Feu de forêt

Feu de forêt dans le Montana

Un feu de forêt est un incendie qui se propage sur une étendue boisée. Il peut être d'origine naturelle (dû à la foudre ou à une éruption volcanique) ou humaine (intentionnel et criminel ou involontaire et accidentel à partir de feux agricoles ou allumés pour « l'entretien » de layons ou des zones ouvertes pour la chasse par exemple).

Par souci écologique, quand le milieu, le contexte et la législation le permettent, on peut localement utiliser des « feux contrôlés » pour :

  1. Brûler une zone à haut risque d'incendie avant qu'elle ne soit trop sèche,
  2. Entretenir certains habitats nécessaires à certaines espèces qui nécessitent des feux (quelques insectes et champignons vivent sur les bois brûlés),
  3. Restaurer la diversité écopaysagère de certains milieux devenus très homogènes afin d'y restaurer un habitat pour les espèces pionnières.

L'étude des microcharbons préhistoriques montre que l'Homme a joué un rôle dans de nombreux incendies, volontaires ou non, depuis la préhistoire[1]. Aujourd'hui encore, la plupart des feux sont volontaires (déboisement à fin de mise en culture), voire criminels. Ils ont souvent pour origine une imprudence (barbecue, mégot de cigarette, feu d'écobuage)[2] et pas seulement dans les pays secs.

Les feux de forêt sont à l'origine d'une pollution de l'air, de l'eau et des sols. Leur répétition dans le temps, notamment dans un contexte de sécheresse, peut compromettre le devenir de l'écosystème forestier[3].

Législation

Les incendies de forêts ont toujours existé. Plusieurs études, dont une menée par l’historien Henri Amouric[4], le prouvent. Les archives montrent que le risque est ensuite cyclique, des décennies relativement calmes succédant à d’autres plus agitées.

En France, l'ordonnance de 1669 sur les Eaux et Forêts précise qu'il « est fait défenses à toutes personnes de porter et allumer le feu, en quelques saisons que ce soit, dans les forêts, landes et bruyères, à peine de punitions corporelle et d'amende arbitraire, outre la réparation des dommages que l'incendie pourrait avoir causés[5] ». En 1706, la Chambre des eaux et forêts du parlement de Provence arrête : « Il est défendu à tous les gardiens de troupeaux de mettre le feu aux bois, sous peine de punition corporelle ». Le Conseil général du Var et les préfets continuent la lutte, aidés par le Code pénal (article 458) et par le Code forestier (1827), lequel en son article 148, maintient la prohibition de l'ordonnance de 1669 et l'étend à une zone de deux cents mètres de large à partir de la lisière de la forêt[6].

Dans certaines forêts à risque, les feux peuvent être interdits toute ou une partie de l'année, de même que les feux d'artifice dans le boisement et à ses abords :

  • dans les forêts de guerre et autres zones contenant des munitions non explosées, les feux sont généralement interdits toute l'année (par exemple dans la forêt de Verdun en France) ;
  • de nombreux pays ont une législation interdisant ou réglementant le brûlage des déchets à l'air libre (y compris agricoles et forestiers dans certains cas), autant parce que certains de ces brûlages ont été à l'origine de pollutions graves et persistantes (dioxines, PCB, furanes, métaux lourdsetc.), que pour protéger les milieux ;
  • dans certains milieux naturels protégés et gérés pour la biodiversité, un règlement peut imposer le brûlage des végétaux coupés sur tôle avant exportation hors du site (pour que les cendres n'enrichissent pas le sol en y favorisant une eutrophisation ou dystrophisation défavorable à la diversité écologique.

Dégâts physiques

Les feux n'affectent pas que les pays chauds, ils sont fréquents en été dans les zones circumpolaires (ici : Sisjön Götetorg, en Suède).
Effet de l'incendie. Phase de vide, puis reprise de la strate herbacée, des buissons puis retour de la strate arborée, avec leur flore, faune et fonge spécifiques.

Moyennes annuelles

Chaque année, plus de 60 000 feux de forêt se déclarent en Europe. Dans le monde, les territoires touchés couvrent 350 millions d’hectares, six fois la superficie de la France. En trente ans, malgré des moyens accrus de lutte, les surfaces incendiées ont doublé et les grands feux autrefois exceptionnels se multiplient partout sur la planète. La forêt tropicale amazonienne est particulièrement touchée : lors des pires années de sécheresse (2005, 2007 et 2010), la surface parcourue par les feux de sous-bois a même supplanté la déforestation par la main de l’homme. Au total, en dix ans, 85 500 km2 ont été détruits par les flammes, soit presque 3 % du poumon amazonien. Le réchauffement climatique est naturellement en cause. Selon les observations transmises par le satellite Aqua de la Nasa, il a pour effet d'abaisser le taux d’humidité nocturne de la forêt et d’assécher son sol[7].

On estime que la surface brûlée chaque année est environ (NB : 1 km² = 100 ha) :

  • Israël : 35 km2, soit 0,17 % du territoire
  • États-Unis : 17 400 km2, soit 0,18 % du territoire
  • France : 300 km2, soit 0,05 % du territoire et 0,16 % de la forêt
  • Grèce : 271 km2, soit 0,20 % du territoire total.
  • Espagne : 1 570 km2, soit 0,31 % du territoire
  • Portugal : 426 km2, soit 0,46 % du territoire (étude menée sur la période 1956-1996 par la FAO)
  • Italie : 940 km2, soit 0,31 % du territoire, avec 8 300 feux par an en moyenne (étude menée sur la période 19621996 par la FAO)
  • Maroc : 30 km2, d'après les statistiques du service des incendies de forêts
Surface forestière détruite annuellement au Canada par provinces et territoires ; les statistiques montrent de grandes variations régionales dans le risque d'incendie.
  • Canada : la zone forestière au Canada est importante dans toutes les provinces sauf le sud des provinces des Prairies canadiennes ainsi qu'à l'Île-du-Prince-Édouard (IPE), purement agricoles. Les forêts au sud du 55e parallèle sont en général commercialisables et le service de lutte aux incendies y est développé. Plus au nord, les feux de forêt ne sont pas contrôlés à moins de menace pour les localités. Ainsi le nombre et la superficie touchés par les feux de forêt semblent énormes au Yukon (YK) et aux Territoires du Nord-Ouest (TNO) mais ce n'est que de la forêt de taïga ou de toundra en général non exploitée. Les surfaces incendiées montrées sur le graphique sont absolues et non proportionnelles à la superficie de chaque province.

Feux exceptionnels

Les feux sont de plus en plus fréquents et importants en Australie et dans le monde, en dépit de moyens de lutte de plus en plus importants.
  • 1993 :
    • Italie : 2 300 km2, soit 0,76 % du territoire
  • 1997 :
    • Indonésie : de septembre à novembre, de grands incendies ravagent pendant deux mois les forêts indonésiennes, rejetant suffisamment de fumée dans l'atmosphère pour recouvrir toutes les régions d'un brouillard qui a atteint le sud de la Thaïlande et les Philippines au nord, la Malaisie et Singapour étant particulièrement touchés. Une superficie équivalente à celle du Costa Rica (51 100 km2) a été entièrement rasée. « Les experts s’accordent à reconnaître que les grands incendies de forêt de 1997 et 1998 en Indonésie ont été une catastrophe écologique mondiale[8],[9]. »
  • 2003 :
    • Portugal : 4 249 km2, soit 4,6 % du territoire ; 20 morts ;
    • France : 74 000 ha ; 10 morts ;

On peut aussi citer le pire incendie de toute l'histoire qui a eu lieu en 1987, en Chine, et qui a détruit 1.3 millions ha de forêt d'un seul tenant en un mois[11]. "Il a entraîné une prise de conscience générale qui s'est traduite par des lois sur la protection des forêts et une politique de prévention et de lutte. Les surfaces brûlées ont depuis été divisées par dix". [11]

Dégâts écologiques

Les rayons UV émis par le soleil (ici voilé par la fumée d'un feu de forêt au Portugal) interagissent avec les aérosols et gaz de combustion pour former une pollution photochimique.
Les fumées modifient la nébulosité et peuvent « créer » des cumulus artificiels dits « Pyrocumulus », ici observé par la Nasa au-dessus de la Floride en aval d'un feu.

Des incendies épisodiques déclenchés par la foudre sont - dans une certaine mesure - normaux en forêt où ils tuent de nombreux animaux non-volants ou incapables de fuir. Les écosystèmes y sont adaptés, mais si les feux sont anormalement fréquents et/ou violents ou répétés, ils freinent la restauration des sols et affectent la capacité de résilience écologique de l'écosystème. Ainsi en Asie du Sud-Est, en Afrique et localement en Amérique du Sud, de nombreux feux volontaires contribuent à la déforestation et parfois à la désertification et/ou à des phénomènes graves d'érosion (à Madagascar par exemple). Les feux de forêt sont par ailleurs d'importantes sources de pollution[12] qui varient fortement selon le type de forêt, d'incendie et l'humidité des végétaux.

Effets sur le sol

Après un incendie, le sol devient plus sensible à l’érosion. Plusieurs phénomènes sont mis en cause comme la disparition de l’humus, la formation d’une croûte liée à la cuisson du sol, le dépôt d’une couche hydrophobe de cendres, l’absence de végétation. L’érosion peut ainsi emporter entre 500 et 2000 tonnes de terres par km2/an, contre 10 à 30 tonnes/an en temps normal. En cas de pluies intenses, les risques de coulées de boues ou d’inondation augmentent[11].

Un autre impact concerne la capacité de régénération du sol, et donc de la forêt, après des feux répétés sur de courts intervalles de temps. C'est ce qu'ont démontré les scientifiques dans le cadre du programme IRISE[13] (2003-2007). Ils ont montré qu'une forêt peut se régénérer si les feux interviennent tous les 25 ans. En revanche ce n'est plus le cas pour deux incendies très rapprochés dans le temps (à moins de 10 ans d’intervalle) ou pour un seuil de quatre feux sur 50 ans. "À ce seuil, on constate la raréfaction d’espèces et de communautés essentielles au fonctionnement de l’écosystème (microfaune et vers de terre), ainsi que la diminution du stock de matière organique et de sa qualité"[14].

