Françoise Laborde (journaliste)

Françoise Laborde
Image illustrative de l’article Françoise Laborde (journaliste)

Nom de naissance Françoise Maria Laborde
Naissance (65 ans)
Bordeaux (Gironde)
Nationalité Drapeau : France Française
Profession Journaliste
Spécialité Présentatrice du journal télévisé
Autres activités Animatrice de télévision et écrivaine
Années d'activité 1979-2009
Médias
Média principal Télévision
Pays France
Presse écrite Journal de 13 heures
Télévision France 2
Fonction Membre du Conseil supérieur de l'audiovisuel de 2009 à 2015

Françoise Laborde, née le à Bordeaux, est une journaliste, écrivain et présentatrice de télévision française.

Entre et , elle est membre du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA).

Enfance et formation

Son père est professeur d'anglais, puis inspecteur d'académie, a été enseignant aux États-Unis où il a publié un ouvrage sur la civilisation française. Sa mère, espagnole, a été membre d'un réseau de résistance franco-britannique et décorée à ce titre par la reine d'Angleterre[réf. nécessaire]. Elle a deux sœurs aînées, Geneviève et Catherine Laborde, présentatrice météo. Les trois sœurs accompagnant leurs parents pendant plusieurs étés aux États-Unis (entre 1960 et 1967), ont été partiellement scolarisées dans des écoles américaines.

Après des études littéraires au lycée Camille-Jullian à Bordeaux, elle suit des études de droit à l'université Bordeaux I, où elle obtient un DEA de droit des affaires.

Carrière

En 1979, elle part pour Bruxelles et collabore à la revue Europolitique. Parallèlement, elle est correspondante pour RFI.

De 1982 à 1985, elle se spécialise dans l'économie et le social, à RMC.

De 1985 à 1993, elle est chef du service économie puis rédactrice en chef adjointe de TF1.

De 1993 à 1995, elle est chef du service économie et rédactrice en chef adjointe à France 3.

En 1995, elle est nommée chef du service économique et social ; et rédactrice en chef adjointe à France 2.

En 1997, elle devient rédactrice en chef de Télématin et présente à partir de cette année-là l'interview politique Les 4 vérités, et ce jusqu'en décembre 2006.

À partir de 1999, elle est la remplaçante habituelle de Béatrice Schönberg aux journaux du week-end sur la même chaîne. Il était prévu qu'elle devienne à partir de mars 2007 la présentatrice par intérim de ces journaux du week-end pour quelques mois, Béatrice Schönberg étant écartée provisoirement de son poste pendant la campagne électorale en raison de son mariage avec le ministre Jean-Louis Borloo. Mais l'annonce en de la grossesse de la présentatrice du 13 h Élise Lucet a changé la donne : Françoise Laborde remplace finalement Élise Lucet, et c'est Laurent Delahousse, récent transfuge de la chaîne M6, qui assure de son côté le remplacement de Béatrice Schönberg.

Le , elle est nommée au Conseil supérieur de l'audiovisuel, l'autorité de régulation de l'audiovisuel en France, par Nicolas Sarkozy, alors président de la République[1].

Le 3 février 2015, elle est nommée au Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes par arrêté du Premier ministre.

Honneurs et engagements

Françoise Laborde est officier[2] dans l'ordre de la Légion d'honneur, et dans l'ordre national du Mérite. Elle est également officier du Mérite agricole.

Elle est fondatrice et présidente de l'association PFDM « Pour les femmes dans les médias », qui rassemble les femmes dirigeantes dans les médias.

Elle est présidente du « Club des Amis du Refuge », qui regroupe les marraines et parrains de cette association qui vient en aide aux jeunes chassés de chez eux en raison de leur homosexualité.

Accusation de plagiat

En février 2012, le site Acrimed accuse Françoise Laborde et Denise Bombardier de plagiat lors de la rédaction de leur livre intitulé Ne vous taisez plus ! paru en 2011[3],[4].

Le 7 juin 2013, le tribunal de grande instance de Paris a condamné la société Fayard, éditrice de ce livre, pour plagiat, soulignant qu’il est « manifeste que le texte litigieux reproduit, très souvent au mot près, l’article de la demanderesse[5] ». Les passages incriminés se trouvant dans la partie du manuscrit écrite par Françoise Laborde, sa coauteure Denise Bombardier a finalement reconnu le plagiat et l'a désavouée: « Je n'aurais jamais pu m'imaginer qu'une personne que je connais, une ex-présentatrice du journal télévisé sur France 2, puisse faire une telle chose.(...) Elle n'a pas dit qu'elle avait pris ça sur un site Internet...»[6]

Livres

  • avec Jean-Luc Mano, Les Mammouths et les jeunes lions. À la recherche de la deuxième droite, éditions Belfond, , 267 p. (ISBN 978-2714424143)
  • avec Catherine Laborde, Des sœurs, des mères, des enfants, éditions Jean-Claude Lattès,
  • Dix jours en mars à Bruxelles, éditions Ramsay, , 324 p. (ISBN 978-2841147861)
  • avec Stéphane Bugat, L'Homme du 18 juin 2002, éditions Ramsay, , 262 p. (ISBN 978-2841146086)
  • Pourquoi ma mère me rend folle, éditions Ramsay, , 220 p. (ISBN 978-2841146000)
  • Ma mère n'est pas un philodendron, éditions Fayard, , 259 p. (ISBN 978-2213617558)
  • Pas de panique Maman est là !, éditions Fayard, , 244 p. (ISBN 978-2213622033)
  • C'est encore mieux à cinquante ans, éditions Fayard, , 230 p. (ISBN 978-2213628899)
  • Tribulations d'une femme d'aujourd'hui : ça va mieux en le disant !, éditions Fayard, , 284 p. (ISBN 978-2213635804)
  • avec Denise Bombardier, Ne vous taisez plus !, éditions Fayard, , 80 p. (ISBN 9782213666525)
  • Muette. Quand ma mère me rendait folle, Éditions Jean-Claude Gawsewitch, 2013, 256 p. ( (ISBN 978-2-35013-404-8))
  • Les mûres ne comptent pas pour des prunes, Editions Michel Lafon 2015 avec Isabelle Duquesnoy.

Elle a également écrit une préface :

  • Caroline Hommet, Karl Mondon et Dominique Beauchamp (préf. Françoise Laborde), La Maladie d'Alzheimer : 100 questions/réponses, éditions Ellipses, , 176 p. (ISBN 978-2729865634)

Vie privée

Mariée depuis à l'ancien dirigeant de Canal+ Belgique et i>Télé Jean-Claude Paris[7], Françoise Laborde est la mère de deux fils (nés en 1993 et 1995), tous deux d'une précédente relation avec Manuel Joaquim, grand reporter de TF1, prix Albert-Londres, décédé en 2006[8].

Notes et références

  1. (fr) « Françoise Laborde et Christine Kelly nommées au CSA » sur Ozap.com,
  2. http://www.legiondhonneur.fr/sites/default/files/promotion/lh20170101.pdf
  3. (fr) Henri Maler, « Françoise Laborde (du CSA) et Denise Bombardier prises en flagrant délit de plagiat », sur Acrimed,
  4. (fr) « Allégations de plagiat à l'endroit de Denise Bombardier », sur cyberpresse.ca,
  5. Les éditions Fayard condamnées pour les plagiats avérés de Françoise Laborde (du CSA…) sur [1]. Consulté le 17 juillet 2013.
  6. Françoise Laborde plagie, les éditions Fayard payent, L'Express, 19 juillet 2013.
  7. (fr) « Mariage : Françoise Laborde a épousé Jean-Claude Paris cet après-midi ! » sur le site officiel de Télé 7 Jours,
  8. (fr) « Françoise Laborde » sur le site de Gala, consulté le 24 janvier 2008

Liens externes