Flandre (Belgique)

Flandre
Blason
Blason
Drapeau
Drapeau
La Flandre
La Flandre
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Statut Région historique et culturelle
Provinces Anvers
Limbourg
Flandre occidentale
Flandre orientale
Brabant flamand
Villes principales Anvers, Gand, Louvain, Bruges
Démographie
Gentilé Flamands, Flamandes
Population 6 471 996 hab. (01/01/16)
Densité 479 hab./km2
Géographie
Coordonnées 51° 00′ nord, 4° 30′ est
Superficie 13 522 km2
Fleuves Meuse
Escaut
Yser
Divers
Langues Flamand occidental
Flamand oriental
Limbourgeois
Brabançon

En Belgique, à partir du XIXe siècle, l'importance historique du comté de Flandre a conduit à utiliser le terme Flandre par synecdoque (pars pro toto) pour désigner l'ensemble de la Belgique néerlandophone. En néerlandais, on emploie dans le même sens le terme Vlaanderen[1].

Dans le contexte belge, le terme Flandre peut donc désigner plusieurs choses :

Elle compte au , 6 471 996[2] habitants soit une densité de population de 478,63 habitants au km².

Étymologie

L'étymologie de Flandre(s) viendrait de l'ingaevone et signifierait terres inondées[réf. nécessaire].

Article détaillé : Étymologie de Flandres.

Histoire de la Flandre

Carte du comté de Flandre en 1609 par Matthias Quad (cartographe) et Johannes Bussemacher (graveur et éditeur, Cologne).

Le territoire actuel de la Flandre était au Moyen Âge divisé en plusieurs États féodaux : les principaux étaient le comté de Flandre à l'ouest, le duché de Brabant au centre et le comté de Looz à l'est (qui fut rattaché à la principauté de Liège en 1367). Ce territoire était également traversé par la frontière du Saint-Empire romain. Le comté de Flandre était donc un fief direct de la couronne de France, alors que le reste de la Flandre actuelle faisait partie du Saint-Empire.

À partir de 1384, ces territoires, à l'exception notable de la principauté de Liège, seront progressivement intégrés dans les Pays-Bas bourguignons (comté de Flandre 1384, duché de Brabant 1430), qui deviendront ensuite les Pays-Bas espagnols (1549). En 1581, les Provinces-Unies proclament leur indépendance et seuls les Pays-Bas du Sud restent sous domination espagnole. À la suite de la bataille de la Peene à Noordpeene en 1677, la région la plus occidentale de la Flandre (les châtellenies de Cassel, Bailleul et Ypres) est annexée au royaume de France en 1678 par le traité de Nimègue. Les Pays-Bas du Sud restés espagnols passeront ensuite sous domination autrichienne à partir de 1713 (Pays-Bas autrichiens). En 1792, Pays-Bas autrichiens et principauté de Liège sont envahis par la France, puis reconquis en 1793 par l'Autriche. La France les reprend en 1794 et les annexe en 1795. En 1815, le territoire actuel de la Flandre est rattaché au royaume des Pays-Bas.

La Flandre contemporaine

L'histoire de la Flandre depuis l'établissement de la Belgique en 1830 jusqu'avant la Seconde Guerre mondiale est dominée par la lutte des Flamands pour obtenir des droits égaux à ceux de leurs concitoyens francophones, lutte nécessaire à cause des discriminations linguistiques qu'ils subissaient dans un État pensé au départ par des francophones flamands et wallons (noblesse et bourgeoisie).

La communauté flamande est maintenant une des trois communautés qui constituent la Belgique.

Les provinces flamandes

La majorité d'entre eux vivent dans les cinq provinces flamandes : la province d'Anvers (1), le Limbourg (2), la Flandre-Orientale (3), le Brabant-Flamand (4) et la Flandre-Occidentale (5), et une toute petite partie (2 % du total des Flamands) à Bruxelles[3], où ils sont minoritaires (actuellement environ 8 % de la population bruxelloise). Les Flamands sont environ 6,25 millions, soit à peu près 60 % de la population belge.

La Flandre a son propre parlement (le Vlaams Parlement), son gouvernement et son administration. Ces institutions exercent à la fois les compétences de la Communauté flamande et de la Région flamande, à la suite de la fusion de ces deux entités (juridiquement, c'est la communauté qui a repris les compétences de la région, qui a cessé d'exister sur le terrain).

Les institutions de la Communauté flamande ont fixé leur siège dans la ville de Bruxelles, une des 19 communes que compte la Région, ce qui, du fait de l'absorption des compétences de la Région flamande, a permis au parlement flamand de décréter la ville capitale de la Flandre, jouant sur l'ambiguïté du terme « Flandre » [4]. Dans la Région de Bruxelles-Capitale, la Communauté flamande est compétente dans certaines matières (tout comme la Communauté française de Belgique): enseignement, culture, etc.

À Bruxelles, la Flandre dispose de ses propres institutions politiques, notamment la Commission communautaire flamande (Vlaamse gemeenschapscommissie ou VGC), compétente pour les institutions monocommunautaires flamandes de la Région de Bruxelles-Capitale. Dans chaque commune de la région de Bruxelles, le VGC dispose de son propre centre de la communauté (gemeenschapscentrum).

Les Flamands

Les Flamands sont les citoyens domiciliés en Flandre, même lorsqu'ils ne parlent ni le néerlandais ni le flamand. Depuis la fédéralisation de la Belgique, et à la suite de la fusion par la Flandre de ses institutions communautaires et régionales, sont considérés comme Flamands tous les Belges qui habitent la Région flamande et en plus tous les Flamands de Bruxelles, c’est-à-dire les Belges habitant la région de Bruxelles qui se définissent comme Flamands. Il n'existe cependant pas de sous-nationalité flamande.

Certains pensent que ce terme devrait être utilisé uniquement pour désigner un habitant d'une des deux provinces belges : Flandre-Orientale ou Flandre-Occidentale. Toutefois, pour désigner les habitants d'une de ces deux provinces, on utilise plus souvent le belgicisme flandrien.

Le mot Flamand, dans un sens linguistique, peut aussi désigner les Belges qui s'expriment de préférence en néerlandais ou dans un de ses dialectes. Il existe en Flandre plusieurs minorités : la minorité francophone[5], les Juifs (parlant diverses langues dont le français et le yiddish) ainsi que des minorités issue d'une immigration plus récente, venant de la Pologne, de l'Italie, de l'Espagne, du Portugal, des pays du Nord de l'Afrique, de la Turquie... Au total, il y aurait des résidents d'environ 170 nationalités en Flandre.

Le terme « les Flamands » désigne d'abord l'ensemble de tous les Flamands, cette communauté flamande (dans le sens sociologique, politique et culturel du mot) qui est dotée aujourd'hui de ses propres institutions (Parlement flamand, gouvernement flamand et est reconnue par la constitution belge comme la Communauté flamande).

Bruxelles étant une ville officiellement bilingue[6] ( cosmopolite et multilingue en pratique à la suite de l'établissement des institutions européennes et des communautés d'immigrés, est aussi une ville où les membres de la minorité flamande sont citoyens chez eux avec des services publics disponibles dans leur langue, la région de Bruxelles-Capitale disposant du statut de troisième région de la Belgique. Les francophones de Bruxelles disposent également de droits équivalents (écoles et services publics disponibles dans leur langue).

Pour ce qui concerne les Flamands de France (dont le territoire fit partie du Royaume de France jusqu'en 1529 puis fut annexé par la France entre 1659 et 1678), il convient de se référer à l'article Flandre française.

Économie

Le PIB total de la Région flamande en 2004 était de 165 847 millions € (chiffres Eurostat). Le PIB par habitant à parité de pouvoir était de 23 % au-dessus de la moyenne de l'UE. La productivité flamande par habitant est d'environ 13 % supérieur à celle de la Wallonie, et les salaires sont d'environ 7 % de plus qu'en Wallonie.

