Femminielli

Photographie d'un femminiello travesti au 19e siècle.

Femminielli (pluriel de Femminiello, « petite femme » en dialecte napolitain, vient de l'italien femmina "une femme" et -ello le suffixe diminutif masculin) désigne dans la tradition typiquement napolitaine, les transgenres efféminés et les hommes homosexuels exprimant nettement les caractères féminins. Ceux-ci jouent le rôle attribué traditionnellement aux femmes dans la cité parthénopéenne[1],[2].

Terme

Il peut être difficile de définir ce terme dans les notions occidentale "gay" et "femmes trans" étant donné que ces deux catégories se recoupent dans le cas de femminielli (voir: Troisième genre.)[2]. Il a été noté que ce terme n'est pas péjoratif et ne porte pas de stigmatisation, au contraire les femminielli sont traditionnellement censées apporter la chance[1],[2].

Il est réducteur de mettre les femminielli Napolitains dans la macro-catégorie des personnes transgenres ou transsexuelles, généralement adopté dans les pays anglo-saxons et nord-américain. Le femminiello peut être considéré comme une expression de genre singulière hors de la norme binaire.

Une certaine incompatibilité entre les notions de femminiello et de transgenre (souvent nés à l'étranger) peut être observées, illustré par exemple par un communiqué de titre Rivolta ai quartieri Spagnoli: je femminielli cacciano le trans ("la Révolte dans les Quartieri Spagnoli : les femminielli chassent les trans.")

À la fin des années 2000, de nombreux scandales sexuels ont secoué l'Italie impliquant des personnalités politiques (par exemple, l'ancien Président de Lazio, Piero Marrazzo) et des transgenres dans le commerce du sexe, souvent originaires des pays d’Amérique latine, qui sont généralement appelés transessuali (abrégé en trans) dans les médias italiens.

En 2009, le terme femminiello acquis une certaine notoriété dans les médias italiens après l'arrestation, à Naples, de la femminiello gangster native de la Camorra, Ketty Gabriele (nom légal Ugo Gabriele). Gabriele avait commencé dans la prostitution avant de devenir un capo. Gabriele a été appelé à la fois femminiello et transessuale ou trans[3],[4] dans les médias italiens.

Perception par les napolitains

Ironiquement, Achille della Ragione suggère que des études récentes ont montré que les Napolitains ont généralement une vision négative de ce qu'ils appellent "le modèle politiquement correct de l'homosexualité dans une hypocrite société bien-pensante" (c'est-à-dire le courant dominant de la culture gay occidentale), mais il y oppose que femminielli bénéficient d'une attitude favorable de la part de la société napolitaine[5].

Cependant, d'autres maintiennent que i femminielli sont résolument masculines en dépit de leur de rôle de genre féminin, en disant que "ils sont des hommes; ils le savent et tout le monde le sait." Achille della Ragione, a décrit les aspects sociaux de femminielli. "[Le femminiello] est généralement le plus jeune enfant de sexe masculin, 'petite chérie de sa mère' ... il est utile, il fait des tâches ménagères, les courses et surveille les enfants."

Généralement les femminielli sont considérées apportant la chance. Pour cette raison, il est courant dans les quartiers pour un femminiello de tenir un bébé nouveau-né, ou de participer à des jeux comme le bingo. Plus que les Tombola, la Tombolata dei femminielli[6] est un jeu populaire effectuée chaque année le 2 février, en conclusion de la Chandeleur au Sanctuaire de Montevergine.

Histoire

Hermaphrodite, le fils d'Hermès et d'Aphrodite.

Les références constantes dans de nombreuses sources sur les anciens rituels associés à la présence de la femminiello à Naples nécessite quelques commentaires. Les liens avec la mythologie grecque sont nombreux : par exemple, Hermaphrodite qui possédait la beauté de sa mère Aphrodite, et la force de son père Hermès ; ou Tirésias, le prophète aveugle de Thèbes, qui s'est transformé en femme pendant sept ans.

Ces deux personnages, et d'autres dans de nombreuses cultures dans le monde, sont présumés posséder quelque chose que d'autres n'ont pas : le sage de l'équilibre qui vient de la connaissance des deux mondes, le masculin et le féminin[7].

Les racines culturelles de ce phénomène sont intégrées à la culture et confère à la femminiello un statut sociale légitime. Pour des raisons historiques et symboliques, la construction de l'identité de la femminiello à Naples n'entre pas dans les cases euro-centrées transgenres les plus communes[8].

Événements traditionnels

matrimonio dei femminielli

Une cérémonie appelée le matrimonio dei femminielli est organisé à Torre Annunziata le lundi de Pâques, un défilé de femminielli vêtus de robes de mariées et accompagné par un "mari" circule à travers les rues dans des chariots tirés par des chevaux[9].

Candelora al Santuario di Montevergine

Le femminiello dans la Campanie jouit d'une position privilégiée grâce à leur participation à certains événements traditionnels, tels que Candelora al Santuario di Montevergine (la Chandeleur au Sanctuaire de Montevergine) dans l'Avellino[10] ou à la Tammurriata une danse traditionnelle exécutée lors de la fête de la Madonna dell'Arco dans Sant'Anastasia[11].

Fictions

Théâtre

Dans une pièce appelée La Gatta Cenerentola (Le Chat de Cendrillon) de Roberto De Simone, les femmenielli jouent le rôle de plusieurs personnages importants. Les scènes majeures à ce propos sont le rosario dei femmenielli et il suicide del femminiella[12].

Voir aussi

Articles connexes

Références

  1. a et b Bufi Fulvio, « Presa Ketty, boss "femminiello" Comandava i pusher di Gomorra », Corriere della Sera, no February 13, 2009,‎ , p. 19 (lire en ligne) :

    « FEMMINIELLO E' UNA FIGURA OMOSESSUALE (..) È UNA PERSONA DALL' ASPETTO EFFEMINATO O SPESSO UN TRAVESTITO. E' RISPETTATO E GENERALMENTE IL FEMMINIELLO VIENE CONSIDERATO UNA PERSONA CHE PORTA FORTUNA. »

  2. a, b et c Jeff Matthews, « The Femminiello in Neapolitan Culture » [archive du ]
  3. http://city.corriere.it/2009/02/13/napoli/prima-cronaca/camorra-trans-vertice-clan-scissionisti-20324152476.shtml
  4. http://blog.panorama.it/italia/2009/02/12/arrestata-ketty-transessuale-e-boss-a-scampia/
  5. Achille della Ragione, « I femminielli » : « Il napoletano, come dimostrano recenti statistiche, non vede di buon occhio l'omosessuale più o meno dichiarato, quello politically correct, che oggi, altrove, va tanto di moda ed è apparentemente accettato da una società ipocritamente buonista. Ma da noi il femminiello può vivere quasi sempre, soprattutto nei quartieri popolari, in una atmosfera accogliente, segnata dal consenso e dal buonumore. »
  6. Tombolata dei Femminielli: divertimento e tradizione ad Avellino
  7. I femminielli - di Achille della Ragione
  8. Hochdorn, Alexander, Paolo F. Cottone and Dania Vallini (2011). Gender and discursive positioning: Doing transgender in highly normative contexts. 69th Conference of the International Council of Psychologists. 29 July - 2 August 2011, Washington DC (USA) http://www.icpweb.org
  9. Lo Strillone: Pasquetta con i femminielli nel quadrilatero Carceri, 9 April 2012
  10. Il Santuario di Montevergine e la Candelora
  11. Traditional Dances - The Tummurriata
  12. La gatta Cenerentola - Roberto De Simone

Bibliographie

  • Eugenio Zito, Paolo Valerio, Corpi sull'uscio, identità possibili. Il fenomeno dei femminielli a Napoli, Filema, 2010
  • Carrano, Gennaro and Simonelli, Pino, Un mariage dans la baie de Naples; Naples ville travestie; special issue Mediterranée, "Masques", été 1983 (numéro 18), pp. 106–116.
  • De Blasio, Abele; (1897); ‘O spusarizio masculino (il matrimonio fra due uomini), in: Usi e costumi dei camorristi; Gambella, Naples. Reprint: Edizioni del Delfino, Naples 1975, pp. 153-158.
  • della Ragione A. I Femminielli. On-line at Guide Campania. (retrieved: Nov. 12, 2009)
  • Malaparte, Curzio. La Pelle. Vallechi editore. Florence. 1961
  • Eugenio Zito, Paolo Valerio, Corpi sull'uscio, identità possibili. Il fenomeno dei femminielli a Napoli, Filema, 2010
  • Dall'Orto, Giovanni, Ricchioni, femmenelle e zamel: l'"omosessualità mediterranea".

Liens externes