Finale de la Ligue Europa 2015-2016

Finale de la Ligue Europa
2015-2016
image illustrative de l’article Finale de la Ligue Europa 2015-2016
Le Parc Saint-Jacques de Bâle, hôte de la finale.
Contexte
Compétition Ligue Europa 2015-2016
Date
Stade Parc Saint-Jacques
Lieu Drapeau : Suisse Bâle, Suisse
Affluence 34 429 spectateurs
Résultat
Liverpool FC Drapeau : Angleterre 1 - 3 Drapeau : Espagne Séville FC
Mi-temps 1 - 0 0
Acteurs majeurs
Buteur(s) Liverpool :
But inscrit après 39 minutes39e Sturridge

Séville :
But inscrit après 45 minutes45e Gameiro
But inscrit après 64 minutes64e But inscrit après 70 minutes70e Coke
Homme du match Drapeau : Espagne Coke
Arbitrage Drapeau : Suède Jonas Eriksson

La finale de la Ligue Europa 2015-2016 est la 45e finale de la Ligue Europa, et la 7e depuis la réforme de l'ancienne Coupe UEFA. Ce match de football a lieu le au Parc Saint-Jacques de Bâle[1].

Elle oppose l'équipe anglaise du Liverpool FC à celle, espagnole et également tenant du titre, du Séville FC. Le match se termine sur une victoire 3 buts à 1 de l’équipe espagnole qui remporte sa troisième Ligue Europa d'affilée, et pour la cinquième fois après les sacres de 2006, 2007, 2014 et 2015.

Vainqueur de la finale, le Séville FC est à ce titre qualifié pour la Supercoupe de l'UEFA 2016 où il affrontera le Real Madrid, vainqueur de la finale de la Ligue des champions. Il est également qualifié pour la phase de groupes de la Ligue des champions 2016-2017, le vainqueur de la Ligue des champions étant déjà qualifié par le biais de son championnat national, la place réservée au vainqueur de cette compétition est réattribuée au vainqueur de la Ligue Europa.

Stade

Le Parc Saint-Jacques a été désigné hôte de la finale à l'issue d'une réunion du Comité exécutif de l'UEFA à Nyon le 18 septembre 2014[1]. Il s'agît de la première finale de coupe d'Europe accueillie par le stade, bien que l'ancien stade du même nom, le Stade Saint-Jacques, ouvert en 1954 pour la Coupe du monde 1954 et fermé en 1998, eût accueilli quatre finales de Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe en 1969, 1975, 1979 et 1984[2],[3].

L'actuel Parc Saint-Jacques, construit en 1998 et ouvert en 2001, est le stade de résidence du FC Bâle. Il a accueilli six matchs lors de l'Euro 2008, notamment le match d'ouverture et une demi-finale. Sa capacité actuelle est de 38 512 places, bien que réduite à environ 36 000 lors des compétitions de l’UEFA[1],[2].

La possibilité d'une finale « à domicile » pour le club suisse s'est présentée avec son repêchage en Ligue Europa à la suite de sa défaite face au Maccabi Tel-Aviv lors des barrages de qualification à la Ligue des champions. Elle prit cependant fin avec l'élimination du club face au Séville FC en huitièmes de finale[4].

