François Corbier

François Corbier
Description de cette image, également commentée ci-après
François Corbier en concert au festival Aux Zarbs 2008.
Informations générales
Surnom Corbier
Nom de naissance Alain Roux
Naissance
Paris, Drapeau de la France France
Décès (à 73 ans)
Évreux, Drapeau de la France France
Activité principale Auteur-compositeur-interprète
poète
animateur de télévision
Genre musical Chanson française
Instruments guitare
Site officiel Site officiel

François Corbier, dit Corbier, nom de scène d’Alain Roux, est un auteur-compositeur-interprète, poète et animateur de télévision français né le à Paris (14e arr.) et mort le à Évreux[1].

Il commence sa carrière de chanteur dans les cabarets Rive gauche de Paris.

De 1982 à 1997, il est chanteur et animateur à la télévision française dans les émissions pour la jeunesse Récré A2 et Club Dorothée. Par la suite, il connait des années difficiles et, à partir de 2001, reprend sa carrière de chanteur, avec des textes souvent engagés, drôles ou graves.

Biographie

Débuts

Orphelin de père à l'âge de deux ans, Alain Roux vit à Ailly-sur-Noye (dans la Somme) jusqu'à l'âge de sept ans. Après quelques études, il reprend la guitare que son frère, parti faire son service militaire, vient d'arrêter. À son retour, le jeune Alain a déjà écrit une vingtaine de chansons ; les deux frères décident alors de tenter l'aventure du cabaret et montent en 1962 un éphémère numéro de duettistes sous le nom de « Gouate & Mallat »[2]. Après avoir vu Claude Serra (le père d'Éric Serra) faire des « chansons flash », il reprend ce concept.

En 1964, il rencontre Georges Brassens à Bobino. Celui-ci l’écoute et l’encourage à chanter. Deux ans plus tard, il crée le « Mouvement Bichebochien » dont il est à la fois le Maître et le Disciple. Il présente un spectacle de chansons flashs, Ne nous flashons pas (40 chansons en 20 minutes).

En 1967, il devient gentil organisateur au Club Med jusqu'en 1971 à Al Hoceïma au Maroc où, tous les soirs dans le spectacle, il interprète la chanson qu'il a composée et qui s'intitule Allo ceïma ne raccroche pas. Il rencontre ensuite Jean-Pierre Elkabbach qui le fait entrer à France Inter.

En 1968, il sort son premier disque, produit par Alain Barrière. Ce dernier lui dit un jour en plaisantant : « Méfie-toi, tu vas finir pendu ! »[réf. nécessaire], qui lui donne l'idée du pseudonyme « François Corbier », provenant du véritable nom du poète François Villon, François de Montcorbier, auteur de la Ballade des pendus[3].

En mai 1968, il effectue une grande tournée dans les usines en grève, avec entre autres Georges Moustaki et Maxime Le Forestier.

Il fait sa première apparition à la télévision le dans l'émission Musicolor en chantant La Chanson de Roland[4].

En 1970, il fait une rencontre déterminante avec Jean-Louis Foulquier dans un cabaret de Montmartre et, de chanteur, devient chansonnier. De 1970 à 1987, il se produit dans divers cabarets connus : l’Écluse, l'Échelle de Jacob, le Port du Salut, le Don Camilo, la Villa d'Este, le Caveau de la République, le théâtre de Dix heures. En 1975, Bruno Léandri le fait entrer en contact avec le dessinateur Gotlib, par lequel Corbier devient un collaborateur occasionnel de son journal satirique Fluide glacial depuis le 5e numéro[5].

Durant ces années, il participe à de nombreuses émissions de radio sur France Inter, Europe 1 ou RTL, et de télévision sur France 3, RMC et la RTBF. En 1981, il part en tournée au Québec.

Chanteur et animateur de télévision

François Corbier dans les rues du Festival d'Avignon en 2002 pour la promotion de son spectacle.

Les années Récré A2

Après des années de cabaret, la productrice de télévision Jacqueline Joubert remarque François Corbier après l’avoir entendu au Caveau de la République. Par la suite, la directrice de l'Unité Jeunesse d'Antenne 2 offre de l'engager en le voyant faire rire des enfants lors d'un spectacle. Il a alors 38 ans. Sa carrière médiatique est lancée grâce à l'émission Récré A2, qu'il intègre en 1982[6] et devient un personnage incontournable de la célèbre émission présentée par Dorothée. Son rôle est celui du « chansonnier pour enfants ». Chaque mercredi matin, la guitare en bandoulière, il se lance notamment le défi de composer une chanson en direct à partir de quelques mots choisis par un jeune téléspectateur.

