François Mitterrand et l'extrême droite

Les relations entre François Mitterrand et l'extrême droite sont le thème d'un certain nombre d'ouvrages de la fin des années 1990. Les relations de l'homme avec ce courant politique ont défrayé les chroniques journalistiques et alimenté des rumeurs plus ou moins fondées. Le livre de Pierre Péan Une jeunesse française, paru en 1994[1], exposait la jeunesse de François Mitterrand durant les années 1930 et les années 1940 ; avant lui, Franz-Olivier Giesbert dans son livre François Mitterrand ou la tentation de l'histoire (1977)[2] avait décrit, entre autres, la jeunesse de Mitterrand et son parcours à l'époque de Vichy.

D'autres ouvrages ont concerné des périodes plus récentes, certains accréditant la thèse d'une stratégie politique dans les années 1980 favorisant la montée du Front national. Cette thèse est largement nuancée par les universitaires.

Origines

François Mitterrand est né le à Jarnac (Charente) dans une famille conservatrice de la petite bourgeoisie provinciale. Il reçoit durant son enfance et son adolescence une éducation catholique.

En 1934, il vient à Paris pour étudier à la faculté de droit et à l’École libre des sciences politiques. Il est alors hébergé chez les pères maristes de la rue de Vaugirard.

Une jeunesse française (1934-1939)

Mitterrand et les volontaires nationaux

L'itinéraire de Mitterrand en 1935 et 1942 a été l'objet de nombreuses interprétations contradictoires.

Sympathisant du colonel François de La Rocque, il adhère aux Volontaires nationaux, organisation de jeunesse des Croix-de-feu en 1934. Cette adhésion à la vision de La Rocque dure entre un et trois ans[3]. Néanmoins, il n'adhère pas au Parti social français, fondé après la dissolution des ligues en 1936.

La manifestation contre les « métèques »

Le , François Mitterrand participe à la manifestation de l'Action française contre les médecins étrangers autorisés à exercer en France, aux cris de « La France aux Français » (plus connue sous le nom réducteur de manifestation contre « l'invasion métèque »).

Sa participation à cette manifestation fut attestée par deux photographies[4], publiées dans Les Camelots du roi de Maurice Pujo[5], où François Mitterrand apparaît face à un cordon de policiers. Le président ne niera pas avoir participé à cette manifestation mais n'en reconnaîtra pas le mot d'ordre[6],[7].

Selon une théorie énoncée principalement par Jean Lacouture, mais abandonnée par cet auteur lors de sa collaboration ultérieure au livre de Patrick Rotman[7], la présence de François Mitterrand dans une foule confuse à la fin de cette manifestation contre « l'invasion métèque » en février 1935 ne signifiait pas grand chose.

Mitterrand et les cagoulards

En janvier 1935, Eugène Deloncle fonde une organisation secrète d'extrême droite, l’Organisation secrète d’action révolutionnaire nationale, surnommée la Cagoule par Maurice Pujo. C'est Eugène Schueller, le fondateur de la société L'Oréal, qui met ses moyens personnels et financiers à disposition de la Cagoule et organise des réunions au siège de sa société.

Plusieurs jeunes gens, amis et étudiants pour la plupart, résidant à l’internat des pères maristes du 104, rue de Vaugirard à Paris, fréquentent alors les chefs de la Cagoule. Sans tous adhérer au mouvement ou faire état publiquement d'une quelconque approbation, on y retrouve Pierre Guillain de Bénouville, Claude Roy, François Mitterrand et André Bettencourt.

Pierre Péan, indique dans son livre que Robert Mitterrand, frère du président, épousa en 1939, Édith Cahier, fille de Paul Cahier, dont la sœur est l'épouse d'Eugène Deloncle[8]. La propre sœur de Robert et François Mitterrand, Marie-Josèphe de Corlieu (« Jo »), fut, de 1941 à 1947, la maîtresse de Jean Bouvyer, ancien cagoulard[9],[10]. Mais Péan se dit formel sur la non-appartenance de Mitterrand à la Cagoule[11],[10],[12] ; il fonde son affirmation sur, entre autres, le fait que le nom de Mitterrand ne figure pas sur la liste dite « Corre »[11], qui fournit à la police le nom de nombreux cagoulards[13] et dont il publie dans son livre, l'extrait, à la lettre « M »[14].

L'historien Philippe Bourdrel indique également que plusieurs éléments liant Mitterrand à La Cagoule posent question, sans que l'on puisse obtenir de réponse claire[15]. Il indique, notamment, que Mitterrand avait accepté le double parrainage de cagoulards Gabriel Jeantet et Georges Soulès-Abellio lorsqu'il se vit remettre francisque en 1943[16]. D'autres sources indiquent qu'il s'agirait, non pas de Georges Soulès-Abellio, mais de Simon Arbellot[17],[18],[19].

À la Libération, Bouvyer bénéficie du témoignage en sa faveur de François Mitterrand, qui explique que l'ancien cagoulard avait caché chez lui du matériel et fabriqué de faux papiers[20] pour le Mouvement national des prisonniers de guerre, le mouvement de résistance dirigé par François Mitterrand et Maurice Pinot. Lors de son incarcération à Fresnes, Bouvyer affirma, dans un courrier à sa mère, avoir renié ses idées des années 1930, se disant prêt à dénoncer tous les dirigeants de la Cagoule qu'il connaît, et même à s'entendre avec les communistes autrefois abhorrés[21]. La mère de Jean-Marie Bouvyer, Antoinette, devint en 1946 la marraine de Jean-Christophe Mitterrand[22].

Les liens avec Eugène Schueller sont moins directs. En 1945, Mitterrand fut nommé, pour peu de temps, président-directeur général des Éditions du Rond-Point (appartenant au groupe de Schueller), lesquelles publiaient un magazine intitulé Votre Beauté[23].