Contexte

Sans être particulièrement favori et malgré des débuts poussifs avec notamment trois matchs nuls lors des trois premières journées de la phase de groupes et un changement d'entraîneur avec l'éviction de Brendan Rodgers au profit de Jürgen Klopp au début octobre[5], Liverpool parvient à se hisser en finale à la suite d'un parcours honorable pour ce club habitué des compétitions européennes, ayant déjà remporté huit titres européens dont la Ligue Europa trois fois en 1973, 1976 et en 2001, et la Ligue des champions cinq fois[6], éliminant notamment les rivaux de Manchester United en huitième de finale[7], un des grands favoris Dortmund en quarts de finale au terme d'un match retour sensationnel et d'une victoire quatre buts à trois à Anfield[8], et une surprenante équipe de Villarreal en demi-finales[9]. Il s'agit de la quatrième finale de Ligue Europa pour les Liverpuldiens, qui n'en ont alors perdu aucune. De manière générale, il s'agît de la douzième finale de coupe européenne pour les Anglais qui ont également remporté la finale de la Ligue des champions à cinq reprises en 1977, 1978, 1981, 1984 et 2005, et l'ont perdue à deux reprises en 1985 et en 2007, ayant également perdue une finale de Coupe des coupes en 1966. Il s'agît de la deuxième finale de coupe européenne pour l'entraîneur Jürgen Klopp, qui a perdu en finale de la Ligue des champions 2012-2013 avec son ancien club du Borussia Dortmund[10].

Qualifié pour la Ligue des champions à la suite de sa victoire de l'année précédente, l'aventure sévillane tourne court avec une sortie dès la phase de groupes où le club andalou s'est trouvé confronté à un groupe compliqué composé de la Juventus, de Manchester City et du Borussia Mönchengladbach, finissant à une troisième place synonyme de repêchage en Ligue Europa, dont les Sévillans détiennent le record de victoires avec quatre succès en 2006, 2007, 2014 et 2015[6]. En terrain plus connu, Séville assure sa place en finale au terme d'un parcours composé du Molde FK, du FC Bâle, de l'Athletic Bilbao, avec une victoire aux tirs au but[11], et du Chakhtar Donetsk au terme duquel les Andalous ont pu assurer leur place pour une cinquième finale de Ligue Europa, la troisième consécutive, qu'ils ont, à l'instar des Anglais, toutes remportées jusque-là[6]. Il s'agît de la troisième finale de coupe européenne pour l'entraîneur sévillan Unai Emery, qui a déjà amené à son équipe à la victoires les deux années précédentes.

Par ailleurs, la défaite de Villarreal face à Liverpool a non seulement mis fin à la perspective d'une troisième finale de Ligue Europa entièrement espagnole après 2007 et 2012, mais également à celle d'un « grand chelem » inédit où les deux finales de coupe d'Europe auraient été entièrement composées de clubs espagnols, les finalistes de la Ligue des champions étant le Real Madrid et l'Atlético Madrid[12].

Les deux clubs ne s'étaient jamais rencontrés jusqu'ici[6].

Parcours des finalistes

Article détaillé : Ligue Europa 2015-2016.

Note : dans les résultats ci-dessous, le score du finaliste est toujours donné en premier (D : domicile ; E : extérieur).

