Fontgiève

Fontgiève
Détail d'une baie au 46 rue Fontgiève. Remplois d'une partie de la cathédrale de Clermont.
Détail d'une baie au 46 rue Fontgiève. Remplois d'une partie de la cathédrale de Clermont.
Administration
Région Blason de l'Auvergne.svg Auvergne
Région ad. Auvergne-Rhône-Alpes
Ville Blason ville fr ClermontFerrand (PuyDome).svg Clermont-Ferrand
Géographie
Coordonnées 45° 46′ 55″ nord, 3° 04′ 49″ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fontgiève

Géolocalisation sur la carte : Clermont Auvergne Métropole

Voir la carte administrative de Clermont Auvergne Métropole
City locator 14.svg
Fontgiève

Géolocalisation sur la carte : Clermont Auvergne Métropole

Voir la carte topographique de Clermont Auvergne Métropole
City locator 14.svg
Fontgiève

Le quartier Fontgiève est un quartier de Clermont-Ferrand situé en périphérie du centre-ville. Présent depuis l'Antiquité à nos jours en passant par l'époque médiévale, ce faubourg s'est vue être un lieu évolutif dans ses fonctions et dans sa communauté. Oriental dans l'Antiquité, Fontgiève fut avec le quartier de Saint-Alyre, l'endroit où le christianisme fit son entrée en Auvergne. L'époque médiévale voit sa réapparition à partir du XIe siècle et le quartier se voit être habité par la communauté juive de Clermont, qui va lui donner son nom.

À l'heure actuelle, elle est un carrefour entre le centre-ville de Clermont et les différents quartiers ceinturant la ville. La rue Fontgiève est un axe important de la ville menant notamment au nord-ouest de cette dernière.

Toponymie

Le toponyme Fontgiève vient de l'auvergnat Fon Jievà[1], qui signifie La Fontaine juive ou La source juive, désignant ainsi La Fontaine des Juifs et par extension le quartier habité par ces derniers[2],[3].

Les écrits médiévaux nous transmettent également une liste de toponymes en latin : Ainsi Fontem Judaicam se retrouve en 1201 ; Fontem Judeum en 1274 et Fontio Judayci en 1318.

Situation

Le quartier de Fontgiève est situé en périphérie du centre historique de Clermont, entre la place Gilbert-Gaillard au sud-est, le boulevard Lavoisier au nord-ouest et le quartier voisin de Saint-Alyre à l'Est. La rue Fontgiève ne couvre pas l'intégralité du quartier de Fontgiève mais n'en circonscrit que le tracé sud-ouest.

Histoire

L'histoire du quartier de Fontgiève est celle d'un lieu vivant, faubourg de la ville fortifiée romaine du IIIe siècle de notre ère puis par la suite de la cité épiscopale de Clermont.

L'Antiquité romaine

La période romaine marque l'installation d'un quartier périphérique du centre d'Augustonemetum. Des fouilles archéologiques menées en 2012, à l'angle des rues Gautrez et Sainte-Rose, montrent que ce dernier se voit être à la fois constitué par des échoppes d'artisans mais également par un quartier d'habitation ainsi que par la présence d'un temple, semblant être lié à Jupiter[4].

Saint Austremoine bénissant, vitrail de l'église Saint-Austremoine d'Issoire, par François Taureilles.

Durant les premiers siècles de notre ère l'agglomération en question que forme le quartier se voit être avec son voisin de Saint Alyre, le quartier des populations orientales : syriennes, levantines et juives. Le développement du christianisme amène également à son introduction au sein de ce quartier aux-travers de ces communautés, qui pour certaines vont présenter des convertis au christianisme et ainsi fondé ainsi la première communauté chrétienne d'Auvergne. Ainsi, l'évangélisateur de l'Auvergne, Saint Austremoine se voit être selon la tradition un juif d'Emmaüs, s'étant converti au christianisme et envoyé sur les ordres du pape évangéliser le territoire auvergnat.

La fin de la période romaine au Ve siècle marque par ailleurs la chute de l'Auvergne et de sa capitale Clermont aux mains des Wisigoths suite aux pourparlers de l'empereur Julius Nepos, et ce malgré les victoires des auvergnats sur les goths du roi Euric par leurs chefs Sidoine Apollinaire et Ecdicius. Ce moment voit pour le quartier une période d'abandon, dût également à des changements hydrographiques dans la zone en question, et plus particulièrement le changement du cours de la Tiretaine. Ainsi toute la période altomédiévale jusqu'au XIe siècle est marquée par un hiatus archéologique.

L'époque médiévale - Un quartier juif

Synagogue Beit Yacov.

Dès le XIIIe siècle est mentionné dans les textes le faubourg de Fontgiève comme étant un quartier où la présence juive se voit être importante[5],[6]. Cette dernière s'étendant non pas exclusivement au quartier de Fontgiève mais sur le versant méridional de Montjuzet, dont le nom également souligne la présence juive ; ce dernier étant une petite montagne sur laquelle est posée à proximité de sa base, le quartier de Fontgiève.

Les traces écrites de la présence juive dans le quartier s'arrêtant aux alentours du XIVe siècle. Un autre faubourg juif existait également dans la ville proche et adverse de Montferrand.

L'époque moderne

La synagogue Beit Yacov

Article détaillé : Synagogue de Clermont-Ferrand.

En 1862, est construit rue des quatre passeports, la synagogue Beit Yacov, par l'architecte François-Louis Jarrier. Cette dernière est actuellement un espace muséographique qui se veut culturel et pédagogique sur l'histoire des juifs clermontois et du judaïsme dans cette ville, et plus largement en Auvergne[7]. L'édifice est inscrit au titre des monuments historiques[8].

Bibliographie Document utilisé pour la rédaction de l’article

Références

  1. Pierre Bonnaud, Nouveau Dictionnaire Général Français - Auvergnat, Nonette, Créer, , 776 p. (ISBN 2-909797-32-5, lire en ligne), p. 393.
  2. « Historique Association Cultuelle Israélite de Clermont-Ferrand », sur http://juif-clermont.org/
  3. Karl-Heinz Reichel, Grand dictionnaire général auvergnat-français, Nonette, Créer, , 878 p. (ISBN 2-8481-9021-3)
  4. Annes Bourges, « Un secteur de Fontgiève livre une histoire antique et médiévale insoupçonnée à Clermont », La Montagne,‎ (ISSN 0767-4007, lire en ligne)
  5. Dominique Jarassé, « Les Juifs de Clermont », sur https://clermont-ferrand.fr/ ; site de la ville de Clermont-Ferrand,
  6. Anne Zinc, « Au début de la communauté juive de Clermont-Ferrand », Archives juives - Revue d'Histoire des Juifs de France, Les Belles lettres,‎ (ISBN 9782251694139, lire en ligne)
  7. Laurence Coupérier, « Un espace culturel et pédagogique inauguré, hier, rue des Quatre-Passeports à Clermont », La Montagne,‎ (ISSN 0767-4007, lire en ligne)
  8. Notice no PA63000079, base Mérimée, ministère français de la Culture

Ouvrages

  • Olivier Bonnet, Fontgiève : une école et son quartier pendant un siècle, mémoire de maîtrise, Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand 1984.
  • Dominique Jarrassé, Les juifs de Clermont : une histoire fragmentée, Presses universitaires Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand 2000. (aperçu limité en ligne).
  • Louis Passelaigue, Histoire des rues de Clermont et Montferrand, Éd. de Borée, 1997.  (ISBN 9782908592580)
  • Louis Saugues, Louis et Philippe Deteix, Histoires de rues : guide alphabétique des noms de rues de la ville de Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand, Ville de Clermont-Ferrand, 1995, 143 p.

Voir aussi