Pour Pierre Péan, la rumeur d'appartenance de François Mitterrand à la Cagoule est entretenue par la droite et l'extrême droite[12], en particulier depuis le début des années 1950, surtout en raison de « ses prises de position jugées anticolonialistes, sa virulence contre les réseaux anticommunistes [et] son ambition affichée[24]. » Selon lui, cette rumeur prend forme, en 1953, dans une publication interne « d'un petit mouvement dissident gaulliste[24] », l'A.R.S[24]. Péan affirme que les Renseignements généraux amplifient ensuite cette rumeur[24], ou seraient eux-mêmes à son origine[24] puisqu'une note de leurs services datée du , consacrée au docteur Martin, cite le nom de Mitterrand parmi plusieurs autres[24].

La « rumeur cagoularde[24] » est ensuite bien installée[24], lorsque le , Jean-André Faucher un proche de Roland Dumas qui se dit « parent éloigné » de Mitterrand, insinue[24], dans sa publication confidentielle Lettre à un cousin, que François Mitterrand, alors ministre de l'Intérieur, aurait des liens avec plusieurs cagoulards, tels Eugène Schueller, François Méténier, Jacques Corrèze[24]. Il évoque également, sans plus de précisions, les confidences de policiers ayant exploité la liste Corre et de deux cagoulards Jacubiez et Roger Mouraille[24]. Il suggère que le juge d'instruction Robert Lévy pourrait dire « à quelle puissante intervention le cagoulard Bouvyer dut d'échapper au sort de ses coaccusés[24]. »

Cette rumeur le poursuivra pendant toute sa carrière politique et sera reprise à diverses occasions par ses adversaires, en particulier gaullistes[24]. En décembre 1954 au moment de l'affaire des fuites, les députés Jean Legendre (indépendant) et Raymond Dronne (gaulliste) accusent Mitterrand, toujours ministre de l'intérieur, d'avoir été cagoulard. Ils l'attaquent vivement, notamment lors des débats à l'Assemblée nationale, le [25],[24]. Après les attaques redoublent à ce sujet, par exemple de la part de François d'Aubert, Jacques Toubon et Alain Madelin, en [24]. Dans les années 1980, Jean-Edern Hallier utilise cette rumeur dans ses attaques contre le président[24].

Mitterrand et les manifestations contre Gaston Jèze

Durant l'hiver 1936, François Mitterrand participe à des manifestations contre le professeur de droit public Gaston Jèze.

Ces manifestations, qui durent de janvier à mars 1936, à l'instigation de la droite nationaliste et de l'Action française, demandent la démission de Gaston Jèze, pour avoir accepté d'être le conseiller d'Hailé Sélassié, négus d'Éthiopie, chassé d'Addis-Abeba par les troupes mussoliniennes[26],[27].

Selon Jean Lacouture, dans un point de vue non repris lors de sa collaboration avec Patrick Rotman[7], ces manifestations contre Gaston Jèze étaient un chahut d'étudiants contre un enseignant tyrannique, accusé d'obliger ses étudiants à apprendre les notes de bas de page de ses ouvrages de finances publiques et qui s'est soldé par des pétitions demandant sa démission et exploité a posteriori par l'Action française (pour défendre un fiscaliste républicain).

François Mitterrand et la Seconde Guerre mondiale

Le sergent-chef Mitterrand est mobilisé en septembre 1939 au sein du 23e régiment d'infanterie coloniale (RIC). Blessé par un éclat d'obus, il est fait prisonnier en Allemagne, le 16 juin 1940. Il est alors l'un des 1 650 000 prisonniers de guerre.

En décembre 1941, il s'évade (et figure parmi l'une des 16 000 tentatives réussies pour l'année 1941).

Le vichysto-résistant

Fonctions à Vichy

Installé à Vichy en janvier 1942, bien que recherché par les Allemands comme prisonnier évadé, il occupe un emploi contractuel d'abord à la Légion française des combattants (LFC) puis en mai 1942, au Commissariat général aux prisonniers de guerres et rapatriés et aux familles de prisonniers de guerre (sous les ordres de Maurice Pinot) dont la compétence est principalement civique et sociale[28]. En janvier 1943, le commissariat prendra cependant une orientation pro-nazie[29]. François Mitterrand, alors chef de service de l’Information du commissariat pour la zone sud, démissionne.

Il garde un poste à la tête des centres d’entraide et c’est à ce titre qu’il reçoit la Francisque gallique en mars-avril 1943[30],[31],[32],[33]. Pour recevoir cette distinction honorifique, il est parrainé par deux membres de la Cagoule (Gabriel Jeantet, membre du cabinet du maréchal Pétain, et Simon Arbellot)[17]. Cette décoration lui sera reprochée par ses adversaires tout au long sa carrière politique, depuis les communistes (dès 1948) jusqu'aux gaullistes (dès 1954) et la SFIO (dès 1958)[34].

Pour certains, à la lecture du livre de Pierre Péan, il ne fait aucun doute que François Mitterrand a été maréchaliste et plein de confiance et d'admiration pour l'homme Pétain, notamment à la lecture d'une de ses lettres à sa sœur, rédigée le 13 mars 1942 et dans laquelle il écrit : « j'ai vu le maréchal au théâtre […] il est magnifique d'allure, son visage est celui d'une statue de marbre. »

Dans une lettre du , il avoue n'être pas particulièrement inquiet du retour aux affaires, en avril 1942, de Pierre Laval, qui doit selon lui faire ses preuves, mais il condamne la fonctionnarisation de la Légion française des combattants (LFC), lui préférant le modèle du Service d'ordre légionnaire (SOL), que vient de mettre en place Joseph Darnand.

Résistance

Si Franz-Olivier Giesbert et plus tard, Pierre Péan, soulignent qu’il ne bascule que progressivement du côté de la Résistance, François Mitterrand aura été, par la suite, un adversaire du collaborationnisme[35]. Pour cette raison, il est parfois qualifié de « vichysto-résistant »[36]. Jérôme Cotillon dans Ce qu'il reste de Vichy (Armand Colin, 2003), revient sur cette question et avance la notion de « maréchalo-résistance ».

Ses actes de résistance ne sont guère contestés[37], du moins ce qualificatif lui est indéniablement reconnu à partir de l'été 1943 alors qu'il est devenu responsable d'un mouvement de prisonniers résistants[38] (qui avait reçu dès mars 1943 le soutien et le financement de l'ORA, regroupant des militaires vichystes passés à la Résistance après l'invasion de la zone sud en novembre 1942[39]).