Drapeau de l'Angleterre Liverpool FC Tour Drapeau de l'Espagne Séville FC
Ligue Europa Ligue des champions
Adversaire Résultat Phase de groupes Adversaire Résultat
Drapeau de la France Girondins de Bordeaux 1 - 1 (E) Journée 1 Drapeau de l'Allemagne Borussia Mönchengladbach 3 - 0 (D)
Drapeau de la Suisse FC Sion 1 - 1 (D) Journée 2 Drapeau de l'Italie Juventus FC 0 - 2 (E)
Drapeau de la Russie Rubin Kazan 1 - 1 (D) Journée 3 Drapeau de l'Angleterre Manchester City 1 - 2 (E)
Drapeau de la Russie Rubin Kazan 1 - 0 (E) Journée 4 Drapeau de l'Angleterre Manchester City 1 - 3 (D)
Drapeau de la France Girondins de Bordeaux 2 - 1 (D) Journée 5 Drapeau de l'Allemagne Borussia Mönchengladbach 2 - 4 (E)
Drapeau de la Suisse FC Sion 0 - 0 (E) Journée 6 Drapeau de l'Italie Juventus FC 1 - 0 (D)
Vainqueur du groupe B
Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1 Drapeau : Angleterre Liverpool FC 10 6 2 4 0 6 4 +2
2 Drapeau : Suisse FC Sion 9 6 2 3 1 5 5 0
3 Drapeau : Russie Rubin Kazan 6 6 1 3 2 6 6 0
4 Drapeau : France Girondins de Bordeaux 4 6 0 4 2 5 7 -2
Classement Troisième du groupe C
Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1 Drapeau : Angleterre Manchester City 12 6 4 0 2 12 8 +4
2 Drapeau : Italie Juventus FC 11 6 3 2 1 6 3 +3
3 Drapeau : Espagne Séville FC 6 6 2 0 4 8 11 -3
4 Drapeau : Allemagne Borussia Mönchengladbach 5 6 1 2 3 8 12 -4
Ligue Europa
Aversaire Total Aller Retour Phase finale Adversaire Total Aller Retour
Drapeau de l'Allemagne FC Augsbourg 1 - 0 0 - 0 (E) 1 - 0 (D) Seizièmes de finale Drapeau de la Norvège Molde FK 3 - 1 3 - 0 (D) 0 - 1 (E)
Drapeau de l'Angleterre Manchester United 3 - 1 2 - 0 (D) 1 - 1 (E) Huitièmes de finale Drapeau de la Suisse FC Bâle 3 - 0 0 - 0 (E) 3 - 0 (D)
Drapeau de l'Allemagne Borussia Dortmund 5 - 4 1 - 1 (E) 4 - 3 (D) Quarts de finale Drapeau de l'Espagne Athletic Bilbao 3 - 3
(5 - 4 tab)
2 - 1 (E) 1 - 2 ap (D)
Drapeau de l'Espagne Villarreal CF 3 - 1 0 - 1 (E) 3 - 0 (D) Demi-finales Drapeau de l'Ukraine Chakhtar Donetsk 5 - 3 2 - 2 (E) 3 - 1 (D)

Liverpool FC

Arrivé sixième du championnat anglais et héritant de la place en phase de groupes du vainqueur de la Coupe d'Angleterre à la suite de la qualification d'Arsenal en Ligue des champions, Liverpool est tiré dans le groupe B en compagnie des Girondins de Bordeaux, du FC Sion et du Rubin Kazan. La campagne démarre de manière poussive pour les Reds qui enchaînent trois matchs nuls sur leurs trois premières rencontres, tous sur le score d'un but partout, incluant le premier match à Anfield du nouvel entraîneur Jürgen Klopp, remplaçant de Brendan Rodgers renvoyé quelques jours après la deuxième journée de la phase de groupes[13],[14],[15]. Les Liverpuldiens se reprennent par la suite en battant successivement le Rubin Kazan en Russie (0-1)[16] puis les Girondins de Bordeaux à domicile sur le score de deux buts à un, éliminant ceux-ci par le fait-même[17],[18] avant de conclure sur un quatrième et dernier match nul sur la pelouse du FC Sion assurant aux Reds la première place du groupe avec un total de dix points[19], le plus faible des douze groupes[20].

Tête de série, Liverpool hérite en seizièmes de finale des Allemands du FC Augsbourg, deuxième du groupe L, dont elle se défait difficilement sur le score final d'un but à zéro, ne faisant la différence que sur un penalty de James Milner à la cinquième minute du match retour[21]. En huitième de finale, l'équipe se voit opposée aux compatriotes de Manchester United, rival historique[22],[23], constituant par la même occasion leur première confrontation en compétition européenne[24]. Vainqueurs du match aller à domicile sur le score de deux buts à zéro grâce à des réalisations de Daniel Sturridge sur penalty et de Roberto Firmino[25], les Reds remportent finalement la double-confrontation en faisant match nul un but partout à Old Trafford par un but de Philippe Coutinho en fin de première période[26],[27]. Le tirage au sort des quarts de finale oppose les Anglais aux Allemands du Borussia Dortmund, ancien club de Jürgen Klopp, amenant la confrontation à être surnommée « Kloppico » dans les médias[28],[29]. Après un match aller rythmé au Signal Iduna Park conclu sur le score de parité d'un but partout[30], le match retour à Anfield démarre très mal pour les Liverpuldiens, menés 0-2 à la neuvième minute de jeu puis 1-3 à l'heure de jeu avec une réduction de l’écart par Divock Origi à la 48e minute, qui parviennent finalement à l'emporter sur le score fleuve de quatre buts à trois grâce à des buts de Philippe Coutinho à la 66e minute, de Mamadou Sakho à la 78e minute et de Dejan Lovren à la 91e minute[31] pour conclure une remontée improbable comparée à, et inspirée par[32], celle entreprise par les Reds lors de la finale de la Ligue des champions de 2005 face à l'AC Milan[33]. Le dernier carré de la compétition voit Liverpool affronter les Espagnols de Villarreal, comme eux invaincus dans la compétition. Au terme d'un match aller très serré au Madrigal, le « sous-marin jaune » finit par prendre l'avantage dans les arrêts de jeu par Adrián López et l'emporte sur le score d'un but à zéro[34],[35] avant d'être battu lourdement à Anfield sur le score de trois buts à zéro par un but contre-son-camp de Bruno à la 7e minute suivi par des réalisations de Daniel Sturridge et Adam Lallana à la 63e et 81e minutes au cours d'un match durant lequel les Villerélais n'ont que peu existé, mis en grande difficulté par le pressing intense et constant de leur adversaire, ayant de plus passé la fin de match à dix à la suite de l'exclusion de Víctor Ruiz à la 71e minute[36],[37]. Cette victoire permet à Liverpool d'accéder à sa quatrième finale de C3 et sa première finale de coupe d'Europe depuis la finale de la Ligue des champions de 2007 neuf ans auparavant.

Séville FC

Vainqueur de l'édition précédente, Séville est la première équipe à profiter de l'attribution d'une place en Ligue des champions au vainqueur de la Ligue Europa introduite lors de la saison 2014-2015[38], d'autant que la victoire du FC Barcelone en finale de la Ligue des champions a permis à l'équipe d'hériter de la place en phase de groupes normalement réservée au vainqueur de la Ligue des champions[39]. Les Andalous sont tirés dans un groupe C très relevé comptant la Juventus, finaliste de l’édition précédente, Manchester City et le Borussia Mönchengladbach. Malgré des débuts prometteurs en match d'ouverture avec une victoire trois buts à zéro face à une équipe du Borussia Mönchengladbach ayant concédée pas moins de trois penalties en vingt minutes[40],[41], les Sévillans enchaînent par la suite quatre défaites consécutives : trois fois à l'extérieur face à la Juventus (2-0)[42], Manchester City (2-1)[43] et à Mönchengladbach (4-2)[44], et une fois à domicile contre les Citizens (1-3)[45]. Alors quatrième de leur groupe, les Andalous arrachent finalement la troisième place du groupe, synonyme de repêchage en Ligue Europa, en venant à bout de la Juventus sur le score d'un but à zéro[46], victoire leur permettant de repasser devant le Borussia Mönchengladbach, battu à Manchester en fin de match[47]. Les Sévillans terminent finalement troisième de leur groupe avec six points et sont repêchés en Ligue Europa, un total ne leur permettant cependant pas d'être tête de série lors du tirage au sort des seizièmes de finale[48].

Malgré son statut de non-tête de série, Séville hérite en seizièmes de finale du Molde FK, vainqueur surprise du groupe A, qu'elle parvient à défaire sur le score final de trois buts à un en remportant aisément le match aller sur le score de trois buts à zéro par un doublé de Fernando Llorente et un but de Kevin Gameiro[49] avant d'être battu un à zéro en Norvège[50]. En huitième de finale face au FC Bâle, vainqueur de Saint-Étienne, Séville parvient à tenir le match nul à Bâle (0-0)[51] avant d'éliminer sèchement les Suisses sur le score de trois buts à zéro lors du match retour par des buts des Français Adil Rami et Kevin Gameiro[4]. Opposés à l'Athletic Bilbao en quarts de finale, les Sévillans parviennent à remporter leur premier match à l'extérieur de la saison en coupe d'Europe en battant les Basques deux buts à un à San Mamés[52] avant d'être battus avec surprise à domicile lors du match retour sur le même score, poussant les deux équipes aux prolongations puis aux tirs au but desquels les Andalous sortent finalement vainqueurs par cinq buts à quatre[53]. La demi-finale oppose Séville aux Ukrainiens du Chakhtar Donetsk. Tenant le match nul à Lviv (2-2)[54], les Sévillans décrochent finalement leur billet pour la finale en l'emportant trois buts à un à Ramón-Sánchez-Pizjuán avec notamment un doublé de l'attaquant Kevin Gameiro[55], totalisant alors sept buts marqués sur toute la phase finale[56]. Cette victoire offre à Séville sa troisième qualification d'affilée en finale, un record[57], et en tout sa cinquième finale de C3 depuis 2006 pour les Sévillans qui n'en ont jusqu'ici perdue aucune.

Avant-match

Ambassadeur

Alexander Frei est l'ambassadeur de la finale.

Alexander Frei, ancien attaquant du FC Bâle et de la Suisse, est l’ambassadeur de la finale[58].

Identité visuelle

L'identité visuelle de la finale est dévoilée par l'UEFA le 27 août 2015. Celle-ci met notamment en valeur la Marktplatz de Bâle[59].

Places

Un total de 27 000 places étaient mises à la disposition des fans et du grand public, chaque finaliste se voyant attribuées 9 000 places et 9 000 étant vendues dans le monde entier par le biais du site de l'UEFA entre le 23 février et 21 mars 2016. Quatre catégories de prix ont été proposées : CHF 180, CHF 120, CHF 90, et CHF 50. Les places restantes ont été allouées au comité d'organisation local, à l'UEFA et aux associations nationales, aux partenaires commerciaux et diffuseurs, et dans le cadre du programme d'hospitalité commerciale[60].

À la suite des qualifications de Liverpool et Séville pour la finale, l'UEFA a été obligé de justifier le choix du Parc Saint-Jacques, celui-ci étant alors le deuxième plus petit hôte d'une finale de la compétition après le Philips Stadion, en affirmant qu'il était impossible de prédire les finalistes à l'avance et que le choix de stades plus petits mais de grande qualité permettait à des pays plus divers d'accueillir une finale de Ligue Europa[61],[62].

Match

Arbitrage

Le suédois Jonas Eriksson est nommé arbitre de la finale par l'UEFA le 10 mai 2016[63]. Le reste du corps arbitral se compose des suédois Mathias Klasenius et Daniel Wärnmark en tant qu'assistants, Stefan Johannesson et Markus Strömbergsson en tant qu'arbitres assistants supplémentaires, Mehmet Culum en tant qu'arbitre de réserve, et du Norvégien Svein Moen en tant que quatrième arbitre.

Technologie sur la ligne de but

La technologie sur la ligne de but Hawk-Eye est utilisée lors de la finale. Il s'agît du premier match de compétition de l'UEFA à utiliser cette technologie depuis son approbation par le Comité exécutif de l'UEFA en janvier 2016[64].

Feuille de match

Note : l'équipe « à domicile » (pour des raisons administratives) est déterminée par tirage au sort après celui des demi-finales le 15 avril 2016 au quartier général de l’UEFA à Nyon[65].