Pollution de l'air

Les satellites montrent les panaches d'aérosols denses qui causent une pollution ponctuelle ou chronique jusqu'à plusieurs centaines de km de leur origine. Les analyses détectent dans les fumées des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et des composés organiques volatils (COV), des goudrons et des suies cancérigènes, d'autant plus que le bois était humide. On a suspecté[15] qu'à proximité des mers (ou après les largages d’eau de mer par des avions bombardiers d'eau), le chlore issus du sel contribuait à produire des organochlorés toxiques tels que dioxines et furanes. L'INERIS a analysé en 2003 les fumées de quelques feux correspondant à une surface débroussaillée de 4 m2, dans une chambre de combustion de 80 m3 surmontée d’une hotte d’extraction des fumées : les émissions de dioxines et furanes étaient en moyenne de 10,5 ng I.TEQ/kg de biomasse brûlée (de 1,0 à 25,9). Dans cette expérience, ce n'est pas la combustion des végétaux collectés près de la mer, mais celle de ceux qui étaient les plus humides qui a produit le plus de polluants (CO, NOx et COVT) et d'organochlorés. Par contre les végétaux très secs s'ils émettaient bien moins de CO et COVT en brûlant, produisaient beaucoup plus de NOx. Mais il ne s'agissait pas dans ce cas d'arbres vivants, et les températures n'atteignaient pas celles des grands incendies[16].

La pollution de l'air pose de problèmes de santé publique. En effet, la fumée produite peut exposer des populations à de nocives concentrations de polluants (monoxyde de carbone, formaldéhyde, acroléine) ce qui peut provoquer des problèmes de santé pouvant affecter les yeux et les voies respiratoires. Dans certains cas, le port de masque filtreur est fortement conseillé pour limiter les transferts de poussières et de particules fines. De plus, des maux de tête, des vertiges et des nausées peuvent se manifester. À long terme, cette pollution aérienne peut entraîner une altération des fonctions respiratoires et une augmentation du risque de cancer60.

Métaux lourds et radioactivité

La combustion d'arbres ayant bioaccumulé des métaux lourds ou des radionucléides (par exemple après les essais nucléaires dans l'atmosphère ou après le passage du nuage radioactif émis lors de la catastrophe de Tchernobyl, à la suite des essais nucléaires dans l'atmosphère ou ayant poussé sur des sols naturellement radioactifs est source de pollutions métalliques. Le plomb (répandu en forêt à la suite de son usage dans les munitions de chasse et de guerre), ainsi que le mercure sont particulièrement volatils à des températures très inférieures à celles atteintes par les feux de forêt.

Pollution photochimique

Les gaz émis interagissent avec les rayons solaires ultraviolets pour produire une pollution dite photochimique.

Gaz à effet de serre

Les incendies de forêt rejettent de grandes quantités de gaz carbonique, puissant gaz à effet de serre. De plus, l'incendie favorise le lessivage de la matière organique des sols qui étaient une partie du puits de carbone forestier. Cependant, si la combustion a été lente (en zone humide et pluvieuse), les charbons de bois, incorporés au sol contribueront provisoirement à adsorber et stabiliser certains toxiques, le temps qu'ils soient dégradés par les microbes et champignons du sol, ce qui favorise la restauration du substrat. Ce charbon de bois pourraient ainsi avoir joué un rôle dans certains sols tropicaux pauvres où l'apparition d'un sol anormalement riche et productif, la terra preta leur semble pour partie liée.

Même si la plupart des incendies sont anthropiques, en 2018 ces polluants — hormis parfois le CO2 en tant que gaz à effet de serre — ne sont toujours pas comptabilisés dans les cadastres et inventaires nationaux. Pourtant, rien qu'en métropole française, de 1980 à 2000, ce sont 5 218 feux de forêt par an et 30 738 hectares brûlés par an[17] qui ont été sources d'une pollution de l'air non mesurée ni évaluée.

L’Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) estime qu’environ 350 millions d’hectares de terres boisées, de friches et de cultures sont ravagés par les flammes chaque année. Ces incendies provoquent plusieurs conséquences, dont le réchauffement climatique, des pertes en vies humaines, la pollution de l'air, la désertification et la perte de biodiversité[18].

Mécanisme

Lorsque les réserves d'eau du sol sont entre 100 et 30 %, l'évaporation de l'eau des plantes est compensée par l'eau puisée dans la réserve du sol et un peu par le phénomène de rosée. En dessous de ce seuil, la plante ne peut plus s'hydrater, et chez certaines espèces ce sont les essences de la plante qui s'évaporent. En cas de sécheresse prolongée, on a donc d'une part une atmosphère contenant des essences inflammables, et d'autre part des plantes très sèches donc très inflammables.

Les plantes poussant sur des sols siliceux (comme le maquis) sont à ce titre moins exposées que les plantes poussant sur sol calcaire (comme la garrigue).

La fragmentation des forêts par des routes peut diminuer la captation d'eau par les sols et augmenter (presque doublement en montagne) le débit maximum de crue[19] des cours d'eau forestier[20] ; En forêt tropicale l'analyse de 14 ans d'imagerie satellite pour de l'est de l'Amazonie a montré que plus la fragmentation anthropique des forêts est importante, plus le risque d'incendie augmente[21].

Propagation caractéristique d'un feu de forêt en forme d'ellipse.

Une fois déclaré, le feu peut progresser :

  • par le bas, en « rampant » (propagation par les broussailles, les débris organiques sur le sol) ;
  • par les cimes ;
  • par éléments enflammés emportés par le vent ; il peut ainsi « sauter » une zone incombustible comme une route, voire une autoroute.

Sur un terrain plat et avec une végétation homogène, il se propage en forme d'ellipse, dans l'axe du vent. Dans le Sud-Est de la France, on estime qu'il progresse à environ 3 à 8 % de la vitesse du vent selon les terrains (pente, densité et nature de la végétation).

Bien que l'on soit en plein air, il peut se produire dans certains cas un embrasement généralisé éclair (EGE, ou flashover), dû à l'accumulation d'une poche de gaz de pyrolyse ; on peut ainsi voir plus de 50 000 m2 s'embraser instantanément (détails dans l'article sur l'EGE). La variation des températures autour du brasier peut également mener au développement de tourbillons de feu.

En Australie et au Canada, lorsque de gigantesques incendies se déclarent, on peut observer des phénomènes de « sautes de feux ».  Des particules enflammées (écorce, feuilles, brindilles, cônes de pins…) sont emportées par des colonnes de convection  en avant du front de flammes sur de grandes distances. Elles peuvent alors déclencher un nouveau départ de feu quelques centaines de mètres plus loin. En Europe, les incendies de forêts sont moins puissants et ce phénomène était peu connu, jusqu’à ce que le programme européen Saltus en révèle aussi l’existence, avec un maximum de saute de feu à 2,4 km observé en Espagne[22].

Causes

Ce sont les services forestiers américains et canadiens, qui les premiers, ont expérimenté une méthode d’analyse des causes d’incendies de forêt dans les années 50. Ils ont été suivis en Europe, par le Portugal en 1989, puis par l’Espagne en 1991[23]. Les méthodes de recherche utilisées en Espagne, au Portugal et aux Etats unis ont été adaptées en 2008 au contexte français et mises à disposition des différents acteurs intervenant dans la recherche des causes de départ de feu sous la forme d'un guide de référence[2].

Une étude réalisée par Irstea à partir des données fournies par Prométhée (une base de données sur les incendies de forêts dans les 15 départements méditerranéens français) entre 1996 et 2006, a permis d’établir des statistiques sur les causes de départs de feux[24] :

  • causes inconnues : plus de 30 %
  • causes naturelles (la foudre par exemple) : 8 % des causes connues. Cette proportion est beaucoup plus élevée dans d'autres pays où la forêt recouvre un grand territoire, jusqu'à 30 % au Québec[25], avec de grandes surfaces concernées.
  • causes humaines

- involontaires liées à des actes d’imprudence (jets de mégots) ou à des accidents (circulation en forêt ou en périphérie, lignes électriques, dépôts d’ordures, brûlage de rémanents…) : plus de 50 % des causes connues

- volontaires, comme des actes de pyromanie, de vengeance ou de stratégie politique ou administrative : 39 % des causes connues

Différentes bases de données répertorient en France et en Europe les données sur les feux déclarés dans les espaces naturels et les forêts, quelle que soit leur surface[26]. "Grâce aux informations collectées sur les feux, les bases de données permettent l’analyse spatio-temporelle du nombre des feux, de la surface brûlée ou des causes de départ de feux. Une meilleure prévention des départs de feu est alors possible"[27]. Compte tenu de l’hétérogénéité des données liées aux causes de départ de feux, un travail d’harmonisation a été réalisé 2009, à la demande de l’Union européenne (coordination Irstea et financement JRC). Ces données normalisées sont désormais consultables sur la plateforme EFFIS (European Forest Fire Information System)[28]. Au Québec, des données statistiques de feux de forêts classés par cause sont disponible sur le site de la SOPFEU[25].

Gestion des feux de forêt

Les feux de forêt présentent plusieurs difficultés :

  • l'approche du foyer est difficile en raison du terrain accidenté et de la végétation ;
  • les foyers sont très étendus, voire multiples dans le cas d'incendies criminels ;
  • le feu progresse très vite et peut encercler les secours.

Le risque d'apparition de feux de forêt est particulièrement important lors des sécheresses.

Prévention

Affiche américaine de prévention des feux de forêt destinée à notamment sensibiliser les scouts.

Mesures courantes de prévention

  • L'interdiction de faire des feux, assortie de mesures de sensibilisation, d'information et de répression (surveillance policière) ; la plupart des départs de feux étant d'origine humaine ;
  • La mise en place de vigie en période critique, avec prépositionnement de moyens (tours de surveillance, réservoirs d'eau gonflables, guet aérien armé d'avions bombardiers d'eau…) ; la surveillance peut aussi s'effectuer avec des sortes de ballons dirigeables (projet Hellion), et certaines entreprises proposent maintenant des drones capables d'observer dans l'infra-rouge ;
  • Des années 1970 aux années 2000, les autorités ont souvent encouragé ou rendu obligatoire un entretien dirigé des massifs boisés avec obligation de débroussaillage et création d'allées pare-feux (ou « coupe-feux »), qui, à défaut d'empêcher la progression du feu, permettent la progression des engins et assurent des zones de repli ;
    hors de la saison sèche (essentiellement en hiver en Europe), on pratique localement des brûlages dirigés comme alternative aux coupes : ce sont des feux maîtrisés destinés à faire des « coupures » moins inflammables dans la forêt ;
  • La cartographie des risques, permise notamment par les données satellitaires (spectrographie, Lidar, radar...)[29]. L'analyse des données spatiales à très haute résolution permet aussi de cartographier et suivre le débroussaillement dans les zones à risques[30].
  • L'établissement de plans d'intervention et d'engagement de moyens. Leur ampleur et les difficultés de mise en œuvre varient fortement selon les contextes. En France, la forêt des Landes de Gascogne (10 000 km2) n'exige pas les mêmes moyens que le massif des Maures (335 km2) ; ce dernier, bien que plus petit, est en effet plus exposé et sujet à des ravages bien plus importants. De plus, dans la première forêt, les exigences d'entretien correspondent aux intérêts économiques (exploitation d'une forêt artificielle de pins des Landes). Dans le second cas, l'entretien se heurte à des intérêts plus conflictuels : lobby des chasseurs qui s'oppose au débroussaillage (les sous-bois abritant des sangliers)[réf. nécessaire], les maires qui autorisent les constructions d'habitations isolées pour attirer des capitaux, l'abandon du chêne-liège au profit du pin, plus rentable mais réputé plus facilement inflammable… En zone sub-sahélienne, le moment où il faudrait entretenir les pare-feux est celui où les agriculteurs et villageois sont le plus occupés aux champs.
  • La prévision météorologique : les organismes de surveillance météorologique (par exemple Météo-France) jouent un rôle capital en signalant les moments où les risques sont maximaux (temps sec et venteux). En 1976, le Canada a développé un modèle empirique de calcul de risque ; la France s'en est inspirée pour le calcul de l'IFM (Indice forêt météo) qui quantifie le risque. Différents modèles informatiques existent pour l'aide à la gestion du risque d'incendie.
  • La modélisation et l'anticipation des incendies, avec par exemple des études menées sur de vastes territoires comme en Amazonie[31]. En France, l'Université de Corse a une équipe de Modélisation du comportement et impacts du feu[32]
  • Le recours à l'intelligence artificielle[33] ; ainsi l'ONG Hand (Hackers Against Natural Disasters), après avoir travaillé sur les tsunamis aux Antilles a élaboré en 2018 des codes open source utiles à la modélisation des feux de forêt dans le sud de la France[34]
  • Analyser : température, taux d'humidité de l'air, vent, état des sols et de la végétation : ces données sont collectées et centralisées à Bordeaux pour le sud-ouest, et à Valabre pour le sud-est.
  • Surveiller : sur les zones à risque, hommes et camions sont postés à titre préventif pour réduire les détails d'intervention. Les avions bombardiers d'eau opèrent aussi une veille, les soutes pleines d'eau.
  • Aménager et débroussailler : dans les forêts, on crée des percées pour ralentir le feu. En France, débroussailler est obligatoire sur cinquante mètres autour des maisons particulières et autres édifices.
  • Informer : 23 % des mises à feu dont l'origine est connue résultent d'imprudences. D'où l'importance des messages de prévention.
  • Depuis 2015, le site feuxdeforet.fr[35] signale, à l'aide d'une communauté de 70 000 personnes, tous les départs de feu en France.

Aménagement du territoire

En France, les plans locaux d'urbanisme, les plans de prévention des risques naturels... peuvent contribuer à réduire le risque en limitant l'habitat isolé en forêt et en imposant des règles d'entretien entre la forêt et la ville.

D'autres politiques sont quant à elles favorables à la prévention du risque incendies. C'est le cas par exemple des politiques favorisant le maintien ou la réactivation de l'agriculture (qui permet de fragmenter les grands espaces forestiers) ou encore l'exploitation et la valorisation forestière pour le bois[11].

Exemple de cartographie des interfaces habitats-forêts : le code couleur correspond aux différents types d'interfaces.

Un autre volet important de la prévention concerne la surveillance des interfaces habitats-forêts, matérialisées par les zones de contact entre les surfaces naturelles et les milieux urbanisés, car ce sont des zones privilégiées de départ de feux. Or, dans un contexte de pression urbaine croissante et d’accumulation de biomasse combustible conséquente à l’abandon de terres agricoles et à la sous-exploitation forestière, ces interfaces se multiplient et deviennent une véritable préoccupation pour la gestion du risque d’incendie de forêt. Depuis 2010, la connaissance de ces interfaces s’est considérablement renforcée[36], notamment en France avec la mise à disposition des acteurs de l’aménagement des territoires de différents outils pour les cartographier. C’est le cas d'un logiciel de calcul des interfaces habitat-forêt, dont la première version française WUImap a été transmise dès 2010 à toutes les DREAL, puis adaptée à l’échelle européenne[37]. La version élargie du logiciel permet de présenter trois types de cartes allant de l’échelle locale à l’échelle d’un département voire d’une région. Les cartes produites permettent par exemple d'évaluer la vulnérabilité d’un bâti, la faisabilité de nouveaux projets (implantation d’un nouveau centre commercial, extension d’une école, etc.) ou encore de contrôler le débroussaillement. En 2016, des préconisations concernant notamment le choix de végétaux ornementaux dans les interfaces habitats-forêts ont été réunies dans un guide en accès libre[38]. À la suite des incendies dévastateurs de l'été 2017 dans le sud-est de la France, les experts d'Irstea, auteur du guide, préconisent la mise en place d'une réglementation sur les végétaux ornementaux à l’instar de l’obligation de débroussailler arrêtée dans les années 1990[39].

Approches préventives nouvelles

Depuis la fin du XXe siècle, malgré les mesures de lutte et de surveillance, les feux de forêt touchant de vastes surfaces (plus de 1 000 hectares) ont augmenté, non seulement en fréquence mais aussi en gravité. Le facteur climatique ne semblant pas être le seul en jeu, des études ont cherché à lister les facteurs (biotiques ou abiotiques) favorisant ou aggravants ces grands incendies. Pour cela, des chercheurs ont aussi étudié les facteurs qui ont permis à certains îlots forestiers de ne pas brûler au sein de ces grandes surfaces. L'étude [40] des zones épargnées par un vaste incendie (de 1998) dans le nord-est de l’Espagne a mis en évidence l'importance de divers facteurs microclimatiques, ainsi que de la qualité de la couverture végétale du sol, de la pente et de son exposition, de la structure du peuplement. Cette étude a montré l’importance déterminante de la qualité de la couverture végétale du sol : les îlots épargnés par le feu sont plus fréquents là où la forêt est la moins fragmentée. Une des conclusions de ce travail est que contrairement à une idée répandue, les coupe-feux peuvent faciliter ou accélérer la propagation du feu, de même que des lisières linéaires et artificielles, et qu'il faudrait défragmenter les forêts et restaurer l'intégrité écologique de ces milieux[40].

D'autres études laissent penser que la régénération post-incendie se fait mieux, et avec plus de biodiversité, quand il n'y a pas eu de coupes rases avant l'incendie [41].

Enfin les scientifiques préconisent aussi d’adapter les forêts au risque incendie par différentes voies : choix d’espèces adaptées au feu et à la sécheresse, modes de gestion limitant les dépérissements et les maladies en préférant, par exemple, les forêts mélangées à pin et chênes aux pinèdes pures[42].

Lutte contre l’incendie

Article détaillé : lutte contre l'incendie.
L'imagerie satellitaire permet de mieux suivre les incendies (ici aux États-Unis) et lutter contre eux.
Des scientifiques ont équipé un site de capteurs pour y étudier le feu afin d'en comprendre les processus pour mieux les maîtriser.

La lutte contre les feux de forêt fait appel à trois types d'intervenants[43] :

N.B. Le déclenchement volontaire de feux pour brûler la végétation — combustible en puissance — sur la trajectoire d'un incendie en train d'avancer est une pratique assez courante dans les régions où l'eau est rare.

Il est impossible d'éteindre un feu de forêt avec les moyens hydrauliques. La technique habituellement utilisée consiste à attaquer les fronts gauche et droit pour resserrer la tête et canaliser la propagation. L'attaque des fronts utilise soit des équipes au sol, soit des avions ou hélicoptères bombardiers d'eau. L'utilisation de bombardiers d'eau ne peut se faire que dans des zones sans personnel, le largage d'une dizaine de tonnes d'eau pouvant causer de graves blessures. Il y a donc une coordination radio indispensable entre les équipes au sol et les équipes aériennes. Lorsqu'une équipe au sol entend un moteur, elle lève la lance afin de signaler sa présence aux moyens aériens avec le jet d'eau et éviter les accidents.

L'eau peut être larguée seule ou avec des additifs. On peut notamment effectuer un largage d'eau additionnée de « retardant » sur la végétation voisine du feu pour éviter l'extension du sinistre (retardant dit « à long terme »). Il s'agit de polyphosphate d'ammonium additionné d'oxyde de fer qui lui donne une couleur rouge, il inhibe les réactions d'oxydation : la combustion dégage moins d'énergie, donc elle se propage moins vite. On utilise également fréquemment un tensioactif ou « agent mouillant » : en diminuant la tension superficielle de l'eau, celle-ci peut passer la couche grasse qui recouvre la végétation (le tensioactif agit à l'instar d'un savon), et par ailleurs, l'eau forme une pellicule plus fine, mais plus étendue, sur la végétation.

Par ailleurs, on procède à la protection des populations en les évacuant, et à la protection des habitations, qui consiste à

  • rentrer les véhicules dans le garage, ou le mettre contre la façade opposée au sens du vent ;
  • fermer les volets et les fenêtres ;
  • arroser les habitations pour éviter l'échauffement par radiation ;
  • établir un « front d'eau » face au feu pour que celui-ci contourne l'habitation.

Cette manœuvre porte le nom de « défense des points sensibles » (DPS). La défense d'une habitation unique nécessite typiquement quatre véhicules, les habitations isolées dans la forêt posent donc de gros problèmes. Certaines entreprises proposent des arroseurs fixes à poser sur les maisons, de type gicleur.

Certains pays, comme les États-Unis, pratiquent des contre-feux : en brûlant une partie de la végétation de manière contrôlée, on prive le feu de carburant lorsqu'il atteint la zone. Cependant, outre le fait que le feu peut « sauter » la zone, le contre-feu peut aussi échapper au contrôle des pompiers ou forestiers et devenir un nouveau foyer.

Certains pays pratiquent également des coupes en urgence, par exemple au bulldozer, dans le même but.

Feux de forêt en France

Evolution des surfaces forestières incendiées et du nombre de feux survenus dans le sud est de la France de 1973 à 2004 (données issues de la base Prométhée)

La forêt en France métropolitaine représente 31 % du territoire avec 16 900 000 ha[44]. Depuis 1973, plus de 1,1 million d'hectares ont brûlé en France, dont près du tiers en Corse. A partir de 1992 et à la suite des grands incendies dans le sud-est de la France, une nouvelle politique et stratégie de prévention et de lutte a été mise en place, prônant notamment une attaque massive des feux naissants. Une étude menée en 2017 a montré l’efficacité de cette approche avec une réduction de 25 % des départs de feu et de 60 % des surfaces brûlées entre deux périodes de 20 ans (1975-1994 par rapport à 1995-2014), alors que les conditions favorables au départ d’incendies étaient en hausse. Ces résultats sont cependant à nuancer dans un contexte de météorologie avec des épisodes chauds et secs qui engendre une "nouvelle génération d’incendies", comme l’ont démontré les feux très intenses de 2003, 2016 et 2017[45]. Parmi les autres effets attendus des changements globaux (liés au climat, à l'occupation du sol, l'urbanisation...), on observe une remontée des départs de feux en altitude et dans l'arrière-pays ainsi qu'une extension de la saison à risque.

