Forêt amazonienne

Forêt amazonienne
Image illustrative de l’article Forêt amazonienne
Carte géographique des écorégions de la forêt amazonienne délimitées par le WWF. Les lignes en blanc délimitent les contours de la forêt amazonienne. Le bassin de l'Amazone est indiqué en bleu.
Localisation
Coordonnées 3° 10′ sud, 60° 02′ ouest
Pays Drapeau du Brésil Brésil
Drapeau du Pérou Pérou
Drapeau de la Colombie Colombie
Drapeau du Venezuela Venezuela
Drapeau de la France France (Guyane)
Drapeau du Suriname Suriname
Drapeau du Guyana Guyana
Drapeau de la Bolivie Bolivie
Drapeau de l'Équateur Équateur
Géographie
Superficie 550 000 000 ha
Altitude
 · Maximale
 · Minimale

2 995[1] m
0 m
Population 34 000 000
Géolocalisation sur la carte : Venezuela
(Voir situation sur carte : Venezuela)
Forêt amazonienne
Géolocalisation sur la carte : Colombie
(Voir situation sur carte : Colombie)
Forêt amazonienne
Géolocalisation sur la carte : Équateur
(Voir situation sur carte : Équateur)
Forêt amazonienne
Géolocalisation sur la carte : Pérou
(Voir situation sur carte : Pérou)
Forêt amazonienne
Les bords du fleuve Amazone dans l'État brésilien du Pará.

La forêt amazonienne (en portugais floresta amazônica ; en espagnol selva amazónica ; en anglais Amazon rainforest), également connue sous le nom d'« Amazonie » ou « jungle amazonienne », est une forêt équatoriale d'Amérique du Sud couvrant la totalité du bassin versant du fleuve Amazone ainsi que des zones périphériques comme le plateau des Guyanes. Elle s'étend sur 9 Pays, principalement au Brésil (63%).

Avec près de 390 milliards d'arbres (16 000 espèces ; 13% des arbres de la planète ; près de 60 fois plus d'arbres « adultes » dans la forêt amazonienne que d'êtres humains sur l'ensemble de la planète)[2], c'est l'une des trois plus importantes forêts primaires du monde[3]. Elle est souvent qualifiée de « poumon de la terre » bien qu'en réalité les océans produisent bien plus d'oxygène[4] ; elle produirait entre 20% [5] et plus probablement 6% de l'oxygène[6].

C'est le plus grand réservoir de biodiversité au monde, menacé par le réchauffement[7], l'orpaillage et la déforestation (depuis 1970, environ 18 % de la forêt originelle a disparu). Elle abrite trois grandes aires protégées : le complexe de conservation de l'Amazonie centrale[8] au Brésil, le parc national de Manú[9] au Pérou et le parc national Noel Kempff Mercado[10] en Bolivie ; inscrites sur la liste du patrimoine mondial par l'organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO). Le Parc Amazonien de Guyane, en Guyane française, est le plus grand parc national français mais aussi le plus grand parc de l'Union Européenne[11]. Couvrant près de 34 000 km², il constitue, avec le Parc National des montagnes du Tumucumaque qui lui est adjacent, l'un des plus grands espaces naturels protégés au monde[12].

Étymologie

L'aumônier de l'expédition Gaspard de Carvajal le 22 avril 1542, dans son journal de voyage racontant l'exploration de la région équatoriale d'Amérique du Sud, note que les Espagnols ont rencontré une tribu de femmes guerrières farouches, dont la reine se nommait Conor. Le chef d'expédition, Francisco de Orellana, appela le fleuve, le fleuve des Amazones, parce que celles-ci lui rappelaient les légendaires femmes-guerrières Amazones d'Asie décrites par Hérodote et Diodore de Sicile dans la mythologie grecque[13]. Les amazones d'Amazonie sont parfois représentées avec la peau blanche.

Histoire et géographie

La forêt vierge s'est formée durant l'époque Éocène par suite de la baisse globale des températures tropicales lorsque l'océan Atlantique s'est suffisamment élargi pour fournir un climat chaud et humide au bassin amazonien. La forêt tropicale existe depuis au moins 55 millions d'années. Auparavant, le biotope de la région était de type savane. Elle couvre 5,5 millions de km2 sur les 7,3 millions de km2 du bassin amazonien, en Amérique du Sud. Après l'extinction Crétacé-Tertiaire à la fin du Crétacé, il y a 65 millions d'années, la disparition des dinosaures et le climat plus humide ont permis son développement.

Durant l'Oligocène, la forêt couvrait une bande relativement étroite, en majeure partie au-dessus du 15° parallèle nord. Elle s'est élargie au cours du Miocène moyen, et s'est rétractée à nouveau lors de la dernière ère glaciaire[14] pour regagner du terrain depuis 10 000 ans environ, permettant la survie et l'évolution d'une grande diversité d'espèces.

Biodiversité

Le fleuve Amazone s'écoulant dans la forêt tropicale.

Selon la WWF[15], l'Amazonie comprend 50 à 70 % de la biodiversité mondiale[16]. Les scientifiques proposent un chiffre plus modeste et évaluent cette biodiversité à 9,5 %[17],[18]. La région abriterait environ 30 % des espèces d'insectes qui se concentrent essentiellement dans la canopée[19] et au moins 14 000 espèces de plantes[Ce passage est contradictoire][20], 2 200 poissons[21], 1 294 oiseaux, 427 mammifères, 428 amphibiens et 378 reptiles ont été scientifiquement classés dans la région[22]. Les scientifiques ont décrit entre 96 660 et 128 843 espèces d'invertébrés uniquement au Brésil[18]. Une espèce d'oiseau sur cinq dans le monde vit dans la forêt amazonienne, et une espèce de poisson sur cinq vit dans ses rivières.