18 mai 2016 Liverpool FC Drapeau : Angleterre 1 - 3 Drapeau : Espagne Séville FC Parc Saint-Jacques, Bâle
20h45 CEST
Sturridge But inscrit après 35 minutes35e (1 - 0) But inscrit après 46 minutes46e Gameiro
But inscrit après 64 minutes64e But inscrit après 70 minutes70e Coke
Spectateurs : 34 429[66]
Arbitrage : Drapeau : Suède Jonas Eriksson[63]
Arbitres assistants :
Drapeau : Suède Mathias Klasenius[63]
Drapeau : Suède Daniel Wärnmark[63]
Drapeau : Suède Stefan Johannesson[63]
Drapeau : Suède Markus Strömbergsson[63]
Quatrième arbitre :
Drapeau : Norvège Svein Moen[63]
Arbitre de réserve :
Drapeau : Suède Mehmet Culum[63]
Lovren Averti après 30 minute(s)30e
Origi Averti après 72 minute(s)72e
Clyne Averti après 90+4 minute(s)90+4e
Rapport Averti après 56 minute(s)56e Vitolo
Averti après 57 minute(s)57e Banega
Averti après 77 minute(s)77e Rami
Averti après 84 minute(s)84e Mariano

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Liverpool

Titulaires :
22 Drapeau : Belgique Simon Mignolet Gardien de but
2 Drapeau : Angleterre Nathaniel Clyne
6 Drapeau : Croatie Dejan Lovren
4 Drapeau : Côte d'Ivoire Kolo Touré Remplacé après 82 minutes82e
18 Drapeau : Espagne Alberto Moreno
7 Drapeau : Angleterre James Milner Capitaine
23 Drapeau : Allemagne Emre Can
20 Drapeau : Angleterre Adam Lallana Remplacé après 73 minutes73e
11 Drapeau : Brésil Roberto Firmino Remplacé après 69 minutes69e
10 Drapeau : Brésil Philippe Coutinho
15 Drapeau : Angleterre Daniel Sturridge

Remplaçants :
52 Drapeau : Pays de Galles Danny Ward Gardien de but
37 Drapeau : Slovaquie Martin Škrtel
14 Drapeau : Angleterre Jordan Henderson
21 Drapeau : Brésil Lucas Leiva
24 Drapeau : Pays de Galles Joe Allen Entré après 73 minutes73e 
9 Drapeau : Belgique Christian Benteke Entré après 82 minutes82e 
27 Drapeau : Belgique Divock Origi Entré après 69 minutes69e 

Entraîneur :
Drapeau : Allemagne Jürgen Klopp
Liverpool vs Sevilla 2016-05-18.svg
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Séville

Titulaires :
31 Drapeau : Espagne David Soria Gardien de but
25 Drapeau : Brésil Mariano
3 Drapeau : France Adil Rami Remplacé après 78 minutes78e
6 Drapeau : Portugal Daniel Carriço
18 Drapeau : Espagne Sergio Escudero
4 Drapeau : Pologne Grzegorz Krychowiak
15 Drapeau : France Steven Nzonzi
23 Drapeau : Espagne Coke Capitaine
19 Drapeau : Argentine Éver Banega Remplacé après 90+3 minutes90+3e
20 Drapeau : Espagne Vitolo
9 Drapeau : France Kevin Gameiro Remplacé après 89 minutes89e

Remplaçants :
1 Drapeau : Espagne Sergio Rico Gardien de but
5 Drapeau : France Timothée Kolodziejczak Entré après 78 minutes78e 
21 Drapeau : Argentine Nicolás Pareja
8 Drapeau : Espagne Vicente Iborra Entré après 89 minutes89e 
14 Drapeau : Uruguay Sebastián Cristóforo Entré après 90+3 minutes90+3e 
22 Drapeau : Ukraine Yevhen Konoplyanka
24 Drapeau : Espagne Fernando Llorente

Entraîneur :
Drapeau : Espagne Unai Emery
Homme du match : Drapeau : Espagne Coke[67]

Statistiques

Première mi-temps[68]
Statistique Liverpool Séville
Buts marqués 1 0
Tirs 5 1
Tirs cadrés 3 0
Arrêts 0 2
Possession 53 % 47 %
Corners 2 3
Fautes 11 4
Hors-jeux 1 1
Cartons jaunes 1 0
Cartons rouges 0 0
Deuxième mi-temps[68]
Statistique Liverpool Séville
Buts marqués 0 3
Tirs 5 10
Tirs cadrés 1 4
Arrêts 1 1
Possession 55 % 45 %
Corners 2 4
Fautes 8 5
Hors-jeux 0 2
Cartons jaunes 2 4
Cartons rouges 0 0
Total[68]
Statistique Liverpool Séville
Buts marqués 1 3
Tirs 10 11
Tirs cadrés 4 4
Arrêts 1 3
Possession 54 % 46 %
Corners 4 7
Fautes 19 9
Hors-jeux 1 3
Cartons jaunes 3 4
Cartons rouges 0 0

Après-match

Avec son cinquième sacre, le FC Séville conserve son record du nombre de C3 remportées et accroît son avance sur la Juventus, l'Inter Milan et Liverpool et leurs trois titres chacun[69]. Il s'agît de la première fois qu'un club parvient à remporter la compétition trois fois d'affilée et une première en coupe d'Europe depuis le Bayern Munich en Coupe des clubs champions européens entre 1974 et 1976[70]. Cette victoire permet à l'Espagne de dépasser l'Italie en nombre de C3 remportées avec dix victoires contre neuf[71].

Unai Emery devient le deuxième entraîneur à remporter la compétition à trois reprises après Giovanni Trapattoni (avec la Juventus en 1977 et 1993, et Inter Milan en 1991) et le premier à le faire avec la même équipe[72]. Dans le même temps, José Antonio Reyes devient le premier joueur à remporter la compétition à cinq reprises, l'ayant déjà gagnée à deux reprises avec l'Atlético Madrid en 2010 et en 2012 et avec Séville en 2014 et en 2015[73].

