Fabrice Éboué

Fabrice Éboué
Description de cette image, également commentée ci-après
Nom de naissance Fabrice Felix André Éboué[1]
Surnom Boubounet
Naissance (40 ans)
Maisons-Alfort, France
Nationalité Drapeau de la France française
Profession Humoriste, acteur, scénariste, metteur en scène
Films notables Fatal
Case départ
Le Crocodile du Botswanga

Fabrice Éboué, né le à Maisons-Alfort[2],[3], est un humoriste, acteur, scénariste et réalisateur français.

Biographie

Jeunesse et formation

Né à Maisons-Alfort, Fabrice Éboué est élevé à Vincennes puis à Nogent-sur-Marne[3],[4]. Son père, qui a grandi au Cameroun dans un « milieu privilégié en Afrique », est venu en France pour faire des études de médecine ; il exerce aujourd'hui le métier de gynécologue-obstétricien. Sa mère, originaire de Beuvron-en-Auge (Calvados) est professeur agrégée d'histoire. Ses parents se sont rencontrés à Caen pendant leurs études[3]. Fabrice Éboué a cinq frères et sœurs[4].

Durant sa jeunesse, Fabrice Éboué fait partie du groupe de rap Club Splifton, produit par le rappeur-producteur de G-funk français Aelpéacha, résident de Joinville-le-Pont, et dont il est resté un ami. Le rappeur mentionne cette amitié en interview : « Fabrice Eboué alias Mr. Faf est un pote de plus de quinze ans maintenant. [...] Il est sur le premier Splifon d’ailleurs, Embauche pour la débauche, sorti en 1999. Il rappe sous le pseudonyme de Mr. Faf et il n’a pas qu’un couplet[5]» .

Après s'être fait renvoyer du lycée privé Albert-de-Mun, il continue sa scolarité Branly et Montalembert (Nogent-sur-Marne) ainsi qu'à La Providence d'Amiens[6]. Il arrête l'école en première, avant de décrocher son baccalauréat en candidat libre[4].

Débuts sur les planches et révélation comique (années 2000)

Depuis 2000, il se produit sur diverses scènes parisiennes : aux Blancs Manteaux, en 2005, au Théâtre de Dix heures, au Trianon. Il a ainsi joué deux spectacles, Alleluia ! et Envers et contre tout !, mis en scène par Kader Aoun.

En 2005, il joue le rôle d'un curé fou dans un court-métrage de Francis Lalanne, aux côtés de Jean-Pierre Castaldi et de Christian Décamps[7].

De jusqu'à l'arrêt du programme en , il participe aussi à T'empêches tout le monde de dormir, l'émission de Marc-Olivier Fogiel sur M6.

De 2008 à 2014, il officie régulièrement en tant que chroniqueur dans On va s'gêner, l'émission de Laurent Ruquier sur Europe 1. Il s'impose même en tant que pilier de l'émission durant les dernières années. En 2014, il suit Laurent Ruquier et rejoint ainsi Les Grosses Têtes sur RTL, dans laquelle il intervient moins régulièrement.

Lors de l'ouverture du théâtre Comedy Club, 42 boulevard de Bonne-Nouvelle à Paris, en , Thomas N'Gijol et Fabrice Éboué ont inauguré cette nouvelle scène[8].

En mars 2009, l'humoriste a été élu « Macho d'argent » par les Chiennes de garde pour la phrase : « Le féminisme, c'est pas seulement des femmes autoritaires ou des mal-baisées, c'est aussi des lesbiennes ! ». Il est venu en personne chercher son prix[9].

Passage au cinéma (années 2010)

En 2010, il tient un second rôle dans la satire Fatal, de Michaël Youn.

En , il réalise son premier film avec son ancien compère du Jamel Comedy Club, Thomas N'Gijol, intitulé Case départ, une comédie sur l'esclavage, dont l'action se passe aux Antilles. Il y est également l'un des acteurs principaux ainsi que le scénariste.

En 2011, la chaîne Comédie ! diffuse la série qu'il a écrite avec Jérôme L'Hotsky, United colors of Jean-Luc[11].

En 2014, il co-réalise et scénarise Le Crocodile du Botswanga, une comédie contemporaine traitant de la Françafrique et qui caricature certains hommes de pouvoir africains. Comme pour Case départ, c'est à nouveau un joli succès auquel participe une partie de son précédent film.[réf. nécessaire] Néanmoins, le scénariste pose rétrospectivement un regard critique sur cette œuvre, qu'il juge « passable », et regrette de ne pas avoir pris davantage de temps au niveau de l'écriture[12]. D'après lui, ce long-métrage signerait aussi la fin de son tandem comique avec Thomas N'Gijol.[réf. nécessaire]

En tant qu'acteur, l'échec critique et commercial de la comédie Denis, avec Jean-Paul Rouve et Audrey Dana, le pousse à s'éloigner des plateaux de cinéma, faute de rôle jugé satisfaisant[réf. nécessaire].

Fin 2016, il renoue avec le métier de réalisateur : il tourne CoeXister, une comédie centrée sur un groupe de musique composée d'un imam (Ramzy Bédia), d'un rabbin (Jonathan Cohen) et d'un curé (Guillaume de Tonquédec). Eboué se confie quant à lui le rôle du producteur du groupe[13]. Le film est cependant un échec : 650 000 spectateurs pour un budget estimé à 10 millions d'euros[14].

L'humoriste peut cependant compter sur son troisième one-man-show, Plus Rien à Perdre, qui reçoit une nomination au Molière du meilleur spectacle d'humour, face à Jérôme Commandeur, Jamel Debbouze, Blanche Gardin et Manu Payet [15].

Vie privée

Depuis 2007, il est le compagnon de la comédienne et humoriste Amelle Chahbi. Le , Amelle a donné naissance à leur premier enfant, un garçon prénommé Naël.

Filmographie

Scénariste

Réalisateur

Doublage

Spectacles

Comédien
Metteur en scène

Musique

  • 1999 : Rappeur sur Embauche pour la débauche du Club Splifton sous le nom de Mr. Faf
  • 2004 : Interlude sur l'album J'arrive Jamais d'Aelpéacha sous le nom de Dr Fabrice
  • 2006 : Rappeur sur le titre Fais ce qu'il te plait sur l'album-compilation Lâche 7 M*rde d'Aelpéacha sous le nom de Dr Fabrice
  • 2007 : Interlude sur l'album 50/50 d'Aelpéacha & J'L'Tismé (de Tout simplement noir)
  • 2008 : Interlude sur l'album Le Pèlerinage d'Aelpéacha sous le nom de Pasteur Fabrice
  • 2008 : Citation du poème Le Mal sur l'album hommage à Arthur Rimbaud réalisé par le compositeur / joueur de didgeridoo Raphaël Didjaman sur le label Musical Tribal zik Records
  • 2009 : Interlude sur l'album Le Pèlerinage : Golden Throat Edition d'Aelpéacha sous le nom de Pasteur Fabrice
  • 2009 : Rappeur sous le nom de Dr Fabrice et une interlude sous le nom de Pasteur Fabrice sur l'album Studio Delaplage : Chargé d'Aelpéacha.
  • 2010 : Il parodie Mignon, Mignon, le tube de René la Taupe, en se déguisant en lézard avec des paroles provocatrices.
  • 2011 : Lors du tournage de son film Case Départ, il participe à La Zagada avec Thomas Ngijol, morceau qui parodie les tubes de l'été, et le style de musique Coupé-décalé (notamment les chansons du groupe Magic System).

Références

  1. On va s'gener du 09/10/2012
  2. (fr) [audio] Émission On va s'gêner sur Europe 1, 15 novembre 2011, h 43 min 17 s
  3. a, b et c Émmanuèle Frois, « Éboué et Ngijol : un tandem qui ne manque pas de culot » sur Le Figaro, 5 juillet 2011
  4. a, b et c Pour l'acteur Fabrice Eboué, "c'était génial de grandir à Nogent" sur Le Parisien, 21 février 2014
  5. « Aelpéacha - Interview - Abcdrduson », sur abcdrduson.com, (consulté le 8 janvier 2016)
  6. « Retour décapant », sur amiens.fr, (consulté le 7 mars 2018)
  7. Storyboard Sextine
  8. Céline Galoffre, « La nouvelle scène selon Jamel », sur batiactu.com, (consulté le 29 juin 2010)
  9. Laure Daussy, « Mgr André vingt-trois sacré « Macho de l'année » », Le figaro.fr,‎ (lire en ligne)
  10. United Colors of Jean-Luc, la série de Fabrice Éboué, Nouvel Obs, le 27 janvier 2011
  11. http://www.gqmagazine.fr/pop-culture/interview/articles/interview-de-fabrice-eboue/30671
  12. http://toutlecine.challenges.fr/actualite-cinema/fabrice-eboue-veut-coexister_358424
  13. http://www.leblogtvnews.com/2017/12/quels-sont-les-echecs-des-films-francophones-en-2017-dans-les-salles-seconde-partie.html
  14. https://www.evous.fr/Ce%CC%81re%CC%81monie-des-Molie%CC%80res,1148790.html

Liens externes