Fontenailles (Seine-et-Marne)

Fontenailles
Fontenailles (Seine-et-Marne)
La mairie.
Blason de Fontenailles
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Provins
Intercommunalité Communauté de communes de la Brie nangissienne
Maire
Mandat
Ghislaine Harscoet
2020-2026
Code postal 77370
Code commune 77191
Démographie
Gentilé Fontenaillais
Population
municipale
1 066 hab. (2017 en augmentation de 0,19 % par rapport à 2012)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 33′ 21″ nord, 2° 57′ 10″ est
Altitude Min. 92 m
Max. 130 m
Superficie 27,44 km2
Élections
Départementales Canton de Nangis
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Fontenailles
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Fontenailles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fontenailles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fontenailles
Liens
Site web https://www.mairiefontenailles.fr

Fontenailles est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Fontenaillais.

Géographie

Localisation

Fontenailles est situé à 4,5 km à l'ouest de Nangis.

Communes limitrophes

Géologie et relief

La commune est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[1].

Hydrographie

Le système hydrographique de la commune se compose de neuf cours d'eau référencés :

  • la rivière l’Almont (ou ru d'Ancœur ou ru de Courtenain), longue de 42,1 km[2], affluent de la Seine en rive droite, ainsi que :
    • un bras de 0,5 km[3] ;
    • le ru d'Ancoeur, 7,4 km[4], et ;
    • le fossé 01 de Bézard, 1,5 km[5], et ;
    • le fossé 01 de la Commune de la Chapelle-Gauthier, 1,9 km[6], qui confluent avec l’Almont ;
  • le ru de Villefermoy, long de 8,1 km[7] ;
    • le fossé 02 du Bois de la Chapelle, 3,6 km[8], et ;
    • le fossé 01 de la Forêt Domaniale de Villefermoy, 3 km[9], qui confluent avec le ru de Villefermoy ;
  • le ru Guénin , 5,4 km[10], qui conflue avec le ru du Chatelet.

La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 18 km[11].

Voies de communication et transports

On accède à la commune par :

  • la D 408, de Nangis à l’est à 4,5 km et La Chapelle-Gauthier à l’ouest à 4,2 km ;
  • la D 67, de Grandpuits-Bailly-Carrois au nord à 3,6 km et Échouboulains au sud à 11 km.

La commune est desservie par la ligne d’autocars 47 (Melun - Provins) ) du Réseau de bus Seine-et-Marne Express[12].

La gare SNCF la plus proche est la Gare de Nangis, desservie par les trains du réseau Transilien Paris-Est (ligne P), située à 4,8 kilomètres, (6 minutes).

Une ligne de transport à la demande reliant la commune à la gare de Nangis est organisée par l'intercommunalité[13].

Urbanisme

Lieux-dits, écarts et quartiers

La commune compte 111 voies[Note 1] dont 81 lieux-dits administratifs répertoriés[14].

On compte notamment[15] : Bois-Bourdron - La Dumerie - Le Farrier - Grignon - Bouleaux - Heuretebise - Villefermoy- Richebourg - Champbrulé - Maison-Rouge - La Charmée - Glatigny - Le Petit Jars - Le Plessier - Bézard - Le Château du Prés - Chantefolie - Champguidouin - Bellevue - Clairbois - Granvilleirs - Le Gripon - Les Huit-Routes - L'Orme

Logement

En 2014, le nombre total de logements dans la commune était de 439 (dont 96,1 % de maisons et 3,5 % d’appartements).

Parmi ces logements, 87,7 % étaient des résidences principales, 4,2 % des résidences secondaires et 8,1 % des logements vacants.

La part des ménages propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 89,2 % contre 6,9 % de locataires[16].

Occupation des sols

En 2018[17], le territoire de la commune se répartit[Note 2] en 73,1 % de forêts, 15,6 % de terres arables, 3,3 % de milieux à végétation arbusive et/ou herbacée[Note 3], 2,6 % d’espaces verts artificialisés non agricoles, 1,9 % de zones urbanisées, 1,8 % de prairies et 1,6 % d’eaux continentales[Note 4],[11],[18].

