Famille de Lautrec

Lautrec, puis Toulouse-Lautrec
Armes de la famille.
Armes de la famille : Lautrec, puis Toulouse-Lautrec

Blasonnement Lautrec: « De gueules, au lion d'or. »

Toulouse-Lautrec :« Écartelé aux premier et quatrième de gueules à la croix vidée, cléchée et pommetée d’or qui est Toulouse; aux deuxième et troisième de gueules au lion d'or qui est Lautec. »

Période XIe siècle-XXIe siècle
Pays ou province d’origine Languedoc, Quercy, Rouergue, Gascogne
Allégeance Drapeau de la France France
Fiefs tenus Lautrec (Tarn), Ambialet, La Bastide-Montfort, Castanet (Tarn-et-Garonne), Montredon, Saint-Germier (Tarn), Saint-Antonin (Aveyron), Ambres, Venès, Montfa, Augnax, Lauret, Cestayrols, Massaguel, Puech-Mignon,

La famille de Lautrec est une ancienne famille française subsistante de la noblesse originaire de Lautrec (Tarn) dans le Languedoc. La deuxième maison de Lautrec, dont les preuves remontent à 1390[1], a donné de nombreuses branches dont l'une est subsistante et porte le nom de Toulouse-Lautrec.

Lautrec est avec Ambialet, une des deux vicomtés de l'Albigeois. Ce sont des anciennes vigueries carolingiennes.

Ancienne maison de Lautrec

La généalogie évolue rapidement dans le Midi. La séquence ci-dessous décrite, fondée en grande partie sur des données de L'histoire générale du Languedoc publiée au XVIIIe siècle par Dom Vaissète, avait été validée en 2002 par les spécialistes Jean-Louis Biget et Hélène Débax. Cependant, les travaux de Christian Settipani en 2004, et d'Hélène Debax en 2008 (Vicomtes et vicomtés dans l'Occident médiéval) semblent rendre obsolète la séquence allant de Sicard Ier à Sicard III. Les heureux possesseurs des ouvrages de Settimani et de Débax sont invités à corriger la généalogie des Lautrec en fonction des éventuelles nouvelles données, préférables à la version de Dom Vaissète.

Pour le savant bénédictin, la première maison de Lautrec paraissait avoir la même origine que la maison des Trencavel[2]. La souche commune serait :

  • Aton[3], missus comitis et vicarius attesté en 898. Il fut père de:
  • Bernard[4], missus comitis, vicarius et avoué de Toulouse attesté en 918. Il fut père de Aton Ier, vicomte d'Albi ou d'Ambialet qui est la souche des Trencavel. Bernard est également présumé père du premier des Lautrec :
  • Sicard Ier[5], fils présumé de Bernard. Vicomte de Lautrec de 940 à 972. De son mariage avec Rangarde, il fut père de :
  • Izarn[6] de Lautrec, attesté en 972, 974 et 987, vicomte de Lautrec en 968 et 988. De son mariage avec Avienna, il fut père de :
  • Sicard II[7] de Lautrec qui fut père de :
  • Isarn II[8],[9], vicomte de Lautrec de 1038 à 1072, est peut-être la même personne qu'Izarn de Lautrec, vicarius de Saint-Antonin attesté en 1083. Il fut père de :
  • Sicard III[10], vicomte de Lautrec en 1072 et 1073, qui fut père de :
  • Sicard IV[11],[12] vicomte de Lautrec, mort en 1158 laissa deux fils :
    • Sicard V[13],[14], vicomte de Lautrec, marié à Adélaïde, fille de Raimond Ier Trencavel, qui meurt en 1196 en laissant deux filles, Alix[15] et Béatrix, et un fils :
      • Frotard III[16],[17],[18],[19] seigneur et vicomte de Lautrec attesté de 1198 à 1209.
    • Amelius-Sicard[20], seigneur de Venes de 1158 à 1176, qui fait la souche de la famille de Lautrec-Vénès, qui se terminera au milieu du XIVe siècle avec le mariage d'Helaine de Venes avec Pierre de Lautrec, seigneur de Saint-Germier.

Deux thèses pour la succession de la vicomté de Lautrec

Selon une historiographie établie au XVIIe siècle[21], Frotard III, mort sans postérité, aurait été le dernier vicomte de l'ancienne maison de Lautrec. L'héritière de la vicomté aurait été sa sœur Alix, épouse de Baudouin de Toulouse, vicomte de Bruniquel et frère du comte de Toulouse Raymond VI. Ils auraient transmis à leurs fils Bertrand et Sicard la vicomté de Lautrec, créant ainsi une seconde maison de Lautrec, les Toulouse-Lautrec.

