Festival des francophonies en Limousin

Festival des francophonies en Limousin
image illustrative de l’article Festival des francophonies en Limousin
Le zèbre.

Lieu Limousin
Direction Marie-Agnès Sevestre[1]
Le Zèbre, symbole du festival, peint sur un trottoir limougeaud.

Le festival des francophonies en Limousin est un festival de théâtre, danse, musique et autres arts sur le thème de la francophonie dans le monde, qui a lieu chaque automne en Limousin et principalement à Limoges (Haute-Vienne).

Festival des francophonies en Limousin

Sommaire

Création

C’est sous la dénomination « Festival international de la francophonie » que Pierre Debauche, alors directeur du Centre Dramatique National du Limousin, a créé en 1984, le Festival, et en donne la direction à Monique Blin, son ancienne collaboratrice du Théâtre des Amandiers à Nanterre. En compagnie de Jean-Marie Serreau, ils avaient maintes fois rêvé d’un espace qui pourrait réunir différents artistes exerçant leur pratique théâtrale dans les pays francophones ; un espace qui verrait le jour dans une région de France et non pas à Paris, dans le droit fil de la décentralisation.

Plus qu’un simple élément de diffusion théâtrale, Pierre Debauche affirme dès la première année le rôle d’échange et d’apprentissage que devra remplir ce festival : "Les acteurs ne se contenteront plus de jouer mais il s’établira entre le public et les comédiens et entre les troupes elles-mêmes, des contacts qui permettront que l’on se connaisse vraiment et que se crée une sorte de pédagogie Sud-Nord."

Il énonce les pensées de base qui resteront comme le fil rouge de cet événement tout au long des années, et que Monique Blin, de 1984 à mars 2000, continuera à développer :

  • Espace de rencontres d’artistes et de diffusion des œuvres théâtrales.
  • Priorité aux auteurs contemporains de langue française.
  • Ouverture de ce Festival sur le département et la région dans lesquels il est implanté.
  • Création de liens avec différents partenaires autour du concept de "la francophonie".

Évolution[2]

En 1988, Monique Blin dote le Festival d’une Maison des Auteurs, lieu de résidence d’écriture pour des auteurs dramatiques francophones pour plus de détails, se reporter à la partie Maison des Auteurs)

Ainsi, au-delà des milliers d’artistes et de centaines de spectacles francophones accueillis, le Festival a permis à des auteurs ou des metteurs en scène tel que Robert Lepage (Canada-Québec), Sony Labou Tansi (République du Congo), Werewere Liking (Côte d’Ivoire), Koulsy Lamko (Tchad), Wajdi Mouawad (Liban/Canada-Québec) et bien d’autres, de diffuser leur œuvres pour la première fois en France.

D'avril 2000 à décembre 2006, Patrick Le Mauff, directeur du Festival, dans le respect des missions qui sont imparties à cet événement, chemine sur de nouvelles pistes :

  • la création d’un atelier de réflexion et de pratique sur la mise en scène (1 session par an),
  • la création d'une nouvelle bourse d’écriture pour permettre à des auteurs plus nombreux de venir en résidence à Limoges,
  • et le développement de coproductions théâtrales avec d’autres festivals internationaux.

Le festival entend également susciter des questionnements réguliers sur la notion de "francophonie".

Après avoir dirigé L'Hippodrome, scène nationale de Douai pendant 10 ans et créé le festival international des langues françaises « Les Météores », Marie-Agnès Sevestre a succédé à Patrick Le Mauff en janvier 2006. Le développement des activités littéraires (programme "Nouvelles Zébrures" chaque année en mars), la création d’un réseau de partenaires de productions réguliers, français et internationaux, l’instauration de nouveaux rendez-vous musicaux, la présence des arts plastiques, et l’ouverture à l’Outre-mer, sont au cœur de son projet pour Les Francophonies. Elle entend par ailleurs ouvrir la programmation au voisinage des langues, donnant aux artistes la possibilité de s’exprimer dans la diversité de leur réalité linguistique.

Notes et références

Lien externe