Notes et références

  1. a, b et c « 2016, l'Europa League à Bâle », UEFA.com,
  2. a et b « Finale 2016 : Parc Saint-Jacques, Bâle », UEFA.com (consulté le 5 avril 2016)
  3. « Bâle et ses finales », sur UEFA.com,
  4. a et b « Séville par ses Français », sur UEFA.com,
  5. « Jürgen Klopp nouvel entraîneur de Liverpool (off.) », sur L'Équipe.fr,
  6. a, b, c et d « Liverpool - Séville, les finalistes », sur UEFA.com,
  7. « Pas d'exploit pour Manchester United face à Liverpool », sur L'Équipe.fr,
  8. « Ligue Europa : Liverpool renverse Dortmund pour aller en demi-finales », sur LeMonde.fr,
  9. « Ligue Europa : Liverpool fait tomber Villarreal et rejoint Séville en finale », sur L'Équipe.fr,
  10. (en) « 2016 UEFA Europa League Final Press Kit » [PDF], sur UEFA.org,
  11. « Séville l'emporte aux tirs au but. », sur L'Équipe.fr,
  12. « Europa League: Liverpool surclasse Villarreal et empêche le grand chelem espagnol », sur L'Express.fr,
  13. « C'est lancé à Bordeaux », sur UEFA.com,
  14. « Sion résiste à Liverpool », sur UEFA.com,
  15. « Klopp tenu pour sa première à domicile », sur UEFA.com,
  16. « Ibe sauve les Reds », sur UEFA.com,
  17. « Benteke fait mal à Bordeaux », sur UEFA.com,
  18. « Battu à Anfield, Bordeaux est éliminé », sur L'Équipe.fr,
  19. « Sion résiste aux Reds et passe », sur UEFA.com,
  20. « Classements », sur UEFA.com (consulté le 6 mai 2016)
  21. « Liverpool dans la douleur », sur UEFA.com,
  22. « 8es de finale : chocs en stock », sur UEFA.com,
  23. « Liverpool - Manchester United, choc au sommet en Ligue Europa », sur FranceTVSport.fr,
  24. « Manchester United draw Liverpool in Europa League », sur WorldSoccerTalk.com,
  25. « Le derby pour Liverpool », sur UEFA.com,
  26. « Coutinho découpe United », sur UEFA.com,
  27. « Manchester United 1-1 Liverpool », sur BBC.com,
  28. « Ligue Europa : Un «Kloppico» savoureux entre Dortmund et Liverpool », sur LeFigaro.fr,
  29. « Klopp ravi de revoir Dortmund », sur UEFA.com,
  30. « Suspense dans le Kloppico », sur UEFA.com,
  31. « Incroyables Reds », sur UEFA.com,
  32. « Jürgen Klopp evoked Istanbul to inspire Liverpool against Borussia Dortmund », sur TheGuardian.com,
  33. « Liverpool 4-3 Borussia Dortmund », sur BBC.com,
  34. « Villarreal arrache la victoire », sur UEFA.com,
  35. « Ligue Europa : Villarreal surprend Liverpool », sur L'Équipe.fr,
  36. « Liverpool coule Villarreal », sur UEFA.com,
  37. « Sturridge, Firmino, Soldado… : les tops et flops de Liverpool-Villarreal », sur RMCSport.com,
  38. « L'UEFA Europa League évolue », sur UEFA.com,
  39. « Le vainqueur qualifié en C1 (off.) », sur L'Équipe.fr,
  40. « Séville s'impose sur penalties », sur UEFA.com,
  41. « Séville FC - Borussia M'Gladbach : Gladbach coule en Andalousie », sur L'Équipe.fr,
  42. « La Juve trop forte pour Séville », sur UEFA.com,
  43. « De Bruyne : 1 but à 3 points ! », sur UEFA.com,
  44. « Gladbach prend la troisième place », sur UEFA.com,
  45. « City se qualifie à Séville », sur UEFA.com,
  46. « Llorente envoie Séville en C3 », sur UEFA.com,
  47. « Sterling s'offre un double cadeau », sur UEFA.com,
  48. « Les huit reversés », sur UEFA.com,
  49. « Le tenant entrevoit les 8es », sur UEFA.com,
  50. « Séville trébuche mais passe », sur UEFA.com,
  51. « Séville, le tenant tenu », sur UEFA.com,
  52. « Séville renverse la vapeur à Bilbao », sur UEFA.com,
  53. « Séville abat l'Athletic », sur UEFA.com,
  54. « Le tenant s'accroche », sur UEFA.com,
  55. « Gameiro à la fête, Séville en finale », sur UEFA.com,
  56. « Ligue Europa : Kevin Gameiro offre à Séville une troisième finale d'affilée », sur L'Équipe.fr,
  57. « Ligue Europa : Un demi-siècle après Valence, le FC Séville vise un sacré triplé », sur Eurosport.fr,
  58. « Finale UEFA Europa League », sur BS.ch (consulté le 21 mai 2016)
  59. « L'UEFA Europa League change de peau », UEFA.com,
  60. « Lancement de la vente des billets pour la finale 2016 de l’UEFA Europa League », UEFA.org,
  61. « Finale de l'Europa League : allocation des billets », UEFA.com,
  62. « Europa League: Uefa defends St Jakob-Park for Liverpool v Sevilla final », BBC.com,
  63. a, b, c, d, e, f, g et h « Jonas Eriksson en finale », sur UEFA.com,
  64. « La Goal Line Technology pour la finale », sur UEFA.com,
  65. « Tirage des demi-finales », UEFA.com,
  66. (en) « Full Time Report », sur UEFA.com,
  67. « La soirée parfaite de Coke et Vitolo », UEFA.com,
  68. a, b et c (en) « Team Statistics », sur UEFA.com,
  69. « Séville, la passe de quatre », UEFA.com,
  70. « Séville prend le large », UEFA.com,
  71. « L'Espagne passe en tête », UEFA.com,
  72. (en) « Five records Sevilla can break in Basel », UEFA.com,
  73. « Reyes parmi les Rois d'Europe », UEFA.com,

Articles connexes

Lien externe