Toponymie

Le nom de la localité est mentionné sous les formes O. de Fontenoilles en 1201[19] ; Les Fontenelles vers 1222 (Livre des vassaux) ; Fontanailles au XIIIe siècle ; Fontenelles vers 1350 (Pouillé)[20].

Le nom Fontenailles, apparu au XIIIe siècle, vient de du latin fontis, fontaine, le pluriel indiquant le caractère très humide de la commune[21].

Histoire

Au XIIe siècle, les terres et les bois de la forêt de Villefermoy appartiennent aux moines de l'Abbaye de Barbeau dont la fondation remonte à l'an 1147. Un monastère de cet ordre, érigé dans ce domaine, y cultive des vignes dites Vignes aux Bonshommes, encore existantes au XIXe siècle où l'on fêtait le 22 janvier (jour de la Saint Vincent) la fête corporative des vignerons. Il existe encore à l'heure actuelle la tour et le château d'eau qui servait à alimenter le Château de Bois-Boudran.

L'Église Saint-Fiacre, patron des jardiniers[22], est édifiée au XIIIe siècle. Elle est reconstruite en 1861 avec préservation du clocher d'origine. Ces travaux sont financés par le Comte Louis-Charles Greffulhe.

La première partie du Château de Bois-Boudran est construite au XVIIe siècle[23] avec un corps de logis de style classique.

Certains documents attestent de la présence en 1630 de manœuvriers, laboureurs et vignerons, maréchaux-ferrants, tailleurs et tuiliers, charrons et bergers. Puis apparaissent progressivement des maçons et des menuisiers, un boucher, un mercier (un chirurgien plus tard en 1719).

En 1690 apparaît la ferme La Dumainerie ainsi que celle de Maison Rouge (qui sera détruite en 1892).

Au XVIIIe siècle, la superficie des bois et forêts représente 1 971 hectares, soit 71 % du territoire de la commune. La Forêt de Villefermoy, encore à l'heure actuelle, fait de Fontenailles l'une des plus grandes communes de Seine-et-Marne.

En 1721 est construit le château de Champs-Brûlé. Le Baron Hottinguer en deviendra plus tard le propriétaire ainsi que de la ferme attenante.

En 1770 est notée la présence de la ferme dite Le Jarrier détruite à la fin du XIXe siècle (les fermes de Grignon, La Pointe, Champ-Gedoin, Heurtebise appartiennent alors encore aux moines de l'Abbaye de Barbeau).

En 1773 le sculpteur Jean-Baptiste Giraud rachète Les Bouleaux, propriété de Jacques de Molin[24], écuyer du roi.

En 1860 apparaît la fonction de garde champêtre assermenté, sanctionnant les infractions rurales et de chasses[25], tout en assurant le service d'éclairage (cette fonction disparaîtra un siècle plus tard en 1969).

En 1873, le comte Louis-Charles Greffulhe devient le nouveau propriétaire du domaine de Villefermoy qui, outre le château de Bois-Bouddran, comporte encore une ferme, une chapelle, étangs et forêts.

En 1888 existe un corps de pompiers qui sera rattaché en 1933 à celui de Nangis pour des raisons d"économies. En 1891 est installé un bureau de poste télégraphique.

En 1892, à la suite d'un remembrement, le comte Louis-Charles Greffulhe détruit les fermes de Villefermoy, Bois-Boudran, Maison-Rouge, Le Jarrier et La Pointe.

Au XXe siècle, le domaine de Villefermoy devient un lieu de cure, ses eaux étant réputées pour leur pureté. Le hameau de La Charmée disparaît. Les pierres des sept maisons habitées par des manœuvriers et des bûcherons servent à la construction de bâtiments à Glatigny.

En 1905, le roi de Portugal Charles Ier vient chasser au château de Bois-Boudran par train spécial jusque Grandpuits (le 30 novembre 1905), invité par le comte Greffulhe en compagnie du comte d'Arnoso, du comte Guy de la Rochefoucauld, du comte Robert de Montesquiou, le vicomte de Paris et le vicomte d'Harcourt, le comte Costa de Beauregard et le comte Charles de Caraman, le marquis de Mun, la princesse Murat et la princesse de Foix[27].

En 1908, un service régulier de voitures publiques est créé, reliant Fontenailles à Nangis. En 1911, l'école privée est remplacée par l'école publique installée dans l'ancienne mairie.

En 1913, le roi d'Espagne Alphonse XIII vient chasser au château de Bois-Boudran, en compagnie du marquis Marie-Joseph Charles des Acres de L'Aigle, la duchesse de Noailles, la duchesse de Luynes, la grande duchesse Wladimir, le grand duc Nicolas, le baron Hottinguer, le duc de La Force, le marquis du Lau, le comte Charles-Albert Costa de Beauregard, le vicomte de Galard, le duc de Doudeauville[28].

En 1944, Maurice Wanlin, chef du commando de Fontenailles appartenant au réseau Denis-Aristide Buckmaster[29], transporte le 20 août 1944 de l'armement destiné à des commandos de résistants positionnés au hameau de La Charmée. Il est arrêté par l'armée allemande au hameau de Glatigny, puis assassiné le 22 août 1944. La grande rue de Fontenailles a été rebaptisée rue Maurice-Wanlin.

En 1990, le réfectoire de l'ancien domaine de Villefermoy est rénové par le Baron Hottinguer, ainsi que la chapelle Sainte-Anne qui fait encore l'objet de pèlerinage[30].

Le Tour de France 2004 traverse le village lors de la dernière étape de Montereau-Fault-Yonne vers l'Avenue des Champs-Élysées de Paris le dimanche [31].

Politique et administration

Rattachements administratifs et électoraux

Fontenailles se trouve dans le département de Seine-et-Marne. Rattachée depuis la Révolution française à l'arrondissement de Melun[32], elle intègre le l'arrondissement de Provins afin de faire coïncider les limites d'arrondissement et celles des intercommunalités[33].

Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la troisième circonscription de Seine-et-Marne.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Mormant[32]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune intègre le canton de Nangis.

Intercommunalité

La commune a rejoint en 2009 la communauté de communes de la Brie nangissienne.

Tendances politiques et résultats

  • Municipales de 2020 : La liste menée par Ghislaine Harscoet, maire sortante, remporte l'élection dès le premier tour marqué par une participation de 61,89 %, avec 393 voix (76,45 % - 14 sièges) contre celle men&ée par Martine Dejeu, avec 121 voix (23,54 % - 1 siège)[35].

Liste des maires

Liste des maires successifs[15]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1804 1807 Tisserand    
1808 1811 G. de Reigner    
1814 1818 Lemaire    
1819 1820 Jean-Henry-Louis Greffulhe[36]   Comte, banquier
Propriétaire du château de Bois-Boudran
pair de France (1819 → 1820)
1822 1830 M. Maugis    
1831 1836 Louis Jean Baptiste Maugis   maréchal-ferrand
1836   M. Maugis    
1837 1846 Maximilien Joseph Chevillon    
1846 1848 Durand Etienne Chevillon   Propriétaire
1848 1870 Maximilien Joseph Chevillon    
1870 1871 Louis-Charles Greffulhe[36]   Comte, propriétaire du domaine de Bois-Boudran
Fils de Jean-Henry-Louis Greffulhe
1871 1874 François Marquet   Rentier
1874 1876 Victor Gauchard   Cultivateur
1876 1881 Valentin Vignal   Cultivateur
1881 1888 Louis Valentin Vignal   Propriétaire
1888 1892 Charles Bernardeau   Rentier
1892 1904 Jean Baptiste Alexandre Moreau   Cultivateur
1904 1932 Sidor Eugène Gascouin   Épicier
1932 1937 Achille Bourguinot    
1937   Henri Defraire    
1947 1959 Achille Bourguinot    
1959 1975 Raymond Leclerc    
1975 1989 Claude Wanlin[37] PCF Dessinateur
1989 1995 Maurice Rigaud    
1995 2005 René Fioretti    
2005[38] 2008 Alain Cayard   Gérant d'une société immobilière
2008[39] 2014 Martine Dejeu SE Expert comptable
2014 En cours
(au 5 février 2020)
Ghislaine Harscoët[40] SE Retraitée de l'éducation nationale


Démocratie participative

La commune s'est dotée d'un Conseil municipal des jeunes[41]

Population et société

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[42]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[43].

En 2017, la commune comptait 1 066 habitants[Note 5], en augmentation de 0,19 % par rapport à 2012 (Seine-et-Marne : +3,7 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
450570534569615628665653628
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
676712747702712702701680704
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
712564559499495521437454402
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
4114484956407738879829951 064
2017 - - - - - - - -
1 066--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[32] puis Insee à partir de 2006[44].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités

La fête de la Saint-Fiacre, transformée en fête communale, est encore célébrée tous les ans le premier dimanche de septembre.

Économie

Revenus de la population et fiscalité

Le nombre de ménages fiscaux en 2014 était de 382 représentant 1 078 personnes et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 24 685 €[16].

Emploi

En 2014, le nombre total d’emploi dans la zone était de 112, occupant 523 actifs résidants (salariés et non-salariés) .

Le taux d’activité de la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 79,2 % contre un taux de chômage (au sens du recensement) de 8,4 %. Les inactifs se répartissent de la façon suivante : étudiants et stagiaires non rémunérés 9,2 %, retraités ou préretraités 7,6 %, autres inactifs 4 %[16].

Entreprises et commerces

En 2005, la Poste, qui avait fermé le bureau de poste de la commune, a ouvert un point poste au bar-tabac de la Forge, habilité à réaliser de nombreuses opérations postales[45].

En 2015, le nombre d’établissements actifs était de cinquante-neuf dont trois dans l’agriculture-sylviculture-pêche, quatre dans l’industrie, onze dans la construction, trente-quatre dans le commerce-transports-services divers et sept étaient relatifs au secteur administratif[16].

Culture locale et patrimoine

L'église Saint-Fiacre et le monument aux morts.
Vue du château de Bois-Boudran au début du XXe siècle.
La comtesse Greffuhle
par Philip Alexius de Laszlo (1905).

Lieux et monuments

On pouvait y voir notamment deux pierres tombales du XVIe siècle, sous lesquelles reposaient les restes de seigneurs locaux. L'inauguration de l'église réédifiée a eu lieu le 29 juin 1862 en présence de Monseigneur Allou, évêque de Meaux et de la comtesse Greffulhe[46].
À la tribune se trouve encore à l'heure actuelle un petit orgue Cavaillé-Coll de sept jeux, actionnés à distance par une console (à un clavier et pédalier) placée dans le chœur. L'église possède en outre un chemin de croix (peint à l'huile sur bois), un baptistère et un maître-autel de qualité. Le cimetière, qui a été déplacé en 1848 à la suite de la loi interdisant le maintien des sépultures dans les bourgs, se trouve à la sortie du village (près de la D 408 en direction de Nangis)
En mauvais état, l'église a du être mise d'urgence en sécurité après l'effondrement d'une partie de la toiture en mai 2018[47]
  • Les trois lavoirs[48] de Bézard, Glatigny et de Fontenailles[Note 6]). Il y avait encore 6 lavoirs jusqu'au XXe siècle : Le Bézard, Champs Brûlé, La Charmée, Glatigny, La Flache et Fontenailles.
  • Le stade Greffulhe-Gramont, terrain de jeu ainsi baptisé en souvenir du comte de Greffulhe et de la comtesse de Gramont, bienfaiteurs de la commune, aménagé au lieu-dit Les Charmilles. La Fête de la Saint-Jean y est célébrée tous les ans le 24 juin par de grands feux de joie.
  • Le golf de Fontenailles créé en 1991 par l'architecte Michel Gayon[49]. Il se trouve au cœur des cent hectares du Domaine de Bois Boudran et possède 27 trous (9/9/9 - 35/36/36 - 2940/3099/3194m)[50].
  • Le Château de Bois-Boudran, construit au XVIIe siècle avec un corps de logis de style classique, puis agrandi par une aile de style Premier Empire[51].
Le domaine est acquis au début du XIXe siècle par le comte Jean-Henry-Louis Greffulhe (1774-1820) pour en faire un domaine de chasse. Son fils Louis-Charles Greffulhe (1814-1888) en hérite, puis son petit-fils Henry Greffulhe (1848-1942) qui agrandit le domaine de 4.500 hectares. Il ajoute au château une aile monumentale conçue par l'architecte Ernest Sanson, comportant un théâtre, d'immenses pièces de réception, et de nombreux appartements permettant d'accueillir des invités prestigieux parmi lesquels le Roi d'Espagne et le Roi de Portugal[46].
Cette aile a été démolie en 1960. Le carrelage et l'escalier ont été reposés au château des Moyeux à La Chapelle-Rablais. Les boiseries rococo du salon Louis XV de la contesse Greffulhe ont été rachetées par le marchand de pétrole texan John W. Mecom pour l'hôtel de la Colombe d'Or de Houston aux USA[52].

Personnalités liées à la commune

Voir aussi

Bibliographie

  • Anne de Cossé-Brissac, La Comtesse Greffulhe, Paris, Librairie Académique Perrin, coll. « Terres des Femmes », (réimpr. 2000), 283 p. (ISBN 978-2-262-00820-8).
  • Laure Hillerin, La Comtesse Greffulhe : L'ombre des Guermantes, Paris, Librairie Flammarion, coll. « Biographie Flammarion », , 400 p. (ISBN 978-2-08-129054-9).
  • François Miel : Notice sur les deux Giraud, sculpteurs français, Société libre des beaux-arts 1840 (ASIN B001BWD33M)
  • Guy Antonetti : Une maison de banque à Paris au XVIIIe siècle : Greffulhe Montz & Cie (1789-1793), Cujas, 1963 (ASIN B0014YI3UU)
  • George Painter : Marcel Proust, Mercure de France 1966, 2e édition 1992, 3e édition 2008 (Taillandier) (ISBN 9782847345063)

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Une annulation en 2001.
  2. Statistiques 2018 de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols “Corine Land Cover”.
  3. Pelouses, pâturages naturels, landes et broussailles, végétation sclérophylle, forêt et végétation arbustive en mutation.
  4. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.
  6. Ce dernier a été aménagé en salle de loisirs municipale en 1986

Références

  1. « Plan séisme consulté le 5 décembre 2017 »
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - L’Almont (F44-0400) »
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras de Courtenain (F4442001) »
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru d'Ancoeur (F4446000) »
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 de Bézard (F4444000) »
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 de la Commune de la Chapelle-Gauthier (F4451000) »
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Ru de Villefermoy (F4449000) »
  8. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 02 du Bois de la Chapelle (F4449800) »
  9. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 de la Forêt Domaniale de Villefermoy (F4449700) »
  10. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru Guénin (F4428002) »
  11. a et b Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 6 janvier 2019
  12. Site Seine-et-Marne Express
  13. « Ligne virtuelle », La mairie, sur https://www.mairiefontenailles.fr (consulté le 28 mars 2020).
  14. « Fontenailles », sur Communes françaises
  15. a et b « Fontenailles », Seine-et-Marne, Société d’Histoire, d’Archéologie, de Généalogie et d’Echange (SHAGE) (consulté le 14 octobre 2018).
  16. a b c et d Rencensement général de la population 2015, INSEE, document mentionné en liens externes.
  17. Site Corine Land Cover Mises à jour.
  18. [PDF]Fiche communale d'occupation des sols en 2017 (comparaison avec 2012) sur le site cartoviz.iau-idf.fr
  19. Longnon, I, p. 75.
  20. Henri Stein et Jean Hubert, Dictionnaire topographique du département de la Seine-et-Marne, Paris, (lire en ligne), p. 227.
  21. « Histoire de la commune de Fontenailles », sur http://fr.topic-topos.com (consulté en avril 2016).
  22. « Date et histoire de la Saint Fiacre, patron des jardiniers ! », sur Binette & Jardin
  23. https://www.routeyou.com/fr-fr/location/view/47843343/chateau-de-bois-boudran
  24. « Family tree of Jacques de MOLIN », sur Geneanet
  25. http://www.memoiredesequipages.fr/fiche/2691
  26. Le Républicain du 3 décembre 1905 AD77 PZ 54/2
  27. Le Républicain de Seine et Marne du 13 décembre 1913
  28. « Les Amitiés de la Résistance », sur lesamitiesdelaresistance.fr
  29. « Eglise Catholique : Pôle de Mormant - Agenda du pôle », sur www.eglisecatholiquepoledemormant.fr
  30. « Tour de France 2004 en Seine et Marne », sur Atome77
  31. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  32. « Arrêté du 30 décembre 2016 du préfet de la région d'Île-de-France portant modification des limites territoriales des arrondissements du département de Seine-et-Marne », Recueil des actes administratifs de la préfecture d'Île-de-France, no spécial IDF-001-2017-01,‎ , p. 11-23 (lire en ligne [PDF], consulté le 21 août 2018).
  33. l'Intérieur, « Résultats de l'élection présidentielle 2017 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Presidentielles/elecresult__presidentielle-2017
  34. « Résultats des élections municipales 2020 Fontenailles (Seine-et-Marne) », sur https://elections.actu.fr (consulté le 28 mars 2020).
  35. a b et c « Papiers de la famille Greffulhe (2006 064M) » [PDF], sur http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr (consulté le 28 mars 2020).
  36. « les 1 500 maires communistes », in Communes d'aujourd'hui, revue des élus du PCF, no 10-1977
  37. « Alain Cayard, nouveau maire de la commune », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 14 octobre 2018).
  38. « Martine Dejeu : « Trop de lourdeurs administratives » », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 14 octobre 2018) « D'adjointe, Martine Dejeu est devenue maire aux dernières élections municipales à Fontenailles ».
  39. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en février 2019).
  40. « Le Conseil Municipal Jeunes : CMJ », La mairie, sur https://www.mairiefontenailles.fr (consulté le 28 mars 2020).
  41. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  42. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  43. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  44. « A Fontenailles, le point poste a ouvert », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 14 octobre 2018).
  45. a et b « Orange », sur pp.auto.ke.orange.fr
  46. Sé.B., « Fontenailles : le département débloque 30 000 € pour mettre en sécurité l’église », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 14 octobre 2018).
  47. « Lavoirs de Seine-et-Marne (77) - lavoirs.org », sur www.lavoirs.org
  48. « Golf de Fontenailles - Annuaire des golfs de France »
  49. « Golf de Fontenailles - 100 Golf - Golfs collection », sur www.100.golf
  50. « château de Bois-Boudran, Fontenailles, Seine et Marne - Comtesse Greffulhe », sur Pinterest
  51. (en) John Harris, Moving Rooms : The Trade in Archtectural Salvages, New Haven (Conn.), Yale University Press, , 320 p. (ISBN 978-0-300-12420-0, lire en ligne), p. 208, sur Google books.
  52. « Accueil », sur www.comtessegreffulhe.fr
  53. « Revue Musicale, La November 1901 — Princeton Blue Mountain collection », sur bluemountain.princeton.edu
  54. « La comtesse Greffulhe, muse secrète de Proust », sur LExpress.fr,
  55. « La Comtesse Greffuhle, l'émancipation au fil des robes », sur TV5MONDE,
  56. Laure Hillerin, La comtesse Greffulhe, L'ombre des Guermantes, Flammarion, , 570 p p. (ISBN 978-2-08-129054-9 et 2-08-129054-5, lire en ligne)
  57. « Proust - Lettres à Reynaldo Hahn - VII-016 », sur reynaldo-hahn.net