François Couperin

François Couperin
Description de cette image, également commentée ci-après
Couperin (anon.), collection du château de Versailles.
Surnom « le Grand »
Naissance
Paris Royaume de France Royaume de France
Décès (à 64 ans)
Paris Royaume de France Royaume de France
Activité principale Compositeur, Claveciniste
Style Musique baroque
Activités annexes Claveciniste, Organiste
Ascendants Charles Couperin (père)
Famille Louis Couperin (oncle),
Marc-Roger Normand (cousin),
Armand-Louis Couperin (petit-neveu)

François Couperin, surnommé « le Grand », né le à Paris et mort le à Paris, est un compositeur français, organiste et claveciniste.

Biographie

François Couperin est né le rue du Monceau Saint-Gervais à Paris et il est baptisé le en l'église Saint-Gervais, son parrain étant alors son oncle, l'organiste François Couperin[1].

Originaires de Chaumes-en-Brie, les Couperin appartiennent à une des plus nombreuses familles de musiciens français des XVIIe et XVIIIe siècles. Comme nombre de ses collègues, François Couperin est tout naturellement destiné, dès sa naissance, à une carrière musicale. Le père de François Couperin, Charles (1639-1679), est le plus jeune frère de Louis Couperin et lui a succédé comme titulaire de l'orgue de l'église parisienne de Saint-Gervais. Il est également professeur de clavecin d’Henriette d'Angleterre, duchesse d'Orléans.

François apprend la musique auprès de son père avant même de savoir lire et écrire. Il ne fait pas d'études générales et ses écrits sont d'un style et d'une orthographe qui laissent beaucoup à désirer. Orphelin de bonne heure, il est déjà suffisamment doué pour qu'on lui assure la transmission de la charge de titulaire de son père à l'orgue de Saint-Gervais (dite aussi survivance), en la confiant temporairement à Michel-Richard de Lalande jusqu'à ce que le garçon ait l'âge et l'expérience requis.

Il se perfectionne auprès de Jacques Thomelin, organiste de Saint-Jacques la Boucherie et, surtout, l'un des quatre titulaires de l'orgue de la Chapelle royale. C'est probablement par l'entremise de Lalande et de Buterne qu'il entre au service de Louis XIV.

Ses qualités de musicien le font hautement apprécier du souverain, et il est nommé l'un des quatre organistes (par quartier) de la Chapelle royale. Mais Couperin n'obtiendra jamais le poste de claveciniste du roi, que son talent aurait pu lui assurer. Ainsi, à la mort de Jean-Henri d'Anglebert c'est le fils de ce dernier, pourtant piètre musicien, qui en conserve la charge.

De santé fragile et de caractère peu mondain, Couperin mène une honnête carrière de musicien et de professeur, apprécié cependant des grands, aux yeux desquels seul Louis Marchand est de taille à rivaliser avec lui. Peu d'événements de sa vie personnelle sont notables, si ce n'est la disparition d'un de ses fils François-Laurent qui quitte le domicile paternel sans presque jamais y revenir. Ses deux filles sont elles-mêmes des musiciennes accomplies : Marie-Madeleine (1690-1742) a été religieuse et organiste à l'abbaye de Maubuisson, tandis que Marguerite-Antoinette (1705-1778) est devenue claveciniste de la Chambre du Roi. Vers la fin de sa vie, il abandonne progressivement ses diverses charges, notamment à la Chapelle royale et sa tribune à l'orgue de Saint-Gervais.

Couperin est avant tout, avec Jean-Philippe Rameau, le grand maître du clavecin en France au XVIIIe siècle, tant par la quantité de ses pièces que par leur qualité. Son œuvre comprend quatre livres divisés en un total de vingt-sept ordres. Les premiers ordres se rattachent encore, bien qu'assez librement, à la suite traditionnelle et comportent généralement un nombre de pièces important : jusqu'à vingt-deux pour le second ordre. Mais à partir du Second livre, toutes les références aux airs de danse disparaissent. Progressivement, Couperin y élabore un style qui lui est très personnel, fait d'une poésie discrète, d'une atmosphère élégiaque et d'une technique qui ne se laisse jamais dominer par la virtuosité ou les effets.

Malgré les années passées à tenir les orgues de Saint-Gervais et de la Chapelle royale, Couperin — de manière aussi regrettable que nombre de ses confrères organistes — n'a laissé pour cet instrument que deux messes, œuvres de jeunesse, qui constituent néanmoins un des sommets du répertoire français classique.

Biographie musicale

Héritier d'une longue tradition musicale dans sa famille, déjà célèbre avant lui, notamment par son oncle, Louis Couperin, et qui le sera encore par d'autres membres, tels Marc-Roger Normand et Armand-Louis Couperin, François Couperin reste le plus illustre membre de la famille.

Organiste titulaire de la prestigieuse tribune de l'orgue de l'église parisienne de Saint-Gervais et d'un quartier (trimestre) de la Chapelle Royale, François Couperin cumule des fonctions, exercées avec discrétion et modestie, à la Cour de Louis XIV et une carrière de compositeur et de professeur de clavecin très recherché.

Son œuvre comprend de nombreuses pièces, instrumentales et vocales, à destination profane ou religieuse. Certaines d'entre elles lui valent une place de premier plan parmi les musiciens français contemporains, notamment ses messes pour orgue, ses Leçons de Ténèbres pour le Mercredi Saint, ses sonates et concerts royaux où il entend réunir les goûts français et italiens, ses pièces pour viole.

Cependant c'est avant tout son œuvre pour le clavecin, consistant en quatre livres publiés entre 1707 et 1730, qui fait sa gloire et le fait considérer, avec Rameau, comme le grand maître de cet instrument en France. Son traité l'Art de toucher le clavecin publié en 1716 est une source précieuse concernant l'enseignement de cet instrument au XVIIIe siècle.

Œuvres

Œuvres instrumentales

Fichier audio
Prélude
Des difficultés à utiliser ces médias ?

Clavecin

Maître incontesté du clavecin, François Couperin plie la « suite de danses » à sa sensibilité poétique, en s'écartant de plus en plus, au fil de ses quatre recueils, de la structure classique « Allemande - Courante - Sarabande - Gigue ». Il n'utilise d'ailleurs pas le nom de « suite » mais celui d'« ordre », imité par plusieurs de ses collègues et admirateurs.

Orgue

Fichier audio
Récit de Cornet
Des difficultés à utiliser ces médias ?
  • Pièces d'orgue consistant en deux messes (Paris, 1690) :
    • Messe à l'usage ordinaire des paroisses pour les fêtes solemnelles
    • Messe propre pour les Convents de religieux et religieuses

Ces deux messes, d'une qualité exceptionnelle, peuvent se définir à la fois comme la synthèse des messes léguées par les grands maîtres parisiens de l'orgue et comme un témoignage tout à fait personnel de l'art organistique de l'auteur, d'une grande économie de moyens, aux thèmes originaux et à la construction réfléchie. Ce sont deux chefs-d'œuvre incontournables de la littérature destinée à cet instrument, malheureusement les seuls qu'ait laissées François Couperin.

Écouter sur Youtube :

Musique de chambre

  • Sonates en trio (vers 1690) :
    • La Pucelle ;
    • La Steinkerque ;
    • La Visionnaire ;
    • L'Astrée.
  • Sonate en quatuor : La Sultanne
  • Autre sonade (présente seulement dans le manuscrit de Lyon de 1715) : La Superbe
  • Les Nations (1726) : ces pièces en trio comprennent une « sonade » (sic) et une suite ou ordre:
    • La Française (débute par la Pucelle) ;
    • L'Espagnole (débute par la Visionnaire) ;
    • L'Impériale (débute par la Convalescente) ;
    • La Piémontaise (débute par l'Astrée).
  • Les « Apothéoses », suites en trio (1724) :
    • Le Parnasse ou l'apothéose de Corelli ;
    • Concert en forme d'apothéose à la mémoire de l'incomparable M. de Lully.
  • Concerts royaux (1722) N° 1 à 4.
  • Nouveaux Concerts ou les Goûts réunis (1724) N° 5 à 14.
  • Pièces de violes (1728) deux suites.

Œuvres vocales

Œuvres religieuses

Œuvres profanes

  • Une douzaine d'airs à une, deux ou trois voix.

Traité

Notes

  1. L'acte de baptême a disparu avec toutes les archives de Paris dans l'incendie des archives de Paris en 1871 mais l'information se trouve dans Dictionnaire critique de biographie et d'histoire, par Auguste Jal, Henri Plon, 1867, p. 440.

Voir aussi

Discographie

Clavecin 
Orgue 
  • Messe à l'usage ordinaire des paroisses - Jean-Charles Ablitzer, orgue ; Ensemble Organum, dir. Marcel Pérès (novembre 1986, Harmonic Records H/CD 8613)
  • François Couperin, les deux messes pour orgue. Jean-Baptiste Robin au grand orgue historique François-Henri Clicquot de la cathédrale de Poitiers (2005, 2CD Naxos 8.557741-42)
  • François Couperin, l’œuvre intégrale pour orgue. Marina Tchebourkina aux Grandes Orgues de la Chapelle royale du château de Versailles. CD I–II. — Paris : Natives, 2005. EAN 13 : 3760075340063
  • François Couperin à l’orgue et au clavecin. Yves-G. Préfontaine, orgue Guilbault-Thérien du Grand Séminaire de Montréal, clavecin d’après Hemsch par Yves Beaupré (1991, Hélios S-110603).
Viole de gambe et musique de chambre 
  • Pièces de violes, 1728 - Jordi Savall, Ton Koopman, Arianne Maurette]] (Alia Vox AVSA9893)
  • Pièces de violes - Philippe Pierlot et Emmanuel Balssa, basse de viole ; Eduardo Eguez, théorbe et guitare ; Pierre Hantaï, clavecin (13-15 février 2007, Mirare)
  • Apothéoses : La superbe, Concert instrumental sur le titre d’Apothéose, Le Parnasse, ou L’apothéose de Corelli, La Sultane - Gli Incogniti, Amandine Beyer et Alba Roca, violons ; Anna Fontana, clavecin ; Francesco Romano, théorbe ; Baldomero Barciela et Filipa Meneses, violes de gambe (4-7 janvier 2014, Harmonia Mundi)
  • Sonates : La Sultane, La Pucelle, La Steinquerque, La Convalescente, L'Astrée, La Superbe, La Visionnaire - Les Dominos : Florence Malgoire (dir.) et Stéphanie de Failly, violons ; Serge Saïta et Amélie Michel, flûtes ; Guido Balestracci et Isabelle Saint Yves, viole de gambe ; Jonathan Rubin, théorbe ; Blandine Rannou, clavecin (mai 2012, Ricercar)
  • Concerts Royaux, 1722 - Jordi Savall, Marc Hantaï, flûte ; Arfredo Bernardini, Hautbois ; Manfredo Kreamer, violon ; Guido Morini, clavecin (6-10 septembre 2004, Alia Vox AV9840)
  • Concerts Royaux - Bartold Kuijken, Wieland Kuijkens, Robert Kohnen (Accent)
  • Les Nations, 1726 - Hespèrion XX, dir. Jordi Savall : Monica Huggett et Chiara Banchini, violons ; Jordi savall, viole de gambe ; Ton Koopman, clavecin ; Hopkinson Smith, théorbe ; Stephen Preston, flûte ; Michel Henry et Ku Ebbinge, hautbois ; Claude Wassmer, basson (mai 1983, 2CD Astrée/Naïve ES 9956)
  • Les goûts réunis - Les Talens Lyriques, dir. Christophe Rousset, clavecin : François Fernandez et Florence Malgoire, violons ; Philippe Pierlot, viole de gambe ; Pascal Monteillet, théorbe (2CD Decca 458 271-2)
Œuvres vocales 
  • Office des Ténèbres : Mercredi - Il Seminario musicale, Gérard Lesne et Steeve Dugardin, hautes-contre ; Malcolm Bothwell, basse ; Pascal Monteillet, théorbe ; Bruno Cocset, basse de violon ; Jean-Charles Ablitzer, orgue (6-8 mai 1991, Harmonic Records)
  • Leçons de Ténèbres - Christophe Rousset (2-4 juillet 1997, Decca 466 776-2)

Sources et bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • André Pirro, Les Clavecinistes, Librairie Renouard, Paris, Henri Laurens, 1924.
  • Pierre Citron, Couperin, Seuil, coll. « Solfèges », (1re éd. 1956), 203 p. (ISBN 2-02-028291-7, OCLC 409267528, notice BnF no FRBNF35807636) Document utilisé pour la rédaction de l’article
    Ouvrage sérieux, documenté et complet, de lecture agréable néanmoins.
  • Norbert Dufourcq, Le Clavecin, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », no 331, rééd. 1981, (ISBN 2-13-036851-4).
  • Philippe Beaussant, François Couperin, Paris, Fayard, 1980.
  • (en) Ann Bond, A Guide to the Harpsichord, Amadeus Press, 1997, (ISBN 1574670638)
  • Olivier Baumont, Couperin, le musicien des rois, Gallimard, coll. « Découvertes Gallimard / Arts » (no 339), , 222 p. (ISBN 2070533123) Document utilisé pour la rédaction de l’article
    L'agrément d'une présentation plus moderne, contenu moins dense.
  • David Christoffel, Une semaine avec François Couperin, Espace 2, 2014.

Articles connexes

Liens externes