Le général de Gaulle le cite dans ses Mémoires de guerre[40] : « [...] les rapports qui nous sont faits par nos chargés de mission allant et venant entre Alger et la Métropole : Guillain de Bénouville, Bourgès-Maunoury, François Closon, Louis Mangin, le général Brisac, le colonel Zeller, Gaston Deferre, Émile Laffon, François Mitterrand, mon neveu Michel Cailliau, etc., nous tiennent à mesure au courant[41]. »

Le , il est l'un des fondateurs d'un réseau de résistance figurant dans l'organigramme de la France combattante au côté de Combat et Libération-Sud.

Des liens d'amitiés et des paroles contestées

René Bousquet

C'est à partir de la fin de l'été ou à l'automne 1943 que François Mitterrand passe à la clandestinité, traqué par la Gestapo, le Sicherheitsdienst et la Milice. Le Sicherheitsdienst (SD) perquisitionne à son domicile, en son absence. Deux de ses amis sont arrêtés, déportés ; l'un ne revient pas du camp de concentration. Peu après, il est sauvé par la femme du colonel Pfister, dirigeant de l'Organisation de résistance de l'armée, d'une arrestation par la Gestapo. Il est établi que René Bousquet, secrétaire général de la Police, sentant le vent tourner, a fait prévenir Mitterrand, par l'intermédiaire de l'un de ses collaborateurs, Jean-Paul Martin, des risques d'arrestation qui pesaient sur lui[réf. nécessaire].

  • D'après un témoignage attribué à Alain Peyrefitte, Charles de Gaulle aurait dit en privé, en 1965, concernant son adversaire principal à l'élection présidentielle : « Mitterrand et Bousquet, ce sont les fantômes qui reviennent : le fantôme de l'antigaullisme surgi du plus profond de la collaboration[42]. »
  • Selon Georges-Marc Benamou[43], François Mitterrand aurait tenu les propos suivants à propos de René Bousquet, ancien secrétaire général de la police du régime de Vichy : « Une carrière ainsi brisée à trente-cinq ans, ce n’est pas supportable... Bousquet en souffrait cruellement. Imaginez cette cassure, cette carrière foudroyée ... »
  • En 1974, René Bousquet soutenait et apportait son concours financier au candidat François Mitterrand contre Valéry Giscard d'Estaing. Une photographie de l'époque témoigne de ces contacts entre les deux hommes, réunis autour d'une tablée familiale dans la maison de Latche. En défense, François Mitterrand déclarait que « René Bousquet avait participé au financement de tous les principaux hommes politiques de gauche, des années 1950 au début des années 1970, Pierre Mendès France compris »[44].
  • En 1981, après la victoire de François Mitterrand à l’élection présidentielle, Bousquet sera reçu au palais de l'Élysée « pour parler politique »[45].
  • En 1986, quand les accusations portées contre René Bousquet prennent de la consistance, le président aurait cessé de le voir[12].
  • En 1994, ses liens avec Bousquet sont rendus publics à l'occasion de la sortie du livre de Pierre Péan. Il s'en explique également au long d'une interview télévisée avec Jean-Pierre Elkabbach le [46], ainsi que dans Mémoire à deux voix, essai réflexif et biographique coécrit avec Elie Wiesel et publié le 11 avril 1995[47].
  • En 1995, il déclare à Jean d'Ormesson à propos de l'affaire Bousquet : « Vous constatez là l'influence puissante et nocive du lobby juif en France »[48].

Pour Lionel Jospin, l'explication de François Mitterrand est peu convaincante. Il déclare : « On voudrait rêver d’un itinéraire plus simple et plus clair pour celui qui fut le leader de la gauche française des années 1970 et 1980. Ce que je ne peux comprendre, c’est le maintien, jusque dans les années 1980, des liens avec des personnages comme Bousquet, l’organisateur des grandes rafles des Juifs ».

Pour son ancien ministre Charles Fiterman, « ces révélations laissent le sentiment désagréable d’avoir été trompé sur la personne. Cinquante ans plus tard, on ne trouve pas la moindre trace d’un regret, d’une analyse critique. On découvre, en revanche, la persistance de relations compromettantes qui donnent un éclairage nouveau à des faits tels que le fleurissement de la tombe de Pétain. Tout cela laisse à penser qu’il y a une continuité dans certains choix, la continuité d’un homme de pouvoir qui s’appuie sur des réseaux d’amitiés et de services ».

Pour Pierre Moscovici, premier dirigeant socialiste à avoir réagi au livre de Pierre Péan, « Ce qui me choque c’est qu’il ait pu frayer avec quelqu’un qui a été un outil de l’antisémitisme d’État et un complice de la solution finale du Reich. On ne peut pas tolérer d’être tolérant envers le mal et, pour moi, René Bousquet c’était le mal absolu »[49].

Seuls, peut-être, dans des débats télévisés Pascal Sevran et Robert Badinter le défendront. Le premier rappela qu'on n'a jamais fait grief au général de Gaulle et à Valéry Giscard d'Estaing d'avoir respectivement nommé comme préfet de police et ministre du Budget Maurice Papon, alors que Mitterrand ne nomma jamais René Bousquet à un poste de responsabilité administrative ou politique. Le second déclara qu'il ne fallait pas inverser les responsabilités. Ayant consulté les minutes du procès Bousquet, il constata alors que la déportation d'enfants juifs, pourtant mentionnée dans les actes, n'empêcha nullement son acquittement en 1949[réf. nécessaire].

Enfin, l'historien Pierre Miquel conclut à l'issue de l'entretien du 12 septembre que « le témoignage […] du président de la République s’insère dans le cadre d’un discours de droite, […] traditionnel sur l’Occupation » et radicalisant les remarques de Robert Badinter, demandait « qu’on nous montre le dossier de résistance de M. Bousquet, qu’on voie pourquoi cet homme a été non seulement réhabilité mais redécoré, parce que, réellement, c’est incompréhensible pour les jeunes […] et pour nous-mêmes »[50].

Le maréchal Pétain

Georges-Marc Benamou attribue ces propos à François Mitterrand « Ah Vichy, Ah Pétain […] c’était un vieillard un peu dépassé mais… magnifique » [51].

Le dépôt de gerbe au maréchal Pétain de 1984 à 1991 fut au centre d'une longue polémique. La tombe du maréchal Pétain est fleurie au nom de la présidence de la République le (sous le général de Gaulle, à l'occasion du 50e anniversaire de l'armistice de 1918)[52],[53],[54], en février 1973 (sous Georges Pompidou, à la suite de la profanation de la tombe à L'Île-d'Yeu)[53],[54] et en 1978 (sous Valéry Giscard d'Estaing, 60e commémoration de la victoire de 1918)[53],[54].

Pendant la présidence de François Mitterrand, elle est fleurie le (jour de la rencontre avec le chancelier Helmut Kohl à Verdun)[55],[53], puis le (70e anniversaire de la bataille de Verdun), puis chaque 11 novembre entre 1987 et 1992[53]. Cette pratique ne cesse qu’après de nombreuses protestations dont celles de la communauté juive[54],[56].

Selon Pierre Favier et Michel Martin-Roland, François Mitterrand se voulait le fidèle héritier de ses prédécesseurs quand en 1984, au moment de manifester l'amitié franco-allemande (poignée de main avec Helmut Kohl), il fait déposer une gerbe sur la tombe du maréchal Pétain. Dans leur ouvrage, Pierre Favier et Michel Martin-Roland citent la version du président pour qui le dépôt de gerbe en son nom, à partir de 1987, n'était qu'une habitude prise par l'administration[57].

François Mitterrand ayant déclaré qu’il honorait simplement la mémoire de l’homme de Verdun et nullement celle du chef de l’État français, l’ancien Premier ministre Laurent Fabius fit remarquer que lorsque l’on juge un homme, on le fait sur l’ensemble de sa vie. Quant à l’historien André Kaspi, il souligna l’artificialité de cette distinction : « Le Pétain collaborateur de 1940-1944 n’a pu égarer les Français et en convaincre bon nombre de le suivre que parce qu’il bénéficiait du prestige du Pétain de 1914-1918. L’un n’aurait pas existé sans l’autre[58] ».

François Mitterrand et le Front national

Une manipulation du Front national ?

Le journaliste Franz-Olivier Giesbert parle d'une stratégie délibérée de déstabilisation de la droite parlementaire (RPR, UDF)[59]. Le président Mitterrand aurait ainsi reconnu dans des correspondances en 1982 l'iniquité de traitement à la radio-télévision de Jean-Marie Le Pen. Il aurait alors demandé au ministre de la Communication d'appeler l'attention des responsables des sociétés de chaînes sur le manquement dont Jean-Marie Le Pen aurait été la victime. En février 1984, Giesbert rapporte que l'Élysée fait pression sur les chaînes de télévision pour qu'elles ouvrent davantage leurs antennes au chef du FN, notamment à l'Heure de vérité, une émission politique présentée par François-Henri de Virieu créée en mai 1982. Jean-Marie Le Pen reconnaît lui-même que c'est grâce à François Mitterrand que « l'omertà a été rompue »[60] ; cependant, l'idée qu'il doive sa visibilité, ces années-là, à un calcul politique de la gauche relève pour lui « de la légende »[61].

Tout en reconnaissant que les préoccupations tactiques n'étaient pas absentes de la pensée présidentielle, l'historienne Anne-Marie Duranton-Crabol, dans son intervention au colloque « Changer la vie » considère qu'une telle stratégie peut être contestée par l'analyse épistémologique[62]. Anne-Marie Duranton-Crabol argue que la réponse positive de 1982 ne s'est soldée que par un passage de quelques secondes au journal de 23 h de TF1. En 1984, la réponse fut négative, éconduisant Jean-Marie Le Pen, le renvoyant aux décisions de la Haute Autorité, selon les journalistes Pierre Favier et Michel Martin-Roland après leur enquête dans les archives présidentielles[63]. Par ailleurs en février 1984, Jean-Marie Le Pen commençait son ascension électorale depuis à peu après un an ; en mars 1983, il fut élu conseiller municipal à Paris. À l'automne 1983 les succès locaux se multiplièrent.

Mais selon Michel Charasse, le Front national faisait bien l’objet de conversations. En réponse à une première missive du président du FN, ce conseiller du président de la République avait bien prescrit au président que le Front national soit traité à égalité avec les autres formations politiques, d’où l’instruction en sa faveur donnée au ministre de la Communication, confirmée par le président de la République[64]. En 1985, dans un face-à face télévisé Georges Marchais, du Parti communiste français et François Léotard, de l'UDF, se rejoignirent ponctuellement sur ce point soulevé en ces termes par le premier : « certaines forces politiques se servent de cette organisation à des fins électorales, en lui accordant une place exagérée dans les moyens d'information ».

Gaël Brustier et Fabien Escalona démentent le « mythe tenace » selon lequel l'essor du FN aurait été permis par « un calcul machiavélique de François Mitterrand » : « Si la tentation d'instrumentaliser ce parti pour gêner, voire diviser la droite, a bien été présente, cette interprétation n'est pas crédible sur un plan chronologique et accorde un pouvoir excessif au premier président socialiste de la Cinquième République. Les premières percées du FN, aux municipales de 1983 et aux européennes de 1984, peuvent difficilement être imputées à sa seule irruption sur la scène médiatique »[65]. L'historien Gilles Vergnon relève que l'émergence électorale du FN a lieu concomitamment ou avant sa médiatisation, et que la gauche radicale n'a pas autant profité de cette dernière lorsqu'elle en a fait l'objet : « Les médias ou le pouvoir politique ne « créent » pas un courant d’opinion aussi puissant et aussi pérenne. Ils peuvent au mieux (ou au pire…) l’infléchir ou tenter de le faire, avec des résultats le plus souvent limités »[66]. Nonna Mayer indique : « Pris un par un, chacun des éléments repris dans les différentes versions du « mythe » mitterrandien est avéré. […] Mais quand on replace ces éléments dans leur contexte, leur importance est surinterprétée, leur enchaînement n’était pas prévisible, rien ne permet de conclure à une stratégie d’ensemble longuement mûrie, et leurs conséquences sur le développement du FN sont systématiquement exagérées »[67]. Cette analyse rejoint celle de Joël Gombin : « Sauf à faire de François Mitterrand le deus ex machina de la vie politique française, on ne peut raisonnablement voir dans son action la cause décisive du décollage du FN. […] Si Mitterrand est ici machiavélien — plutôt que machiavélique —, c'est au sens où, conformément aux préceptes de l'auteur du Prince, il pense que c'est la Fortune, déesse irrationnelle et inconstante, qui régit la politique, et qu'il convient de s'adapter à chacun de ses retournements »[68].

