François Delattre

Francois Delattre
Description de cette image, également commentée ci-après
Francois Delattre en 2011
Naissance (53 ans)
Saint-Marcellin
Nationalité Français
Profession
Activité principale
Formation

Ambassadeur de Drapeau de la France France

New York, Drapeau des Nations unies ONU

Actuellement en fonction

Depuis le [1]

Prédécesseur Gérard Araud

Washington DC, Drapeau des États-Unis États-Unis

Prédécesseur Pierre Vimont
Successeur Gérard Araud

Ottawa, Drapeau du Canada Canada

Prédécesseur Daniel Jouanneau
Successeur Philippe Zeller

François Delattre, né le à Saint-Marcellin (Isère), est un diplomate français, nommé, par le président de la République François Hollande, le 12 juin 2014, ambassadeur et représentant permanent de la République française au Conseil de sécurité des Nations unies et chef de la mission permanente de la France auprès des Nations unies à New York, à compter du 15 juillet 2014[1].

Biographie

Formation

François Delattre est diplômé en droit international de Institut d'études politiques de Paris et de l’École nationale d'administration.

Carrière

Diplomate, François Delattre a servi comme directeur-adjoint du Cabinet du Ministre des Affaires étrangères Dominique de Villepin (2002-2004). Il a aussi été en poste en Allemagne, à l’Ambassade de France à Bonn (1989-1991), où il était responsable des dossiers de l’environnement et de l’intégration économique de l’Allemagne après la réunification. Il a été ambassadeur de France au Canada (2008-2011), consul général à New York et directeur du service de presse et de communication de l’Ambassade de France à Washington.

Il est, jusqu’au 14 juillet 2014, l'ambassadeur de France à Washington[2], une nomination du président de la République Nicolas Sarkozy[3], il est remplacé par Gérard Araud. Proche des membres du Congrès américain, qu’ils soient républicains ou démocrates, et de l’ex-secrétaire d’Etat John Kerry avec qui il avait négocié directement une résolution contre Daesh suite aux attentats de Paris, François Delattre est le premier à avoir évoqué en off à des journalistes l’hypothèse d’une victoire de Donald Trump[4].

Notes et références