Alors qu'en 1984 sa chanson Nous les mille-pattes était passée inaperçue, il s'impose en 1986 grâce au tube Le Nez de Dorothée. La chanson, qui se moque gentiment de la célèbre animatrice de Récré A2, devient une chanson culte. Dorothée y fait une intervention parlée et chante le dernier refrain avec Corbier. La chanson, bien que très diffusée à la télévision, n'entre pas au Top 50 de Canal+.

En 1985, il fait la première partie de Michel Lagueyrie à l'Olympia.

Les années Club Dorothée

Durant la seconde moitié des années 1980, Corbier acquiert une large renommée télévisuelle. Quittant Antenne 2 pour TF1, il suit une partie de l'équipe de Récré A2 et devient ainsi l'un des coanimateurs du Club Dorothée, aux côtés de Dorothée, Ariane, Jacky et Patrick, il a alors environ 45 ans. De 1987 à 1991, il est également comédien dans la sitcom Pas de pitié pour les croissants, aux côtés de ses acolytes du Club Dorothée.

Il poursuit sa carrière de chanteur et sort plusieurs 45 tours produits par AB Disques : Sans ma barbe, qui est un succès en 1988, Bienvenue aux nouveaux, qu'il compose à la naissance de la seconde fille de Jacky et de la fille de Patrick Simpson Jones[7], mais aussi Laissez les mamies faire en 1995.

En octobre 1996, il quitte le Club Dorothée mais y fait son retour en juillet-août 1997 pour animer les derniers Club Dorothée Vacances.

Après l'arrêt de l'émission, il retourne à ses premières amours, la scène, une reconversion qui n'est pas sans difficulté. Il racontera par la suite :

« J'ai connu une dizaine d'années de galère et j'ai failli finir clochard. J'ai vendu ma maison en banlieue parisienne pour en acheter une autre en Normandie. Mais à la suite de la tempête de 1999, le toit s'est envolé. On a dû installer des bâches, l'humidité s'est infiltrée partout. J'ai attendu plusieurs années avant de réparer, car l'assurance a refusé de nous aider[8]. »

En 2017, il commence à sortir la tête hors de l'eau[8].

Retour à la chanson

En 1998, Corbier joue dans [Quoi ?] Atroces Voluptés, écrit et mise en scène par Jean-Paul Rollin.

En 2001, il sort Carnet mondain, un album aux textes vifs et engagés qui marque un tournant dans sa carrière avec un répertoire qui n'est désormais plus destiné à la jeunesse. L'année suivante, la salle lyonnaise de découverte-chanson « À Thou Bout d'Chant » l'accueille et le réinvite ensuite chaque année, de même que la salle « La Baie des Singes ». Le chanteur retrouve son public et renouvelle son audience, plus amatrice de chanson que de télévision.

Il se produit plusieurs années au Festival off d'Avignon, et a fait de multiples tournées.

En 2003, il présente un nouvel album live auto-produit, Toi, ma guitare et moi. En 2005, il publie l'album Tout pour être heureux, contenant un duo avec Nicole Rieu (C'était le bon temps), puis participe au court métrage Presque des hommes, dans lequel un Snorky, un Bisounours et un Schtroumpf ont été bannis dans notre monde et cherchent un moyen de regagner le cœur des enfants afin de rejoindre leur univers. Il y interprète le rôle d'un chanteur et compose une chanson spécialement pour le film (Les Vieux Copains de la télé).

Après une tournée en France et à l'étranger en 2007 et 2008, il refuse de participer au projet de la chaîne IDF1 (créée par Jean-Luc Azoulay) aux côtés de Dorothée, Jacky, Ariane et Patrick. Malgré les sollicitations répétées du producteur, il ne souhaite pas revenir à la télévision et préfère désormais se consacrer entièrement à la chanson et à la scène.

En 2009, il sort un nouvel album de 16 titres, intitulé Presque parfait et repart en tournée en France et à l'étranger. Il redevient parfois acteur de roman-photo dans le journal Fluide glacial. Le , il monte sur la scène de l'Olympia pour chanter avec Dorothée son tube Le Nez de Dorothée lors de l’Olympia 2010. Le 18 décembre, il réitère l'expérience et rejoint la chanteuse sur la scène de Bercy lors du Bercy 2010 pour interpréter Le Nez de Dorothée ainsi que La Galère capitaine, une chanson inédite.

