Frontière entre le Belize et le Guatemala

Frontière entre le Belize et le Guatemala
Carte de 1961 décrivant la frontière entre le Guatemala et le Honduras britannique, actuel Belize
Carte de 1961 décrivant la frontière entre le Guatemala et le Honduras britannique, actuel Belize
Caractéristiques
Délimite Drapeau du Belize Belize
Drapeau du Guatemala Guatemala
Longueur totale 266 km (selon la position du Belize)
Particularités Terrestre et maritime. Tracé fortement contesté sur la majeure partie de la frontière par les deux États.
Historique
Création XIXe siècle
Tracé actuel 1859 (traité Wyke-Aycinena ), mais contesté par le Guatemala

La frontière entre le Belize et le Guatemala sépare les deux pays d'Amérique centrale.

Frontière entre le Belize et le Guatemala

Sommaire

Tracé

La frontière terrestre sépare l'ouest du Belize du nord du Guatemala. Elle débute au nord au point de rencontre des frontières du Belize-Mexique et Guatemala-Mexique (17° 48′ 54″ N, 89° 09′ 07″ O) et se poursuit ensuite directement vers le sud jusqu'à la rencontre avec le fleuve Belize aux chutes Garbutt. À cet endroit, le tracé s'infléchit légèrement vers l'ouest.

Le Belize considère que le tracé forme une ligne droite depuis les chutes Garbutt jusqu'aux chutes Gracias a Dios sur le fleuve Sarstoon. À partir de là, la frontière suit le cours du fleuve vers l'est jusqu'à son embouchure sur le golfe du Honduras.

Le Guatemala revendique quant à lui la totalité du territoire situé au sud du fleuve Sibun , soit plus de la moitié du territoire revendiqué par le Belize. Selon cette approche, la frontière se dirigerait vers le golfe du Honduras beaucoup plus tôt.

La position du Belize est celle qui est généralement figurée sur les cartes en dehors du Guatemala[1]. La frontière terrestre mesurerait 266 km, ce qui en ferait la plus longue du Belize et la 2e du Guatemala (après celle avec le Mexique).

Quelle que soit la position entre les deux pays, une frontière maritime existerait dans le golfe du Honduras, mais le différend territorial empêche actuellement toute délimitation.

Histoire

Revendications territoriales du Guatemala sur le Belize. En vert, territoire non revendiqué. En orange, territoire revendiqué.

Des colons et pirates anglais et écossais, les Baymen , s'installent au XVIIe siècle sur la côte de la baie du Honduras dans ce qui deviendra par la suite le Belize. À la même époque, cette région d'Amérique centrale fait partie, pour l'empire espagnol, de la capitainerie générale du Guatemala, territoire de la Nouvelle-Espagne ; l'Espagne n'occupe toutefois pas la région côtière du golfe du Honduras. La bataille de St George's Caye en 1798, remportée par la Grande-Bretagne, consacre définitivement l'implantation britannique.

Le Guatemala proclame son indépendance en 1821 ; le Royaume-Uni déclare officiellement son droit à administrer la région en 1836. Le traité Wyke-Aycinena  est signé le 30 avril 1859 entre le Guatemala et le Royaume-Uni. Ses six premiers articles définissent explicitement le tracé de la frontière et la reconnaissance guatémaltèque de la souveraineté britannique sur le territoire à l'est de celle-ci[2],[3]. Le septième article traite de la construction par le Royaume-Uni d'une route entre le Guatemala et la ville de Punta Gorda.

Le Royaume-Uni fait de la région une colonie de la Couronne, le Honduras britannique, en 1862 ; il ne construit toutefois pas la route prévue par le traité. En 1871, à la suite de la révolution libérale , le Guatemala dénonce le traité. En 1884, il menace de le traiter comme nul et en conséquence de revendiquer tout ou partie du Honduras britannique[1]. Au cours du siècle suivant, le Guatemala revendique à plusieurs reprises le Honduras britannique, sans toutefois donner suite à cette revendication.

Le Honduras britannique devient indépendant en 1981 sous le nom de Belize. Les relations diplomatiques entre Belize et Guatemala ne sont établies qu'en 1991, date à laquelle le Guatemala reconnaît le nouveau pays. Le tracé frontalier est cependant officiellement contesté par le Guatemala à partir de la fin du XXe siècle. En 2008, un accord entre les deux pays prévoit l'organisation de référendums pour soumettre le différend à la Cour internationale de justice. Le référendum guatémaltèque est organisé le 15 avril 2018, la population approuvant massivement le recours à la CIJ. Le référendum bélizien est prévu pour 2019[4].

Environnement

Le Guatemala ne reconnaissant pas le tracé de la frontière issu du traité de 1859, l'organisation Mountain Wilderness a dénoncé des incursions répétées dans le parc national Chiquibul  au Belize, dont les ressources seraient pillées[5].

Annexes

Références

  1. a et b [PDF] (en) Elihu Lauterpacht, Stephen Schwebel, Shabtai Rosenne, Francisco Orrego Vicuña, « Legal Opinion on Guatemala's Territorial Claim to Belize », (consulté le 16 avril 2018)
  2. [PDF] (en) « Boundary of British Honduras », (consulté le 16 avril 2018)
  3. [PDF] (es) « Historica del diferendo territorial », Ministère des affaires étrangères du Guatemala (consulté le 16 avril 2018)
  4. (en) « Elrington says Belize serious about referendum in 2019 », Belize News and Opinion, (consulté le 16 avril 2018)
  5. (en) Francisco Sierra, « Chiquibul National Park jeopardized by the lack of agreement on borders », Mountain Wilderness, (consulté le 16 avril 2018)

Liens internes