Or, l'historien Philippe Zalmen Ben-Nathan[22] a trouvé une tradition plus ancienne relatée vers 1455 par Michel de Bernis, archiviste des comtes de Foix au XVe siècle[19], tradition confirmée par la découverte récente aux archives du Tarn d'une généalogie figurée de la même époque[23]. Frotard III y est dit père des enfants autrefois attribués à Baudouin de Toulouse et Alix de Lautrec.

La « seconde » maison de Lautrec (dite de Toulouse-Lautrec)

Cette maison fait remonter sa filiation à :

  • Sicard VI[19], vicomte de Lautrec, fils de Frotard III (et non de Baudouin de Toulouse, selon la deuxième thèse pour la succession de la vicomté de Lautrec), qui teste en 1238, fut marié à Agnès de Mauvoisin dont il eut cinq fils :
    • Pierre[19] de Lautrec, seigneur de Labruguières, puis vicomte de Lautrec, qui meurt en 1267 sans postérité ;
    • Izarn[19] de Lautrec, seigneur de Montredon et de Saint-Germier, qui suit ;
    • Bertrand[19], vicomte en partie de Lautrec, qui épousa Adalasie de Najac, dame d'Orlonhac ; leur fille Béatrix, † vers 1342, transmet cette part de la vicomté à son mari Philippe Ier de Lévis-Mirepoix seigneur de Florensac, fils cadet de Guy III : d'où les Lévis-Lautrec ;
    • Amalric "lo pros"[19] de Lautrec, seigneur d'Ambres ;
    • Frotard[19].
  • Izarn Ier de Lautrec, se maria à Jeanne de Saissac, fille de Jean, seigneur du lieu, qui lui donna deux fils :
    • Pierre de Lautrec, qui fait la souche des branches de Montredon et de Saint-Germier ;
    • Frotard de Lautrec, qui fait la souche des seigneurs de Montfa.

Les Foix-Lautrec

La descendance de Bertrand[19], autre fils de Frotard III, possédant la "dimidia parte" (la moitié) de la vicomté de Lautrec, l'échangea en 1305 avec le roi de France Philippe "le Bel" contre la vicomté de Caraman[19], que Bernard II de Lautrec cède en 1321 à Pierre Duèze, déjà sire de St-Félix, frère de Jean XXII, contre 35 000 petits tournois noirs.

En 1340, le roi Philippe VI céda la vicomté de Lautrec à Gaston II de Foix-Béarn pour le récompenser de sa participation aux opérations du début de la guerre de Cent Ans. La vicomté resta dans la famille de Foix sauf pour la période 1398-1425.

1398-1425 : la vicomté est confisquée par le roi de France ; rendue en 1425 à Jean Ier, neveu de Mathieu

Branches

Les informations ci-dessous sont issues de l'ouvrage de Jacques-René Magné et Jean-Robert DIzel "Les comtes de Toulouse et leurs descendants les Toulouse-Lautrec : Etude historique et généalogique IX-XXe siècles" paru aux éditions Christian en 1992.

Branche de Venès

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2011)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Cette branche commence avec Amélius-Sicard de Lautrec, seigneur de Vénès, fils puîné de Sicard IV, vicomte de Lautrec, frère de Sicard le Ténébreux. Cette branche s'est terminée en se fondant dans la branche aînée au milieu du XIVe siècle :

  • Isarn IV de Lautrec-Vénès, seigneur de Vénès, marié deux fois : 1°) en 1352 avec Magne Ire, dame de Castelnaud, fille de Raoul, seigneur de Castelnaud et d'Almodis de Beynac, sans enfants; 2°) avec Jeanne de La Roque, fille de Bernard, seigneur de Bauzilles, et d'Ermengarde de Canet, dont deux filles :
    • Philippe de Lautrec,
    • Hélaine de Lautrec, dame de Vénès et de Castelnaud, mariée à Pierre III de Lautrec, seigneur de Saint-Germier, dont postérité.

Branche de Saint-Germier

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2011)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Cette branche commence avec Pierre III, seigneur de Saint-Germier et de La Martiné, fils d'Amalric, seigneur de Montredon, et de Marguerite de Périgord, marié vers 1360 à Hélaine de Lautrec-Venès, fille d'Izarn IV de Lautrec (1320-1354), seigneur de Vénès et Julienne de La Roque, dame de Castelnaud. Ils ont une fille et trois fils, dont Jean, qui suit, et Pierre de Lautrec qui donne la souche des Lautrec-Montfa, puis de Toulouse-Lautrec. (...)

  • Siméon de Lautrec, seigneur de Saint-Germier, du Pont-de-Cirou (à Crespin), de Fontsiron, de Thorène, fils de Guillaume et de Bertrande de Mirable, s'est marié deux fois: 1°) avec Catherine de Morlhon, fille de Pierre, seigneur de Sanvensa, et de Béatrix de Mancip, dont deux filles et trois fils, parmi lesquels François de Lautrec, qui suit ; 2°) avec Marguerite Ysalguier, fille de Barthélémy, seigneur d'Auterive, et de Marguerite d'Ornézan, dont Charles de Lautrec, seigneur du Bousquet.

