Freddie Mercury

Freddie Mercury
Description de cette image, également commentée ci-après
Freddie Mercury en 1977.
Informations générales
Nom de naissance Farrokh Bulsara
Naissance
Stone Town, Drapeau du Protectorat de Zanzibar Protectorat de Zanzibar
Décès (à 45 ans)
Londres, Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Activité principale Auteur-compositeur-interprète, chanteur, musicien, producteur de musique
Genre musical Rock, pop, dance, gospel, opéra
Instruments Chant, piano, claviers, guitare
Années actives 1969-1991
Labels EMI, Hollywood, Parlophone
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo de Freddie Mercury.

Freddie Mercury — nom de scène de Farrokh Bulsara — né le à Stone Town dans le protectorat de Zanzibar et mort le à Londres, est un auteur-compositeur-interprète et musicien britannique. Il a établi sa réputation internationale en tant que chanteur du groupe de rock Queen.

Avec une grande tessiture et une bonne maîtrise de quelques techniques d'opéra, il demeure parmi les plus grands chanteurs du XXe siècle, l'un des plus populaires et des plus techniquement accomplis. Sa performance avec le groupe Queen au Live Aid en 1985 est élue « meilleure performance live de tous les temps »[1].

Il a composé avec Queen la plupart de ses grands succès, dont Bohemian Rhapsody, Somebody to Love, We Are the Champions, Don't Stop Me Now et Crazy Little Thing Called Love. En solo, il réalise deux albums (Mr. Bad Guy en 1985 et Barcelona en 1988) qui comprennent également les célèbres Living on My Own, I Was Born to Love You et Barcelona, chantés en duo avec la cantatrice Montserrat Caballé.

Freddie Mercury meurt des suites d'une pneumonie, après avoir annoncé la veille qu'il était porteur du VIH et atteint du SIDA.

Biographie

Enfance et études (1946-1958)

Farrokh Bulsara[2] naît dans le protectorat britannique de Zanzibar (actuelle Tanzanie) le 5 septembre 1946. Il est le fils de Jer Bulsara (1922-2016) et de Bomi Bulsara (1908-2003), comptable pour le bureau colonial britannique. Ses parents sont membres de la communauté Pârsî de religion zoroastrienne, dont les ancêtres perses vivaient sur le territoire correspondant à l'Iran moderne et avaient fui en Inde la conquête arabo-islamique. En 1952, naît sa petite sœur Kashmira, aujourd'hui Kashmira Cooke[3]. Le nom Bulsara vient de la ville de Bulsar (l'actuelle ville de Valsad, dans l'état indien du Gujarat) dont est originaire sa famille. Ses parents, fonctionnaires britanniques, l'envoient poursuivre ses études auprès de sa grand-mère maternelle, en Inde, en 1953 : Farrokh est alors âgé de sept ans.

Maison natale de Farrokh Bulsara à Stone Town (Zanzibar).

Le jeune garçon reçoit son éducation dans un internat, la St. Peter's Boys School , à Panchgani, station de villégiature de montagne, à 380 km au sud-est de Bombay et réputée pour ses écoles. Ses résultats sont globalement excellents, particulièrement en sport : il remporte notamment le tournoi de tennis de table de l'école[4]. À la maison, il écoute continuellement de la musique et chante sur ses morceaux préférés.

Une de ses influences musicales formatrices à cette époque est la chanteuse Lata Mangeshkar. Au vu de ses résultats en musique, le principal de Saint-Peter écrit à ses parents pour leur suggérer de payer des études de musique à leur enfant, en sus des cours traditionnels. Ils acceptent et Farrokh commence à prendre des cours de piano[4]. Il rejoint également la chorale de l'école et participe régulièrement aux productions théâtrales de Saint-Peter. En 1958, il intègre en tant que pianiste son premier groupe de musique, The Hectics (groupe de rock de son lycée) et acquiert son surnom de Freddie, dérivé de son prénom Farrokh, que les élèves de Saint-Peter trouvent plus facile à retenir[5] et que même ses parents se mettent à utiliser[6],[7]. Le jeune garçon progresse vite au piano et atteint un haut niveau (Grade IV)[4]. Il entre ensuite en 1962 à la St. Mary's High School de Mazagon[3].

Premiers groupes (1958-1970)

The Hectics

C'est donc en 1958, Farrokh est âgé de seulement douze ans, que se crée une première formation rock au sein de laquelle le jeune garçon évoluera en tant que pianiste : The Hectics. Les quatre autres membres sont Derrick Branche, Bruce Murray, Farang Irani et Victory Rana[3],[4]. Le quintet est composé d'élèves de l'école St. Mary's, où Freddie suit sa scolarité. Peu de témoignages subsistent à propos de cette formation. Il est néanmoins établi que le groupe n'a pas l'autorisation de se produire hors de l'école et que le jeune Bulsara, très timide, est alors heureux d'être au second plan. The Hectics joue un rock 'n' roll typique de l'époque, reprenant des morceaux de grands noms de ce style[8].

La famille Bulsara doit retourner à Zanzibar pour raisons professionnelles, mais très provisoirement, puisqu'en 1964, Freddie est alors âgé de dix-sept ans, la révolution de Zanzibar qui chasse le sultan et aboutit à la création de la Tanzanie les force, sa famille et lui, à partir pour le Royaume-Uni[4].

Petits emplois et études d'art

La famille Bulsara s'installe d'abord chez des amis, à Feltham, juste à côté de l'aéroport d'Heathrow. Ils trouvent ensuite une petite maison familiale. Freddie se décide pour des études artistiques et s'inscrit, en préparation, à l'école polytechnique d'Isleworth. Freddie découvre petit à petit de nouvelles influences musicales. Selon le magazine Record Collector, c'est peu de temps après son arrivée en Angleterre qu'il découvre Jimi Hendrix, John Lennon et les Beatles[6]. Au cours d'un entretien ultérieur, Mercury dira de Hendrix : « Jimi Hendrix est très important. D'une certaine façon, il résume, de par ses représentations sur scène, tous les aspects du travail d'une rock star. On ne peut le comparer à personne. Soit on a la magie, soit on ne l'a pas. Personne ne peut l'égaler. Personne ne peut prendre sa place[9]. » Il découvre aussi les performances scéniques de Liza Minnelli qui l'impressionne par l'énergie qu'elle dégage et par sa façon de, selon ses mots, « se donner au public[9] ». Enfin, il aime beaucoup Elvis Presley auquel il rendra hommage à travers une chanson écrite dans un style rockabilly, Crazy Little Thing Called Love. Queen jouera, à quelques occasions, des reprises de Presley, au nombre desquelles Jailhouse Rock et (You're So Square) Baby I Don't Care[10],[11].