Si l'on en croit les chroniqueurs et les archives, même si les grands incendies étaient autrefois moins fréquents qu'aujourd'hui, les forêts ont toujours brûlé[6]. Bien entendu, les zones sèches y sont plus sensibles ; les exemples des massifs des Maures et de l'Esterel sont parlants :

  • en 1271, un feu de mauvaises herbes, mal surveillé, s'étend à la forêt et incendie tous les bâtiments de la Chartreuse de la Verne ;
  • au XVIe siècle, la forêt des Maures est incendiée lors des combats qui opposent les armées de Charles Quint et de François Ier ;
  • du 4 au 9 août 1854, 4 000 hectares ;
  • du 1er au 5 septembre 1877, 10 000 hectares ;
  • du 20 au 29 juillet 1918, 10 000 hectares de Saint-Raphaël à Mandelieu (et deux morts) ;
  • du 26 au 30 juillet 1921, 10 000 hectares ;
  • le 19 août 1923, huit morts ;
  • le 15 août 1927, 10 000 hectares ;
  • le 7 juillet 1943, 13 000 hectares ;
  • le 19 août 1949, l'incendie de Cestas (Gascogne), 52 000 hectares est le plus meurtrier qu'ait connu la France. Il a fait 82 victimes (des fonctionnaires des Eaux et Forêts - alors chargés de la prévention et de la lutte contre les incendies - encadrant des militaires venus prêter main-forte) ;
  • le 3 octobre 1970, un feu dévaste la forêt d'Auribeau-sur-Siagne (dans lequel meurent l'épouse et les 4 enfants de Martin Gray) ;
  • l'été 1990, 10 000 hectares détruits à Collobrières ;
  • l'été 2003, 387 départs de feu dans le département du Var, 7 d’entre eux ont détruit 18 437 hectares sur les 21 000 hectares brûlés au total Les grands feux progressaient à des vitesses de 4, voire 5 ou 6 km/h ; avec des flammes de 20 mètres de haut. Le feu pouvait sauter sur des distances de 400 à 500 mètres, voire plus[46]. Pourtant 5 000 hectares de cet écosystème, sur les communes de Les Mayons, de Gonfaron, Le Cannet-des-Maures, de La Garde-Freinet, de Vidauban avaient été classées Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (avec la Tortue d'Hermann qui y a son fief) ;
  • en avril 2004, 600 hectares dans le département du Var à proximité de Brignoles ;
  • fin août 2010, à l'est du Pic Saint-Loup (Hérault) entre Saint-Mathieu-de-Trèviers et Castries, des centaines d'hectares ont mobilisé les moyens de 3 départements. Le feu est probablement d'origine criminelle mais l'enquête a conclu à un classement sans suite.
À l'est du Pic-Saint-Loup, entre Saint-Mathieu-de-Tréviers et Castries (Hérault) : restes d'une forêt de Pins d'Alep (Pinus halepensis).

La liste complète des incendies qui ont marqué ces massifs serait trop longue. De nombreux sapeurs-pompiers ont donné leur vie en luttant contre ces feux.

Coordonnées DFCI dans le Massif de l'Esterel.

On utilise le terme Défense de la forêt contre les incendies (DFCI) ; on parle de « coordonnées DFCI[47] » pour localiser les massifs forestiers, de « chemins DFCI » pour l'accès à ces massifs…

Camion-citerne feux de forêts IVECO 2 000 litres (moyen) des Auxiliaires de Prévention de la Forêt Méditerranéenne, Office national des forêts du Var, 2011.

Outre les sapeurs-pompiers, l’État emploie des ouvriers forestiers spécialisés dans la DFCI (ouvriers forestiers rapatriés d’Afrique du Nord et auxiliaires de protection de la forêt méditerranéenne) encadrés par des sous-officiers de l’Office national des forêts (ONF), avec des véhicules porteurs d’eau jaunes jonquille, des véhicules d’encadrement et de verbalisation, des tours de guet en points hauts et des équipes spécialisées. Différentes prestations sont fournies par les fonctionnaires de l’ONF selon les départements à la demande des services forestiers de l’État des directions départementales de l’agriculture et de la forêt (DDAF) : Cellule forestière d’appui sur grand incendie (cartographie informatique en direct des feux et aide à la prévision), Équipes de guidage des moyens et de reconnaissance, Équipe Pluridisciplinaire d'Investigation sur l’Origine des Incendies de Forêts (équipe d’enquête mixte forestiers - gendarmes), équipe de feux tactiques, etc.. Les collectivités territoriales emploient aussi des agents territoriaux appelés forestiers-sapeurs (véhicules jaunes jonquille) formés par l’ONF à l'origine, mais repris par les départements à la suite du désengagement de l’État, ainsi que des bénévoles regroupés dans des Comités communaux de feux de forêt (CCFF, véhicules orange)[48].

Les véhicules terrestres spécifiques à la lutte contre les feux de forêt sont :

Les sapeurs-pompiers disposent d'un « lot de repli » qui leur permet de se protéger un minimum s'ils sont piégés hors du véhicule. Il se compose d'une cagoule avec une cartouche filtrante (type masque à gaz) — les feux de forêt s'attaquent sans appareil respiratoire isolant — et d'un « poncho » métallisé qui permet de se protéger de la chaleur rayonnée.

En période estivale, les unités de sapeurs-pompiers des départements à risques (départements boisés du Sud de la France) ou des marins pompiers de Marseille, sont renforcés par des pompiers d'autres départements, des militaires des Unité d'instruction et d'intervention de la sécurité civile ou des marins pompiers réservistes.

  • Les groupes d'intervention de feu de forêt (GIFF) : il s'agit de colonnes de véhicules. Outre des CCF, les GIFF comprennent des véhicules pour assurer la logistique — en général deux ou trois véhicules toute-utilité (VTU) : matériel de rechange, mécanique, nourriture et boisson — et dans l'idéal un VSAV armé d'un infirmier pompier, éventuellement un véhicule radio-médicalisé (VRM) avec un médecin sapeur-pompier (MP), et un poste de commandement mobile (PCM).

Tous les avions de lutte contre le feu du midi de la France sont placés sous l'autorité du COZ (Centre opérationnel de zone), installé à Valabre dans les Bouches-du-Rhône depuis sa création en 1979. Ce centre prévient, évalue les risques, met en œuvre et coordonne les forces aériennes et terrestres. Il se met à la disposition du préfet de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Répartition des causes connues de feu de forêt en France entre 1996 et 2006 (données de la base Prométhée)[24] :

  • 39 % : malveillance (chasse, pyromanie, pastoralisme, conflit d'occupation du sol) ;
  • 23 % : loisirs (feux d'artifice, barbecues, réchaud, mégots de promeneur ou jetés d'un véhicule) ;
  • 21 % : travaux forestiers ou agricoles ;
  • 9 % : cause accidentelle (dépôt d'ordures, lignes électriques, incendie de véhicules...) ;
  • 8 % : origine naturelle (foudre).

Feux de forêt au Québec

Au Canada, chaque province est responsable de la protection des forêts. Au Québec, c'est la SOPFEU qui est chargé de prévention, de la détection et de l'extinction des feux de forêt. L'organisation est similaire à celle de la France.

Feux de forêt en Indonésie

Les incendies de végétation sont un grave problème en Indonésie, et ce depuis le début des années 1980, durant lesquelles environ 3,6 millions d’hectares de forêts, dans la province de Kalimantan oriental, ont été ravagés par le feu. Cet épisode était alors sans précédent.

Par la suite, d’autres incendies se sont produits. L’un des feux les plus importants fut celui de 1997, s’étalant jusqu’en 1998, et touchant au total une surface de plus de 400 000 hectares [49]. Cet incendie fut causé par la sécheresse sévissant à cette période en Asie du Sud-Est, elle-même provoquée par une oscillation d’un courant de l’océan Pacifique dénommée « El Niño ». Cette anomalie climatique forme une énorme masse d’air chaude produisant des dérèglements à grande échelle, et dans ce cas-ci, des extrêmes sécheresses [50].

Les conséquences engendrées par ce feu datant de la fin des années 1990 furent les plus importantes. En effet, « alors que l’impact des incendies de végétation de 1982-1983, 1987, 1991 et 1994 s’était limité à l’échelon local, ceux de 1997 ont affecté une région très vaste » (FAO, 2001, p. 295). En effet, les effets de la pollution due aux fumées s'étendirent aux pays voisins[51]. Cette pollution occasionnée par la fumée et la brume sèche a causé, elle-même, d’importants dommages dans différents secteurs humains et environnementaux tels que la santé, l’agriculture, la biodiversité et le réchauffement climatique[52].

En particulier, plus de vingt millions de personnes vivant dans l’Asie du Sud-Est ont souffert d’affections respiratoires, d’asthme et d’irritations des yeux. Ce sont les provinces de Sumatra du Sud et de Kalimantan central qui ont été les plus gravement touchées, notamment par les feux de tourbe des marais ainsi que par les feux de houille, qui ont libéré de l’oxyde de soufre et de l’oxyde nitreux, affectant sérieusement la santé humaine [52].

De plus, les incendies de forêt d’Indonésie ont détruit plus de 90 000 hectares dans pas moins de dix-neuf zones de conservation, notamment des réserves appartenant au patrimoine mondial. Ils ont également affecté une grande diversité d’animaux sauvages, d’espèces végétales et d’écosystèmes forestiers uniques, protégés par la législation nationale, voire internationale.

La fumée dégagée par les feux de forêt a, quant à elle, réduit de façon notable l’activité photosynthétique. Plus d’un milliard de tonnes de dioxyde de carbone ont été relâchés dans l’atmosphère à cause des incendies. Dès lors, ce phénomène néfaste contribue au réchauffement de la planète[53].

L’une des pires conséquences écologiques du feu est la forte probabilité que surviennent de nouveaux incendies dans les années suivantes, à mesure que les arbres morts tombent, causant alors des trouées dans la forêt à travers lesquelles la lumière du soleil peut s’infiltrer et dès lors, dessécher la végétation, et où les combustibles s’accumulent. En effet, « les feux répétés sont destructifs car ils représentent un facteur clé dans l’appauvrissement de la diversité biologique des écosystèmes de forêt ombrophile »[54]. Néanmoins, la « suppression » des incendies, qu’ils soient naturels ou d’origine humaine, n’est pas une solution envisageable à long terme car cela pourrait provoquer des conséquences encore plus néfastes, notamment par l’accumulation de combustibles qui, lorsqu’ils s’enflammeront inévitablement, causeront des incendies d’une grande intensité[51].