En 2013, la forêt Amazonienne est composée d'environ 390 milliards d'arbres et d'environ 16 000 espèces[Ce passage est contradictoire][23]. L'inventaire de la forêt a été effectué par une équipe internationale de scientifiques dans une étude publiée le 18 octobre 2013. En raison de la taille immense de la forêt, ce résultat a nécessité la mise en commun du travail de plus d'une centaine de chercheurs du monde entier, dont six Français, rassemblés dans le réseau ATDN (Amazon Tree Diversity Network)[24].

La diversité d'espèces de plantes est la plus importante sur Terre. Certains experts estiment qu'un kilomètre carré pourrait contenir plus de 75 000 types d'arbres et 150 000 espèces de plantes supérieures[Ce passage est contradictoire]. Un kilomètre carré de forêt amazonienne peut contenir 90 790 t de plantes vivantes[25]. Actuellement, environ 438 000 espèces de plantes ayant un intérêt économique et social ont été répertoriées dans la région, et beaucoup plus restent à découvrir ou à classifier[26].

Écosystèmes

Forêt amazonienne.

La forêt amazonienne n'est pas le poumon de la Terre

Au début des années 1970, une mauvaise interprétation d’une interview téléphonique de Harald Sioli , chercheur allemand connu pour ses travaux pionniers sur l'écologie amazonienne, conduit la presse brésilienne à adopter la métaphore anthropocentrique de « poumon du monde » pour désigner cette forêt[27].

Il est courant de parler de « poumon de la Terre » ou de « poumon vert » pour évoquer le rôle de production d'oxygène de l'Amazonie, en affirmant parfois qu'elle produirait 50 % de l'oxygène de la planète[28] ou 20 %[29]. En réalité le phytoplancton océanique, via la photosynthèse produit de 60 à 80 % de l'oxygène atmosphérique[30] (ce qui vaut aux océans d'être qualifiés de « poumon bleu »)[31],[32]. Ces métaphores sont inexactes (le poumon ne produit pas d'oxygène, il en consomme via la respiration)[33]. Enfin, la forêt amazonienne quand elle est proche de son climax, est à peu près en équilibre sur elle-même[34] : le bilan de photosynthèse-respiration pour cet écosystème est alors nul du point de vue de l'oxygène[35].

Les arbres puisent dans l'atmosphère le CO2 qu'ils décomposent pour retenir le carbone et rejeter l'oxygène), contribuant au puits de carbone, mais l'Amazonie se dégrade et n'atténue plus, de ce point de vue, l'ampleur du réchauffement climatique[36]. Des travaux publiés en 2019[37], confirmant des études précédentes[38],[39], achèvent ce mythe du « poumon vert tropical »[40],[41],[42]. Les stocks de carbone de la biomasse aérienne produits dans les régions tropicales (notamment les forêts préservées au centre des bassins d'Amazonie et du Congo) sont négativement compensés par les pertes liées à la déforestation (voir déforestation de la forêt amazonienne) ou au dépérissement, notamment lié au réchauffement (en particulier les sécheresses caractéristiques des années El Niño)[43],[44],[45]. « En Amazonie, la déforestation contribue au réchauffement climatique en provoquant près de 20 % des émissions mondiales de dioxyde de carbone[46] ». Les grandes forêts tropicales, qui contiennent un tiers des trois trillions d'arbres présents sur la planète[41], et qui étaient autrefois des puits de carbone dans la biomasse aérienne, « deviennent globalement neutres. Elles pourraient même devenir une source de carbone atmosphérique dans un proche avenir, accélérant ainsi le réchauffement global[47] ».

La forêt amazonienne, en tant que forêt tropicale humide, est par contre un « climatiseur de la terre ».

Cycle de l'eau

La forêt joue un rôle majeur dans sa propre survie, en recyclant l'eau via les arbres et lianes qui la pompent dans le sol et l'évapotranspirent, entretenant les pluies[48] et d'importants continuum thermo-hygrométrique. Certains chercheurs parlent d'« hydroclimat » pour décrire ce phénomène[49],[50].

Dans les parties les plus humides du massif amazonien, une molécule d'eau traversant la région peut tomber sous forme de pluie, être évaporée ou évapotranspirée puis retomber à sous forme de pluie jusqu'à six fois de suite avant de quitter la région ou aboutir en mer[51]. La forêt déverse ainsi des « rivières aériennes de vapeur[52] », réduisant certains effets du dérèglement climatique[53],[54]. La quantité d'eau transportée par ces rivières volantes au dessus de l'Amazonie dépasse le débit annuel de l'Amazone au Brésil[55]. Les arbres des forêts émettent des composés organiques volatils (isoprène, monoterpènes)[56] et des aérosols carbonés biogéniques (bactéries, spores de champignons)[57] qui agissent dans l'atmosphère comme noyaux de condensation favorisant les précipitations quasi-quotidiennes.

Ainsi chaque arbre est un climatiseur naturel contribuant à recréer (via son évapotranspiration) des nuages, qui par leur albédo reflètent la chaleur du soleil et en diffusent la lumière.

Assèchement, réchauffement et menaces pour la forêt

Au XXe siècle, la température moyenne a augmenté de 1 à 1,5 °C en Amazonie[58]. De 2005 à 2020, trois sécheresses graves ont été enregistrée[7], et de 1970 à 2020 la saison sèche est passée de quatre mois à près de cinq dans plusieurs régions[59] alors que les neiges et glaciers andins qui alimentent le bassin amazonien en eau montrent des signes de rapide déclin[60]. Le cycle de l'eau, intrinsèquement liée à la forêt dans cette région du monde[61], pourrait donc être perturbé à grande échelle[62]. Parmi d'autres biomarqueurs 2018 on a montré récemment (2018, 2019) que la composition de la forêts est déjà en train de changer en réponse au réchauffement[63] ; les arbres typiques de la forêt équatoriale humide (Essences légumineuses du genre Inga par exemple) régressent ou disparaissent au profit d'essences adaptées aux climats plus secs, tel le Noyer du Brésil (Bertholletia excelsa)[64], ce qui impliquerait de revoir les stratégies agricoles et de protection de la biodiversité[65].