En marge de ses études d'art, il occupe, pour gagner un peu d'argent, de petits emplois, dont certains sont physiquement éprouvants. Lorsque, étonnés par la finesse de ses mains, ses collègues lui demandent ce qu'il fait en dehors de son travail temporaire, il répond qu'il est un musicien qui vient « passer le temps ». Il est si convaincant que les autres, de leur propre chef, décident de lui épargner les tâches les plus ingrates en se les répartissant[4].

Au printemps 1966, il quitte Isleworth, ayant obtenu la note nécessaire à son admission au Ealing Art College de Londres, à l'entrée duquel on trouve aujourd'hui une plaque posée en mémoire de ce célèbre ancien élève. À la rentrée scolaire, il commence des études d'illustration graphique et s'installe dans le quartier de Kensington, dans un appartement loué par un ami. Le quartier est alors une ruche culturelle dans laquelle se retrouvent de nombreux artistes très créatifs. À quelques pas de chez lui s'étend Kensington Market, quartier fréquenté par l'élite intellectuelle et artistique de Londres.

Ibex

Une rue de Kensington, quartier d'élection de Freddie Bulsara et ses amis.

À cette époque, Freddie entreprend de créer, en parallèle à ses études, une ligne de vêtements et de courtes bandes dessinées pour de petits journaux londoniens. À Ealing, il fait plusieurs rencontres qui vont profondément marquer sa vie et influencer sa carrière. Il tente notamment, sans succès dans un premier temps, de persuader les membres du groupe Smile de le prendre comme second chanteur. Il fait leur connaissance par le biais de son camarade d'école Tim Staffell, chanteur et bassiste du groupe, aux côtés du guitariste Brian May et du batteur Roger Taylor. Il suivra ainsi la carrière de Smile de très près et saisira plus tard l'occasion de remplacer Staffell.

Tout d'abord, en août 1969, son diplôme en art graphique et design en poche, il croise la route d'un petit groupe originaire de Liverpool, influencé par Cream, qui se fait appeler Ibex et qui vient d'arriver à Londres pour essayer de percer dans le métier. Ibex existait à l'origine sous la forme d'un trio comprenant Mike Bersin à la guitare et au chant, John « Tupp » Taylor à la basse et Mick « Miffer » Smith à la batterie. Les deux premiers s'étaient rencontrés en 1966 dans un groupe nommé Colour. Quelques jours après la première rencontre avec le groupe, Freddie Bulsara connaît déjà par cœur tous les morceaux de la liste jouée par la formation et part les rejoindre sur scène dans la ville de Bolton, dans la région de Manchester. Il y fait sa toute première apparition en public en tant que chanteur, le 23 août 1969. Le lendemain de cette première scène, Ibex joue en plein air dans le Queen's Park de Bolton[12].

Ibex rentre ensuite à Londres et se met à travailler, avec son nouveau chanteur, à de nouvelles reprises et compositions. Le groupe anime, quelques semaines plus tard, la soirée de début d'année universitaire de l'école dans laquelle Bersin vient d'être accepté, à Liverpool[8]. Pour les membres d'Ibex et de Smile, qui ne se quittent que rarement, démarre une période tout à la fois passionnante et financièrement difficile. Les musiciens vivent la plupart du temps ensemble dans des appartements minuscules, dormant parfois à même le sol et travaillant à leur musique jusqu'à des heures indues. Freddie Bulsara et Roger Taylor optent, afin de subvenir à leurs besoins, pour le petit commerce et achètent, avec leurs maigres économies, des vêtements d'occasion pour les revendre sur un stand de Kensington Market[12].

La dernière apparition officielle d'Ibex a lieu, le 9 septembre 1969, dans un petit club de Liverpool. Un enregistrement de trente-cinq minutes sur bande magnétique est réalisé dont la quasi-totalité est aujourd'hui perdue. Selon les témoins, le chanteur se tient au pied de la scène, au niveau du public. Ce soir-là, les membres de Smile jouent dans un club de la même ville. La légende, propagée par de nombreux biographes mais jamais confirmée, veut que Roger Taylor et Brian May aient rejoint Freddie Bulsara sur scène pour jouer quelques-uns de leurs propres morceaux. L'enregistrement sonore, de durée trop limitée, ne garde aucune trace de cette possible rencontre musicale. De son propre chef, vers la fin de l'année 1969, Bulsara choisit de rebaptiser Ibex ; le groupe devient Wreckage (« Naufrage »).

Wreckage

C'est le moment que choisit Smith, le batteur, pour quitter la formation. Freddie Bulsara écrit alors la majorité des morceaux. Là encore, à part Green, une de ses compositions dont la bande a été retrouvée, aucun morceau datant de cette époque ne subsiste ou n'est encore réapparu[13].

Le groupe tourne peu et de façon erratique. Il est probable que leur dernière apparition ait eu lieu à Widnes, dans le comté du Cheshire, dans l'école de la sœur de John Taylor. Une des anecdotes les plus souvent rapportées à propos de Freddie Bulsara daterait de ce dernier soir. Son pied de microphone refusant de tenir à la bonne hauteur, il l'aurait dévissé complètement pour n'en conserver que la partie supérieure et l'inclure à son jeu de scène, accessoire devenu ensuite un incontournable des apparitions sur scène de Freddie Mercury et indissociable de son image médiatique en tant que chanteur de Queen.

