Forêt de guerre

Forêt de Verdun, reconstituée après la Première Guerre mondiale
Forêt d'Argonne : les forêts de guerre sont aussi des forêts où un grand nombre de cadavres humains et animaux (chevaux surtout) ont été enterrés

Une forêt de guerre est une forêt restaurée ou recréée en France sur une ancienne forêt, ou sur des champs ou un village détruit par la Première Guerre mondiale, essentiellement sur la zone rouge. Les forêts de guerre sont principalement situées dans le département de la Meuse et moindrement dans le Pas-de-Calais (Forêt de Vimy) et la Somme. Ces zones ont après la guerre été préemptées par l'État avec dédommagement des propriétaires ou de leurs ayants droit.

L'expression désigne plutôt les forêts publiques domaniales mais des forêts communales ou privées ont également été concernées.

Plus largement, la notion de forêt de guerre évoque aussi le bois déprécié qui en a été tiré durant la période de restauration 1918-1930, et le bois mitraillé qu'on y trouve encore, ou qu'on trouve dans d'autres forêts (de l'ancienne « zone jaune ») qui exige des précautions d'exploitation et un matériel de scierie adaptés.

Les bois mitraillés provenant de certaines de ces forêts sont dépréciés car pouvant contenir des objets métalliques gênants ou dangereux pour les scieries, qui pour certaines utilisent alors des détecteurs de métaux. Le bois pourrait aussi parfois contenir certains polluants liés aux séquelles de guerre.

Forêts modifiées par les guerres

Conservation de la topographie de guerre de la fin 1918 et, feuillus et résineux de la forêt reconstituée de la zone rouge de Meuse
Tranchées allemandes conservées au Mémorial canadien de Vimy
Risques encore présents dans un massif comme celui de Vimy
Quatre-vingt dix ans après la guerre, l'humus se restaure et les champignons sont nombreux, ici près d'un ancien dépôt de munitions. S'ils peuvent dégrader certains restes toxiques d'explosifs, ils peuvent également bioaccumuler des métaux toxiques non dégradables (plomb, mercure, cadmium, etc.)
Plantation de pins à Vimy : un problème de régénération et de conservation de cette forêt vieillissante
Usage de défoliant par l'Armée américaine lors de la guerre du Viêt Nam

En période de conflits armés, les forêts constituent des espaces stratégiques. À la fois source de bois pour le front et les populations, elle représente également tantôt un obstacle à la progression des troupes, tantôt un refuge. Ces massifs forestiers sont totalement ou partiellement détruits lors des combats et des stationnements de troupes. Les sols et l'ensemble des écosystèmes en conservent très longtemps les traces.

À la demande de l'État français, en 1919, une cartographie des zones forestières touchées a été dressée. Le classement comporte trois catégories. Les zones rouges correspondent aux terres dont le coût de remise en état est supérieur à la valeur initiale du sol (soit plus de 100 000 ha sur une douzaine de départements), les activités y sont réglementées en raison de la présence de munitions. L’État achète les terrains, commence le nettoyage et les confie à l’administration forestière pour le reboisement. Une petite part est conservée au titre des vestiges de guerre.

L'arc meusien

Le département de la Meuse (France) regroupe en cinq zones 15 672 ha de forêts de guerre, parmi lesquels seuls 5 700 ha (soit environ un tiers de la superficie) étaient boisés en 1914. En fait, ce sont d'après les évaluations officielles de l'époque environ 20 000 ha qui auraient dû être (re)boisés dans la Meuse tant les sols y avaient été dégradés par les combats, mais la Loi du 24 avril 1923 a imposé une révision du parcellaire à exproprier afin d'encourager le retour de l’agriculture (ou pour réduire les coûts de restauration ?), ce qui a réduit d’environ 5 500 ha l’effort de création de forêts de guerre dans ce département. Il a fallu plusieurs décennies pour planter ces forêts (là où la régénération naturelle n'a pas été encouragée ou acceptée). La plupart de ces arbres n'ont pas 90 ans et ne sont donc pas encore exploités, hormis par des coupes d'entretien ou d'éclaircies.

Il est question de classer tout ou partie de cette forêt en parc national

La Somme

Le département de la Somme pourtant situé en partie dans la zone des combats de la Grande Guerre à l'est d'Amiens, n'a pas connu de plantation de forêt. Seuls ont été reconstitués des massifs boisés préexistants comme le Bois des Fourcaux ou le Bois Delville à Longueval par exemple.

L'Aisne et le Chemin des Dames

L'Aisne est le département qui, en surface, a été le plus touché par la Grande Guerre[1]. On peut distinguer trois types de destructions :

  • Les forêts situées loin du front, ont été parfois coupées à blanc et le plus souvent surexploitées, notamment dans la zone d'occupation allemande (forêts de Saint-Michel en Thiérache ou de la Haie d'Aubenton par exemple).
  • Les forêts parcourues par les combats durant la guerre de mouvement (août-septembre 1914 et mai-novembre 1918) ont été mitraillées. C'est le cas notamment des boisements situés à proximité de Fère-en-Tardenois, et du nord de la forêt domaniale de Retz.
  • Les boisements situés sur le front ont été totalement ravagés par les combats (forêt de Vauclair, partie sud de la forêt de Saint-Gobain).