François Mitterrand est à l'origine de la série télévisée L'Instit, dont il lance l'idée à la veille des élections municipales de 1995 afin de ralentir la montée du FN[69].

L'établissement du scrutin proportionnel

Le scrutin proportionnel était l'une des 110 propositions pour la France du candidat François Mitterrand lors des élections de 1981, l'objectif étant d'avoir une assemblée nationale la plus représentative possible du poids des différentes sensibilités politiques. La décision de changer le mode de scrutin a été annoncée dans un entretien télévisé par François Mitterrand à l'automne 1984 pour la session parlementaire ordinaire du printemps 1985[70]. Il est de fait adopté en conseil des ministres sans intervention spécifique du président de la république en avril 1985. Michel Rocard (alors ministre dans le gouvernement de Laurent Fabius) démissionne. Il craignait surtout le retour aux pratiques de la Quatrième République, comme il s'en expliqua dans un débat au Monde avec Lionel Jospin, peu après sa démission.

Pour Franz-Olivier Giesbert[71], l'adoption de ce scrutin s'expliquait, non par du machiavélisme, mais par une acceptation du risque selon lequel le RPR et ses alliés étaient un danger plus grand pour la démocratie que l'arrivée du FN au Parlement. René Rémond faisait la même analyse quelques années plus tôt[72]. Selon Gaël Brustier et Fabien Escalona, cette mesure « n'était que la réalisation d'une promesse de campagne dont il était surtout attendu qu'elle limite les pertes de sièges socialistes. Le scénario d'une absence de majorité pour le RPR et l'UDF à l'Assemblée supposant des alliances par-delà l'opposition droite-gauche, n'était clairement pas souhaité »[65]. Le nombre de députés a également été modifié, passant de 491 à 577. Pourtant une telle mesure votée par le groupe socialiste à l'assemblée nationale aurait également pu profiter aux écologistes si ceux-ci avaient comme on l'attendait obtenu un score similaire à celui du FN. À L'Heure de Vérité en mars 1985, Robert Badinter, Garde des sceaux, annonça l'instauration prochaine de la proportionnelle départementale, et se rapporta à ce titre au général de Gaulle qui avait promulgué en 1945 l'adoption du même mode de scrutin dosant démocratisation de la vie politique et maintien d'une majorité politique.

Lors des élections législatives du 16 mars 1986, 35 députés du Front national furent élus alors que l'alliance RPR-UDF et divers droite n'obtenait que 3 députés de plus que la majorité absolue (291 pour 288)[73]. Jean-Marie Le Pen considère que François Mitterrand, « vrai politique », aurait été un « benêt » de ne pas instaurer la proportionnelle[60].

Jean Chatain, journaliste à L'Humanité, membre du Parti communiste français, qui a toujours été partisan de la proportionnelle, voyait dans cet argument « la tarte à la crème du RPR, mais aussi de certaines organisations dans la mouvance socialiste » : une façon pour un médecin incompétent de casser le thermomètre, faute de pouvoir guérir le malade[74]. Selon lui, des organisations antiracistes tombèrent dans le piège lorsque le gouvernement Chirac rétablit en 1987 le scrutin majoritaire, « alibi démocratique » : qu'il y ait ou non des députés du FN ne changera rien à la montée du racisme dans la société française, caractérisée, à son sens, par les nouveaux scores à deux chiffres de l'extrême droite[75].

De son côté, interrogé en 1987 à la télévision par Christine Ockrent, sur cette question du mode de scrutin, François Mitterrand déclara que le reproche n'était pas juste[76] : à Dreux rappelait-il où n'existait pas la proportionnelle, on vit en 1983, la liste « conservatrice » [le RPR et l'UDF] faire campagne entre le premier et le second tour contre la gauche, au côté du Front national[77]. Dans un entretien avec la même journaliste huit ans plus tard, il parle à ce sujet de « fantaisies calomnieuses », la proportionnelle étant un mode de scrutin « parfaitement démocratique », faisant valoir que le Front national avait également obtenu par la suite des élus municipaux « avec un mode de scrutin essentiellement majoritaire  »[78].

La proposition de droit de vote des immigrés aux élections locales

C'est l'une des 110 propositions pour la France reprise en 1985 et également en 1988 dans la Lettre à tous les Français. Pour le sociologue Éric Fassin et le philosophe Michel Féher, il a affaibli la gauche en agitant « régulièrement la promesse du droit de vote des étrangers pour affaiblir la droite en faisant monter le Front national »[79].

Pourtant, selon Anne-Marie Duranton-Crabol, rien ne permet d’étayer la lecture selon laquelle cette évocation renouvelée du droit de vote des immigrés par François Mitterrand, en avril 1985, constituait une « manœuvre du Florentin, destinée à donner un coup de pouce à la droite nationale pour accélérer la zizanie dans l’opposition[80] ». Pour le journaliste politique Guillaume Perrault, « après son accession à l'Élysée en 1981, Mitterrand ne s'est jamais impliqué sur ce dossier controversé » et après l'avoir envisagé lors de l'élection présidentielle de 1988, y aurait renoncé en raison d'« enquêtes d'opinion réalisées dans l'entre-deux-tours indiquant que sa position pourrait lui interdire de bénéficier du report des voix d'une partie des électeurs du FN »[81].


Documentaire

  • Patrick Rotman : François Mitterrand – Le roman du pouvoir (2001), Universal
  • 2008 : Mitterrand à Vichy

Notes et références

  1. Pierre Péan, Une jeunesse française - François Mitterrand, 1934-1947, Fayard, 1994 (ISBN 2213593000).
  2. Franz-Olivier Giesbert, François Mitterrand ou la tentation de l'histoire, Paris, Éditions du Seuil, 1977, 333 p. (ISBN 978-2-02-004591-9).
  3. François Dalle et Jacques Bénet, camarades de chambrée dans le film de Patrick Rotman parlent de trois ans.
  4. « Mitterrand à l'Action Française lors d'une manifestation de l'AF », Action française étudiante (consulté le 17 mai 2007).
  5. 2e éd. posthume, Les Éditions du Manant, 1989.
  6. Interview télévisé à Jean-Pierre Elkabbach en septembre 1994 : « Je n'y étais pas pour ça ».
  7. a, b et c Jean Lacouture et Patrick Rotman, Le Roman du pouvoir, Paris, Éditions du Seuil, 2000, 281 p. (ISBN 2020438623).
  8. Pierre Péan, op. cit., p. 110 et 540.
  9. Pierre Péan, op. cit., p. 226, 548 et 550.
  10. a et b « La genèse d'un chef », L'Express, 8 septembre 1994.
  11. a et b Pierre Péan, op. cit., p. 109 et 544 [lire en ligne].
  12. a, b et c Conan et Rousso 1996, p. 430-431.
  13. Pierre Péan, op. cit., p. 13-14.
  14. Pierre Péan, op. cit., p. 109.
  15. Philippe Bourdrel, Les Cagoulards dans la guerre, Albin Michel, , 288 p. (ISBN 978-2226193254), p. 247 [présentation en ligne].
  16. Philippe Bourdrel, Les Cagoulards dans la guerre, op. cit., p. 247 [présentation en ligne].
  17. a et b Pierre Péan, op. cit., p. 292-295.
  18. Emmanuel Faux, Thomas Legrand et Gilles Perez, La Main droite de Dieu : enquête sur François Mitterrand et l'extrême-droite, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Épreuve des faits », , 261 p. (ISBN 978-2-020-21102-4), p. 131.
  19. Franz-Olivier Giesbert, François Mitterrand, ou la tentation de l'histoire, op. cit., p. 48.
  20. Pierre Péan, op. cit., p. 537-538.
  21. Pierre Péan, op. cit., p. 540-541.
  22. Pierre Péan, op. cit., p. 536-537.
  23. Sa campagne électorale dans la Nièvre en 1946 aurait été financée par Schueller, selon la version de Michel Bar-Zohar dans Une histoire sans fard - L'Oréal, des années sombres au boycott arabe. Cet historien israélien indique également que François Mitterrand et André Bettencourt auraient témoigné en faveur de Schueller lui épargnant un procès pour collaboration.
  24. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p Pierre Péan, op. cit., p. 11-17 [lire en ligne].
  25. Paul Marcus, La République trahie : l'affaire des fuites, 1954, Biarritz, Atlantica, , 290 p. (ISBN 978-2-843-94146-7), p. 117.
  26. « Les manifestations du 10 janvier et du 5 mars 1936 étaient dirigé contre le conseiller d'Hailé Sélassié, chassé d'Addis-Abeba par les troupes italiennes de Benito Mussolini », Quid.
  27. Pierre Bergé évoque la participation de François Mitterrand dans : Inventaire Mitterrand, Stock, Paris, 2001, p. 33.
  28. Franz-Olivier Giesbert, François Mitterrand ou la tentation de l'histoire, op. cit., chap. 5, p. 43-50, où la période en question est relatée de façon assez détaillé : la chronologie : mars 1942-11 novembre 1942 : « [...] il débarque à Vichy pour y travailler : un ami de sa mère, le colonel Le Corbeiller, lui a trouvé un emploi. C'est un poste de contractuel avec une solde de solde de 2 100 francs par mois. », « Le commissaire général aux Prisonniers de guerre, Maurice Pinot, est acquis à la Résistance […] Et les services constituent une sorte d'organisation subversive qui aide les prisonniers à s'évader d'Allemagne. »
  29. Selon l'historien C. Lewin « L'attitude des cadres du commissariat aux prisonniers de guerre était dès le début anti-allemand donc anti-collaborationniste. Quant au régime de Vichy, il lui apportèrent pour la plupart, à l'origine leur soutien. Toutefois l'ambiguïté de ses relations avec l'occupant et son glissement constant sur la pente de la collaboration augmentèrent leur méfiance et précipitèrent leur éloignement. Leur action fut tout autant civique et sociale, apolitique et attentiste. »
  30. La date est imprécise et diffère selon les sources.
  31. À l'automne 1943, selon : Franz-Olivier Giesbert, François Mitterrand ou la tentation de l'histoire, op. cit., p. 49 : « À l'automne 1943 Mitterrand a donc reçu la Francisque no 2202. « Sans avoir rien fait pour » comme dit le colonel Passy […]. Mais la décoration arrivait trop tard : au moment où elle fut accordée, François était déjà entré dans la clandestinité, et il se trouvait à Londres […] »
  32. À propos de cette décoration, Jean Pierre-Bloch écrit dans De Gaulle ou le temps des méprises, éd. La Table Ronde, 1969, p. 216-218 : « C'était sur notre ordre que François Mitterrand était resté dans les services de prisonniers de Vichy. Lorsqu'il avait été proposé pour la francisque, nous avions été parfaitement tenus au courant ; nous lui avions conseillé d'accepter cette « distinction » pour ne pas se dévoiler. » Cependant, après la parution du livre de Pierre Péan, en 1994, certains à l'instar de Pierre Moscovici sembleront découvrir la réalité de cette décoration et le reprocheront à François Mitterrand.
  33. Franz-Olivier Giesbert, dans François Mitterrand ou la tentation de l'histoire, op. cit., p. 49, indique : « Au printemps de 1943, Jean Pierre-Bloch, l'un des adjoints du colonel Passy au BCRA (Bureau central de renseignement et d'action) […] avait demandé aux hommes de la Résistance intérieure […] d'accepter les décorations que Vichy distribuait, alors, abondamment […]. « Rejeter une décoration, dit Jean Pierre-Bloch, c'était se faire repérer. » Ses instructions étaient simples : « Ne vous démasquez pas, soyez complices, jouez le jeu. »
  34. Franz-Olivier Giesbert, François Mitterrand ou la tentation de l'histoire, op. cit., chap. 5, p. 49-50.
  35. Franz-Olivier Giesbert, François Mitterrand ou la tentation de l'histoire, op. cit., chap. 5, p. 43-44.
  36. Expression utilisée par Jean-Pierre Azéma et Olivier Wieviorka, en 1997, dans Vichy, 1940-1944, éd. Perrin, Paris, 1997 ; rééd. Perrin, coll. « Tempus », 2000 et 2004, 374 p. (ISBN 978-2-262-02229-7), p. 355-357. Depuis l'expression a été assez souvent reprise par Azéma et Denis Peschanski, « Les vichysto-résistants », communication au colloque « Guerre, collaboration, résistance : un demi-siècle d’historiographie française », Tel-Aviv, du 17 au 19 mai 2005, par Robert Belot, La Résistance sans de Gaulle, Fayard, 2006, 668 p. (ISBN 2213629544), par Henry Rousso, L'Express no 2871 du 13 juillet 2006.
  37. Franz-Olivier Giesbert, François Mitterrand ou la tentation de l'histoire, op. cit., p. 50, citant Pierre Guillain de Benouville disant de lui : « François a été un des grands résistants français. Mais l'histoire a été injuste avec lui. N'importe ! Il a toujours su mesurer l'importance des choses. Il n'a pas confondu cette injustice avec la peine qu'il en avait. Alors, il n'a pas cherché à prouver ou a réfuter. Il a laissé dire. »
  38. Franz-Olivier Giesbert, François Mitterrand ou la tentation de l'histoire, op. cit., chap. 6, p. 51-56 et chap. 7, p. 57-65.
  39. On parle alors de dissidence giraudiste.
  40. Franz-Olivier Giesbert, François Mitterrand ou la tentation de l'histoire, op. cit., chap. 5, p. 50.
  41. Charles de Gaulle, Mémoires de guerre – L'Unité : 1942-1944 (tome II), éd. Plon, Paris, 1956 ; rééd. Le Livre de Poche (Historique), 1963, 511 p. (texte intégral), p. 207-208.
  42. Christian Makarian, présentation du livre : Dictionnaire De Gaulle, de Claire Andrieu, Philippe Braud, Guillaume Piketty, éd. Robert Laffont, Paris, sur le site de TV5MONDE, tv5.org, consulté le 18 mai 2009.
  43. Jeune homme, vous ne savez pas de quoi vous parlez, Éditions Plon, 2001.
  44. Entretien accordé à Pierre Favier et Michel Martin-Roland.
  45. « Je l'écoutais comme on écoute un chroniqueur politique. Il me voyait comme un continuateur d'une carrière qu'il n'avait pas pu faire. » (déclaration de François Mitterrand à Pascale Froment, journaliste et écrivain, auteur de la première biographie consacrée à René Bousquet).
  46. humanite.presse.fr, 14 septembre 1994.
  47. Bertrand Poirot-Delpech, « M. Mitterrand brosse le bilan de sa vie dans un livre d'entretiens avec Elie Wiesel », Le Monde, 11 avril 1995.
  48. Christophe Barbier, Les derniers jours de François Mitterrand, Grasset, 2011, p. 20.
  49. « François Mitterrand répondra aux questions de Jean-Pierre Elkabbach », l'Humanité
  50. « Mitterrand : réaction de l’historien P. Miquel », humanite.presse.fr, 12 septembre 1994.
  51. Jeune homme, vous ne savez pas de quoi vous parlez, Éditions Plon.
  52. Henry Rousso, Le syndrome de Vichy. De 1944 à nos jours, Éditions du Seuil, coll. « Points histoire », Paris, 1990, p. 385.
  53. a, b, c, d et e Conan et Rousso 1996, p. 57-59.
  54. a, b, c et d CRDP Champagne-Ardenne, « La reconnaissance progressive de la responsabilité de l'État Français », crdp-reims.fr.
  55. Henry Rousso, Le syndrome de Vichy. De 1944 à nos jours, op. cit., p. 389.
  56. Extraits de l'interview de François Mitterrand, accordée à Radio J le 13 novembre 1992 (diffusée le 22), sur la commémoration de la rafle du Vel d'Hiv de 1942 et la polémique autour du dépôt d'une gerbe sur la tombe du maréchal Pétain, vie-publique.fr.
  57. Pierre Favier, Michel Martin-Roland, La Décennie Mitterrand, éd. du Seuil, coll. « Points », 2001, p. 646-647.
  58. Henry Rousso, Le Syndrome de Vichy, 1996.
  59. Franz Olivier Giesbert, La fin d'une époque.
  60. a et b « Le Pen raconte Mitterrand », Le Point, no 2015, 28 avril 2011, p. 52.
  61. Valérie Igounet, « Diète médiatique = Front fort ? », sur francetvinfo.fr, France Télévisions, (consulté le 8 juin 2016).
  62. Anne-Marie Duranton-Crabol, « L’extrême droite », dans François Mitterrand, les années du changement, p. 755-757, 758-759.
  63. Pierre Favier et Michel Martin-Roland, La Décennie Mitterrand, Paris, Le Seuil, « Points », p. 105-106.
  64. Anne-Marie Duranton-Crabol, op. cit.
  65. a et b Gaël Brustier et Fabien Escalona, « La gauche et la droite face au Front national : sociologie d'un parti politique », dans Sylvain Crépon, Alexandre Dézé, Nonna Mayer, Les Faux-semblants du Front national, Paris, Presses de Sciences Po, (ISBN 978-2-7246-1810-5), p. 506-507.
  66. Gilles Vergnon, « Au commencement… Les socialistes et le Front national, 1983-1988 », L'OURS, no 76-77 (hors-série),‎ juillet-décembre 2016, p. 115-116. Cité dans Jean-Marie Pottier, « La gauche n'a ni créé ni compris le FN », sur slate.fr, Slate, (consulté le 7 février 2017).
  67. Mayer 2017. Cité dans Jean-Marie Pottier, « La gauche n'a ni créé ni compris le FN », sur slate.fr, Slate, (consulté le 7 février 2017).
  68. Joël Gombin, Le Front national, Paris, Eyrolles, , 160 p. (ISBN 978-2-212-56277-4). Cité dans Jean-Marie Pottier, « La gauche n'a ni créé ni compris le FN », sur slate.fr, Slate, (consulté le 7 février 2017).
  69. Marc de Boni, « Face à la montée du FN, François Mitterrand misait sur L'Instit », sur lefigaro.fr, (consulté le 13 octobre 2017).
  70. René Rémond, Notre siècle, Fayard, 1988 .
  71. Franz Olivier Giesbert, La fin d'une époque, parla de la stratégie de la « gonflette » consistant à toujours casser et déstabiliser la droite en favorisant indirectement le FN.
  72. René Rémond, op. cit.
  73. assemblee-nationale.fr, « Histoire de l'Assemblée nationale » - « La Cinquième République (depuis 1958) ».
  74. Jean Chatain, Les affaires de Monsieur Le Pen, Paris, Messidor, 1987, p. 153.
  75. Idem.
  76. Interview de M. François Mitterrand, Président de la République, accordée à TF1 lors de l'émission « Le Monde en face » le jeudi 17 septembre 1987, sur le rôle du Président de la République et sur différents sujets de société., interview retranscrite sur le site Vie publique de la Direction de l'information légale et administrative consulté le 19/08/2012.
  77. (en) Edward G. DeClair, Politics on the Fringe: The People, Policies, and Organization of the French National Front, éd. Duke University Press, 1999, p. 3 ; (en) Hans-Georg Betz et Stefan Immerfall, The New Politics of the Right: Neo-Populist Parties and Movements in Established Democracies, St.Martin's Press, 1998, p. 21.
  78. « François Mitterrand parle », entretien avec Christine Ockrent, L'Express, 6 janvier 1995.
  79. Éric Fassin, Michel Féher, « Droit de vote des étrangers : pour une gauche décomplexée », libération.fr, 8 décembre 2011.
  80. Anne-Marie Duranton-Crabol, ibid.
  81. Guillaume Perrault, « Vote des étrangers : une proposition vieille de 30 ans », lefigaro.fr, 24 avril 2012.