En conclusion, il y a une importance à diminuer la fragilité croissante des écosystèmes et des populations humaines vis-à-vis des incendies incontrôlés, ainsi que l’usage inadéquat et abusif du feu pour modifier le couvert végétal. Afin de formuler des politiques éclairées, il faudrait définir les soucis posés par les incendies au sein des régions, les synthétiser au niveau mondial, et comprendre le rôle que les impacts des incendies jouent dans les processus de changement mondiaux [51].

Feux de forêt en Espagne

L’été 2003, caractérisé par des températures caniculaires, a été la proie d’incendies de forêt extrêmement ravageurs. Cette année-là, l’Espagne était le deuxième pays le plus touché du Sud-ouest de l’Europe. Néanmoins, la situation n’était pas exceptionnelle. En effet, entre 1993 et 1994, le bilan était encore plus dramatique[55]. Les incendies d'octobre 2017 sur la péninsule ibérique ont touché une grande partie des régions espagnoles de Galice, d'Asturies et de Castille-et-León, et la quasi-totalité du nord et du centre du Portugal. Entre le vendredi 13 octobre et le dimanche 18, 156 incendies affectèrent l'Espagne et 523 au Portugal.

Dans la région méditerranéenne, 92 à 98 %[56] des feux de forêt sont d’origine anthropique, par négligence ou malveillance. Ce dernier est le plus dangereux et porte en lui des enjeux économiques et des conflits pour le contrôle de l’espace. Les autres origines sont climatiques et biologiques[57]. Les aléas météorologiques (coup de chaleur, vent violent…) peuvent entraîner la propagation du feu[55]. Selon les projections effectuées par le GIEC concernant l’impact du réchauffement climatique sur les feux de forêt, l’Espagne, et au delà dans les pays du pourtour méditerranéen, doit s’attendre à une augmentation de fréquence et de gravité des incendies[57]. De plus, les feux de forêt contribuent eux-mêmes à accentuer le réchauffement car ils augmentent la concentration en dioxyde de carbone dans l’atmosphère[58].

La forêt méditerranéenne est dotée d’une végétation vigoureuse, caractérisée par des essences pyroclimaciques [59] (dépendant de la présence du feu durant son cycle de reproduction), adaptée aux incendies récurrents[55]. Les incendies répétitifs ont détruit et éliminé les individus les plus faibles. Les espèces méditerranéennes sont donc caractérisées par une stabilité et une adaptabilité à ce type de perturbations[60].

Les feux de forêt causent des dégâts importants au niveau environnemental et social. Au premier niveau, les principaux impacts sont la destruction de la faune et de la flore,la combustion de la biomasse, la détérioration des sols, le réchauffement de l’eau et l’accroissement de la sédimentation[61]. Cependant, des études ont permis de découvrir le faible impact des incendies sur les sols et la végétation. L’impact sur le sol varie en fonction du régime des incendies et la végétation n’est modifiée que durant un court moment, sous réserve que  les feux interviennent à des intervalles de temps d’environ 25 ans, et en dehors d’un climat de sécheresse sévère[3]. Après cette perturbation, les écosystèmes reprennent presque leur aspect d'antan[60].

Au second niveau, les incendies de forêt apparaissent comme une menace à la santé publique. En effet, la fumée produite peut exposer des populations à de nocives concentrations de polluants (monoxyde de carbone, formaldéhyde, acroléine) ce qui peut provoquer des problèmes de santé pouvant affecter les yeux et les voies respiratoires. De plus, des maux de tête, des vertiges et des nausées peuvent se manifester. À long terme, celle-ci peut entraîner une altération des fonctions respiratoires et une augmentation du risque de cancer[62]. Soulignons que les forêts servent de plus en plus de cadre naturel à des résidences, des lieux de loisir et de détente. En présence d’un incendie de forêt, ces infrastructures peuvent être prisonnières des flammes et menacer des vies[63],[64].

Les incendies provoquent des perturbations majeures[64]. La réduction des sinistres est donc primordiale. Il s’agit dès lors de prévenir les mises à feu en reconnaissant les causes qu’elles soient accidentelles ou fortuites et de rendre les forêts moins sensibles à l’incendie[63].

Feux de forêt en Australie

Article connexe : Feux de brousse en Australie.
Sapeurs forestiers du Département de l'Environnement et de la Conservation d'Australie-Occidentale procédant au noyage de la lisière d'une ligne de confinement ouverte par un engin de génie forestier pour empêcher toute saute du côté non-brûlé. Topanup Block, Tone State Forest, mars 2015.

Entre 2000 et 2012, l'Australie a eu à faire face non seulement à de petits incendies de forêt quasi quotidiens mais également à des méga-feux tels que les « Victorian Alpine Fires » et les « Capital Territory Fires » en 2003, le « Wangary Fire » en 2005 ou encore les « Victorian Great Divide Fires » de 2007. Cependant, les plus marquants et les plus lourds de conséquences restent sans doute les « Black Saturday Fires » qui, durant le caniculaire été de 2009, détruisaient 430 000 hectares de forêts du sud-est australien, rejetaient 8,5 millions de tonnes de dioxyde de carbone et faisaient 173 morts, le plus accablant tribut civil jamais porté par la population australienne[65].

Ainsi les feux de forêt, fréquents sur le continent, sont un phénomène à double facette ; Ils constituent d'une part un fait inhérent au territoire, issus de causes naturelles telles que la foudre ou la sécheresse[66] et d'autre part, déjà utilisés par les aborigènes il y a 40 000 ans comme outil de gestion des terres[67], ils semblent dans la plupart des cas actuellement être provoqués, intentionnellement ou non, par l'homme et son activité[68].

Parallèlement à cela, il faut également prendre en compte le climat extrêmement aride dans certaines régions du pays qui favorise de façon significative ces incendies. En effet, le facteur prédominant dans l'éclosion de foyers est la combinaison persistante d'une extrême sécheresse, une humidité inférieure à 10 % et de forts vents du nord-ouest ; tous trois sont monnaie courante en Australie. Mais heureusement, la plupart de ces foyers sont rapidement maitrisés et seul un faible pourcentage se transforme en méga-incendie d'ampleur nationale qui en s'associant avec d'autres provoque plus de 90 % des dégâts. Ces méga-incendies sont quasi incontrôlables et la seule chance qu'ont les pompiers de les maitriser est l'espoir d'un manque de combustible ou un changement favorable du temps. Ceux-ci prennent d'ailleurs une telle importance que le terme « saison des feux » est communément utilisé sur le continent[69]. Cette saison des feux s'étend de juillet à octobre au nord et de janvier à mars au sud. On définit également les méga-feux par leurs impacts sociaux, économiques et environnementaux.

Les impacts environnementaux sont souvent les plus nombreux et les plus étendus. En effet, lors de ces méga-feux, ce sont des centaines d'hectares de parcs nationaux ou de plantations dirigées qui s'envolent en fumée en quelques heures seulement, modifiant considérablement la structure interne de la forêt. De fait, que ce soit à un niveau local ou régional, leur passage altère un grand nombre de cycles naturels tels que celui de la vie ou de l'eau et entraine donc un appauvrissement certain de la biodiversité animale et végétale. Ainsi, la faune forestière peut non seulement y perdre la vie mais également son habitat, son territoire et se retrouver après l'incendie sans repères dans des terres ou la majeure partie de sa nourriture a disparu. En ce qui concerne la flore, non content des pertes directes et de l'invasion par des espèces parasites, le monde végétal subit, par l'intermédiaire de la disparition des pollinisateurs ainsi que celle des invertébrés et d'une diminution de la photosynthèse due à la fumée, un ralentissement de sa régénération. Mais la pire des conséquences est la réaction en chaîne qui s'installe lorsque les arbres détruits par le feu s'effondrent. En effet, cette chute ouvre certaines parties de la forêt aux rayons brûlants du soleil qui assèchent la végétation et provoquent une accumulation trop importante de combustibles ce qui, par la suite, sous les conditions climatiques citées plus haut, provoque un fort risque d'incendie.De plus, l'énorme quantité de dioxyde de carbone dégagée lors de la combustion participe encore un peu plus au réchauffement climatique [70]. Cependant tout n'est pas tout noir. En effet, depuis le brûlage millénaire des aborigènes, une partie du bio-système s'est adaptée au régime spécifique des feux, telle des coléoptères d'Australie qui y survivent très bien, ou l'acacia qui est devenu dépendant de la chaleur fournie pour faire germer sa graine[67].

D'autre part, ce n'est que lorsqu'il devient trop important et s'étend à la lisière de la forêt sur les habitations périphériques, que le feu devient dangereux pour l'homme. À ce moment-là s'entremêlent les conséquences sur la santé humaine et celles sur son économie. Les feux sont évidemment meurtriers parfois mais dans la plupart des cas ils ont plutôt sur l'homme des conséquences d'une part psychologiques, parfois à long terme, issues du traumatisme de l'incident, et d'autre part, matérielles. De fait, les grands feux s'accompagnent souvent de pertes du lieu de vie aussi bien la maison que les lieux de repère communautaires, de terrains agricoles et avec eux la production et le bétail. Tout cela a des impacts sur l'économie globale du pays, le gouvernement et les assurances devant débourser des millions de dollars afin d'aider les sinistrés. De plus, l'industrie du bois étant fort développée dans le pays, les pertes économiques n'en sont que plus grandes. En effet, contrairement aux forêts primaires qui sont assez bien adaptées au feu, le bois exotique de culture nouvellement introduit pour l'exportation, n'y résiste pas et subit de ce fait des dommages permanents[70].

Ces impacts primaires ont pour conséquences de faire réagir l'homme. C'est ainsi que l'Australie a mis en place des programmes de gestion des feux en quatre phases ; Aménagement des terres par brûlage dirigé et installation de coupe-feux ; Gestion des bâtiments par l'adaptation des stratégies urbaines ; Sensibilisation de la communauté par l'édition de brochures informatives et Avertissement de danger du feu par la création d'un système d'évaluation du danger et des risques[66]. Cependant, lorsque le foyer n'a pas pu être maitrisé à temps et puisque le feu s'étend rapidement sur un grand territoire qui, la plupart du temps, dépasse les frontières des différents États, l'intervention de nombreux spécialistes allant du pompier au juriste nécessite coordination et organisation inter-services[66]. Pour cela, le gouvernement a mis en place des bureaux d'étude et d'archivage de ces méga-feux afin d'en tirer le plus de leçons possible et améliorer les méthodes d'intervention[71]. Cependant, on n'observe pas seulement une démarche nationale mais également internationale par le biais d'organismes tels que la FAO, le PNUE, l'OMS ou encore l'OMM[72].

Et bien que l'Australie ait un des climats les plus propices à l'émergence des feux de forêt, la proportion de feux réellement dangereux par rapport à ceux qui démarrent reste raisonnable du fait de l'implication sérieuse du gouvernement dans la problématique.

L’incendie de sous-sol (tourbe ou charbon)

Il arrive qu'un feu de forêt puisse enflammer le sous-sol composé de tourbe ou de charbon. L'incendie souterrain peut alors couver plusieurs semaines voire plus d’un an et jusqu’à cinq mètres de profondeur dans les régions tropicales ; certains feux ont ainsi pu couver durant la saison des pluies en Indonésie[73].

Des produits chimiques (système Coalex : coal extinguishment, pour « extinction des feux de houille ou de charbon ») existent, réputés améliorer de 5 à 7 fois les performances de l’eau. Le sol peut être dynamité, et la tourbe ainsi mise à jour enterrée sous du sable mouillé, si possible, en pleine saison des pluies[74]. Un terril boisé contenant du charbon peut aussi entrer en combustion interne et tuer les arbres qui ont poussé dessus, en général sans produire de flammes.

Masca, île de Tenerife, îles Canaries. Les palmiers dattiers, agaves et cactus ont résisté aux incendies de juillet-août 2007. Ils font l’objet depuis lors d’une vaste opération de nettoyage et de reconstitution du paysage.

Québec et régions riches en conifères

Les feux de sous-sol au Québec sont assez fréquents. Ce sont principalement des feux de racines, les conifères et surtout le cèdre ayant des racines très combustibles tout près de la surface, entourées d'humus inflammable lorsque sec. C'est pourquoi il y est recommandé de ne pas creuser de fosse pour installer un feu de camp, le creusage exposant les racines et causant ainsi souvent des feux de sous-sol. Les feux de camp les plus sécuritaires ont une couche de sable et de roches entre le sol et le rond de feu, ou sont construits sur une fosse beaucoup plus large que le feu et bien remplie de roches et sable. Les feux de racine sont aussi presque toujours présents au Québec après qu'un feu de forêt ait été éteint en surface. On peut parfois les déceler par l'odeur de fumée ou par la chaleur du sol au toucher.

Sylviculture, reboisement, écologie

Les feux de forêt font partie d'une dynamique naturelle dans les forêts méditerranéenes : de nombreuses plantes s'y sont adaptées, certaines ont même besoin du feu pour vivre. Ces feux causent cependant des dommages économiques et écologiques importants et présentent un danger pour l'être humain. Leur trop grande répétition appauvrit les sols et modifie de façon irréversible l'état biologique caractéristique de ces forêts[3].

Auparavant, les feux d'origine anthropique étaient moins fréquents. Les habitats de la faune et de la flore n'étaient pas fractionnés par l'implantation humaine et participaient à la recolonisation des espaces adjacents touchés par le feu. Cette régénération naturelle est freinée et appauvrie par le fractionnement des habitats. La recolonisation par les espèces est alors partielle : la biodiversité des zones diminue avec le risque d'extinction de certaines espèces comme la tortue d'Hermann.

Ce fractionnement des habitats prend plusieurs formes (autoroutes, nouvelles habitations…), mais les causes en sont presque toujours les mêmes, l'étalement urbain (autour de Toulon par exemple) : le développement des résidences secondaires et du tourisme nécessite infrastructures et terrains, donc il y a artificialisation des terres, fractionnement de l'habitat et multiplication des zones sensibles aux feux[75].

Les causes des incendies sont diverses, elles vont des systèmes de freinage des trains au mégots jetés négligemment de la fenêtre d'une voiture en passant par les barbecues sauvages et surtout les incendiaires.

Mais une autre cause semble se dessiner : ce sont les modifications climatiques qui entraînent une baisse des précipitations sur ces forêts et donc une augmentation des incendies.

Essences impliquées dans les incendies

Elles varient selon les pays, les saisons, le sol et le pourcentage de ligneux hauts.

Certaines essences brûlant facilement et diffusant les feux sont dites pyrophiles. Ce sont souvent des essences à croissance rapide telles que le pin sylvestre et l’eucalyptus, mais aussi la bruyère, ou le ciste de Montpellier en zone tempérée et/ou méditerranéenne. Ils ont une faible capacité à capter l’eau profonde, et des caractéristiques physiologiques (résine, essences inflammables).

Il existe inversement des essences résistant mieux aux incendies, dites pyrorésistantes. Ce sont par exemple la bruyère arborescente, le pin d'Alep, le chêne vert, le châtaignier ou le chêne-liège.

La responsabilité comparée des feuillus et résineux est discutée, car si en laboratoire, les bois résineux semblent moins propager le feu que le chêne par exemple, ceci ne semble pas toujours se vérifier dans la nature. Divers facteurs externes à l'arbre et à l'essence sont à considérer ;

En zone méditerranéenne, l'olivier qui brûle mal est réputé faire un bon coupe-feu et freiner les incendies. Les coupures agricoles, dont vignes, vergers, prairies et cultures sont réputés pouvoir bloquer ou freiner les feux de forêt, mais leurs impacts différés dans l'espace et à long terme via le drainage et de l'appel d'eau pour leur irrigation sont encore mal mesurés. Il semble que le bocage brûlait et brûle rarement, même quand il s'agit d'arbres plantés sur talus, peut-être parce qu'il favorise une meilleure rétention de l'eau sur la parcelle lors des pluies.

La généralisation de monocultures équiennes (d'une même classe d'âge) d'Eucalyptus ou de résineux semble avoir favorisé les feux de forêt, surtout sur des sols pauvres et en pente, sur des substrats drainants (sable) et/ou préalablement drainés (exemple : Landes en France).

Une biodiversité naturellement élevée semble améliorer la capacité des sols et de l'écosystème forestier à utiliser l'eau et à l'exploiter à différentes profondeur, y compris sous forme de rosée ou condensats de brume, comme à l'ouest du Pérou où il ne pleut parfois jamais durant l'année, mais où la brume présente presque chaque matin ruisselle sur les troncs, au point que les premiers explorateurs espagnols ont nommé certains arbres « arbres à pluie ». Dans les zones où la brume est fréquente, bien des essences (et leurs épiphytes) captent efficacement «  la pluie horizontale » ; ou plus exactement, elles condensent sur leurs feuilles, branches et troncs la vapeur d’eau apportée de la mer, ou par les brumes. Jusqu’à 1 000 mm/an dans la forêt pluvieuse de lauriers du parc de Garajonay de l'île de La Gomera aux îles Canaries). Cette eau qui ruisselle le long des troncs ne crée pas d’érosion au sol, et elle favorise la création d’un humus riche et capable de la stocker.

Sur la ceinture équatoriale, zone qui reçoit le plus de rayonnement solaire, de Bornéo à l'Amazonie, il semble que les milliards de spores et certaines molécules émises par les arbres tropicaux et leurs épiphytes (mousses, fougères, lichens notamment…) contribuent aussi à nucléer, condenser et alourdir les gouttes d’eau qui forment alors des gouttes de rosée, pluie ou ruissellement de condensation, permettant de récupérer une part importante de l’eau évapotranspirée par les arbres.

Les forêts tempérées biodiversifiées non exploitées produisent également un humus plus riche et épais que celui des forêts cultivées, plus riche en mycéliums et en une microfaune plus diversifiée. Les essences s'y complètent les unes les autres pour une prospection améliorée de l'eau dans tous les compartiments de l'écosystème et à tous les niveaux du sous sol accessible aux racines, grâce notamment à leurs champignons symbiotes et mycorhisateurs. La biodiversité semble aussi permettre une meilleure résilience écologique, limitant le risque de retour rapide d'incendie. Des animaux défoliateurs (chenilles défoliatrices, criquet pèlerinetc. voire des insectes affaiblissant puis tuant les arbres affaiblis par le stress hydrique (ex. : scolyte) pourraient aussi en période de longue ou grave sécheresse jouer un rôle en freinant ou bloquant l'évapotranspiration des arbres, et donc en protégeant la ressource en eau du sol.

La diversité des essences forestières diminue naturellement et drastiquement dans les milieux extrêmes (circumpolaires, forêts d'altitudes et subsahariennes, c'est alors la diversité génétique au sein des populations d'arbres qui pourrait alors avoir une certaine importance, de même que leurs interactions avec d'autres espèces influant sur le contrôle de l'eau.)

Lorsque le milieu est sec et qu'un incendie est lancé, il ne semble pas y avoir d'essences ou de variétés génétiquement plus adaptées qui puisse atténuer la puissance du feu. Ce sont alors la nature et la structure (horizontale et verticale) de la forêt et de ses lisières, et la nature des coupures qu'il faut considérer pour leur rôle majeur. Certaines coupures ont un rôle véritable de coupe-feu, mais peuvent paradoxalement si elles sont mal conçues ou mal positionnées avoir un impact déshydratant ou dans certains cas attiser les flammes par un effet de conduction du vent.

Régénération de la forêt

Pour restaurer la biodiversité dans les forêts incendiées, des essais de plantation et de semis sous le couvert de pins et d’arbustes sont mis en œuvre dans la forêt de Saint-Mitre-les-Remparts (13). Entre 2007 et 2009, 1600 plants de feuillus (frênes, caroubiers, arbousiers, sorbiers et pistachiers) ont été introduits et 4000 glands (chênes verts et blancs) semés. Les résultats acquis par les chercheurs d’Irstea sont encourageants[76].

En zone tropicale humide et en zone tempérée, face à des feux naturels et peu fréquents la forêt dispose de capacités de résilience écologique suffisante pour reconstituer un couvert végétal protégeant le sol en quelques semaines à quelques mois et l'ambiance forestière est généralement rétablie en une quinzaine d'années. Il faut cependant quelques décennies à plusieurs siècle si l'incendie était très important ou si les feux se succèdent trop vite. La forêt peut même disparaître en cédant la place à une savane ou au désert.

En zone méditerranéenne, les incendies ont par endroit supprimé la forêt, alors remplacée par des arbustes, le maquis voire par des herbacées. Il faudrait des siècles pour que la forêt et sa diversité se reconstituent entièrement naturellement. Actuellement, seuls le pin d'Alep et le chêne-liège repoussent sur les terrains incendiés. Cependant l'action conjuguée des feux et des sécheresses pourraient nuire aux peuplements de ces deux espèces emblématiques[77],[78]. Des études scientifiques[79] et des essais expérimentaux, notamment à Saint-Mitre-les-Remparts (13), sont menés afin de déterminer les conditions d'intégration de plants de feuillus pour régénérer de la biodiversité et rendre la forêt méditerranéenne plus résiliente[80].

La diversité biologique antérieure et périphérique semble être un élément important de cette résilience. Par exemple, les coléoptères saproxylophages et en particulier le longicorne noir au Canada contribuent à la régénération des forêts résineuses qui ont brûlé, grâce à ses déjections qui réapprovisionnent le sol en nutriments utiles à l'activité microbienne et fongique, lesquelles dopent la régénération naturelle. Supprimer le bois-mort des forêts en pensant que cela limite les incendies pourrait donc ne pas être une bonne solution. Tyler Cobb (Université d'Alberta recommande même d'en laisser volontairement dans les forêts pour nourrir les invertébrés qui entretiennent les sols forestiers en les rendant capables de mieux conserver l'eau, et les rendent plus résilients face aux incendies.

Quelques types d'habitats dépendent d'incendies pour se maintenir et conserver leur biodiversité : c'est le cas notamment des forêts de pin des marais du Sud-Est des États-Unis, qui ne se régénèrent pleinement qu'en présence de feux de forêt assez réguliers, sans lesquels des feuillus peu résistants aux incendies mais très bons compétiteurs prennent le dessus. Des feux de forêt réguliers et contrôlés y sont allumés, dans des conditions particulières de température, vent et humidité, afin de pouvoir les maîtriser et de ne pas indisposer ou mettre en danger les habitations alentour.

Prospective

Modélisation du risque d'exposition aux fumées de feux de forêt dans l'Ouest des États-Unis. Evolution prévue des temps d'exposition moyens en nombre de jour par an, et de la durée moyenne de la "saison des feux") entre le début et le milieu du XXIe siècle. Les moyens de combatre les feux s'améliorent mais le risque (et sans doute les coûts de lutte contre le feu) augmenteront très probablement, ainsi que les problèmes de santé et de pollution induits par les fumées durant le XXIe siècle

L'ONU et la FAO estiment que le risque d'incendie ira croissant, dans un contexte de réchauffement climatique aggravé par le drainage et l'artificialisation des forêts et tourbières. La FAO invite en particulier les États à développer de nouvelles stratégies de gestion pour prévenir et lutter contre les « méga-incendies de forêt. "Parmi tous les feux de forêt, les méga-incendies sont les plus coûteux, les plus destructifs, et les plus préjudiciables" » et ils « remettent en question l'efficacité des stratégies conventionnelles de protection de la forêt » [81] L'incendie australien du « Samedi noir » a en 2009 tué 173 personnes et rasé plusieurs villes. En Russie en 2010 32 000 foyers d'incendies ont été détectés et le feu a tué 62 personnes et détruit 2,3 millions d'hectares[82]. En zone tropicale les méga-feux proviennent souvent du défrichage de terres à des fins agricoles, or en 2011, les perspectives démographiques de nombreux pays tropicaux pour 2030, 2050 et 2100 ont été revues à la hausse par l'ONU. Ces « méga-feux, pour la plupart imputables à l'homme, seraient exacerbés par le changement climatique, mais nous soupçonnons désormais qu'ils puissent constituer aussi un cercle vicieux qui accélère le réchauffement de la planète ». Plus largement, l'ONU invite tous les pays à mieux se préparer à toutes les catastrophes naturelles[82].

Des forêts brûlent alors qu'elles sont ou étaient des puits de carbone et protégeaient aussi contre d'autres catastrophes (érosion, coulées de boues...)[83]. Ces feux contribuent à entretenir le réchauffement qui lui-même aggrave le risque "Incendie de forêt".

Prévention et recommandations concernant les feux de forêt

Il est généralement préconisé de :

  • respecter la réglementation sur le feu en forêt. En France par exemple, en été, dans les zones soumises à des réglementations spécifiques, l'usage du feu en zone forestière et à moins de 200 mètres d'une zone de forêt est interdit : feux de camps et écobuages sont prohibés. De même, il est interdit de fumer en forêt lors des périodes de sécheresse ;
  • se renseigner (à la mairie) sur les périodes autorisées ;
  • ne pas bloquer ni emprunter les pistes réservées aux services de secours. Il est souvent interdit de pratiquer des activités de type moto cross, quad et engins motorisés dans des zones forestières non appropriées ; les dégradations des sols peuvent en effet limiter les capacités d'intervention des véhicules de secours et de DFCI. De surcroît, ces activités sont nuisibles à l'environnement.

Notes et références

  1. Daniau A.L (2008) Variabilité des incendies en Europe de l'Ouest au cours du dernier cycle climatique: relations avec le climat et les populations paléolithiques. Étude des microcharbons préservés dans les carottes marines (Doctoral dissertation, Universite Bordeaux1; Université Sciences et Technologies-Bordeaux I).
  2. a et b M. Long et al., GUIDE TECHNIQUE : Amélioration de la connaissance des causes de départ de feu de forêt, Convention DGFAR Forest Focus n° FF 2004-06, , 116 p.
  3. a, b et c « Incendies et sécheresses répétés, une menace pour la forêt méditerranéenne », sur Irstea, (consulté le 18 juillet 2018)
  4. Henri Amouric, Le feu à l'épreuve du temps, Aix-en-Provence : Narration , 1992, 255 p.
  5. Article 32 du titre 27 de l'ordonnance de 1669.
  6. a et b Marc V. J. Nicolas, Prévention et lutte contre les feux de forêts, Étude réalisée sur le massif des Maures, Éditions France-Sélection, Paris, 1982.
  7. De nouvelles armes contre les feux de forêt, Les Échos du 23 juin 2015.
  8. (id) The Jakarta Post, .
  9. Marc V. J. Nicolas, Forest fires in Indonesia; possible ways and proposals after the experience of the 1997 dry season in South Sumatra province, International Forest Fire News no 18, Organisation des Nations unies, Genève, 1998.
  10. http://fr.rian.ru/russia/20100807/187199596.html.
  11. a, b, c et d Michel Vennetier, Pourquoi les forêts brûlent-elles?, Paris, Le Pommier (coll. Les Petites Pommes du Savoir), , 62 p. (ISBN 978-2-7465-0269-7), p. 55
  12. PCDD/F emissions from forest fire simulations, Gullett and Touati, Atmospheric Environment - Volume 37, février 2003, p. 803-813 - Résultats provisoires présentés lors du 22nd International Symposium on Halogenated Environmental Organic Pollutants and POPs, 2002.
  13. Programme porté par trois organismes de recherche – Irstea, CNRS, INRA – et trois universités des régions d’Aix-Marseille et de Lyon.
  14. (en) R. Guénon et al., « Trends in recovery of Mediterranean soil chemical properties and microbial activities after infrequent and frequent wildfires », Land Degradation & Development,‎ , p. 25 (DOI 10.1002/ldr.1109, lire en ligne)
  15. Plusieurs études ont détecté des teneurs élevées1 (20 pg/m3) de dioxines et furanes en aval de feux de forêt (Source : Forest fires as a source of PCDD and PCDF, Clement and Tashiro, 11th International Symposium on Chlorinated dioxins and related compounds, 1991).
  16. [(fr) Rapport sur les facteurs d’émission de polluants de feux simulés de forêt et de décharge (Ineris/Ademe novembre 2004, 17 p].
  17. ministère de l’Intérieur, repris par le rapport ineris/Ademe novembre 2004; Facteurs d’émission de polluants de feux simulés de forêt et de décharge.
  18. FAO, « Le problème brûlant des incendies », FAO, (consulté le 31 octobre 2011).
  19. Jones, J.A.(Oregon State University, Corvallis.); Grant, G.E. (Apr 1996) , « Peak flow responses to clear-cutting and roads in small and large basins, western Cascades, Oregon » ;Water resources research ; (ISSN 0043-1397) ; Vol. n°.v. 32(4) p. 959-974 (résumé )
  20. Harr, R. and Harper, J. 1975. Changes in storm hydrographs after roadbuilding and clear cutting in the Oregon Coast Range . WaterResources Research, 11(3), p. 436-444.
  21. voir figure 7 adapté de Cochrane and Laurance, 2002, in William F. Laurance ; Review ; Theory meets reality: How habitat fragmentation research has transcended island biogeographic theory ; Biological Conservation ; Volume 141, Issue 7, July 2008, Pages 1731–1744 ([Résumé])
  22. P.Y. Colin et al., « Les sautes de feu en Europe Résultats du programme européen Saltus », Info DFCI, no 47,‎ , p. 6-8 (lire en ligne)
  23. M. Long et al., « Amélioration de la connaissance des causes d'incendie de forêt et mise en place d'une base de données géoréférencées », Forêt méditerranéenne, no 3,‎ , p. 221-230 (lire en ligne)
  24. a et b C. Piana, « Connaissance des causes de départ de feux d’après Prométhée », Info DFCI,‎ , p. 2-3 (lire en ligne)
  25. a et b Statistiques de la SOPFEU
  26. A. Ganteaume, « Les bases de données de départs de feux en France et dans l’Union européenne », Info DFCI, no 68,‎ , p. 5 (lire en ligne)
  27. T. Curt et al., « Modelling the spatial patterns of ignition causes and fire regime features in southern France: implications for fire prevention policy », International Journal of Wildland Fire, vol. 25,‎ , p. 785-796 (DOI 10.1071/WF15205, lire en ligne)
  28. (en) « Annual Fire reports », sur European commission (consulté le 9 juillet 2018)
  29. B. Koetz et al. ; « Multi-source land cover classification for forest fire management based on imaging spectrometry and LiDAR data »(Forest Ecology and Management Volume 256, Issue 3, 30 July 2008, Pages 263-271 Impacts of forest ecosystem management on greenhouse gas budgets) ; Elservier ; doi:10.1016/j.foreco.2008.04.025
  30. S. Sauvagnargues et al., « Télédétection et débroussaillement », Infos DFCI, no 68,‎ , p. 1-2 (lire en ligne)
  31. Eduardo Eiji Maeda, Antonio Roberto Formaggio, Yosio Edemir Shimabukuro, Gustavo Felipe Balué Arcoverde, Matthew C. Hansen « Predicting forest fire in the Brazilian Amazon using MODIS imagery and artificial neural networks » ; International Journal of Applied Earth Observation and Geoinformation, Volume 11, Issue 4, August 2009, Pages 265-272
  32. Modélisation du comportement et impacts du feu, 01/06/2017 par Francois Chatelon, Université de Corse
  33. Amparo Alonso-Betanzos, et al. « [An intelligent system for forest fire risk prediction and fire fighting management in Galicia] » Expert Systems with Applications, Volume 25, Issue 4, Elsevier, November 2003, Pages 545-554
  34. Hand La lutte contre les incendies emprunte la voie du numérique, consulté 08 05 2018
  35. « feuxdeforet.fr : défense des forêts et des populations contre les incendies » (consulté le 3 mai 2018)
  36. C. Lampin-Maillet et al., « Modélisation du risque incendie de forêt dans les interfaces habitats-forêts », Science Eaux & Territoires,,‎ , p. 12 p (lire en ligne)
  37. C. Lampin-Maillet et al., « WUImap: a software tool for mapping rural-urban interfaces at a large scale over a large area in Mediterranean European context », Indian journal of environmental health,‎ , p. 631-642
  38. Anne Ganteaume, Le risque incendie dans les interfaces habitat-forêt- Evaluer l'inflammabilité de la végétation ornementale, Irstea & Cardère éditeur, , 60 p. (ISBN 978-2-914053-97-6, lire en ligne)
  39. « Incendies : pourquoi les pompiers craignent cyprès, mimosas et lauriers-rose », sur Le Monde, (consulté le 11 juillet 2018)
  40. a et b Román-cuesta r. M., Gracia m., retana j. ; 2009 ; « Factors influencing the formation of unburned forest islands within the perimeter of a large forest fire » ; Revue : Forest Ecology and Management No 258 (chap 3, pages 71-80 (10 p., 5 fig., 4 tab., 83 réf)
  41. Junlin Li, Qing-Lai Dang, Titus Fondo Ambebe « [Post-fire natural regeneration of young stands on clearcut and partial-cut and uncut sites of boreal mixedwoods] Pages 256-262 » ; Forest Ecology and Management ; Vol. 258, Issue 3, 30 juin 2009, Pages 256 à 262 ; doi:10.1016/j.foreco.2009.04.012
  42. « Incendies en France : l’été 2017 risque de devenir la norme », sur The Conversation, (consulté le 19 juillet 2018)
  43. Michel Lafourcade et Marc V. J. Nicolas, Les incendies de forêts dans le Var, Journal Le Sapeur-Pompier no 846, Fédération Nationale des Sapeurs-Pompiers, Paris, 1993.
  44. Données IGN 2012-2016
  45. « Incendies de forêt en France : comment adapter la politique aux défis des changements globaux ? », sur Irstea, (consulté le 23 juillet 2018)
  46. Conseil général Var magazine, novembre 2003. p. 6-7.
  47. les coordonnées DFCI sont obtenues en faisant un quadrillage avec des carrés de deux kilomètres de côté sur une carte en coordonnées Lambert II étendu.
  48. (fr) « Missions des Comités Communaux », Comités Communaux des Bouches-du-Rhône, (consulté le 5 septembre 2008).
  49. Organisations des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (2001). Réunion de la FAO sur les politiques nationales ayant une incidence sur les incendies de forêt: Rome, 28-30 octobre 1998. Rome, FAO, p. 291-315.
  50. Bertault J-G. (1991). « Quand la forêt tropicale s’enflamme, près de trois millions d’hectares détruits à Kalimantan ». in Bois et Forêts des Tropiques, Paris, no 230, p. 5-14.
  51. a, b et c Goldammer J.G. (2003). « Coopération internationale pour la gestion des incendies de forêt ». in Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO).
  52. a et b Organisations des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (2001). Réunion de la FAO sur les politiques nationales ayant une incidence sur les incendies de forêt: Rome, 28-30 octobre 1998. Rome, FAO, p. 291-315
  53. Nasi R., Applegate G., Dennis R., Meijaard E. et Moore P. (2002), « Les incendies de forêt et la diversité biologique », in La diversité biologique dans les forêts, volume 53.
  54. Nasi, et al. 2002, p. 1.
  55. a, b et c Clement, V. (2005). « Les feux de forêt en Méditerranée : un faux procès contre Nature». L'Espace géographique, 4/2005 (Tome 34) : 289-304.
  56. Velez, 2000 ; Colin et al., 2001 ; Porrero Rodriguez, 2001.
  57. a et b Rigolot, E. (2008). « Impact du changement climatique sur les feux de forêt ». Forêt Méditerranéenne, T. XXI, no 2 : 16-176.
  58. Courty, L., Chetehouna, K., Garo, J. P., Viegas, D. X., (2010). A volatile organic compounds flammability approach for accelerating forest fire. Wit Transactions on Ecology and the Environment, Vol 137: 221-246.
  59. Velez, R. (1990). « Les incendies de forêt dans la région méditerranéenne : Panorama régional ». Unasylva, No.162.
  60. a et b Trabaud, L. (1991). « Le feu est-il un facteur de changement pour les systèmes écologiques du bassin méditerranéen ? ». Science et changements planétaires / Sécheresse, Vol 2, Numéro 3 : 173-174.
  61. Chas-Amil, M. L., Touza, J., Prestemon, J. P., (2010). Spatial distribution of human-caused forest fire in Galicia (NW Spain). Wit Transactions on Ecology and the Environment, Vol 137: 247-270.
  62. Miranda, A. I., Martins, V., Casacao, P., Amorim, J. H., Valente, J., Tavares, R., Tchepel, O., Borrego, C., Cordeiro, C. R., Ferreira, A. J. Viegas, D. X., Ribeiro, L. M., Pita, L. P., (2010). Monitoring fire-fighters’ smoke exposure and related health affects during Gestosa experimental fires. Wit Transactions on Ecology and the Environment, Vol 137: 83-96.
  63. a et b Auclair, L., (1999). « De part et d’autre de la Méditerranée, La forêt », IRD Edition : 53-62.
  64. a et b Pecout, R., (1992). « L’épreuve du feu : La forêt méditerranéenne en Languedoc ». Terrain no 19 : 115-124.
  65. Williams, J., Albright, D., Hoffmann, A., Eritsov, A., Moore, P., Mendes de Morais, J. C., Leonard, M., San Miguel-Ayanz, J., Xanthopoulos, G., et Van Lierop, P., (2011), « Findings and Implications from a coarse-scale global assessment of recent selected mega-fires », communication préparée pour la « 5th international Wildland Fire Conference » de la FAO, Sun City, Afrique du Sud, 9-13 mai 2011.
  66. a, b et c Emergency management Australia (2003) « La prévention des feux de forêt en Australie », Dossier préparé pour la Campagne Mondiale des Nations Unies (2000) sur le thème “La prévention des catastrophes, l’Éducation et la Jeunesse”.
  67. a et b Bowman, D.M.J.S. (1998), « The impact of Aboriginal landscape burning on the Australian biota », New Phytologist, Vol 140/3:385-410.
  68. FAO (2007), « Fire management - global assessment 2006 », FAO Foresty Paper, Rome, Vol 151:97-101.
  69. Cheney, N.P. (1990) « La gestion actuelle des incendies de forêt en Australie », Revue Forestière Française, Vol 42/1:368-374.
  70. a et b Nasi, R., Dennis, R., Meijaard, E., Applegate, G. et Moore, P., (2002), « Les incendies de foret et la diversité biologique », Unasylva, Rome, Vol 53 2002/2 :36-40.
  71. Attiwill, P.M. et Adams, M.A. (2012), « Mega-fires, inquiries and politics in the eucalypt forests of Victoria, south-eastern Australia », Forest Ecology and Management, article in press.
  72. Goldammer, J.G. (2003) « Coopération internationale pour la gestion des incendies de forêts » Outcomes of the International Wildland Fire Summit, Sydney, Australie, 8 octobre 2003.
  73. Marc V. J. Nicolas et M. Rod Bowen, A field-level approach to coastal peat and coal-seam fires in South Sumatra province, Indonesia, Forest Fire Prevention and Control Project, European Union and the Ministry of Forestry and Estate Crops, Jakarta, Indonesia, 1999.
  74. Manuel du Ministère de l’Environnement, des Eaux et Forêts (MINENVEF) malgache, avec l'Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA) (sur la Lutte contre les Feux de Végétation ; Compilation du Savoir-faire actuel, Série I: Les Techniques Existantes dans la Lutte contre les Feux de Végétation, 2003.
  75. http://www.actions-territoires.irstea.fr/foret/outils-cartographie-prevention-incendies-de-forets
  76. (en) J. Gavinet et al., « Introducing resprouters to enhance Mediterranean forest resilience: importance of functional traits to select species according to a gradient of pine density », Journal of Applied Ecology, 14 p.,‎ (lire en ligne)
  77. (en) F. Girard et al., « Pinus halepensis Mill. Crown developpement and fruiting declined with repeated drought in Mediterranean France », European Journal of Forest Research,‎ (lire en ligne)
  78. (en) A. Schaffhauser et al., « Recurrent fires and environment shape the vegetation in Quercus suber L. woodlands and maquis. », Comptes Rendus Biologies,‎ , p. 424–434 (lire en ligne)
  79. Tester de nouvelles pratiques pour accroître la biodiversité des anciennes zones incendiées en Région Méditerranéenne : utiliser les micro-habitats et la végétation en place, Saint-Mitre-les -Remparts, Rapport final (convention avec ministère en charge de l'écologie), , 41 p. (lire en ligne), p 20-35
  80. « Biodiversité : donner un coup de pouce à la nature | Irstea », sur www.irstea.fr (consulté le 11 juillet 2018)
  81. FAO, sur la base notamment du Rapport présenté le 10 mai 2011 à la 5e Conférence internationale sur les feux de forêt à Sun City (Afrique du Sud).
  82. a et b Brève Actu Environnement ; Incendies et climat, un cercle vicieux qui nécessite de nouvelles stratégies de gestion des forêts, 2011/05/11.
  83. Freddy Rey, Jean Ladier, Antoine Hurand, Frédéric Berger, Forêts de protection contre les aléas naturels : Diagnostics et stratégies, Éditions Quae.

Voir aussi

Filmographie

Bibliographie

  • La France face aux feux de forêt de Sébastien Hreblay (édition SHRFI), le livre français de référence avec ses 256 pages et près de 500 photos spectaculaires
  • Daniel Alexandrian, Le feu dans la nature : mythes et réalite, Prades-le-Lez, Les Écologistes de l'Euzière, (ISBN 2-906-12817-1)
  • Jacques Nougier, Carnet d'Afriques, Paris, Harmattan, coll. « Harmathèque », (ISBN 978-2-296-01569-2), « Feux de Brousse ».
  • Incendies dévastateurs : Les éléments en furie, Pour la Science no 51, 2006.
  • Conseils pratiques issus des décisions de justice en matière d'incendie des bois et forêts, 2008.
  • Revue Infos DFCI : 73 numéros parus de 1986 à 2015, téléchargeables sur le site d'Irstea
  • Michel Vennetier, Pourquoi les forêts brûlent-elles?, Paris, Editions Le Pommier, coll. "Les petites pommes du savoir", 2006 (ISBN 2-7465-0269-0)

Articles connexes

Liens externes