du Canada Canada : Le Premier ministre Justin Trudeau déclare : « nos cœurs sont brisés pour nos amis et voisins américains aujourd'hui. De la part de tous les Canadiens, j'offre toutes mes condoléances à ceux qui ont perdu êtres chers et des amis »[27].
  • Drapeau des États-Unis États-Unis :
  • Drapeau de la France France : Le président de la République Emmanuel Macron déclare avoir une « pensée émue pour nos partenaires et amis américains » en condamnant la « violence contemporaine »[30].
  • Drapeau d’Israël Israël : Le Premier ministre Benyamin Netanyahou a publié un communiqué pour condamner cette fusillade. « En ce jour terrible, le peuple d’Israël est solidaire du peuple américain dans son deuil et son chagrin. Nos pensées vont vers les familles des victimes et nous souhaitons une prompte guérison à tous les blessés. Nous pleurons avec vous. »[31]
  • Drapeau du Mexique Mexique : Le président du Mexique Enrique Peña Nieto écrit sur Twitter : « J'exprime nos plus sincères condoléances au peuple des États-Unis envers les terribles événements de cette nuit. »[32]
  • Drapeau du Tibet Tibet : Le 14e dalaï-lama Tenzin Gyatso a exprimé sa peine à la suite de fusillade, et a appelé à un monde basé sur la fraternité universelle. Il a déclaré que cette violence provenait d'un manque de compassion et de respect pour la vie[33].
  • Drapeau du Vatican Vatican : le pape François se déclare « profondément attristé » par la fusillade, évoquant une « tragédie insensée »[34].

Personnalités des médias

Hayley Geftman-Gold, cadre juridique à CBS, a déclaré sur Facebook qu'elle n'avait pas de sympathie pour les victimes parce qu'il s'agissait d'amateurs de musique country, qui sont souvent des Républicains partisans du droit de posséder des armes. En raison de ces propos, elle a été licenciée[35].

Débat sur les armes

À la suite de cette tuerie, le débat sur les armes a refait surface, opposant traditionnellement le Parti démocrate favorable à une réglementation accrue, et le Parti républicain favorable au maintien en vigueur du Deuxième amendement de la Constitution des États-Unis, datant de 1791, qui garantit pour tout citoyen américain le droit de porter des armes. Des élus républicains, dont Paul Ryan se sont néanmoins dit prêts à ouvrir les discussions sur le mécanisme transformant les fusils semi-automatiques en fusils automatiques. La porte-parole de la Maison-Blanche Sarah Huckabee Sanders a déclaré, le 5 octobre, que le gouvernement de Donald Trump était très ouvert à un débat sur la question. Plus surprenant encore, le National Rifle Association, par la voix des deux principaux dirigeants, Wayne LaPierre et Chris CoxLa, a déclaré dans un communiqué de presse que cette question devrait faire l'objet d'une réglementation supplémentaire[36]. En effet, la NRA et le Parti Républicain se disent désormais favorables à l'interdiction des « bumps stocks  », un mécanisme destiné à transformer les armes semi-automatiques en armes automatiques[37], permettant ainsi de contourner l'interdiction d'achat de ces dernières[38].

Notes et références

  1. « Qui est Jason Aldean, le chanteur de country en concert pendant la fusillade à Las Vegas ? », sur Le Figaro, .
  2. (en) Police, LVMPD Preliminary Investigative Report, , 81 p. (lire en ligne)
  3. « Attentat de Las Vegas: Le tireur avait douze armes modifiées pour tirer plus vite (mais c'est légal) », sur 20minutes.fr,
  4. a et b « Fusillade à Las Vegas : 59 personnes sont mortes et 527 ont été blessées, selon un nouveau bilan de la police », sur France Info,
  5. « Une fusillade à Las Vegas fait 20 morts et plus de 100 blessés »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), sur La Croix, .
  6. Claire Tervé, « Fusillade à Las Vegas : ce que l'on sait sur Stephen Craig Paddock, le tireur de 64 ans », sur Le HuffPost, .
  7. https://www.naturalnews.com/2017-10-02-five-things-that-just-dont-add-up-about-the-las-vegas-mass-shooting.html
  8. « Fusillade à Las Vegas : au moins vingt morts et une centaine de blessés », sur Le Monde, .
  9. « Fusillade à Las Vegas : Au moins 50 morts et 200 blessés », sur 20 Minutes, .
  10. France Info, [1]
  11. Edouard de Mareschal, « À Las Vegas, la pire tuerie jamais commise aux États-Unis » sur Le Figaro, 2 octobre 2017.
  12. « Coroner releases names of all 58 Las Vegas shooting victims », LasVegasSun.com,‎ (lire en ligne).
  13. (en-US) « Clark County Coroner Releases Names of Deceased from Oct. 1 Mass Shooting », sur www.clarkcountynv.gov (consulté le 9 mai 2018).
  14. Dakin Andone and Sara Sidner, CNN, « What we learned from the Las Vegas shooting report », CNN,‎ (lire en ligne).
  15. (en) Pete Williams, Tracy Connor et Kalhan Rosenblatt, « Las Vegas Shooter Stephen Paddock Had Recent Large Gambling Transactions », NBC News, (consulté le 2 octobre 2017)
  16. Nicolas Bourcier, « Fusillade à Las Vegas : Stephen Craig Paddock, l’insondable suspect », sur lemonde.fr, .
  17. Holly Yan, Philip Victor et Susannah Cullinane, « Weapons cache found at Las Vegas shooter's home », CNN,‎ (lire en ligne)
  18. (en) Paul Lewis, « Nevada town where Vegas suspect lived catered to gamblers and gun lovers », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  19. (en) « Las Vegas shooter was a multi-millionaire real estate investor: brother », New York Post,‎ (lire en ligne)
  20. « Attentat à Las Vegas: La petite amie du tueur rentre aux Etats-Unis », sur 20minutes.fr,
  21. Le groupe État islamique revendique la fusillade de Las Vegas sur Le Figaro, 2 octobre 2017.
  22. http://www.financialexpress.com/world-news/las-vegas-shooter-stephen-paddock-recently-converted-to-islam-and-his-name-is-abu-abd-al-barr-al-amriki/880475/.
  23. AFP, « Las Vegas : un homme abat 58 personnes, le FBI écarte la piste jihadiste » sur L'Express, 2 octobre 2017.
  24. a et b « Avec Las Vegas et Marseille, la stratégie de revendication de Daech est-elle en train d’atteindre ses limites? », sur huffingtonpost.fr, (consulté le 2 octobre 2017)
  25. Fusillade à Las Vegas : "L'EI met en jeu sa crédibilité pour revendiquer cet attentat", Franceinfo, 3 octobre 2017.
  26. Belga, « Didier Reynders se dit choqué par la fusillade à Las Vegas » sur Bel RTL, 2 octobre 2017.
  27. QMI, « Tuerie à Las Vegas: Trudeau sous le choc » sur TVA Nouvelles, 2 octobre 2017.
  28. « Fusillade de Las Vegas : Trump présente ses condoléances », sur Europe 1, (consulté le 2 octobre 2017).
  29. « Fusillade à Las Vegas : ce que l'on sait de l'attaque qui a fait plus de 50 morts et 200 blessés », sur France Info, (consulté le 2 octobre 2017).
  30. Las Vegas : les États-Unis ont subi la "violence contemporaine", selon Macron sur Le Point, 2 octobre 2017
  31. « Israël condamne la fusillade de Las Vegas », sur The Times of Israel, (consulté le 2 octobre 2017).
  32. (es) « Presidente Peña Nieto condena ataque en Las Vegas », sur eleditornoticias.com, (consulté le 6 octobre 2017)
  33. (en) Dalai Lama expresses grief over Las Vegas massacre, calls for universal brotherhood, PTI, 3 octobre 2017
  34. « Le pape « profondément attristé » par la « tragédie insensée » de Las Vegas », sur Libération, (consulté le 2 octobre 2017).
  35. Linda Massarella, « CBS exec fired for unsympathetic Vegas massacre post », New York Post, 2 octobre 2017, en ligne.
  36. La NRA veut un contrôle des accélérateurs de tir, MSN, 6 octobre 2017
  37. « La NRA et les républicains prêts à (un peu) plus de contrôles sur les armes », sur rfi.fr, (consulté le 6 octobre 2017)
  38. « Tuerie de Las Vegas : la NRA et les Républicains prêts à plus de contrôles sur les armes », sur leparisien.fr, (consulté le 6 octobre 2017)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes