Fille

Fille est un mot polysémique désignant un être humain de sexe féminin n'ayant pas atteint le statut de femme, que ce statut résulte, selon les époques et les sociétés, de l'âge ou de l'état non-marital.

Biologie

Enfance

Prépuberté

Puberté

Chez la fille, la puberté commence généralement entre 9 et 12 ans[1] pour durer environ trois ans. Pendant cette période, la taille de l'individu augmente d'environ 8 cm par an, entre les phases II et IV de l'échelle de Tanner. Les seins, la vulve ainsi que la pilosité — notamment au niveau des aisselles et des futurs poils pubiens — se développent. C'est aussi à la puberté que les premières menstruations (règles) apparaissent. Enfin, la voix de la jeune fille mue d'environ une tierce plus grave que sa voix d'enfant, et les premiers désirs sexuels naissent sur le plan psychologique.

Significations et appellations

La définition de ce qu'est une fille varie selon les époques et les sociétés. Alors qu'initialement, en France, une fille était une personne non mariée — par opposition à la femme — , ce mot ne désigne plus à l'heure actuelle que les très jeunes filles prépubères (ou petites filles), les adolescentes et les très jeunes femmes. Il reste en vigueur dans l'expression péjorative de « vieille fille », qui désigne une femme non mariée[2]. Biologiquement, une jeune fille est appelée femme à partir de la fin de sa puberté.

Civilité

Dans plusieurs langues du monde, il existe un terme spécifique destiné à appeler les jeunes filles : « mademoiselle » en français, « Fräulein » en allemand, « Miss » en anglais, « Hanimefendi » en turc, « agasshi » en coréen, « انستي [ânissatî] » en arabe, « お嬢さん [ojōsan] » en japonais...

Littérature et œuvres de fiction

La jeune fille est une figure chez certains auteurs comme Proust, Baudelaire, Montherlant ou encore Nabokov qui la représente avec ambiguïté (entre l'angélisme, la naïveté et/ou l'innocence, et l'ingénue perverse - voir la nymphette dans Lolita). Elle joue souvent un rôle naïf dans les contes de fée.

Les filles peuvent parcourir des voyages initiatiques (Les Aventures d'Alice au pays des merveilles), mais le combat a peu de chances de faire partie des épreuves, contrairement aux voyages des garçons[réf. souhaitée].

Dans la plupart des œuvres de fiction, la bienséance a longtemps fait des filles des personnes incapables de se défendre. Dans les années 1960, les comics proposaient des héroïnes filles, mais elles ne devaient pas se battre physiquement (leurs pouvoirs leur permettant de se battre à distance, à l'image de Jean Grey et la fille invisible). Plus récemment, les filles se sont mises à se battre physiquement[réf. nécessaire].

Notes et références

  1. Pascale Santi et Stéphane Foucart, « Montée préoccupante de la puberté précoce », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 17 décembre 2019)
  2. Définitions lexicographiques et étymologiques de « Fille » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales.
  3. ou aux éditions Mille et Une Nuits, 144 pages, 2001

Annexes

Articles connexes

Liens externes