En 1919, la zone rouge de l'Aisne était évaluée à plus de 19 000 ha. En 1927, elle se limite à 717 ha à l’extrémité orientale du Chemin des Dames (Plateau de Californie). Dans cette zone, la forêt a été initialement plantée pour masquer les traces de la guerre[2].

Le Nord et le Pas-de-Calais

  • Forêt de Vimy
  • Les deux tiers de la forêt de Mormal ont été détruits lors de la Première Guerre mondiale. De 1920 à 1930, la forêt est reconstituée dans le cadre des dommages de guerre, essentiellement par nettoyage et plantation de chênes pédonculés mais sans être exactement une forêt de guerre au sens de celles de la zone rouge.

En mai 1940, lors de la Seconde Guerre mondiale, les armées allemandes réutilisent le bois de la forêt de Mormal et comme zone de défense de la Sambre.

Les forêts du Viêt Nam

Risques et écotoxicologie

La Première Guerre mondiale a généré de nombreux impacts environnementaux, physiques et/ou écologiques, directs et/ou indirects, immédiats et/ou différés sur l'eau, l'air, les sols et les écosystèmes. Une des séquelles majeures pour les forêts de guerre est la présence encore massive dans ces forêts de munitions conventionnelles ou chimiques non-explosées, perdues, stockées ou parfois immergées, source constante de risque et de danger de pollution induite par les munitions.

Ces pollutions viendraient alors s'ajouter aux retombées anciennes des combats de 1914-1918 qui ont dispersé dans l'environnement et notamment dans l'atmosphère de gigantesques quantités de plomb, de mercure, d'arsenic et de gaz toxiques de combat dont on sait peu ce qu'ils sont devenus. Ces toxiques sont souvent non-dégradables et parfois bioaccumulables. Le mercure et d'autres métaux lourds peuvent affecter la santé, y compris la santé reproductive de nombreux animaux, et celle des humains qui les consomment. Très localement, on enregistre encore des records de pollution, par exemple en forêt de Verdun, par l'arsenic issu du démantèlement sur place de munitions chimiques[3],[4].

La plupart des espèces animales ne semblent pas (en tant qu'espèces) avoir fortement souffert des séquelles chimiques de la guerre mais on ne dispose pas d'état écotoxicologique des lieux, ni d'études de prospective publiées sur le devenir dans l'environnement des munitions conventionnelles (et chimiques) et des déchets de guerre, dont le statut juridique n'est pas clair, et qui peuvent pour longtemps (siècles et millénaires) polluer les sites, sols et sédiments de ces régions ou des lieux où ils ont été transportés ou traités[5]. Or, ce n'est - d'après les experts - qu'au XXIe siècle que les obus immergés et enterrés, rongés par la corrosion devraient commencer à libérer leurs contenus toxiques. Les impacts de ces fuites ne semblent pas avoir été étudiés expérimentalement ni même modélisés.

Les détecteurs de métaux n'étant pas disponibles dans les années 1920, le désobusage n'a été que superficiel. Dans les sols des forêts de guerre, il reste des millions d'obus et de petites munitions et des milliards de billes de shrapnels, qui sont maintenant souvent sous les racines des arbres, inaccessibles. Ces forêts subiront donc encore longtemps les séquelles physiques de la guerre, qui sans affecter leur valeur patrimoniale (sites de la mémoire), pourraient à terme affecter leur valeur économique. Ces polluants, s'ils ont encore peu d’impacts visibles sur la flore (sauf très localement et à des doses très élevées), sont néanmoins toxiques pour la faune et l'homme (à très faible dose pour certains). Ils peuvent être bioaccumulés au long de la chaîne alimentaire mais on ne semble pas avoir clairement cherché s'ils sont accumulés par les arbres, dans le bois, les feuilles, fruits, écorces, etc. ou de quelle manière, ils peuvent circuler ou pas dans le réseau trophique et les écosystèmes.

Les produits animaux et végétaux, les champignons ou le sol issus des forêts de guerre sont potentiellement pollués par le plomb, l’arsenic, le mercure, ou d'autres métaux et par divers autres composés chimiques. La consommation actuelle et future de champignons, de gibiers ou d'aliments cuits au feu de bois (avec un bois ayant absorbé par exemple du plomb) pourrait être sources d’intoxications. Une des origines du taux élevé de plomb des vins (première source de plomb dans l'alimentation des Français selon la conférence de consensus sur le saturnisme de Lille, en 2003[6]) reste mal expliquée. Le plomb désorbé du bois des tonneaux de chêne, pour partie provenant des retombées des guerres pourrait-il être en cause ? Il en va de même pour les taux de perchlorate dans l'eau potable, souvent expliqué ou explicable comme séquelle de guerre.