Durant les graves sécheresse de 2005, 2007 et 2010, la part touchée par les incendies et feux de sous-bois a dépassé celle de la déforestation directe par l'Homme. En dix ans, 85 500 km2 ont été ainsi détruits (près de 3 % du massif amazonien). Mi-août 2019, lors des Feux de forêt de 2019 au Brésil, l'INPE avait déjà répertorié « 39 194 feux » depuis janvier[66] soit une augmentation de 77 % du nombre d'incendies par rapport à la même période en 2018. Cette tendance a été pour partie attribuée à la réthorique anti-environnementalistes du nouveau président Jair Bolsonaro et de son gouvernement[67].
Fin 2019, les pays du G7 ont proposé au Brésil un soutien financier d'au moins 20 millions d'euros pour lutter contre les feux de forêt, soutien refusé par J Bolsonaro[68] qui a répondu qu'il est plus pertinent de planter de nouvelles forêts en Europe (en fait en France, au Danemark en Chine et dans de nombreux pays, les surfaces arborées regagnent du terrain, sans toutefois pouvoir compenser les émissions de CO2 de ces pays)[69].

Dans le même temps la connectivité écologique et le cycle de l'eau sont très perturbés par les grands barrages situés entre les Andes et les estuaires : 142 barrages existaient en 2018 et 160 étaient en projets sur des rivières découlant des Andes vers l'Amazonie, affectant déjà six des huit grands sous-bassins andins de l'Amazone. Les projets de barrages fragmenteront aussi cinq des huit principaux systèmes - Napo, Marañón, Ucayali, Beni et Mamoré, sachant que 671 espèces de poissons d'eau douce ont récemment été identifiés dans les parties hautes (> 500 m) de ces rivières, dont des espèces endémiques et migratrices. Enfin ces rivières andines apportaient l'essentiel des sédiments de l'Amazonie principale ; les barrages affecteront donc aussi l'hydrogéomorphologie des plaines inondables et les services écosystémiques[70].

Point de non-retour proche ?

Il y a un consensus pour dire qu'au delà d'un certain seuil, le recul des arbres (Cf. déforestation, feux et sécheresses) induit une diminution des précipitations et de l'hygrométrie, qui à son tour tue une partie des arbres (et ainsi de suite ; plusieurs études concluant même à une possible savanisation des parties déforestées l'Amazonie avant 2100[71],[72],[73] (et avec une grande perte de biodiversité)[74]. Selon un modèle récent (2018) « Seule l'Amazonie occidentale près des montagnes des Andes resterait luxuriante - là, les courants d'air sont forcés de remonter sur les montagnes, provoquant la condensation de la vapeur d'eau et la chute sous forme de pluie »[74].

En février 2018, puis fin 2019, Carlos Nobre (climatologue de l'Université de São Paulo) et Thomas Lovejoy ont alerté sur le fait que l'Amazonie est peut-être beaucoup plus proche d'un point de non-retour qu'on le pensaient jusqu'alors[75],[76], montrant que supprimer 20 à 25% de la forêt tropicale pourrait conduire à un point de basculement vers la savane (pour l'Amazonie orientale, méridionale et centrale[76]. Selon eux il reste peu de temps pour sauver ce massif : « Si la mortalité des arbres que nous constatons se poursuit pendant encore 10 à 15 ans (jusqu'en 2030-2035), alors le sud de l'Amazonie se transformera en savane »[76]. D'autres chercheurs, tel Paulo Brando (écologie à l'Université de Californie), estiment qu'il faudrait plus de 20% de perte pour définitivement perdre l'Amazonie ou que le phénomène pourrait être plus lent, mais tous admettent l'existence d'un point de bascule et la nécessiter d'agir pour ne pas l'atteindre[76] qui n'induirait pas qu'un effondrement régional de la biodiversité : des milliards de tonnes de CO2 seraient émises dans l'atmosphère par les feux et la décomposition de milliards d'arbres, modifiant le climat et notamment la pluviométrie à bien plus grande échelle, voire dans le monde[76]. Peter Cox, climatologue à l'Université d'Exeter, l'un des premiers à avoir tenté de calculer un point de basculement pour l'Amazonie estime qu'on manque de données pour le calculer et ajoute que « cette idée pourrait donner la fausse impression que l'Amazonie est en sécurité en dessous d'un certain seuil de déforestation et condamnée au-dessus »[76].

Un fort déclin des pollinisateurs est également attendu : une projection faite à partir de données disponibles sur 216 espèces d'abeilles de la forêt nationale de Carajás (Amazonie orientale, Pará, Brésil) conclue que 95% des espèces d'abeilles déclineront dans toute leur aire de répartition, et que seules 15 à 4% (espèces ubiquistes ou généralistes) trouveront des habitats climatiquement appropriés dans la zone d'étude (Carajás), probablement au détriment de la production agricole[77],[78].

Activités humaines

Témoignages anciens de présence humaine au sein de la biodiversité végétale

L'Amazonie est souvent présentée comme l'une des forêts primaires portant le moins de traces de l’homme. Pour les botanistes, cette forêt vierge a néanmoins été façonnée par les activités des peuples anciens qui y ont notamment changé la répartition des arbres[79].