En octobre 2012, il publie son autobiographie, intitulée Vous étiez dans Dorothée ? aux éditions Mille Plumes[9]. Le , il sort François Corbier en concert - Live 2012, un CD-live enregistré à Lyon et produit par Cho'colas.

En 2014, il chante sur la chanson Le tango du maître chanteur issue de l'album Le clan des guimauves du compositeur Anthony Cedric Vuagniaux[10]. Il apparaît aussi dans le film Vent de folie[11], le premier long métrage de Félix Létot, jeune réalisateur qui prépare aussi un documentaire sur François Corbier[12].

En février 2015, il sort l'album Vieux Lion, comprenant 13 nouvelles chansons inédites[13]. En 2016, il publie un recueil de ses chansons flashs Mes chansons flash, le Bichebochien, aux éditions Les petits Efcé.

En octobre 2016, sort Mon journal secret aux Editions De Varly, une compilation d'histoires courtes et drôles.

En août 2017, les trois derniers albums de Corbier sont disponibles en téléchargement légal sur la plateforme iTunes. En octobre 2017 sort le documentaire biographique Des traces dans la mémoire des masses[14], réalisé par Félix Létot.

Mort

François Corbier meurt dans la nuit du 30 juin au à l'hôpital d'Évreux, des suites d'un cancer[15]. Il est inhumé au cimetière de Serez, dans l'Eure, où il vivait depuis trente ans[16].

Vie privée

François Corbier était marié à Danièle, dite Doune, artiste peintre[réf. nécessaire]. Ils ont un fils, Wilfried[16].

La nièce de François Corbier, Annabelle Roux, est une comédienne et directrice artistique de doublage.[réf. souhaitée]

Discographie

45 tours

  • Rose / La Dame sous la pluie, paroles et musiques de François Corbier, 1968, Barclay.
  • Nous les mille-pattes / Plante un jardin, paroles et musiques de François Corbier, 1984, Rénaldo Cerri.
  • Le Nez de Dorothée / Les Poissons do, paroles et musiques de François Corbier, 1986, AB Disques.
  • Sans ma barbe / Bienvenue aux nouveaux, paroles et musiques de François Corbier, 1987/1988, AB Disques.
  • La Danse des petits cochons, paroles de Jean-François Porry, musique de Gérard Salesses / Patati Patata (La Faute à Pat Leguen), paroles et musique de François Corbier, 1990, AB Disques.
  • Laissez les mamies faire[17] / Elle s'en va, paroles et musiques de François Corbier, 1995, AB Disques.

33 tours

Albums

Émissions télévisées

Publications

  • Vous étiez dans Dorothée ? - Non, à côté., Éditions Mille Plumes, 2012. Autobiographie.
  • Mes chansons flash, le Bichebochien, Éditions Les petits Efcé, 2016. Recueil de la plupart de ses chansons flash, et le Bichebochien regroupe de courts textes jouant sur un mot, en y changeant une seule lettre à la fois.
  • Mon journal secret, Éditions De Varly, 2016. compilation d'histoires courtes et drôles.

Notes et références

  1. « Le chanteur François Corbier, un des animateurs du Club Dorothée, est mort à l'âge de 73 ans », sur France TV Info.fr,
  2. « Interview en famille », sur francoiscorbier.com,
  3. « La Ballade des pendus », dailymotion.com.
  4. « François Corbier : La Chanson de Roland », sur ina.fr
  5. « Fluide Glacial »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), sur francoiscorbier.com.
  6. « Corbier : Les Rois mages (1re apparition au Club Dorothée) », sur ina.fr
  7. Discographie de Corbier, francoiscorbier.com.
  8. a et b « Corbier raconte sa descente aux enfers après le club Dorothée », sur Voici.fr,
  9. « François Corbier, du Club Dorothée à la vérité », sur Le Point.fr, .
  10. « Le clan des guimauves », sur plombagerecords.com,
  11. Fiche du film, Première.fr.
  12. « Letot cinéphile devrait encore se resserrer »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), sur aisnenouvelle.fr.
  13. « Boutique »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), sur francoiscorbier.com.
  14. Génération Club Do, « François Corbier : Des traces dans la mémoire des masses (extrait 1) »,
  15. « Mort de François Corbier, figure du "Club Dorothée" », sur Le Figaro.fr, .
  16. a et b « Décès de Corbier du "Club Dorothée" : Dorothée, Jacky et Ariane pleurent leur "poète" », 20 minutes.fr, 8 juillet 2018.
  17. Reprise de Achy Breaky Heart de Billy Ray Cyrus.

Voir aussi

Liens externes