Football Club Fleury 91

FCF 91 Cœur d'Essonne
Logo du FCF 91 Cœur d'Essonne
Généralités
Nom complet Football Club Fleury 91 Coeur d'Essonne
Noms précédents Union sportive de Fleury-Mérogis
Fondation
Statut professionnel Non
Couleurs Rouge, blanc et noir
Stade Stade Robert-Bobin, Bondoufle
(18 850 places)
Championnat actuel National 2
Président Drapeau : France Pascal Bovis
Entraîneur Bernard Bouger
Site web fcf91.fr

Le FCF 91 Coeur d’Essonne, dénommé Union sportive de Fleury-Mérogis jusqu'en 2015, est un club français de football basé à Fleury-Mérogis dans le département de l'Essonne en région Île-de-France. Le club est affilié à la Fédération française de football sous le numéro 524861 et ses couleurs sont le rouge, le blanc et le noir.

Le club floriacumois participe aux championnats nationaux de football depuis son accession au championnat de France amateur 2 (CFA2) 2011-2012. En 2014, il obtient sa promotion en championnat de France amateur (CFA) qui correspond au quatrième niveau national.

Le FC Fleury 91 fusionne avec le club de football féminin du FC Val d'Orge pour former le FC Fleury 91 Coeur d'Essonne. L'équipe première évoluera en D1 Féminine soit le plus haut championnat de football Féminin Français.

Histoire

Repères historiques

L'US Fleury-Mérogis voit le jour le 4 août 1970 à la suite de la fusion entre une section de la structure omnisports qui était affiliée à la FFF et une association affiliée à la FSGT (Fédération Sportive et Gymnique du Travail). Le club remporte en 2005-2006 le titre de champion de Division d'Honneur Régionale[1] (DHR) de la Ligue de Paris Île-de-France de football, la DHR correspondant au troisième niveau des championnats à l'échelon de l'Île-de-France et au huitième niveau à l'échelon national. La saison suivante, le club récidive et devient champion 2006-2007 de la Division Supérieure Régionale[1] (DSR), soit le deuxième niveau régional. Dans l'élite régionale en Division Honneur (DH), l'USFM est le club qui a le plus de moyens financiers et est « l'équipe à battre »[2]. Le club obtient une deuxième place en 2008-2009[3], puis rate le titre la saison suivante après avoir été en tête du classement une partie de la saison[4]. Les Floriacumois sont à nouveau vice-champions de DH en 2011[5] derrière le FC Issy-les-Moulineaux. Mais, faisant partie des meilleurs deuxièmes des différents championnats régionaux, l'USFM est cette fois-ci promue en compagnie des Isséens dans le championnat de France amateur 2 (CFA2) 2011-2012[5].

Résultats en championnat national
Saison Championnat Classement
2011-2012 CFA2 groupe B 10/16
2012-2013 CFA2 groupe B 2/14
2013-2014 CFA2 groupe G 1/14
2014-2015 CFA groupe B 2/16

Pour sa première saison au niveau national, l'objectif du club est le maintien en CFA2[5]. Fleury-Mérogis est affecté au groupe B qui comprend seize équipes. Après avoir été leader du classement en début de saison[6], le club parvient à se maintenir en terminant dixième du groupe B, soit deux places devant le premier club relégué[7].

L'objectif de la saison suivante dans le championnat de CFA2 2012-2013 est plus élevé : terminer dans les cinq premiers parmi quatorze clubs[8]. L'effectif de l'équipe est renforcé et comprend dix joueurs ayant déjà joué dans une division supérieure, et l'équipe joue avec « une certaine maturité »[9]. Après un début de saison « impressionnant », les Floriacumois sont au coude-à-coude avec l'Entente Sannois Saint-Gratien en tête du championnat et terminent finalement deuxième derrière leur concurrent[8]. Cette saison 2012-2013 du club est aussi marquée par sa performance en Coupe de France, où il atteint pour la première fois le huitième tour après une victoire méritée 2-1 face aux professionnels du Tours Football Club [10]. Fleury-Mérogis quitte ensuite la compétition au huitième tour sur une défaite face au CSO Amnéville-les-Thermes.