Par exemple les descendants de palmiers de culture sont cinq fois plus susceptibles d'être représentés en Amazonie que les palmiers naturels, particulièrement autour des vestiges de colonies précolombiennes - ou dans les zones très habitées avant l'arrivée de Christophe Colomb. Des motifs végétaux visibles d’avion pourraient même aider les archéologues avec l’aide de botanistes à découvrir des vestiges de colonies humaines encore inconnus[79].

Une base de données dénommée “Amazon Tree Diversity Network[80] a été produite par des universitaires pour évaluer les modèles de biodiversité de la forêt pluvieuse, avec un focus sur 4 962 espèces d’arbres et palmiers (dont 85 domestiquées). Parmi ces derniers environ 20 tels que Bertholletia excelsa (produisant la noix du Brésil) et Theobroma cacao (à l‘origine du chocolat) semblent sur-représentés. Pour savoir si l’Homme ou l'environnement pouvaient expliquer ceci, on a étudié la répartition des espèces domestiquées sur plus de 3 000 sites archéologiques précolombiens connus et dans des zones de peuplement connues ou probables, notamment près des berges : ces espèces domestiquées y étaient en effet statistiquement plus fréquentes que les espèces non domestiquées[79]. Environ 20 % de la répartition de ces espèces domestiquées serait explicable par l’influence humaine et 30 % probablement due à des facteurs environnementaux (pédologie notamment). Dans le sud-ouest de l’Amazonie autrefois occupé par les précolombiens, 30 % de la distribution des espèces domestiquées résulterait de la présence humaine alors que moins de 10 % dépendrait de facteurs environnementaux[79].

La part des origines humaines et naturelle de ces espèces reste difficile à établir, car comme le rappelle Crystal Mc Michael (paléoécologue de l'Université d'Amsterdam) rappelle que les peuples anciens, tout comme les populations modernes s'installent préférentiellement dans des régions semblables riches en ressources. Ils ont pu être attirés par des régions déjà riche en espèces utiles pour eux tout en créant ou entretenant des conditions plus favorables aux plantes domestiquées qu’à leurs parents sauvages note Mark Bush (écologue de l'Institut de technologie de Floride à Melbourne). En outre des espèces domestiquées pourraient re-coloniser des zones perturbées (par des tempêtes, chablis, incendies ou érosions de berges par exemple) plus facilement que les non-domestiqués ; sans aide humaine. Ainsi l'abandon des sites mayas d’Amérique centrale a permis à des arbres du genre Brosimum de spontanément (re)coloniser la région, là où les chercheurs ont longtemps cru que les Mayas les avaient délibérément plantés[81],[82]. Levis et son équipe pourraient observer un phénomène similaire estime Bush[79]. L’influence humaine sur les écosystèmes se poursuit de nos jours : la répartition actuelle et future de la flore amazonienne est modifiée par des établissements humains modernes et anciens. la compréhension de ces modèles devrait permettre de trouver des endroits où les gens ont vécu il y a des milliers d'années[79].

Déforestation

Déforestation, statuts et occupation de l'Amazonie brésilienne en août 2009. Les points rouges indiquent les zones de déforestation et les points noirs celles les plus récentes. Sources : Imazon[83]/Agência Brasil[84]

Dans la région, la déforestation consiste essentiellement à convertir les zones boisées en champs agricoles. Plus du cinquième de la forêt amazonienne a déjà été détruit, et celle qui reste est menacée. En dix ans, la surface de forêt perdue en Amazonie atteint entre 415 000 et 587 000 km2 ; à titre de comparaison la France a une superficie totale (sans les territoires d'outre-mer) de 547 030 km2. La majeure partie des terres converties sert à produire de la nourriture pour le bétail[85].

Au Brésil, l' INPE (Instituto Nacional de Pesquisas Espaciais /Institut national de recherche spatiale) produit tous les ans des chiffres sur la déforestation. Leur estimation est basée sur 100 à 220 images prises durant la saison sèche par les satellites du programme Landsat, et considère uniquement la perte du biome de la forêt amazonienne, pas la perte d'espace naturel ou de savane dans la forêt. Selon l'INPE, le biome de la forêt amazonienne, originellement de 4 100 000 km2 au Brésil, a été réduit à 3 403 000 km2 en 2005, ce qui représente une perte de 17,1 %[86].

Selon un scénario de la Banque mondiale[87], on envisage, au rythme actuel, que 40 % de l'Amazonie aura disparu en 2050[88]. Selon le Fonds mondial pour la nature (WWF), c'est 55 % d'ici 2030[89]. Certaines hypothèses, et leurs conséquences sur le climat mondial, sont encore plus alarmistes[90],[91].

La production de viande et de produits laitiers serait à l'origine de 80 % de la déforestation de la forêt amazonienne[92].

Protection de la forêt

Des lois visant à protéger la foret commencent à apparaitre après la chute de la dictature, malgré de fortes réticences des milieux militaires et conservateurs. En décembre 1991, l’ancien ministre des armées Leônidas Pires Gonçalves, dans un entretien donné à la presse, explique que le secrétaire d’État à l’environnement lui inspire « la même haine que celle qu’il avait éprouvée jadis pour le dirigeant communiste Luís Carlos Prestes »[93].

À l'étranger, après la découverte des destructions considérables causées par la dictature militaire, des personnalités suggèrent une mise sous tutelle internationale de l'Amazonie. Cette idée est toutefois largement rejetée au Brésil. En novembre 2000, au cours d’un débat dans une université américaine, Cristovam Buarque, l’un des dirigeants du Parti des travailleurs, est interrogé sur l’idée d’internationaliser l’Amazonie et donne une réponse demeurée célèbre au Brésil : « Si les États-Unis souhaitent internationaliser l’Amazonie afin de ne pas courir le risque de l’abandonner à la responsabilité des seuls Brésiliens, alors internationalisons également l’arsenal nucléaire américain. Ne serait-ce que parce que les États-Unis ont déjà fait la démonstration qu’ils sont capables de l’utiliser, provoquant une destruction bien supérieure aux incendies (…) que nous observons au Brésil[93].

La France a créé, en 2007, le parc amazonien de Guyane, qui, avec les réserves brésiliennes, forme la plus vaste aire protégée de forêt tropicale au monde.

En septembre 2017, l’entreprise Rock in Rio a décidé, jusqu'en 2023, de reboiser 30 000 hectares de forêt Amazonienne au Brésil soit 0,005 % de la superficie totale, en plantant 73 millions d'arbres, dont 200 types de graines différentes. C'est le plus grand projet de reforestation au monde[94]. Les chances de succès des projets de restauration dépendent aussi de l'évolution future du climat et de la gestion des feux et des herbivores [95]. Dans la partie péruvienne de la forêt, le Centro de Innovación Científica Amazónica a entrepris d'aider les gestionnaires de la Réserve nationale Tambopata à lancer un programme de reforestation afin de réhabiliter les parcelles défrichées et dégradées par les orpailleurs[96].

Début 2020, un ample collectif d’organisations comme la CONFENIAE et l’AIDESEP, la Fondation Pachamama, Amazon Watch ou Pachamama Alliance guidées par les communautés indigènes d’Amazonie ont proposé de protéger la zone des Bassins Sacrés (Cuencas Sagradas), ses 30 millions d’hectares de forêt tropicale et les 500 000 indigènes de plus de 25 nationalités différentes vivant en son sein, dont certains en isolement volontaire, en lançant l'initiative Bassins Sacrés, Territoires pour la Vie[97].

Appauvrissement des sols

La déforestation de la forêt amazonienne menace beaucoup d'espèces comme les grenouilles dendrobates, qui sont très sensibles aux changements environnementaux (image : Agalychnis callidryas).

Bien que peu fertiles, la majorité des terres amazoniennes non inondables (terra firme) sont parsemées de poches de bonnes terres (terra roxa). Mais ces terres, sous l'influence de l'activité humaine, sont devenues des anthrosols (milieux naturels transformés par l'homme), enrichis par l'accumulation progressive de déchets et de cendres. Une partie des bonnes terres restantes sont cultivées par l'homme, ce qui met en danger la forêt amazonienne et l'éloigne de sa naturalité.

L'écosystème forestier est vulnérable au moindre changement local, tel que sécheresse, déforestation, ouverture de la canopée[98]. Ces derniers assèchent les strates, détruisent les micro-organismes assurant le renouvellement organe-minéral, et induisent une érosion du sol et le lessivage des éléments nutritifs. Un effondrement de la biomasse est constatée dans les parcelles fragmentées [99]

Mise en valeur

L'Amazonie n'est pas propice à l'agriculture intensive, mais elle possède les ressources nécessaires pour nourrir les Indiens d'Amazonie. Une agriculture intensive semble néanmoins localement possible (voir à ce sujet terra preta).

Les terres amazoniennes sont utilisées pour augmenter les surfaces de gigantesques exploitations agricoles consacrées au soja (transgénique en général) ou à l'élevage extensif de bovins dont les terres sont défendues par des pistoleros, sortes de gardes privés chargés de protéger la propriété foncière. Ils s'opposent notamment à des mouvements comme le MST.

Des recherches faites après 1966 ont montré que le sous-sol recèle de nombreuses richesses (dont pétrole et or).

Réseau routier

L'Amazonie est traversée par de nombreuses routes et autoroutes, pour la plupart illégalement construites[100] par les exploitants forestiers pour accéder au cœur de la forêt et aux essences rares. Ce réseau de plus de 170 000 km permet le transport du bois et des bûcherons, mais il est aussi une source de fragmentation écologique et permet aussi aux grands propriétaires de s'approprier illégalement les terres qui longent ces axes, souvent en falsifiant les titres de propriétés ou en usant de la corruption (ces actes d'appropriation se nomment grilagem).

Seules quelques voies de communication sont officielles comme :

Notes et références

  1. Au sommet du Pico da Neblina, au Brésil.
  2. 390 milliards contre 3 000 milliards
  3. Avec les pôles de forêts du Bassin du Congo et d' Indonésie.
  4. Les mers produisent 135  milliards de tonnes d'oxygène par an alors que la flore terrestre (arbres, arbustes, herbes, mousses...) en émet 165  milliards de tonnes.
  5. Science-et-vie.com, « Les océans sont-ils les vrais poumons de la planète ? - Science & Vie », sur www.science-et-vie.com, (consulté le 21 octobre 2019)
  6. @NatGeoFrance, « Non, l’Amazonie ne produit pas 20 % de l’oxygène de la planète », sur National Geographic, (consulté le 21 octobre 2019)
  7. a et b Amigo I (2020) When will the Amazon hit a tipping point ? Scientists say climate change, deforestation and fires could cause the world’s largest rainforest to dry out. The big question is how soon that might happen ; News feature, Nature 578, 505-507 (25 février 2020) | doi: 10.1038/d41586-020-00508-4
  8. UNESCO - Complexe de conservation de l’Amazonie centrale
  9. UNESCO - Parc national de Manú
  10. UNESCO - Parc national Noel Kempff Mercado
  11. Parc Amazonien de Guyane, « Le Parc Amazonien de Guyane », sur parc-amazonien-guyane.fr (consulté le 18 avril 2020)
  12. Les Parcs Nationaux de France, « Parc Amazonien de Guyane », sur parcsnationaux.fr (consulté le 18 avril 2020)
  13. (en) Isaac Taylor, Names and Their Histories : A Handbook of Historical Geography and Topographical Nomenclature, Rivingtons, , 400 p. (lire en ligne)
  14. (en) Mark Maslin, Yadvinder Malhi, Oliver Phillips et Sharon Cowling, « New views on an old forest: assessing the longevity, resilience and future of the Amazon rainforest », Transactions of the Institute of British Geographers,‎ , p. 21 (lire en ligne)
  15. « PrayforAmazonia : l'Amazonie en proie à de terribles incendies », sur francetvinfo.fr, .
  16. « Amazonie : le poumon vert de la planète menacé par la déforestation », sur ladepeche.fr, .
  17. François-Michel Le Tourneau, L'Amazonie. Histoire, géographie, environnement, CNRS éditions, , p. 57
  18. a et b (en) T. M. Lewinsohn et P.I. Prado, « How Many Species Are There in Brazil? », Conservation Biology, vol. 19, no 3,‎ , p. 619
  19. (en) Diana F. Tomback, Biodiversity and Conservation in Forests, MDPI, , p. 48.
  20. (en) Cardoso D., Särkinin T., Alexander S. et al., « Amazon plant diversity revealed by a taxonomically verified species list », Proceedings of the National Academy of Science, vol. 114, no 40,‎ , p. 10695-10700.
  21. (en) James S. Albert et Roberto E. Reis, Historical Biogeography of Neotropical Freshwater Fishes, University of California Press, , p. 308
  22. (en) Da Silva et al., « The Fate of the Amazonian Areas of Endemism », Conservation Biology, vol. 19, no 3,‎ , p. 689-694
  23. (en) Hans ter Steege, Nigel C A Pitman, Daniel Sabatier et al, « Hyperdominance in the Amazonian Tree Flora », Science, vol. 342, no 6156,‎ (DOI 10.1126/science.1243092).
  24. « Forêt amazonienne : le grand inventaire », Le Figaro, (consulté le 6 octobre 2014)
  25. (en) Laurance, William F. ; Fearnside, Philip M.; Laurance, Susan G.; Delamonica, Patricia; Lovejoy, Thomas E.; Rankin-de Merona, Judy M.; Chambers, Jeffrey Q.; Gascon, Claude (14 juin 1999). « Relationship between soils and Amazon forest biomass: a landscape-scale study ». Forest Ecology and Management 118 (1–3): 127–138. doi:10.1016/S0378-1127(98)00494-0.
  26. (en) Amazon Rainforest, South AmericaTravel Guide
  27. (en) John Hemming, Change in the Amazon Basin. Man's impact on forests and rivers, Manchester University Press, , p. 79.
  28. (en) Institute of Foresters of Australia, Think trees, grow trees, Australian Govt. Pub. Service, , p. 20.
  29. (en) Jessie Yeung & Abel Alvarado, « Brazil's Amazon rainforest is burning at a record rate, research center says », sur cnn.com, .
  30. (en) Chip Fletcher, Climate Change, John Wiley & Sons, , p. 95.
  31. Eric Karsenti et Dino Di Meo, Tara océans, Actes Sud, , p. 87.
  32. « Éclosarium. À la découverte du phytoplancton », sur letelegramme.fr, .
  33. « Le poumon vert de la planète, c'est quoi ? », sur futura-sciences.com (consulté le 23 août 2019).
  34. « L'Amazonie est en effet une forêt « mature » et si les arbres jeunes ou adultes captent beaucoup de carbone pour leur croissance, les arbres plus âgés ont tendance à mourir et à libérer du CO2 en se décomposant. La maturité de la forêt implique un certain équilibre entre les premiers et les seconds, et la captation nette diminue donc au fur et à mesure du temps, en particulier si les conditions climatiques deviennent plus stressantes pour les végétaux, entraînant une mortalité plus importante ». Cf François-Michel Le Tourneau, L'Amazonie. Histoire, géographie, environnement, CNRS éditions, , p. 97.
  35. François Ramade, Éléments d'écologie, Dunod, , p. 415.
  36. Jérôme Petit & Guillaume Prudent, Changement climatique et biodiversité dans l’outre-mer européen, IUCN, , p. 139.
  37. (en) Lei Fan, Jean-Pierre Wigneron, Philippe Ciais, Jérôme Chave, Martin Brandt, Rasmus Fensholt, Sassan S. Saatchi, Ana Bastos, Amen Al-Yaari, Koen Hufkens, Yuanwei Qin, Xiangming Xiao, Chi Chen, Ranga B. Myneni, Roberto Fernandez-Moran, Arnaud Mialon, N. J. Rodriguez-Fernandez, Yann Kerr, Feng Tian, Josep Peñuelas, « Satellite-observed pantropical carbon dynamics », Nature Plants,‎ (DOI 10.1038/s41477-019-0478-9).