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Michael Bar-Zohar (trad. Serge Moran), Une histoire sans fard : L'Oréal, des années sombres au boycott arabe [« Bitter Scent: the Case of L'Oreal, Nazis, and the Arab Boycott »], Paris, Fayard, , 268 p. (ISBN 2-213-59508-9).
  • Georges-Marc Benamou, Le Dernier Mitterrand, Paris, Omnibus, 1997, 242 p. (ISBN 2-259-18593-2).
  • Georges-Marc Benamou, Jeune homme, vous ne savez pas de quoi vous parlez, Paris, Plon, , 293 p. (ISBN 2-259-18726-9).
  • Pierre Bergé, Inventaire Mitterrand, Paris, Stock, 2001.
  • Yvan Blot, Mitterrand, Le Pen : le piège - Histoire d'une rencontre secrète, Paris, Le Rocher, 2007.
  • Édith Cahier, Ma famille Mitterrand, Paris, Robert Laffont, , 229 p. (ISBN 2-221-09525-1).
  • Jean Chatain, Les affaires de Monsieur Le Pen, Paris, Messidor, 1987.
  • Éric Conan et Henry Rousso (nouvelle édition revue, corrigée et augmentée), Vichy, un passé qui ne passe pas, Paris, Gallimard, coll. « Folio histoire », , 2e éd. (1re éd. Fayard, 1994), 513 p. (ISBN 978-2-07-032900-7).Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • François Gerber, Mitterrand entre Cagoule et francisque (1935-1945), L'Archipel, 2016, 403 p. (ISBN 978-2-8098-2030-0).
  • Franz-Olivier Giesbert, François Mitterrand, ou la tentation de l'histoire, Paris, Le Seuil, 1977, 333 p. (ISBN 2-02-004591-5)Document utilisé pour la rédaction de l’article ; Le président, Éditions du Seuil, Paris, 1990, 394 p. ; La fin d'une époque, Paris, Le Seuil/Fayard, 1993, 303 p. (ISBN 2213032025) ; François Mitterrand, une vie, Paris, Le Seuil, 1996, 762 p. ; Le Vieil Homme et la mort, Gallimard, Paris, 1996, 147 p. (ISBN 2-07-074566-X et 978-2070745661).
  • Jean Lacouture, Mitterrand, une histoire de Français : 1. Les risques de l’escalade, Paris, Le Seuil, 1998, 434 p. ; Mitterrand, une histoire de Français : 2. Les vertiges du sommet, Paris, Le Seuil, 1998, 625 p.
  • Jean Lacouture et Patrick Rotman, Le roman du pouvoir, Paris, Le Seuil, 2000, 281 p. (ISBN 2020438623).
  • Nonna Mayer, « François Mitterrand a-t-il instrumentalisé le FN ? », dans Georges Saunier, Mitterrand, les années d'alternance, Paris, Nouveau Monde, coll. « Histoire », (ISBN 978-2-36942-424-6).
  • Robert Mitterrand, Frère de quelqu'un, Paris, Robert Laffont, , 490 p. (ISBN 2-221-04762-1).
  • Pierre Péan, Une jeunesse française – François Mitterrand, 1934-1947, Paris, Fayard, , 616 p. (ISBN 978-2-213-59300-5)Document utilisé pour la rédaction de l’article ; Dernières volontés, derniers combats, dernières souffrances, Plon, Paris, 2002, 329 p.
  • Emmanuel Faux, Thomas Legrand, Gilles Perez, La Main droite de Dieu – Enquête sur François Mitterrand et l'extrême-droite, Paris, Le Seuil, 1994, 264 p.
  • Bénédicte Vergez-Chaignon, Les Vichisto-résistants, Paris, Perrin, coll. « Tempus », édition revue et augmentée, 2016 (1re éd. 2008), 910 p. (ISBN 978-2-262-06662-8) — Prix Eugène-Colas 2009 de l'Académie française.

Annexes

Article connexe

Liens externes