L'USFM démarre le championnat 2013-2014 de CFA2 avec le statut de favori[8] et avec l'objectif de monter en CFA[11]. Dans un championnat serré, moins rugueux que la saison précédente et où beaucoup d'équipes proposent « du jeu »[11], l'US Fleury-Mérogis prend la tête du classement à la dernière journée : elle profite d'une défaite du précédant leader, le Saint-Pryvé Saint-Hilaire FC, qui perd 4-3 contre la réserve du SCO d'Angers après avoir mené 3-0 et raté un penalty pour mener 4-0[12],[13]. En terminant premier de leur poule, les Floriacumois sont promus dans le championnat de CFA 2014-2015. Qualifiés d'« ambitieux »[14] pour leur première saison à ce niveau, ils tombent cependant jusqu'à la dernière place du classement à la huitième journée[15], avant de redresser la situation de manière spectaculaire : ils restent invaincus jusqu'à la fin de saison en cumulant vingt-deux matchs sans défaite[16], soit la série la plus longue parmi tous les championnats nationaux[17], et font subir à l'avant-dernière journée au champion de l'ASM Belfort sa première défaite à domicile depuis une saison et demie[18].

À l'été 2015 le club, renommé Football Club Fleury 91[19],[20], fait partie des favoris de la nouvelle saison de CFA pour la montée en championnat National, qui correspond au troisième niveau dans la hiérarchie[21].

Palmarès

L'Union sportive de Fleury-Mérogis remporte la saison 2005-2006 de la Division d'Honneur Régionale et la saison 2006-2007 de la Division Supérieure Régionale[1], qui correspondent respectivement aux troisième et deuxième niveaux des championnats organisés par la Ligue de Paris Île-de-France de football. Le club est ensuite vice-champion de Division d'Honneur (DH), qui correspond au premier échelon régional, en 2008-2009[3] et 2010-2011[5].

Dans les compétitions nationales, l'USFM remporte le groupe G du championnat de CFA2 2013-2014. La meilleure performance du club en Coupe de France est un huitième tour atteint lors de l'édition 2012-2013.

Personnalités du club

Direction

Échauffement de l'équipe au stade Auguste-Gentelet de Fleury-Mérogis

Le président du club est depuis 1986 Pascal Bovis, dirigeant d'une entreprise de transport[9]. Sous sa direction le club passe de la 4e Division de district[22] au CFA en 2014, soit du quinzième au quatrième niveau dans la hiérarchie nationale. Grâce au mécénat de son président[22] le club dispose, lors de ses années en DH, des plus gros moyens financiers du championnat[2]. Plus tard en CFA2, le club possède une équipe « haut de gamme » avec une dizaine de joueurs possédant une expérience d'un championnat de niveau supérieur[9].

En 2009, alors que son club est en championnat régional, Pascal Bovis a comme objectif que Fleury-Mérogis devienne l'un des meilleurs clubs amateur de la région parisienne[3]. Trois ans plus tard, l'USFM est en championnat national de CFA2 et son président indique comme objectif à court terme de devenir « le premier club de l'Essonne ». À plus long terme, le club et son président ont comme ambition d'atteindre le professionnalisme et le championnat de Ligue 2[9].

Encadrement technique

L'accession du club à l'élite régionale en 2007 est obtenue sous la direction de l'entraîneur Bernard Bouger, en poste de 2006 à 2009[9]. Celui-ci est remplacé par Ladislas Lozano sur la base d'un contrat de deux ans[2]. Le club est longtemps leader de la DH mais, en conflit avec ses joueurs[23] et après une série de défaites, Lozano est écarté de son poste en mars 2010[24]. À partir de 2010 l'entraîneur est Stéphane Cabrelli[5], qui vient en provenance de l'Entente sportive Viry-Châtillon[25] et du championnat de CFA 2009-2010. Cabrelli obtient la montée en CFA2 en 2011 mais, en mars 2012, une fronde des joueurs provoque son renvoi.