  38. (en) R. J. W. Brienen et al., « Long-term decline of the Amazon carbon sink », Nature, vol. 519, no 7543,‎ , p. 344–348 (DOI 10.1038/nature14283,).
  39. (en) A. Baccini et al., « Tropical forests are a net carbon source based on aboveground measurements of gain and loss », Science, vol. 358, no 6360,‎ , p. 230-234 (DOI 10.1126/science.aam5962).
  40. Sylvestre Huet, « Les forêts tropicales ne capturent plus le CO2 », sur lemonde.fr, .
  41. a et b Nathan Mann, « Les forêts captent de moins en moins de carbone », sur lexpress.fr, .
  42. Pierre Peycru, Didier Grandperrin, Christiane Perrier (dir.), Biologie, Dunod, , p. 465
  43. Jiménez-Muñoz J.C & al. (2016) Record-breaking warming and extreme drought in the Amazon rainforest during the course of El Niño 2015–2016. Scientific reports, 6, 33130.
  44. Erfanian A, Wang G & Fomenko L (2017) Unprecedented drought over tropical South America in 2016: significantly under-predicted by tropical SST. Scientific reports, 7(1), 1-11.
  45. Barros F.D.V & al. (2019) Hydraulic traits explain differential responses of Amazonian forests to the 2015 El Nino‐induced drought. New Phytologist, 223(3), 1253-1266.
  46. « Poumon de la planète, l'Amazonie pourrait devenir émettrice de CO2 », sur lemonde.fr, .
  47. « La biomasse aérienne de la végétation de la zone tropicale n’a plus d’impact positif sur le stockage du carbone », sur cnrs.fr, .
  48. Molina R.D, Salazar J.F, Martínez J.A, Villegas J.C & Arias P.A (2019) Forest‐induced exponential growth of precipitation along climatological wind streamlines over the Amazon. Journal of Geophysical Research: Atmospheres, 124(5), 2589-2599
  49. Garcia, B. N., Libonati, R., & Nunes, A. (2018). Extreme drought events over the Amazon basin: The perspective from the reconstruction of South American hydroclimate. Water, 10(11), 1594.
  50. Kukla, T., Winnick, M. J., Maher, K., Ibarra, D. E., & Chamberlain, C. P. (2019) The sensitivity of terrestrial δ18O gradients to hydroclimate evolution. Journal of Geophysical Research: Atmospheres, 124(2), 563-582 (résumé).
  51. Staal, A., Tuinenburg, O. A., Bosmans, J. H., Holmgren, M., van Nes, E. H., Scheffer, M., ... & Dekker, S. C. (2018) Forest-rainfall cascades buffer against drought across the Amazon. Nature Climate Change, 8(6), 539-543.
  52. Nicolas Bourcier, Les Amazoniens en sursis, Ateliers Henry Dougier, .
  53. « La forêt tropicale « climatise » la Terre », sur sciencesetavenir.fr, .
  54. (en) G. Bala, K. Caldeira, M. Wickett, T. J. Phillips, D. B. Lobell, C. Delire & A. Mirin, « Combined climate and carbon-cycle effects of large-scale deforestation », PNAS, vol. 104, no 16,‎ , p. 6550-6555 (DOI 10.1073/pnas.0608998104).
  55. Les rivières volantes, You Tube, déposé par le Département fédéral des affaires étrangères DFAE le 11 avril 2014
  56. (en) Antonio Donato Nobre (2007) Is the amazon forest a sitting duck for climate change? Models need yet to capture the complex mutual conditioning between vegetation and rainfall. In: PLdS D, Ribeiro WC, Nunes LH (eds) A contribution to understanding the regional impacts of global change in South América São Paulo. Instituto de Estudos Avançados da Universidade de São Paulo, Brazil, pp 105–114
  57. (en) Astrid Müller, Yuzo Miyazaki, Eri Tachibana, Kimitaka Kawamura & Tsutom Hiura, « Evidence of a reduction in cloud condensation nuclei activity of water-soluble aerosols caused by biogenic emissions in a cool-temperate forest », Scientific Reports, vol. 7, no 8452,‎ (DOI 10.1038/s41598-017-08112-9).
  58. Nobre C.A & al. (2016) ; Land-use and climate change risks in the Amazon and the need of a novel sustainable development paradigm. Proceedings of the National Academy of Sciences, 113(39), 10759-10768.
  59. Marengo J.A & Espinoza J.C (2016) Extreme seasonal droughts and floods in Amazonia: causes, trends and impacts. International Journal of Climatology, 36(3), 1033-1050.
  60. Vuille M & al. (2018) Rapid decline of snow and ice in the tropical Andes–Impacts, uncertainties and challenges ahead. Earth-Science Reviews, 176, 195-213.
  61. Cosme L.H, Schietti J, Costa F.R & Oliveira R.S (2017) The importance of hydraulic architecture to the distribution patterns of trees in a central Amazonian forest. New Phytologist, 215(1), 113-125.
  62. Sorribas M.V & al. (2016) Projections of climate change effects on discharge and inundation in the Amazon basin. Climatic Change, 136(3-4), 555-570.
  63. Esquivel‐Muelbert A & al. (2019) Compositional response of Amazon forests to climate change. Global change biology, 25(1), 39-56.| URL=https://onlinelibrary.wiley.com/doi/pdf/10.1111/gcb.14413
  64. Esquivel-Muelbert A (2019) Compositional response of Amazon forests to climate change. Glob. Chang. Biol. 25, 39–56 (2019).
  65. Marques E.Q & al. (2019) Redefining the Cerrado–Amazonia transition: implications for conservation. Biodiversity and Conservation, 1-17.
  66. Andreoni et Hauser, « Fires in Amazon Rain Forest Have Surged This Year », Rio de Janeiro, (consulté le 21 août 2019)
  67. Take action to stop the Amazon burning : The planet’s largest rainforest is on fire. Brazil and the world must halt the destruction before it’s too late. Editorial de la revue Nature du .
  68. Diekjobst, R., & Dute, L. (2019) Playing with Fire: Is the aid pledged by the G7 an offer Brazil’s President Bolsonaro cannot refuse ?. Völkerrechtsblog.
  69. Peng W, Sonne C, Lam S.S, Ok Y.S & Alstrup A.K (2020) The ongoing cut-down of the Amazon rainforest threatens the climate and requires global tree planting projects: A short review. Environmental research, 181, 108887 (résumé).
