Femme de Peñon

Le crâne et le squelette presque complet de la femme de Peñon furent découverts en 1959. Ne pouvant, à l'époque être datés précisément faute des techniques modernes, ils furent considérés comme âgés d'environ 5 000 ans. Les ossements de la femme de Peñon prirent place dans la collection des vingt-sept premiers squelettes humains préhistoriques du musée national d'anthropologie de Mexico.

Silvia Gonzalez, une archéologue mexicaine travaillant à l'université John Moores de Liverpool et responsable de l'équipe de recherche, admet que sa découverte révolutionne l'idée généralement admise sur le peuplement des Amériques. Les premiers Américains (Paléoaméricains) peuvent avoir appartenu au groupe européen.

« Le musée a compris que ces restes humains avaient une valeur historique et significative mais ils n'avaient pas été scientifiquement datés », précisa Silvia Gonzalez puis elle décida de faire analyser de petits échantillons d'os provenant de cinq squelettes (dont ceux de la Femme de Peñon, Chimalhuacan et l'Homme du métro Balderas), en utilisant les dernières techniques de datation au carbone 14.

Analyse et datation

Le laboratoire de recherches de l'université d'Oxford et le département d'archéologie de l'université John Moores de Liverpool ont daté le crâne de la femme de Peñon à environ 13 000 ans, ce qui remet en question la théorie du peuplement primitif du Nouveau Monde. Le crâne parfaitement conservé a appartenu à une femme d'environ 25 ans, morte donc pendant la dernière période glaciaire au bord d'un lac qui occupait la plaine sur laquelle s'étend maintenant la banlieue de Mexico.

Deux théories possibles

Deux théories s'affrontent au sujet des origines de la femme de Peñon. Celle-ci pourrait être selon l'archéologue Silvia Gonzales :

  • soit une descendante d'ancêtres de l'Âge de pierre européen (le solutréen) du type Cro-Magnon qui auraient traversé l'océan Atlantique ou suivi les rives gelées il y a environ 15 000 ou 20 000 ans, passant d'Europe vers l'Amérique via une route septentrionale ;
  • soit une descendante du peuple aïnou dont les descendants vivent toujours dans l'ouest du Japon. Ses ancêtres seraient arrivés en cabotant ou en longeant les rives gelées reliant la Sibérie à l'Amérique il y a 15 000 à 20 000 ans. Elle pourrait être une ancêtre du peuple Péricue ayant vécu en depuis l'Antiquité jusqu'au XVIIIe siècle dans la région de Baja California.

Liens

http://www.ljmu.ac.uk/

http://archives.cnn.com/2002/TECH/science/12/03/oldest.skull/index.html

http://www.scienceshumaines.com/peuplement-de-l-amerique--surprenantes-decouvertes_fr_5513.html

Notes