Stéphane Cabrelli est alors remplacé en cours de saison par Bernard Bouger, qui retrouve le poste d'entraîneur de l'USFM fort d'une expérience de deux saisons de 2009 à 2011 en CFA à la tête de Villemomble Sports[9]. En CFA2, quatre entraînements sont prévus chaque semaine, dont deux le soir et deux le matin. Ces séances matinales font figure d'exception au niveau amateur et, selon Bernard Bouger, « favorise[nt] la progression des joueurs ». Sous la direction de Bouger, l'équipe pratique un football « toujours en mouvement »[9]. Bernard Bouger obtient la montée en 2014 et dirige son équipe dans le championnat de CFA 2014-2015[26].

Liste des entraînurs:

  • 1998-1999 : Drapeau : France Isaac N'Gata

Structures et identité

Structure juridique et dénomination

Le club est une association loi de 1901 et est affilié à la Fédération française de football sous le numéro 524861[27].

Lors de la pré-saison 2015-2016, le nom du club est modifié : il passe de Union sportive de Fleury-Mérogis à Football Club Fleury 91. La ville étant principalement connue pour accueillir sur son sol la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis, qui est le plus grand centre pénitentiaire d’Europe, ce changement de nom permet de se distancer de l'image négative donnée par la prison. Le président du club se plaignant du manque de soutien de la ville, ce changement est aussi motivé par le fait de ne pas vouloir faire de publicité à la ville[20].

Infrastructures

Le stade Henri-Longuet de Viry-Châtillon, où le club délocalise ses matchs à domicile à partir de 2015

Le club dispute ses matchs à domicile au stade Auguste-Gentelet de Fleury-Mérogis jusqu'en 2015. Pour la saison 2014-2015, le stade n'est pas aux normes requise par la Fédération française de football mais bénéficie d'une dérogation temporaire. Faute d'un accord avec la municipalité pour effectuer des travaux de rénovation du stade et afin d'éviter une rétrogradation du club pour stade non conforme, le club décide de délocaliser ses matchs à domicile à partir de 2015 au stade Henri-Longuet de l'Entente sportive Viry-Châtillon[20],[28],[29].

Couleurs et blason

Les couleurs du FC Fleury 91 sont le rouge, le blanc et le noir[27].

Le blason du club est constitué jusqu'en 2015 d'un écu en forme de ballon de football surmonté d'une couronne rouge. Le ballon est entouré de chaque côté par des supports qui sont des lions de couleur rouge. La devise suivante est située au-dessous de l'écu : à cœur vaillant rien d’impossible.

À l'intersaison 2015, le changement de nom du club s'accompagne d'un nouveau blason[19], qui reprend le ballon, la couronne, les lions et la devise de l'écusson précédent. Le fond du blason est noir et rouge, alors que la couronne et les lions deviennent couleur argent. La devise est inscrite en blanc sur un listel rouge et noir. Le nouvel écusson comprend aussi le nouveau nom du club.

Évolution du blason

Derby et rivalités

Le premier derby en championnat contre le club voisin essonnien de l'Entente sportive Viry-Châtillon a lieu lors de la saison 2014-2015 de CFA. Même si Viry-Châtillon dispute ce championnat depuis 2008 et que Fleury-Mérogis vient d'être promu, ce sont les Floriacumois qui sont favoris face aux « modeste[s] » Castelvirois qui ont des problèmes financiers. Cette première rencontre se termine par un match nul 1-1[14].

À la suite de la délocalisation en 2015 des matchs à domicile du FC Fleury au stade Henri-Longuet situé à Viry-Châtillon, le maire de Viry-Châtillon et le président de l'Entente sportive Viry-Châtillon se déclarent ouverts à une fusion des deux clubs voisins[28].

Notes et références

  1. a, b et c fm_ADMIN, « Palmarès du club », Fédération française de football, (consulté le 3 septembre 2014)
  2. a, b et c « Que devient Ladislas ? », Union sportive de Saint-Pol-sur-Ternoise, (consulté le 3 septembre 2014)
  3. a, b et c Yves-Marie Chopart, « Ladislas Lozano reprend du service à Fleury-Mérogis », La Voix du Nord, (consulté le 3 septembre 2014)
  4. « Ladislas Lozano entraîne Fleury-Mérogis », Le Parisien, (consulté le 3 septembre 2014)
  5. a, b, c, d et e « Fleury avec le sourire », Le Parisien, (consulté le 3 septembre 2014)
  6. « Dogbé rebondit à Fleury », Le Parisien, (consulté le 3 septembre 2014)
  7. En raison d'une réorganisation des championnats amateurs, le nombre d'équipes reléguées est supérieure aux saisons précédentes de CFA2. « Régime minceur pour tous », FOOT mag, Fédération française de football, no 28,‎ , p. 36
  8. a, b et c « FOOT : Fleury-Mérogis s'en remettra », Le Parisien, (consulté le 3 septembre 2014)
  9. a, b, c, d, e, f et g « FOOT : les recettes de l'étonnant Fleury-Mérogis », Le Parisien, (consulté le 3 septembre 2014)
  10. « FOOT : exploit de Fleury-Mérogis », Le Parisien, (consulté le 3 septembre 2014)
  11. a et b « FOOTBALL. Fleury-Mérogis «doit se remettre en cause» », Le Parisien, (consulté le 3 septembre 2014)
  12. « Football, CFA 2 : toutes les fiches techniques des matchs des clubs franciliens », Le Parisien, (consulté le 3 septembre 2014)
  13. Alban Gourgousse, « Football. Comment expliquer l'inexplicable à Saint-Pryvé ? », La République du Centre, (consulté le 3 septembre 2014)
  14. a et b « FOOT, CFA: Ivry étrillé par Sedan », Le Parisien, (consulté le 11 septembre 2015)
  15. « Foot, CFA : Drancy cède la dernière place à Fleury », Le Parisien, (consulté le 11 septembre 2015)
  16. Baptiste Tharreau et Wilhelm Songeons, « FOOT, CFA: Le FC Mantois et l'Entente SSG se sauvent in extremis », Le Parisien, (consulté le 11 septembre 2015)
  17. A.D., « Football, CFA : Fleury enchaine un 20e match sans défaite », Le Parisien, (consulté le 11 septembre 2015)
  18. A.D., « Foot, CFA : Ivry descend , Mantes inquiète et Viry respire », Le Parisien, (consulté le 11 septembre 2015)
  19. a et b « Historique du club », Site officiel du FC Fleury 91 (consulté le 10 juillet 2015)
  20. a, b et c « Pourquoi Fleury change de nom », Le Parisien, (consulté le 11 septembre 2015)
  21. Éric Michel, « Etre dans la course à la montée en National », Le Parisien, (consulté le 11 septembre 2015)
  22. a et b « Pascal Bovis, un patron hors normes », Le Parisien, (consulté le 3 septembre 2014)
  23. Jean Saint-Marc, « L’entraîneur star de la Coupe de France est en galère au Qatar », Rue89, (consulté le 3 septembre 2014)
  24. « Stéphane Cabrelli en sursis? », Le Parisien, (consulté le 3 septembre 2014)
  25. « Cabrelli vers Fleury », Le Parisien, (consulté le 3 septembre 2014)
  26. « Football, CFA : les effectifs des clubs franciliens », Le Parisien, (consulté le 3 septembre 2014)
  27. a et b « Infos pratiques », Fédération française de football (consulté le 3 septembre 2014)
  28. a et b Franck Gineste, « Fleury jouera ses matchs à... Viry », Le Parisien, (consulté le 11 septembre 2015)
  29. Gilles Tournoux, « Le foot tourne au grand déballage », Le Parisien, (consulté le 11 septembre 2015)

Liens externes

  • Site officiel du club