Enjeux, prospective

Polémosylvofaciès et résilience écologique

La composante végétale des jeunes forêts reconstituées après la guerre a montré une étonnante capacité de résilience sur les sols les plus bouleversés, constituant des faciès nouveaux, nommés polémosylvofaciès par Jean-Paul Amat qui les a étudiés dans l'arc meusien dans le cadre d'une thèse[7],[8].

Les modifications climatiques rapides peuvent faire craindre une augmentation du risque d'incendie dans certaines parcelles dont les conséquences peuvent être très aggravées dans ces forêts[réf. souhaitée]

En Allemagne, pour reboiser avec peu de moyens (suite aux deux guerres mondiales), une école originale de sylviculture a été créée, fondée sur l'imitation des processus de résilience forestière[9].

Tourisme de mémoire

Des forêts, comme celle de Verdun (Meuse) tout particulièrement ou de Vimy (Pas-de-Calais) avec le mémorial de Notre-Dame-de-Lorette, font partie des haut-lieux du tourisme de mémoire. Certaines zones ne sont ouvertes ni au public ni à l'exploitation, n'ayant pas été suffisamment déminées - à Vimy par exemple - ou sont conservées à usage de camp militaire.

Voir aussi

Références

  1. Emmanuel Véziat, "La reconstruction dans le département de l'Aisne après la Grande Guerre", Mémoires de la Fédération des sociétés d'histoire et d'archéologie de l'Aisne, t. XLVI, 2001, p. 127-129.
  2. Jérôme Buridant, "Effacer la guerre : la reconstitution forestière de la zone rouge", in : Jérôme Buridant (dir.), Forêt carrefour, forêt frontière : la forêt dans l'Aisne, Langres : Guéniot, 2005, p. 153-163 ; Jérôme Buridant, "La forêt mutilée. La reconstitution forestière dans l'Aisne après la Grande Guerre", Graines d'histoire, la mémoire de l'Aisne, no 17, janvier 2003, p. 13-24.
  3. Article du Journal Le Figaro intitulé « La destruction d'armes chimiques de la guerre de 14 a laissé des traces »
  4. Article scientifique sur la Place à Gaz de Verdun, notamment relatif aux mesures d'arsenic faites par Tobias Bausinger et ses collègues de l'Université de Mayence (Allemagne) et de l'ONF, en forêt de Verdun, titré Exposure assessment of a burning ground for chemical ammunition on the Great War battlefields of Verdun, Science of The Total Environment, Volume 382, Issues 2-3, 1 September 2007, Pages 259-271, doi:10.1016/j.scitotenv.2007.04.029
  5. Déchets de guerre, Mediapart, Photographe : Olivier Saint Hilaire, 27 oct 2014
  6. O. Kremp (2003) Conférence de consensus `Intoxication par le Plomb de l'enfant et de la femme enceinte, Prévention et prise en charge médico-sociale ; mercredi 5 et jeudi 6 novembre 2003, Université catholique de Lille, sous la présidence de O. Kremp, avec la participation de la Société française de pédiatrie et Société française de santé publique Recommandations de la conférence
  7. Amat Jean-Paul, La Forêt entre guerre et paix, 1870-1995, étude de biogéographie historique sur l’Arc meusien, de l’Argonne à la Woëvre. Thèse d’État de l'Université de Lille I, 1999, 1200 p
  8. Anne Hertzog, Entretien avec Jean-Paul Amat. Sur le Métier, Géographie et patrimoine, EchoGéo, 2011 : [1]
  9. Voir Prosilva

Bibliographie

  • Amat Jean-Paul, La Forêt entre guerre et paix, 1870-1995, étude de biogéographie historique sur l’Arc meusien, de l’Argonne à la Woëvre. Thèse d’État de l'Université de Lille I, 1999, 1200 p.
  • Amat Jean-Paul, Guerres et milieux naturels : les forêts meurtries de l’Est de la France, 70 ans après Verdun. Espace Géographique, no 3, 1987, p. 217-233.
  • Amat Jean-Paul, Le Rôle stratégique de la forêt, 1871-1914 - exemples dans les forêts lorraines. Revue historique des Armées, no 1, 1993, p. 62-69.
  • Amat Jean-Paul, Corvol-Dessert A., (dir.). Forêt et Guerre. Ed. l’Harmattan, Paris, 1994, 325 p.
  • Igor Lacan, Joe R. McBride, War and trees: The destruction and replanting of the urban and peri-urban forest of Sarajevo, Bosnia and Herzegovina ; Urban Forestry & Urban Greening, Volume 8, Issue 3, 2009, Pages 133-148
  • Anne Hertzog, Entretien avec Jean-Paul Amat. Sur le Métier, Géographie et patrimoine, EchoGéo, 2011 : [2]
  • Jean-Yves Puyo (2004), Les conséquences de la Première Guerre mondiale pour les forêts et les forestiers français, histoire et territoire ; Rev. For. Fr. LVI - 6-2004, PDF, 12 pages.

Articles connexes

Liens externes

Émission radiophonique