La Flandre était l'une des premières zones d'Europe continentale à subir la révolution industrielle au XIXe siècle. Initialement, la modernisation reposait largement sur la transformation des aliments et du textile. Cependant, dans les années 1840, l'industrie textile de la Flandre était en crise grave et il y avait la famine en Flandre (1846-1850). Après la Seconde Guerre mondiale, Anvers et Gand ont connu une expansion rapide des industries chimiques et pétrolières. La Flandre a également attiré une grande majorité des investissements étrangers en Belgique.

Les crises pétrolières de 1973 et 1979 ont entraîné l'économie dans une récession. L'industrie de l'acier est resté relativement en bon état. Dans les années 1980 et 90, le centre économique de la Belgique a continué à passer outre à la Flandre et il est maintenant concentrée dans la région flamande située entre Bruxelles, Louvain, Gand et Anvers. De nos jours, l'économie flamande est principalement orientée-service.

En 1999, l'euro, la monnaie unique européenne, a été introduit en Flandre. Il a remplacé le franc belge en 2002.

L'économie flamande est fortement axée sur l'exportation, en particulier des produits à haute valeur ajoutée. Les principales importations sont les produits alimentaires, les machines, les diamants bruts, des produits pétroliers et du pétrole, des produits chimiques, des vêtements et des accessoires, et des textiles. Les principales exportations sont les produits automobiles, les aliments et des produits alimentaires, fer et acier, diamants finis, les textiles, les plastiques, les produits pétroliers et les métaux non-ferreux.

Depuis 1922, la Belgique et le Luxembourg ont été un marché commercial unique dans une union de l'Union économique belgo-luxembourgeoise coutumes et de la monnaie. Ses principaux partenaires commerciaux sont l'Allemagne, les Pays-Bas, la France, le Royaume-Uni, l'Italie, les États-Unis et l'Espagne.

Anvers est le numéro un du marché du diamant dans le monde, les exportations de diamants représentent environ un dixième des exportations belges. L'usine de BASF basée à Anvers est la plus grande base de BASF en dehors de l'Allemagne, et représente à elle seule pour environ 2 % des exportations belges.

Les autres activités industrielles et de services à Anvers incluent la fabrication de voiture, les télécommunications et les produits photographiques.

La Flandre est le foyer de plusieurs établissements scientifiques et technologiques, tels que l'IMEC, VITO, Flanders DC et Flanders Drive.

La politique flamande

La Flandre connait une démocratie avec une assemblée élue au suffrage universel, le Parlement flamand avec une chambre unique, un gouvernement, et des ministères. Toutes ces institutions sont installées à Bruxelles.

Partis flamands

Liste des partis représentés au Parlement flamand :

Voir aussi

Culture flamande

Pour la formation académique, il existe six universités néerlandophones en Belgique.

La tendance politique qui a dominé la Flandre presque sans partage au XXe siècle est la démocratie chrétienne. Actuellement, l'électorat flamand est un des plus instables de l'Union européenne[7],[8], les mouvements entre partis, principalement de droite et d'extrême-droite, étant très importants et conduisant à divers blocages politiques en Flandre avec répercussion sur la Belgique au niveau fédéral.

La Flandre est renommée pour :

Elle appelle ses célébrités du nom de « BV » pour bekende Vlamingen, c'est-à-dire « Flamands connus ».

Littérature flamande

La littérature flamande est multiforme et ne peut être considérée comme totalement homogène. Les écrivains flamands sont couramment lus aux Pays-Bas, et vice-versa. Parmi les écrivains flamands les plus connus, on peut noter Hugo Claus, Kristien Hemmerechts, Anne Provoost, Tom Lanoye, Geert van Istendael, Paul Koeck, Stijn Streuvels, Ward Ruyslinck, Dimitri Verhulst. Il existe également un courant poétique très important représenté par Willem Elsschot et Guido Gezelle entre autres. Une partie de ce que l'on peut qualifier de littérature flamande se trouve être écrite en français, Michel de Ghelderode en est un exemple.

Musique

Jacques Brel a également toujours réclamé son attachement à la Flandre, notamment au travers de la chanson Le Plat Pays même s'il chante la grande majorité de ses chansons en français, tout en dénonçant fermement le Flamingantisme, souligné (notamment), par sa chanson Les Flamingants.

Les médias flamands

La Flandre a plusieurs chaînes de radio et de télévision, les principaux étant la VRT, chaîne officielle et dotée d'une mission qui comprend de l'information grand-public et objective, non-partisane et de qualité, et VTM, société privée qui regroupe deux chaînes.La "Vier et la Vijf" appartenant à la Maison de production Woestijnvis et encore Vitaya.

Pour les médias imprimés, les plus importants sont :

  • De Tijd, journal principalement d'intérêt économique et financier, mais avec une rédaction d'intérêt général de plus en plus importante ;
  • De Standaard, journal jadis flamingant et de droite, mais avec une inflexion vers la gauche et vers de modèle plutôt unitariste ou d'un fédéralisme d'union au cours des dernières années ;
  • De Morgen, journal progressiste ;
  • Het Nieuwsblad
  • Het Laatste Nieuws, journal de tendance libérale, il a le plus grand nombre de lecteurs en Flandre ;
  • Gazet van Antwerpen, journal régional d'Anvers ;
  • Het Belang van Limburg, journal régional du Limbourg ;
  • Knack, magazine hebdomadaire, plutôt de droite (magazine « frère » du Vif/L'Express) ;
  • Humo, magazine d'intérêt général, plutôt de gauche;
  • Trends, magazine d'intérêt économique et financier (magazine « frère » de Trends-Tendances).

Références

  1. Ce terme neutre singulier en néerlandais contemporain est étymologiquement un pluriel formé du radical Vlaander- et de la désinence -en.
  2. http://www.ibz.rrn.fgov.be/fileadmin/user_upload/fr/pop/statistiques/population-bevolking-20160101.pdf
  3. Les flamands de Bruxelles sont estimés à 54 000 hab.
  4. Bruxelles, capitale de la Flandre, Le Soir, 20 mars 1996
  5. Francophones de Flandre : la Francophonie muette ?
  6. http://vandeleene.com/2010/12/19/vlaanderen-qui-es-tu-region-ou-communaute/
  7. https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_les-electeurs-flamands-restent-ils-generalement-fideles-a-un-parti?id=7743039
  8. http://echogeo.revues.org/12291?lang=en#tocto1n4

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes francophones

  • website Vlaamse overheid site de l'autorité flamande (partiellement en français, allemand et anglais).
  • Site portail officiel de la Flandre en français
  • Le site de l'office de tourisme de la Flandre
  • Toerisme Vlaanderen Tourisme en Flandre (site très multilingue, disponible en anglais, français, …).
  • Flanders on line (infos en anglais, français, allemand et néerlandais)
  • La Constitution belge
  • Site des francophones du Brabant flamand
  • Nouvelles de Flandre
  • Centre d'Étude des francophones de Flandre

Liens externes anglophones et néerlandophones

  • (en) Flemish authorities, en anglais, site d'informations en Anglais maintenu par les autorités flamandes
  • Vlaams Parlement Parlement flamand (uniquement en néerlandais, mais des traductions en diverses langues sont en cours de réalisation).
  • Vlaamse regering Gouvernement flamand.
  • Vlaamse Gemeenschapscommissie (VGC) Commission communautaire flamande (en néerlandais uniquement).
  • Vlaamse radio en Televisie VRT : radio et télévision publique flamande.
  • Dag Vlaanderen (néerlandais)
  • Flanders reaches 6 million inhabitants (néerlandais)