François-Sophie-Alexandre Barrillon

François-Sophie-Alexandre Barrillon
Fonctions
Député de l'Oise
-
Conseiller général de l'Oise
-
Député de l'Oise
-
Maire
Élincourt-Sainte-Marguerite
Préfet
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Père
Autres informations
Distinction

François-Sophie-Alexandre Barrillon, né le à Paris et mort le à Élincourt-Sainte-Marguerite (Oise)[1], est un avocat et homme politique français[2].

François-Sophie-Alexandre Barrillon

Sommaire

Biographie

François Alexandre Barrillon est le fils unique d’Alexandre Barrillon (1762-1817), député et régent de la Banque de France[3]. Après des études de Droit, il se fit inscrire au barreau de Paris en 1821. Propriétaire dans l’Oise, conseiller général du département depuis 1833 et maire d’Élincourt en 1838, il fut élu, le 4 novembre 1837, député dans le 5e collège électoral de l'Oise (Compiègne). Non réélu en janvier 1839, il retrouva son siège le 9 juillet 1842, élu par le même collège. Combattu par le ministère Guizot[réf. nécessaire], il échoua aux élections du 1er août 1846. Opposé à la politique gouvernementale, il présida le banquet réformiste de Compiègne en novembre 1847.

Le 27 février 1848[4], il fut nommé commissaire du gouvernement dans l'Oise par le gouvernement provisoire de 1848, qui le révoqua en avril comme trop modéré.

Le 23 avril suivant, le département de l’Oise l'élut représentant du peuple, et le réélut à l'Assemblée législative, le 13 mai 1849. Il siégea au centre droit.

Partisan de la candidature du général Cavaignac à la présidence de la République, il protesta, le 2 décembre 1851, à la mairie du 10e arrondissement (ancien) de Paris, contre le coup d’État, et fut enfermé à la prison Mazas.

Il obtenu son élection dans l’Oise le 23 septembre 1865 et fut réélu aux élections générales du 24 mai 1869. Il bénéficia en 1865 de la neutralité de Napoléon III, se rallia au régime et fut candidat officiel en 1869[5].

Il est le beau-père de François-Ernest Dutilleul[6].

Références

  1. Archives départementales de l’Oise, état-civil numérisé d'Élincourt-Sainte-Marguerite, acte no 20 de l'année 1871. Maire de la commune, le défunt meurt au château de Bellinglise.
  2. Pierre Larousse, « Barrillon (François-Sophie-Alexandre) », Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, vol. 16e, Paris, Supplément, (lire en ligne), p. 297
  3. Romuald Szramkiewicz, Les Régents et censeurs de la Banque de France : nommés sous le Consulat et l’Empire, p. éd. Droz, 1974, (ISBN 2600033734)
  4. Notice « Barillon (François, Sophie, Alexandre) » (1801-1871), page 83 in Archives nationales (France) (répertoire nominatif par Christiane Lamoussière, revu et complété par Patrick Laharie ; répertoire territorial et introduction par Patrick Laharie), Le Personnel de l’administration préfectorale, 1800-1880, Paris : Centre historique des Archives nationales, 1999, 1159 pages, 27 cm, (ISBN 2-86000-271-5).
  5. Colonne 609 in P. Vaucelles, « Barillon (François-Sophie-Alexandre) », colonnes 608 et 609 in M. Prevost et Roman d’Amat (direction), Dictionnaire de biographie française (DBF), tome cinquième (Baltazar - Bergeret de Grancourt), 1528 colonnes, 1951, Paris, Librairie Letouzey et Ané.
  6. Généalogie de la famille Barrillon, sur genea-bdf.org

Sources

  • Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains: contenant toutes les personnes notables de la France et des pays étrangers, vol1, p. 111, éd. Hachette, 1870.
  • Éric Anceau, Dictionnaire des députés du Second Empire, p. 32, éd. Presses universitaires de Rennes, 1999, (ISBN 2868474365)
  • « François-Sophie-Alexandre Barrillon », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition]

Lien externe

Articles connexes