  70. Elizabeth P. Anderson & al. (2018) Fragmentation of Andes-to-Amazon connectivity by hydropower dams ; Science Advances ; 31 Janvier ; Vol. 4, n°1, eaao1642 ;DOI: 10.1126/sciadv.aao1642
  71. P.M Cox, R.A Betts, M Collins, C Harris, C Huntingford & C.D Jones (2004) Amazon dieback under climate-carbon cycle projections for the 21st century. Theor. Appl. Climatol, 78:137–156.
  72. D.C Nepstad, C.M Stickler, B Soares-Filho & F Merry (2008) Interactions among amazon land use, forests and climate: Prospects for a near-term forest tipping point. phil. Trans. R. Soc. B, 363:1737–1746.
  73. W. Cramer, A. Bondeau, S. Schaphoff, W. Lucht, B. Smith, and S. (2004) Tropical Forests and Sitch. and the global carbon cycle: Impacts of atmospheric carbon dioxide, climate change and rate of deforestation. Phil. Trans. R. Soc. B, 359:331.
  74. a et b Garcia B.N, Libonati R & Nunes A (2018) Extreme drought events over the Amazon basin: The perspective from the reconstruction of South American hydroclimate. Water, 10(11), 1594.
  75. Lovejoy T.E & Nobre C (2018) Amazon tipping point ; Science Advances ; 21 Février 2018:Vol. 4, n°2, eaat2340 ; DOI: 10.1126/sciadv.aat2340
  76. a b c d e et f Amigo I (2020) When will the Amazon hit a tipping point?. Nature, 578(7796), 505.
  77. Giannini T.C & al. (2020) Climate change in the Eastern Amazon: crop-pollinator and occurrence-restricted bees are potentially more affected. Regional Environmental Change, 20(1), 9.
  78. Giannini TC, Costa WF, Cordeiro GD, Imperatriz-Fonseca VL, Saraiva AM, Biesmeijer J, Garibaldi LA (2017) Projected climate change threatens pollinators and crop production in Brazil. PLoSONE 12(8):e0182274. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0182274
  79. a b c d e et f Erin Ross (2017) Amazon rainforest was shaped by an ancient hunger for fruits and nuts ; People living in the area thousands of years ago may have changed the forest around them in ways that are still visible today. nature News, publiée le 2 mars 2017 doi:10.1038/nature.2017.21576
  80. portail de l' "Amazon Tree Diversity Network" (cc-by-sa 3.0)
  81. Peters, C.M. (1983), Observations on Maya Subsistence and the Ecology of a Tropical Tree, American Antiquity 48, 610–615 (résumé)
  82. Jones J.G. (1994), Pollen evidence for early settlement and agriculture in northern Belize ; Palynology 18, 205–211(résumé)
  83. Voir la carte rétrospective de déforestation jusqu'en 2007, sur le site de imazon.org.
  84. http://agenciabrasil.ebc.com.br/assunto-galeria/desmatamento
  85. (en) « Beef exports fuel loss of Amazonian Forest », CIFOR News Online, Centre for International Forestry Research (CIFOR), no 36,‎ (lire en ligne)
  86. (en) The INPE deforestation figures for Brazil, National Institute for Space Research (INPE), cité par (en) « ? »(Archive • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), WWF,
  87. (en) « Assessment of the Risk of Amazon Dieback. Main Report : Environmentally and Socially Sustainable Development Department. Latin America and Caribbean Region », The World Bank, , p. 58
  88. B. S. Soares-Filho, D. C. Nepstad, L. M. Curran, G. C. Cerqueira, R. A. Garcia, C. A. Ramos, E. Voll, A. McDonald, P. Lefebvre, et P. Schlesinger, Modelling conservation in the Amazon basin, dans Nature 440(7083), 2006, p. 520-523.
  89. (en) « An Assault on the Amazon », New York Times,‎ (lire en ligne)
  90. (en) G. Sampaio, C. Nobre, M. H. Costa, P. Satyamurty, B. S. Soares-Filho et M. Cardoso, « Regional climate change over eastern Amazonia caused by pasture and soybean cropland expansion », Geophysical Research Letters, vol. 34, no L17709,‎ , Figure 1 (DOI 10.1029/2007GL030612, lire en ligne [PDF])
  91. (en) Carlos Nobre et Thomas E. Lovejoy, « Amazon Tipping Point », Science Advances, vol. 4, no 2,‎ , eaat2340 (ISSN 2375-2548, DOI 10.1126/sciadv.aat2340, lire en ligne, consulté le 24 août 2019)
  92. « Nous n’avons jamais consommé autant de viande », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  93. a et b Renaud Lambert, « Main basse sur l’Amazonie », sur Le Monde diplomatique,
  94. « En Amazonie, une nouvelle technique de reforestation prévoit de planter 73 millions d'arbres », (consulté le 1er mai 2019)
  95. Staal, A., van Nes, E. H., Hantson, S., Holmgren, M., Dekker, S. C., Pueyo, S., ... & Scheffer, M. (2018). Resilience of tropical tree cover: the roles of climate, fire, and herbivory. Global change biology, 24(11), 5096-5109.
  96. Marie-Laure Théodule et Olivier Donnars, « Reforester l’Amazonie, le pari fou du Pérou », sur https://www.sciencesetavenir.fr/, (consulté le 10 avril 2020).
  97. Bérénice Richard, « Pour une alternative viable, durable et juste au modèle extractiviste en Amazonie : l’initiative des Bassins Sacrés », sur Le Grand Continent, (consulté le 18 mars 2020).
  98. (en) Anja Rammig, Lan Wang-Erlandsson, Arie Staal et Gilvan Sampaio, « Self-amplified Amazon forest loss due to vegetation-atmosphere feedbacks », Nature Communications, vol. 8,‎ , p. 14681 (ISSN 2041-1723, DOI 10.1038/ncomms14681, lire en ligne, consulté le 23 août 2019)
  99. Laurance W.F & al. (1997) Biomass collapse in Amazonian forest fragments. Science 278, 1117–1118 (résumé).
  100. National Geographic, édition française, février 2007, « Les Déchirures de l'Amazonie », page 9

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes