Fixation de ski

Fixations de ski pour ski alpin

Une fixation de ski est un système qui permet de relier le ski à la chaussure.

Il existe différents types de fixation suivant le type de ski pratiqué.

Ski alpin

La fixation permet de relier la chaussure du skieur au ski. La fixation est aujourd'hui un composant capable de supporter les brusques secousses du ski tout en pouvant se relâcher en cas de chute.

Pour cela, des ressorts sont montés dans la fixation. Il est indispensable de faire régler sa fixation selon les normes en vigueur. La norme internationale est l'ISO 11088. La France a pris le parti d'introduire une distinction homme/femme dans les préconisations de réglage[1]. Les normes permettent un réglage personnalisé en tenant compte :

  • du poids du skieur,
  • de la taille du skieur,
  • de la longueur de la semelle de la chaussure.

Ces trois éléments permettent d'obtenir selon le sexe un indice de réglage qui doit être modifié pour tenir compte :

  • de l'age du skieur,
  • du niveau du skieur,
  • de sa condition physique,
  • de son style de ski.

Le réglage d'une fixation est donc un compromis subtil de 8 paramètres pour que la chaussure tienne au ski sans que cela devienne dangereux en cas de chute. Il est indispensable que le réglage soit fait en tenant compte des normes selon les critères ci-dessus.

Un réglage trop serré est dangereux puisqu'en l'absence de déclenchement, le skieur pourra se blesser au niveau du membre inférieur. Cependant, les skieurs professionnels soumettent fréquemment leurs skis à de fortes pressions latérales, ce qui les oblige à serrer davantage leurs fixations. Pour un skieur de 75 kg, un serrage de compétition avoisine rapidement les repères ISO 11 ou 12 (repères normalisés mentionnés sur la butée et la talonnière). Un réglage trop souple peut aussi être dangereux puisque la fixation va s'ouvrir de manière intempestive et peut provoquer la chute du skieur et un traumatisme de n'importe quelle partie du corps.

Le réglage en longueur de la fixation est l'élément principal de la sécurité. Sans un réglage en longueur adéquat, la fixation même réglée dans la norme ne pourra fonctionner.

La fixation est composée de deux parties :

  • la fixation avant. L'avant de la chaussure vient s'y enclencher. Elle possède un système de ressorts permettant au skieur de déchausser (la chaussure n'est plus liée à la fixation) en cas d'effort arrière ou avant latéral. Cela permet de se prémunir contre de nombreux problèmes de ligaments au niveau du genou.
  • la fixation arrière. L'arrière de la chaussure vient s'y appuyer puis par une pression verticale vient enclencher la fixation qui maintient alors la chaussure. Elle possède également un système de ressort permettant de s'ouvrir en cas d'effort avant (talon qui se décolle).

Des aides électroniques au réglage existent (ex. ISOSKI).

Ski de fond

Saut à ski

Télémark

Ski de randonnée

Fixations à plaque

En ski de randonnée alpine le talon bouge librement durant l'ascension mais est bloqué dans les descentes. Il existe deux technologies:

fixation à insert (low-tech). Elles nécessitent des chaussures spéciales, munies à l'avant de deux inserts cylindriques dans lesquels viennent s'insérer les ergots de la fixation pour créer une liaison pivotante. La partie arrière de la fixation propose deux positions : l'une bloquant le talon pour la décente et l'autre le laissant libre à la montée.

fixation à plaque (diamir). Il s'agit de fixation alpine montée sur un système de charnière permettant de soulever le talon à la montée. On peut donc les utiliser avec des chaussures de ski alpin. Réputées offrir une meilleur sécurité de déclenchement en cas de chute, elles sont par contre nettement plus lourdes[2].

Notes et références