(...)

  • Louis de Lautrec, seigneur de Saint-Germier, capitaine-major au régiment de Castres, fils cadet de Marc-Antoine et Jeanne de Tignol, est le dernier de cette branche. Il s'est marié en 1657 avec Jeanne d'Albié dont il n'a pas eu de postérité[24].

Branche de Montfa

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2011)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Cette branche considérable commence avec :

  • Frotard de Lautrec, seigneur de Montfa, qui meurt après 1303.
  • Antoine de Lautrec (1442-1541), vicomte de Montfa, fils d'un autre Antoine vicomte de Lautrec et d'Antoinette d'Apchier.

Branche de Toulouse-Lautrec

Cette branche, qui commence avec Alexandre de Lautrec (1633-1699), seigneur de Geynes, fils cadet de Bernard de Lautrec, seigneur de Monfa et de Marguerite de Vitrolles, revendique que la famille de Lautrec soit issue directement de celle des comtes de Toulouse d'après une généalogie établie au XVIIe siècle. La recherche contemporaine a toutefois établi que les Toulouse-Lautrec sont dans la descendance agnatique des vicomtes de Lautrec, lignée que l'on suit depuis la fin du IXe siècle, d'où sont issus également les Trencavel[25]. Elle est la seule branche qui subsiste aujourd'hui.

Branche de Puechmignon et de Lavaur

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2011)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Cette branche commence avec Amalric III, seigneur de Puech-Mignon, troisième fils d'Amalric II, seigneur de Montredon et de Marguerite de Périgord. (...)

  • François de Lautrec, seigneur de Puechmignon, fils d'Olivier et de Jeanne du Rieu, épouse Jeanne de Chasteignier, fils de Jean et de Marguerite de Puechpeyrou. Il fait la souche de la branche de Lavaur.
    • Henri de Lautrec, seigneur de Lavaur, marié en 1555 avec Isabelle d'Audouy, fille de Jean, seigneur de Périlhac, et d'Isablele de Conduché; Ils ont trois fils,
    • Antoine de Lautrec,
    • François II de Lautrec, seigneur de Puechmignon, marié en premières noces avec Jeanne Ardourel, qui ne lui donne qu'une fille Anne; en secondes noces avec Étienette de Bérail, qui lui donne deux fils: Olivier et Henri.
    • Guillaume de Lautrec, marié en 1532 avec Antoinette d'Hébrard, fille d'Antoine, seigneur de Pailherols, et d'Antoinette de Bouzat.

(...) La branche de Lavaur se termine avec :

  • Antoine de Lautrec, seigneur de Lavaur (près de Riols, à côté de Cordes), fils de Louis et de Magdeleine de Sainte-Livrade, dame d'Austruy, qui épouse en 1614 Madeleine de Lafon, fille de Jacques, seigneur de Féneyrols et d'Angèle de Castanet[26]; ils ont huit enfants :
    • Jean de Lautrec, seigneur de Latour, marié en 1640 avec Jeannette de Montlauseur, fille de Bertrand, seigneur de La Mothe à Lunac et de Marguerite de Focras de Serin ; Leur fille Antoinette de Lautrec se marie d'abord avec Daniel Dupin, juge à Saint-An (81), puis avec Jacques Gibily.
    • Louis de Lautrec, seigneur de Lavaur, marié en 1651 avec Anne de Montlauzeur, sœur de Jeannette qui lui donne trois cinq fille et trois fils, dont Claude de Lautrec (1661-1751), seigneur de Lavaur, dont le fils François III de Lautrec, né en 1704, lieutenant-colonel au régiment de Noailles, est le dernier de cette branche.
    • Claude de Lautrec,
    • Fabien de Lautec, seigneur de la lande-Cabazac.
    • Pierre de Lautrec, seigneur de Lavaur,
    • Jeanne de Lautrec.

Personnalités remarquables

Armes, blasons, devises

  • Sicard, de la maison d'Ambres, vicomte de Lautrec en 1269. « De gueules au lion d'or ».
  • Lautrec, seigneur d'Aunac, seigneur de Lavaur, en Albigeois. « Écartelé aux 1 et 4 de gueules à la croix vidée cléchée et pommetée d'or (Toulouse) aux 2 et 3 de gueules au lion d'or (Lautrec) ».
  • Lautrec, seigneur de Vieussan : «  Écartelé aux 1 et 4 d'azur à une balance d'argent aux 2 et 3 d'argent à une épée de gueules ».