Le groupe ne survit pas à ce manque d'activité et se sépare. Freddie Bulsara souhaite passer à autre chose et répond à une annonce du célèbre Melody Maker : « le groupe Sour Milk Sea recherche un chanteur ».

Sour Milk Sea

Le groupe Sour Milk Sea est un quatuor professionnel composé de Chris Dummett au chant (Chris Chesney de son vrai nom), Jeremy Gallop à la guitare, Paul Milne à la basse et Robert Tyrell à la batterie. Cherchant à diversifier leur style, ils passent leur annonce et font auditionner Freddie Bulsara. Le rythme des concerts est bien supérieur à ce que ce dernier a connu jusqu'alors, puisque Sour Milk Sea tourne environ trois fois par semaine[12].

Le seul concert auquel Bulsara a certainement participé a lieu à Oxford en mars 1970[14]. Selon une interview parue le lendemain dans la presse locale[14], Chris Chesney et Freddie Bulsara ont commencé, peu de temps auparavant, à écrire ensemble en reprenant certains éléments de compositions préparées pour Ibex.

L'arrivée du nouveau chanteur, créatif mais dominateur, détériore les relations entre les membres du groupe, au point que Gallop et Chesney se fâchent après des années d'amitié. Chesney évoquera un « manque de cohésion » dû aux origines et influences de Bulsara, très différentes des leurs[8]. C'est la fin de Sour Milk Sea, mais c'est toujours sur la même formation que Freddie Bulsara garde un œil : Smile.

Queen (1970-1991)

Smile et débuts de Queen

Article détaillé : Smile (groupe).

En 1970, Smile signe avec le label américain Mercury Records qui offre au groupe d'enregistrer trois morceaux, puis trois autres. Les bandes ne sont pas exploitées commercialement et Tim Staffell se lasse[15]. Ne voyant plus aucun avenir à Smile, il décide de quitter le groupe et propose à Freddie Bulsara de le remplacer au chant. Ce dernier accepte et décide, sans laisser grand choix aux autres membres, de changer le nom de la formation, en novembre 1970[15]. Il choisit Queen, qui deviendra, en une vingtaine d'années, un des groupes de rock les plus célèbres au monde. Pour sa part, il prend le pseudonyme de Freddie Mercury[16], à la suite de la composition de la chanson My Fairy King qui parle d'une « Mother Mercury ».

Première décennie de succès

Article détaillé : Queen.

En 1970, Freddie Mercury s'installe avec une jeune femme, Mary Austin, hôtesse d'accueil dans la boutique Biba , un des magasins de mode branchés de Londres[17]. Leur relation prend fin au milieu des années 1970 à cause de sa plus grande attirance pour les partenaires masculins. Cependant, Austin reste une amie très proche durant tout le reste de la vie du chanteur, continuant à veiller sur lui et à le conseiller[18]. En 1971, après plusieurs essais décevants avec d'autres bassistes, c'est John Deacon qui est choisi pour compléter le quatuor[3]. Queen est au complet, sous sa forme définitive et peut se lancer dans un travail de composition collective qui durera vingt ans.

Le succès de Queen passe par des étapes et évolutions techniques importantes. En 1972, Freddie Mercury tire parti de sa formation de graphiste pour dessiner le logotype du groupe, connu sous le nom de Queen Crest ; au milieu se trouve un Q majuscule, encadré de symboles rappelant les signes zodiacaux des quatre membres du groupe[15]. La même année, alors que Queen répète aux studios Trident pour l'enregistrement de leur premier album, le producteur des Beach Boys, Robin Cable, entend le chanteur depuis un couloir et lui propose d'enregistrer un morceau de sa composition, I Can Hear Music[19]. Le disque ne sort qu'en juin 1973, un mois avant le premier album de Queen. Afin de ne pas risquer de porter préjudice à la notoriété de sa formation, Freddie Mercury décide de sortir son tout premier travail « solo », auquel il convie les autres membres de Queen à apporter leur contribution, sous le nom de Larry Lurex[20].

En 1974, Freddie Mercury choisit de révéler son homosexualité, au cours d'un entretien accordé au magazine New Musical Express[21]. Le parfum de scandale dû à son orientation sexuelle devient, avec la provocation et l'iconoclastie, partie intégrante de son image au fil des années suivantes. À cette époque, Freddie Mercury arbore un style somme toute classique pour un chanteur de rock de l'époque, cheveux et ongles longs, ces derniers recouverts de vernis noir. Sur scène, ses tenues sont assez amples et renforcent le côté théâtral de sa gestuelle[22].

Les premiers albums du groupe sont bien accueillis par la critique et un succès commercial correct vient assez rapidement. Cependant, Freddie Mercury ambitionne de créer dans des styles réellement novateurs. En 1975, il y réussit avec l'album A Night at the Opera qui offre à Queen une réelle notoriété internationale. Le morceau Bohemian Rhapsody devient, au fil des ans, emblématique de la créativité du groupe et surtout de son chanteur, qui le compose presque intégralement en y mettant des moyens inédits à l'époque. Dès les premières années, le groupe s'impose comme avant-gardiste du clip, dont il fait un réel moyen d'expression artistique plutôt qu'un simple support de promotion commerciale. Celui qui est tourné pour cette célèbre rhapsodie ne fait pas exception, utilisant des effets vidéo ingénieux alors même que le budget qui est dévolu à son tournage est restreint.

Vers la fin des années 1970, et ce bien que le succès commercial soit au rendez-vous, Queen reçoit de dures critiques de la part de magazines musicaux importants, tels que le New Musical Express et Rolling Stone. La plupart des critiques rock qui s'expriment sont séduits par le mouvement punk et reprochent aux morceaux de Queen d'être surproduits[23]. Un des critiques de Rolling Stone confirmera son opinion en 1994, disant alors que l'album Queen II, dont Freddie Mercury est le principal auteur, était déjà « [d'une] complexité de composition abrupte et dénuée de sens »[24].

Parcours avec et sans Queen

Freddie Mercury en concert à Francfort en 1984.

Freddie Mercury coupe ses cheveux et se laisse pousser la moustache au début des années 1980, suivant la mode « nouveau clone » lancée par certains homosexuels à cette époque[25]. Malgré ce look sans ambages, il évoque toujours rarement sa vie sentimentale en public. Certains fans de la première heure lui font parvenir des colis contenant des rasoirs et du vernis à ongles[4]. À la fin de 1982, Queen annonce que la prochaine tournée n'aura lieu que l'année suivante. Mercury est animé du désir de composer un album personnel depuis plusieurs années et s'envole pour Munich afin de rentrer en studio, début 1983. Il rencontre Giorgio Moroder, compositeur et arrangeur, qui souhaite ressortir une version modernisée du célèbre film de Fritz Lang, Metropolis, en colorisant les images et en ajoutant une musique contemporaine. Il invite Mercury et d'autres artistes à participer au projet. Le résultat sera le premier single de Mercury, Love Kills, en 1984.

En mai 1983, il assiste à une représentation d'opéra dont la soprano se trouve être Montserrat Caballé[4]. Il se dit profondément impressionné par la prestation de Caballé et fait sa connaissance le soir même. L'idée de faire un album en duo germe et prendra corps quelques années plus tard.

Après ces expérimentations isolées, Queen se lance dans des tournées mondiales d'une envergure rarement égalée à l'époque (The Works Tour, The Magic Tour, etc.) et établit plusieurs records d'audience. Leur prestation au Live Aid de 1985, en direct du stade de Wembley, près de Londres, est saluée par la critique comme la « plus grande performance live de tous les temps[26]. » Elton John, qui doit leur succéder sur scène ce jour-là, leur lance une pique lorsqu'il croise les membres du groupe qui viennent d'achever leur passage de vingt minutes, les accusant d'avoir « volé le spectacle »[27].

En 1985, Mercury collabore à l'écriture de la comédie musicale Time, avec Dave Clark. La même année sort son premier album solo, Mr. Bad Guy (1985). Il s'installe également avec celui qui reste son dernier compagnon, Jim Hutton[28]. Le couple vit entre Londres et Montreux, en Suisse, où Mercury possède une maison et un studio d'enregistrement personnel. Hutton, malade du sida depuis 1990, meurt d'un cancer en 2010, à l'âge de soixante ans[28].

1986 est une année-clé pour le groupe, qui collectionne plusieurs succès dans des domaines divers. Le groupe enregistre et sort l'album A Kind of Magic, composé pour illustrer le film Highlander. Si seuls quelques morceaux figurent effectivement sur la bande originale du film, l'album est un succès commercial. Le groupe se lance dans une tournée européenne qui sera la dernière, puisque la maladie de Mercury va, peu après, lui interdire de renouveler ce genre d'expériences, trop fatigantes. Ce Magic Tour est lui aussi un succès et un album, Live Magic, en est tiré peu de temps après. Les membres du groupe souhaitent en outre tenter de donner, près de chez eux, un concert aux dimensions inédites pour un groupe seul. Ce sera le célèbre Live at Wembley. Alors que certains prédisent un échec à cause de la taille du lieu (le stade de Wembley de l'époque compte 70 000 places), les billets pour les deux soirs de concert se vendent en moins de deux jours[29]. Les enregistrements vidéo fixent le style et l'exubérance de Mercury, qui finit ses deux apparitions drapé dans un manteau écarlate bordé d'hermine avec sur la tête une réplique parfaite de la couronne royale britannique, le tout au son de l'hymne national officiel du Royaume-Uni, God Save the Queen. Après ces deux concerts, les membres du groupe souhaitent en organiser un supplémentaire pour satisfaire leurs fans : il a lieu à Knebworth le 9 août 1986. L'arrivée du groupe survolant la foule (plus de 120.000 personnes) en hélicoptère est restée célèbre. Il s'agit également du tout dernier concert de Freddie Mercury avec Queen[30].

En 1987 sort The Great Pretender, une reprise de la chanson de The Platters, réarrangée par Freddie Mercury. Dans la vidéo qui accompagne la chanson, Freddie Mercury recrée ses prestations des vidéos de chansons de Queen et de ses vidéos en solo. C'est lors du tournage de cette vidéo qu'il coupe sa moustache, qui était sa marque de fabrique depuis 1980. Cette année-là, le médecin de Freddie Mercury lui annonce qu'il est atteint du sida[31],[32].

C'est en 1988 que sort le second et dernier album estampillé Freddie Mercury qui soit composé de matériel original, Barcelona. Cet album est la concrétisation du rêve avoué du chanteur de se rapprocher du monde de l'opéra, désir déjà largement réalisé par le biais de certaines compositions, la plus célèbre étant Bohemian Rhapsody, mais surtout de son rêve de travailler avec la soprano catalane Montserrat Caballé. L'album est largement acclamé par la critique, et la chanson-titre du disque devient l'hymne de la ville natale de Montserrat Caballé (Barcelone) ainsi que le thème des Jeux olympiques qui s'y déroulent en 1992. Enfin, The Freddie Mercury Album (appelé The Great Pretender en Amérique du Nord) qui sort en 1992 est une compilation posthume, destinée à faire connaître au grand public et aux admirateurs de Queen un travail personnel assez méconnu.

Sa reprise de la chanson The Great Pretender et sa composition Living on My Own furent deux grands succès solo. Cependant, ce dernier titre ne parviendra en première position des ventes au Royaume-Uni qu'à titre posthume grâce au groupe No More Brothers qui le remixe. Cette version fut également numéro un des ventes de singles en France durant quinze semaines.

Maladie et fin de vie (1990-1991)

Freddie Mercury se sait malade du SIDA à partir de 1987.

En 1990-1991, il enregistre ses dernières prises avec Queen, dont son ultime composition, A Winter's Tale, qui évoque la région de Montreux, en Suisse, où il passe alors beaucoup de son temps. Si les traces physiques de la maladie ne sont pas immédiatement décelables, les toutes dernières apparitions du chanteur sont sans équivoque. Les clips réalisés pour l'album Innuendo, en particulier I'm Going Slightly Mad, le montrent très amaigri et fatigué. Il cache alors son visage sous une épaisse couche de maquillage blanc et noir[33].

Maison de Freddie Mercury à Kensington où vit toujours son ancienne compagne, Mary Austin.

Alors qu'il est très malade, il insiste pour enregistrer des chansons (Mother Love est la dernière sur laquelle il chante, mais il ne peut la terminer, Brian May chantant le dernier couplet) et des clips (Headlong, I'm Going Slightly Mad et These are the Days of Our Lives, sa dernière vidéo enregistrée). Il enregistre également The Show Must Go On, sorte de testament destiné à son public[34]. Mercury fait autant de prises de voix qu'il le peut, jusqu'à ce qu'une pneumonie ne l'en empêche, un mois avant sa mort.

Le 20 février 1990, Freddie Mercury fait une dernière apparition publique à l'occasion des British Awards, au cours desquels Queen se voit récompensé en étant désigné meilleur groupe anglais de la décennie 1980. La rumeur de maladie se répand et les médias évoquent la possibilité que Freddie Mercury souffre du sida. Le groupe dément au moyen d'un communiqué de presse officiel[15]. Paul Prenter, un de ses anciens assistants qui a déjà vendu à la presse beaucoup des secrets de la vie privée de Mercury, remet en cause ce démenti[35],[36]. Le 16 novembre 1991, un nouveau communiqué du groupe indique que Freddie Mercury ne souffre pas du sida[33]. Mais une semaine plus tard, le 23 novembre 1991, à la veille de sa mort, son médecin personnel, Gordon Atkinson, va à la rencontre des journalistes massés devant la maison de Kensington et lit un texte dicté de Freddie Mercury dans lequel il annonce être positif au VIH et atteint du SIDA[33].

Il meurt des suites de la pneumonie dont il souffre depuis plusieurs semaines, à l'âge de 45 ans, le 24 novembre 1991. De tradition zoroastrienne, il demande que ses obsèques respectent le rite de cette religion. Il est incinéré au Kensal Green Cemetery. L'emplacement exact de ses cendres est inconnu du grand public. Freddie Mercury lègue 500 000 £ à Jim Hutton, son compagnon (mort le ), la même somme à son assistant personnel et à son chef cuisinier et Modèle:Unité- à son chauffeur. Mary Austin, quant à elle, se voit léguer la moitié de la fortune de Freddie Mercury (soit plusieurs millions de livres sterling), sa demeure géorgienne du quartier de Kensington (au 1 Logan Place) dans laquelle elle s'installe avec sa famille, ainsi qu'un pourcentage sur les futures ventes de disques de l'artiste[18]. L'autre moitié de la fortune de Freddie Mercury revient à ses parents et à sa sœur cadette, Kashmira[37].

Capacités musicales

Outre ses qualités de chanteur reconnues, les talents de compositeur de Freddie Mercury se révèlent dans nombre de morceaux de Queen, notamment à travers des œuvres majeures telles que Bohemian Rhapsody ou Somebody to Love.

La voix parlée de Mercury s'étendait naturellement dans une tessiture de baryton ; cependant, il interprétait la plupart de ses chansons dans des tessitures de ténor[38]. Le biographe David Bret décrit sa voix comme « escaladant quelques gammes allant du profond, guttural grognement rock, au ténor tendre et vibrant, puis à la colorature haut perchée, parfaite, pure et cristalline dans les hauts sommets »[39]. Montserrat Caballé déclare : « sa technique était impressionnante. Pas de problème de tempo, il chantait avec un sens du rythme incisif et glissait d'un registre à un autre sans effort. Il avait une grande musicalité. Son phrasé pouvait être subtil, délicat et doux ou bien énergique et claquant. Il était capable de trouver la bonne coloration, la bonne nuance expressive pour chaque mot[40]. »

Les avis divergent quant à la réelle étendue de ses capacités. Si certaines sources enthousiastes vont jusqu'à lui octroyer une tessiture hors du commun de près de quatre octaves en incluant le chant en fausset[41],[42], d'autres sont plus circonspectes, se basant sur des problèmes de santé avoués, en l'occurrence des nodules aux cordes vocales qu'il refuse de se faire opérer[43] et qui le forcent, tout au moins sur scène, à chanter plus bas au fil des années. Il est également probable que les longues et éprouvantes tournées avec Queen lui aient causé des difficultés[44]. Monserrat Caballé affirme que sa voix s'étendait du fa1 au fa5[40]. Elle ajoute qu'il pouvait atteindre le fa4 en voix de poitrine[40].

Lors d'un sondage britannique basé sur le vote d'environ six cent mille personnes et réalisé au tournant du millénaire, Freddie Mercury se classe sixième meilleur chanteur de tous les temps ; tandis que sa rhapsodie de 1975 finit en tête de tableau, estampillée « meilleure chanson du XXe siècle »[45].

Critiques et controverses

Freddie Mercury a plusieurs fois été l'objet de critiques, principalement pour son refus d'évoquer publiquement ses origines, et plus tard, sa maladie. En outre, sa bisexualité avérée lui a attiré, après sa mort, les foudres de certains conservateurs britanniques ainsi que d'islamistes zanzibars.

Non-révélation de son infection par le VIH

Le refus de Freddie Mercury d'avertir le public qu'il était atteint du virus de l'immunodéficience humaine a parfois été critiqué, considérant qu'il aurait pu utiliser sa grande notoriété internationale pour collecter des fonds pour la recherche contre cette maladie. À l'inverse, son attitude pouvait laisser entendre à ses admirateurs que le SIDA est une maladie honteuse[46],[47]. Le Freddie Mercury Tribute, par sa diffusion internationale, a finalement atteint cet objectif de prévention et d'information à titre posthume.

Origines ethniques

Une critique plus fréquente est celle concernant la décision de Freddie Mercury de cacher au public ses origines pârsîs. Un ami proche du chanteur a confié au journaliste David Bret[48] : « Farrokh Bulsara est un nom qu'il a enterré. Il ne souhaitait parler d'aucune période de sa vie avant qu'il ne devienne Freddie Mercury et tout ce qui concernait Freddie Mercury était fabriqué par lui-même. » Roger Taylor, de son côté, a avancé que Freddie Mercury aurait rejeté ses origines parce qu'il les jugeait incompatibles avec son personnage public[49].

Cependant, alors que le Sunday Times dit de Freddie Mercury qu'il a « réussi à laisser passer la couronne de première pop star britannique d'origine pârsî »[50], Time Asia cite Mercury comme étant l'une des personnalités d'origine indienne les plus influentes des soixante dernières années[51]. L'article dit de Mercury qu'il a « fait en musique ce que d'autres Indiens, comme Salman Rushdie et Vikram Seth, ont fait en littérature : reprendre la forme artistique des colonisateurs et la représenter d'une manière plus riche et attirante que beaucoup d'anglophones ne l'auraient cru possible ».

Controverses concernant l'image publique

Freddie Mercury et Queen ont été largement critiqués dans les années 1980 pour avoir délibérément violé un embargo culturel des Nations unies en partant jouer à Sun City, un complexe de loisirs d'Afrique du Sud, pays pratiquant alors l'Apartheid. Queen a été placé sur une liste noire d'artistes établie par l'ONU et a été critiqué par des magazines comme NME[52].

En 1999, la Royal Mail sort un timbre à l'effigie de Freddie Mercury dans le cadre de sa série des Millenium stamps. Un journaliste s'offusque alors, évoquant le « mode de vie dégénéré » de Mercury qui, selon lui, n'en fait pas un sujet convenable pour un timbre célébrant la fin prochaine du XXe siècle[53]. La controverse enfle lorsqu'on note que Roger Taylor est visible en arrière-plan du timbre ; le privilège, pour une personne vivante, d'apparaître sur les timbres britanniques est alors réservé exclusivement aux membres de la famille royale, tradition à présent abandonnée. La Royal Mail fera savoir, afin de faire taire les critiques, qu'aussi bien la reine en personne que la famille de Freddie Mercury avaient approuvé le timbre en l'état[53].

Hommages

Article connexe : The Freddie Mercury Tribute.
Statue de Freddie Mercury au bord du lac Léman à Montreux (Suisse), le représentant tel qu'il était vêtu en ouverture du concert de Wembley en 1986.

Après la mort de Freddie Mercury, le groupe ne cesse pas d'exister officiellement, bien que chacun des membres se soit déjà lancé dans une carrière solo. Les membres restants de Queen fondent le Mercury Phoenix Trust et organisent le Freddie Mercury Tribute. Le 20 avril 1992, quatre-vingt-sept artistes sont réunis autour de May, Deacon et Taylor pour un concert de charité visant à collecter des fonds pour la recherche sur le sida. La prestation de George Michael est si appréciée qu'en est tiré un petit album de cinq titres, Five Live. Seuls deux morceaux de Queen y figurent : Somebody to Love et These Are the Days of Our Lives, en duo avec Lisa Stansfield.

Après avoir été récompensé pour « contribution exceptionnelle à la musique britannique » à titre posthume lors des Brit Awards en 1992[54], il apparaît en 2002 sur la « liste des cent Britanniques les plus célèbres », établie par un vote national ; il y est classé cinquante-huitième[55]. Le magazine américain Rolling Stone le classe dans la liste des « plus grands chanteurs de tous les temps »[56].

Il est élu[Quand ?] « ultime Dieu du rock » par l'institut de sondage britannique OnePoll sur une liste des 4 000 plus grandes figures du rock, devançant Elvis Presley de quelques voix[57].

Une statue à la mémoire de l'artiste, sculptée par Irena Sedlecká, est érigée à Montreux, en Suisse[58]. Elle mesure trois mètres et fait face au lac Léman[59].

En 2005, Queen s'adjoint finalement le chanteur Paul Rodgers. En mémoire de Freddie Mercury, cette formation ne s'appelle pas seulement Queen, mais Queen + Paul Rodgers. Le 5 septembre 2011, la page d'accueil Google commémore sa naissance avec un logo vidéo reprenant son titre emblématique Don't Stop Me Now[60],[61].

Dans un article du Guardian du , John Harris dit de Freddie Mercury : « Ceux qui font des classements des plus grands frontmen du rock et accordent les premières places à Mick Jagger, Robert Plant et consorts font une terrible erreur. Freddie, comme le prouve sa performance dionysiaque au Live Aid, est facilement, de tous, celui qui se rapproche le plus d'un dieu »[52].

Au cours de sa carrière, Freddie Mercury a donné pas moins de sept cents concerts de par le monde avec Queen. Le groupe fut le premier à remplir les stades d'Amérique du Sud, battant des records mondiaux d'assistance en Argentine et au Brésil aussi plus particulièrement au Morumbi Stadium de São Paulo où leur concert a été donné devant plus de cent trente mille personnes[62]. En 1986, la tournée européenne de Queen les amène à Budapest devant quatre-vingt mille personnes, faisant l'un des premiers groupes d'Europe de l’Ouest à jouer de l'autre côté du rideau de fer[63]. La toute dernière apparition sur scène de Mercury avec Queen a lieu le 9 août 1986 dans le parc de Knebworth et réunit une assistance estimée à cent cinquante mille personnes.

Un autre hommage est rendu à Freddie Mercury lors de la cérémonie de clôture des Jeux olympiques de Londres, où il apparaît sur un écran géant placé au milieu du stade olympique, en train de faire participer le public de Wembley lors du concert que Queen donna en 1986. Ce 12 août 2012, tout le stade reprend ses vocalises, comme l'avait fait le public en direct avec lui vingt-six ans plus tôt. C'est ensuite Brian May, qui enchaîne sur le titre instrumental Brighton Rock, avant d'être rejoint par Roger Taylor pour We Will Rock You en compagnie de la chanteuse Jessie J.

(17473) Freddiemercury, astéroïde de la ceinture principale, découvert à l'Observatoire de La Silla (Chili), est nommé de la sorte par l'UAI, en septembre 2016, pour célébrer le soixante-dixième anniversaire de la naissance de l'artiste. Par ailleurs, Sol Badguy, le héros de la série de jeux vidéo Guilty Gear, est un hommage à Freddie Mercury.

Religion

Selon Daniel Lesueur, Freddie Mercury aurait été fortement influencé par le zoroastrisme, religion de sa famille[64].

Discographie

Albums solo

Article détaillé : Discographie de Freddie Mercury.

Avec Queen

Pour l'article détaillé, voir la discographie complète de Queen.

Filmographie

  • 2006 : Lover of Life / Singer of Songs (2 DVD)
  • 2006 : Live at Wembley Stadium (2 DVD ; avec Queen)
  • 2006 : On Fire at the Bowl (2 DVD ; avec Queen)
  • 2007 : Rock Montreal (1 DVD ; avec Queen)
  • Live Aid (coffret DVD avec Rock Montréal ; avec Queen)
  • 2018 : Bohemian Rhapsody de Bryan Singer, interprété par Rami Malek. Après avoir envisagé de faire tenir le rôle à Sacha Baron Cohen puis à Ben Whishaw, Bryan Singer choisit Rami Malek pour interpréter Freddie Mercury dans son biopic[65],. Projet de longue date, le film revient sur le parcours de Queen et de son leader, de la formation du groupe à son apparition au concert Live Aid en 1985. Bohemian Rhapsody connaît des critiques de presse mitigées[67] mais de très bon avis des télespectateurs,.

Notes et références

  1. (en-GB) « Queen win greatest live gig poll », BBC,‎ (lire en ligne).
  2. (en) Government of Zanzibar, « Certificat de naissance de Farrokh Bulsara », sur mr-mercury.co.uk/webarchives.com (consulté le 6 août 2018).
  3. a b c et d (en) Rick Sky, Freddie Mercury, Queen, éditions Spengler, (ISBN 2-909997-10-3).
  4. a b c d e f g et h (en) « Freddie Mercury: biography », sur Freddie.ru (consulté le 6 août 2018).
  5. « However, it was here that the young Farrokh took the first step towards changing his identity, insisting that his peers call him by a new adopted first name: Freddie ». Cf. (en) Mark Blake, Freddie Mercury. A Kind of Magic, Omnibus Press, , 224 p. (lire en ligne).
  6. a et b (en) Queen Before Queen - Andy Davis, Record Collector no 199, mars 1996, 11 pages.
  7. Lesley-Ann Jones, "Mercury: An Intimate Biography of Freddie Mercury"., Simon and Schuster, , p. 327.
  8. a b et c (en) Pour plus d'informations sur les formations auxquelles s'est joint Freddie Mercury avant Smile et Queen, se référer à ce site qui propose un historique assez complet et quelques documents visuels d'époque.
  9. a et b (en) Queen’s Freddie Mercury Shopping for an Image in London - Scott Cohen, Circus Magazine , avril 1975 (sur Queenarchives.com, voir archive)
  10. Enregistrements vidéo et audio du Live at Wembley de 1986
  11. Stan Cuesta, Queen, l’opéra rock, Albin Michel, 2000 (ISBN 2-226-08159-3)
  12. a b et c Biographie complète de F. Mercury - Site personnel
  13. Ces informations émanent d'une lettre que Mercury écrira bien plus tard à une amie, Celine Daley. Il y précise en outre que leur première apparition sur scène sous ce nom a lieu, le 31 octobre 1969, au Ealing College.
  14. a et b (en) Article et photographie parus dans le Oxford Mail du 21 mars 1970.
  15. a b c et d (en) Voir ce résumé chronologique.
  16. Freddie Mercury - Lover of life Singer of songs - The very Best Of - Infosjeunes.com, 22 juillet 2006
  17. (en) Matt Richards, Mark Langthorne, Somebody to Love. The Life, Death and Legacy of Freddie Mercury, Simon and Schuster, , p. 10.
  18. a et b (en) Mary Austin livre, en 2000, ses souvenirs de vie commune avec Freddie Mercury. On peut en lire quelques passages sur ce site.
  19. Cet enregistrement a depuis été réédité sur quelques compilations non officielles de bandes et microsillons des débuts du groupe, comme Queen in Nuce, l'une des plus distribuées.
  20. (en) Ce site propose des explications détaillées quant à l'enregistrement et à la sortie de ce 45 tours.
  21. (en) New Musical Express du 12 mars 1974 : « I am as gay as a daffodil, my dear! », repris par le site (en) gaylife.
  22. Le coffret présentant l'intégrale des clips vidéo du groupe, Box of Flix (VHS et DVD, livret en français dans l'édition DVD), montre bien l'évolution des tenues et attitudes de Freddie Mercury au fil des ans, de 1973 à la fin de sa vie.
  23. (en) 4-04-1974 - NME - Julie Webb, Queenarchives.com, 2007 (voir archive)
  24. (en) Queen II - Ken Barnes, Rolling Stone, 20 juin 1974
  25. (en) Pour plus d'informations sur l'émergence de cette mode, voir l'ouvrage Gay Macho: The Life and Death of the Homosexual Clone par Martin P. Levine.
  26. (en) « Queen win greatest live gig poll », sur BBC News, (consulté le 6 août 2018).
  27. (en) Mikal Gillmore, « Queen’s Tragic Rhapsody - Theatrical, brilliant, excessive and doomed — there had never been another band like Queen or a frontman like Freddie Mercury », sur Rolling Stone (consulté le 6 août 2018).
  28. a et b (en) « Jim Hutton, partner to the late Freddie Mercury, dies at 60 », sur Towleroad.com, (consulté le 6 août 2018).
  29. Plus de détails sur cet événement dans l'article détaillé, Queen.
  30. Alan Davies, « Queen rocked Knebworth 30 years ago today in Freddie Mercury’s last show », sur Welwyn Hatfield Times, (consulté le 7 novembre 2018)
  31. (en) Son médecin personnel, Gordon Atkinson, en fait mention à l'annonce publique de sa maladie, en 1991.
  32. (en) La source originelle de cette information est l'ouvrage de John Hutton, le dernier compagnon de Freddie Mercury, Mercury and Me, (ISBN 978-0-7475-2134-1).
  33. a b et c http://www.dhnet.be/archive/il-savait-qu-il-allait-mourir-51b7e2d0e4b0de6db994409d
  34. Le titre signifie littéralement « le spectacle doit continuer ».
  35. (en) Lesley-Ann Jones, Mercury. An Intimate Biography of Freddie Mercury, Simon and Schuster, , p. 284.
  36. (en) Matt Richards, Mark Langthorne, Somebody to Love. The Life, Death and Legacy of Freddie Mercury, Bonnier Publishing Ltd., , p. 137.
  37. (en) « Blue Plaque unveiled on Freddie Mercury's first London home », BBC News,‎ (lire en ligne).
  38. (en) David Evans et Peter Freestone, Freddie Mercury: an intimate memoir by the man who knew him best, London: Omnibus, 2006, (ISBN 0-7119-8674-6), pp. 108–109
  39. (en) David Bret, Living on the Edge: The Freddie Mercury Story, Londres, Robson Books, 1996 (ISBN 978-1-8610-5256-8), p. 26
  40. a b et c (en) D. Soto-Morettini, Popular Singing: A Practical Guide To: Pop, Jazz, Blues, Rock, Country and Gospel, A & C Black, 2006 (ISBN 978-0713672664), p. 35
  41. (en) ce site - people.monstersandcritics.com (« His recorded vocal range spanned nearly four octaves (falsetto included) »
  42. (en) RollingStone.com – 100 Greatest Singers of All Time.
  43. (en) Freddie Mercury - Findadeath.com
  44. (en) Voir tout en bas de cette page, qui évoque en outre les soucis de santé de Brian May à la même époque.
  45. (en) Music of The Millennium Magazine - Queen write-ups - Mr-mercury.co.uk (voir archive)
  46. (en) Queen singer is rock's first major AIDS casualty - Jeffrey Ressner, Rolling Stone, janvier 1992 (sur Queenzone.com, voir archive)
  47. Rick Sky, The Show Must Go on : la vie de Freddie Mercury, éditions Spengler, 1994, p. 163
  48. (en) David Bret, Living on the Edge: The Freddie Mercury Story, Londres, Robson Books, 1996 (ISBN 978-1-8610-5256-8), p. 20
  49. (en) Freddie Mercury - (A Kind of Magic) Part 2 - YouTube [vidéo]
  50. (en) « Star of India », in Sunday Times Magazine, 17 novembre 1996
  51. (en) Farrokh Bulsara - Liam Fitzpatrick, Time Asia, 13 novembre 2006 (voir archive)
  52. a et b (en) The Sins of St. Freddie - John Harris, The Guardian, 14 janvier 2005
  53. a et b (en) Freddie Mercury Stamp Creates Controversy In The U.K. - MTV, 6 mars 1999
  54. (en) The Brits 1992 - Site officiel des Brit Awards.
  55. (en) The Greatest Britons of all Time chosen by the people of Britain - Woodlands Junior, novembre 2002.
  56. (en) 100 Greatest Singers - Rolling Stone, 2 décembre 2010.
  57. Mirror.co.uk, « Queen's Freddie Mercury is rock's ultimate god », mirror,‎ (lire en ligne).
  58. (en) « Mercury, heavy metal and a jazz explosion », Traveller (consulté le 27 septembre 2014).
  59. (en) « Montreuxmusic/Freddie Mercury », Montreuxmusic (consulté le 7 octobre 2014).
  60. (en) « Freddie Mercury Google doodle celebrates Queen singer's birthday », mirror (consulté le 27 septembre 2014).
  61. (en) Greene, Andy, « Steven Adler on Axl Rose: 'I'm Done With Him' », sur Rolling Stone, (consulté le 27 juillet 2012).
  62. (en) Les chiffres officiels des tournées de Queen sont donnés sur le site queenconcerts.com.
  63. (en) À la suite de leurs compatriotes d'Iron Maiden, cf. World Slavery Tour.
  64. Le zoroastrisme, religion de Freddie Mercury - Daniel Lesueur, Suite101.fr, 25 octobre 2010 (voir archive)
  65. Maxime Pargaud, « Sacha Baron Cohen renonce à Freddie Mercury », sur Le Figaro, (consulté le 31 octobre 2018)
  66. « Bohemian Rhapsody, Metascore », sur Metacritic

Voir aussi

Bibliographie

  • Alex Bochard, Le Panthéon des stars du rock 2, Physalis, , 82 p. (ISBN 978-2366400663).
  • Mark Blake (trad. Marc-Emmanuel Konigson), Queen : toute l'histoire, Rosières-en-Haye, Camion blanc, , 651 p. (ISBN 978-2-35779-201-2).
  • Peter Freestone et David Evans (trad. Sébastien Meyer et Luca Giangreco), Freddie Mercury, Lausanne, Paulette, , 203 p. (ISBN 978-2-9700653-3-3).
  • (en) Jim Hutton et Tim Wapshott, Mercury and me, New York, Boulevard Books, , 244 p. (ISBN 1572970804).
  • Freddie Mercury, Greg Brooks (dir.) et Simon Lupton (dir.) (trad. Joseph Achoury Klejman), Freddie Mercury, Paris, JBZ & Cie, , 215 p. (ISBN 978-2-7556-0905-9).
  • Sean O'Hagan et David Evans (trad. Stéphane Baert, légendes de Greg Brooks et Phil Symes), Freddie Mercury : the great pretender : une vie en images, Paris, Huginn & Muninn, , 142 p. (ISBN 978-2-36480-063-2).
  • Selim Rauer, Freddie Mercury, Paris, Fayard, , 340 p. (ISBN 978-2-213-63569-9).
  • Rick Sky (trad. François Jouffa), Freddie Mercury : Queen, Paris, Spengler, , 231 p. (ISBN 2-909997-10-3).

Documentaire

  • (en) Freddie Mercury: The Great Pretender : The Great Pretender de Rhys Thomas, Eagle Rock & Mercury Songs, 16 octobre 2012, 87 minutes : VF effectuée par Arte.

Liens externes

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 4 septembre 2007 ().
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 4 septembre 2007 de cet article a été reconnue comme « article de qualité », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.