François Ier de Saint-Pol

François Ier de Saint-Pol
François Ier de Bourbon-Saint-Pol.jpg
Portrait de François Ier de Bourbon réalisé au crayon, école de François Clouet, musée Condé, vers 1544.
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Décès
(à 53 ans)
Reims
Activité
Famille
Père
Mère
Fratrie
Enfants
Marie II de Saint-Pol
François II de Bourbon-Vendôme ()
Armes bourbon st pol.png
Armoiries de François I{{er}} d'Estouteville, comte de Saint-Pol

François Ier (II) de Bourbon-Saint-Pol, comte de Saint-Pol et de Chaumont[1], né à Ham (Somme) le 6 octobre 1491 et mort à Cotignan près de Reims le 1er septembre 1545, est gouverneur du Dauphiné sous le règne de François Ier.

François Ier de Saint-Pol

Sommaire

Biographie

Il est le fils de François de Bourbon-Vendôme et de Marie de Luxembourg comtesse de Saint-Pol. Comme François Ier, le comte de Saint-Pol fut armé chevalier par Bayard à la bataille de Marignan.

Capitaine général par commission des Bandes françaises, il prend part à la défense de Mézières en 1521, combat aux côtés de Bonnivet et Bayard à la bataille de la Sesia (1524) et est fait prisonnier à l'issue de la bataille de Pavie.

En 1527, il devient gouverneur de la province du Dauphiné. À ce titre, il devait tenir les bases d'opération françaises pour les campagnes successives en Savoie et Piémont, et prit son commandement en pleine guerre jusqu'à la paix de Cambrai (1529). Il assista à l'entrevue entre François Ier et le pape Clément VII à Marseille en 1533. Disparue deux siècles auparavant, il rétablit l'Université de Grenoble le 1er septembre 1542 lors d'une cérémonie solennelle d'inauguration[2].

Lors de la huitième guerre d'Italie, il fut chargé de la conquête de la Savoie. En 1543, il faisait partie de l'état-major français contre les Anglais et les Espagnols en Picardie. Il s'opposa à la bataille de Cérisoles (1544), mais Blaise de Monluc parvint à décider le roi.

Ascendance

Descendance

Il épousa en 1534 la duchesse Adrienne d'Estouteville (décédée en 1560), dont il eut deux enfants :

Sources

  1. Étienne Hamon [ Voir avec Reasonator], Un chantier flamboyant et son rayonnement : Gisors et les églises du Vexin français, Presses univ. Franche-Comté, (lire en ligne), p. 60
  2. Livre du centenaire de la Faculté de Droit de Grenoble (1906), page 22.