Annexes

Notes et références

  1. Régis Valette, Catalogue de la noblesse Française
  2. Dom Joseph Vaissète, Histoire Générale de Languedoc, Sur l'origine commune des Trencavel et des Lautrec, (lire en ligne)
  3. Histoire Générale du Languedoc par Dom Vaysséte; III p 61 ; IV p 107 ; V c.97-98 ; VII p 193
  4. ibid. H.G.L.; I p 868 note 2 ; II p 61 et 127 ; IV p 107 ; V c. 137 et 139
  5. ibid.H.G.L. ; III p 125, 128 et 201 ; IV p 106-107 ; V c. 187-188
  6. ibid. H.G.L. ; III p201 ; V c. 277 et 306
  7. ibid. H.G.L. ; III p 201 et 302 ; IV p 107
  8. ibid. H.G.L. ; III p 301-302 ; IV p 600 ; V c. 433-435
  9. Cartulaire des Trencavel [C.T.], 100 fol.30v ; 101 fol.30v
  10. ibid. H.G.L. ; III p 302 ; IV p 657
  11. ibid. H.G.L. ; III p 710 ; V c. 1047, 1049-1050, 1059, 1063, 1069, 1070-1071, 1095, 1104 et 1123
  12. Léonard - Catalogue des actes des comtes de Toulouse, Raimond V, Paris 1932, no 2
  13. ibid. H.G.L.; V c. 1205-1206, 1223-1224 et 1289 ; VI p 153 et 438 ; VII p 57 ; VIII c.312, 353 et 385
  14. Léonard, Catalogue no 54
  15. ibid. H.G.L. ; VI p 438 ; VII p 58
  16. C. Brunel - Les plus anciennes chartes en langue provençale - Paris 1926 - no 322
  17. AD Tarn H38 fio 251 et 255
  18. ibid. H.G.L. VI p.438 ; VII p 58
  19. a b c d e f g h i et j AD Pyrénées Atlantiques - E 491 folio 22v: Ecce la genolossia quant tot lo vescomtat de Lautrec era dun senhor, tot sol vescomte, (...). Dominus Frotardus, dominus et vicecomes Lautricensis, in solidum duos habuit filios legitimos et naturales, videlicet dominum Sicardum et dominum Bertrandum. Deinde vero dictus dominus Frotardus vicecomes in solidum dies suos clausit extremos relictis et sibi superstitibus prenominatis filiis suis, dominus Sicardo et Bertrando. Item ex dicto vero Sicardo, uno filio dicti domini Frotardi, primi vicecomitis, procreati fuerunt, videlicet dominus Petrus, dominus Amalricus "lo Pros", dominus Isarnus, dominus Frotardus et dominus Bertrandus fratres eius et filii dicti domini Sicardi. Item ex dicto vero domino Bertrando, fratre dicti domini Sicardi, fuit procreatus alter dominus Sicardus "lo Gros". (...)
  20. ibid. H.G.L.; V c.1220 ; X p 21 et 23
  21. Pierre Olhagaray - Histoire de Foix, Béarn et Navarre - Paris 1609 - p.264
  22. Philippe Zalmen ben Nathan - Une généalogie inédite des vicomtes de Lautrec du XIIIe au XVe siècle - Annales du midi (ISSN 0003-4398) -2002-volume 114 pages 369 à 379 - d'après sa thèse de doctorat du 3e cycle soutenue à l'université de Toulouse Le Mirail en 1981 "La vicomté de Lautrec aux XIIIe et XIVe siècle. Aspects économiques et sociaux du pouvoir public en Albigeois médiéval"
  23. AD Tarn - 3 J 8, Cartulaire des seigneurs d'Ambres, p. XX, Publiée par Ph. Zalmen Ben-Nathan dans le Bulletin des la Société des Sciences, Arts et Belles Lettres du Tarn, t. 65 (2011), p. 210 - 230.
  24. Jules Vilain, III 443.
  25. (Philippe Zalmen Ben-Nathan, « Une généalogie inédite des vicomtes de Lautrec », Annales du midi, vol. 114,‎ , p. 369 à 379 (ISSN 0003-4398).
  26. fille de Bernard de Castanet, et de Jeanne de Montfaucon. Ce Bernard de Castanet est le frère aîné de Pierre II de Casatanet.

Bibliographie

  • Hélène Débax, Jean-Luc Boudartchouk, et alii Vicomtes et vicomtés dans l'Occident médiéval, 2008; p. 73
  • Didier Panfili, Bas-Quercy et Haut-Toulousain, un kaléidoscope à vicomtes, IXe-XIIe siècles.
  • Philippe Zalmen Ben-Nathan, La vicomté de Lautrec au Moyen-Age, Lautrec - Vielmur, 2011.
  • Hippolyte de Barrau, Documents historiques et généalogiques sur les familles et les hommes remarquables du Rouergue dans les temps anciens et modernes, tome 1er, pages 342 à 351 (vicomtes de Lautrec), Rodez, 1853-1860 (lire en ligne)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes