Football Club Sochaux-Montbéliard

(Redirigé depuis FC Sochaux)
FC Sochaux-Montbéliard
Logo du FC Sochaux-Montbéliard
Généralités
Nom complet Football Club Sochaux-Montbéliard
Surnoms Les Lionceaux
Les jaunes et bleus
Noms précédents Football Club Sochaux (1928-1930)
Fondation 1928
Statut professionnel Depuis 1932
Couleurs Jaune et bleu
Stade Stade Auguste-Bonal
(20 005 places)
Siège 2 Impasse de la Forge
25200 Montbéliard
Championnat actuel Ligue 2
Propriétaire Drapeau : République populaire de Chine Wing Sang Li
Entraîneur Drapeau : Allemagne Peter Zeidler
Joueur le plus capé Drapeau : France Albert Rust (454)
Meilleur buteur Drapeau : France Roger Courtois (281)
Site web www.fcsochaux.fr
Palmarès principal
National[Note 1] Championnat de France (2)
Coupe de France (2)
Coupe de la Ligue (1)
Championnat de France D2 (2)
Coupe Gambardella (3)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Saison 2017-2018 du FC Sochaux-Montbéliard
0

Dernière mise à jour : 28 juin 2014.

Voir l’image vierge
Localisation de la ville de Sochaux

Le Football Club Sochaux-Montbéliard, couramment abrégé en FC Sochaux ou FCSM, est un club de football basé à Montbéliard en Franche-Comté.

Créé en 1928 sous l'impulsion du groupe Peugeot, le FC Sochaux-Montbéliard compte à son palmarès deux titres de champion de France, remportés en 1935 et 1938, deux Coupes de France gagnées en 1937 et 2007 et une Coupe de la Ligue obtenue en 2004. Son meilleur résultat en compétitions européennes est une demi-finale de la Coupe UEFA lors de l'édition 1980-1981.

Comme le montre son palmarès acquis aux prémices du football professionnel français, le FC Sochaux-Montbéliard est un club historique du football français puisqu'il se présente comme un des premiers clubs de football professionnel créés en France. Il est l'un des membres fondateurs de la Première division du football français. Avec l'Olympique de Marseille, le SO Montpellier Hérault, l'OGC Nice et le Stade Rennais, Sochaux est l'un des clubs qui ont joué durant la saison inaugurale 1932-1933.

Le club est résident du stade Auguste-Bonal situé à Montbéliard, d'une capacité de 20 005 places, et gère un centre de formation réputé. Son équipe première évolue en Ligue 2 depuis 2014. Depuis le lundi 6 juillet 2015, Sochaux est devenu le premier club dont l'actionnaire principal est chinois. Le club a été racheté par le groupe chinois Ledus. Le 15 août 2015, le néo-propriétaire Wing Sang Li nomme Ilja Kaenzig président manager[1]. Le club est dirigé par le tacticien Peter Zeidler depuis le 1er juin 2017.

Histoire

Prémices

Le FC Sochaux voit le jour en 1928 par la volonté de deux salariés de la société des Automobiles Peugeot, Louis Maillard-Salin, directeur de la branche carrosserie, et Maurice Bailly, un des chefs de service de ce dernier. Le premier est le président fondateur du club, le second est à la fois le capitaine et l'entraîneur[2].

Sans grands moyens, l'équipe est cependant rapidement suivie par le directeur de la société Peugeot, Jean-Pierre Peugeot, qui souhaite créer un club de haut niveau dans le cadre de sa politique de loisir à l'intention de ses ouvriers[3]. Pour cela il va s'inspirer de la recette de l'Association sportive de Valentigney, dont il est l'un des dirigeants[d 1]. Basée à une dizaine de kilomètres, l'ASV avait été fondée en 1920 autour de l'activité de l'usine des Cycles Peugeot et s'était rapidement affirmée comme la meilleure équipe de la région, multiple fois vainqueur de la Division d'honneur de Bourgogne-Franche-Comté et surtout finaliste de la Coupe de France en 1926.

Fervent défenseur de la professionnalisation du football français, Jean-Pierre Peugeot ne se cache pas de salarier ses joueurs dans les usines Peugeot, à une époque où de nombreux dirigeants pratiquent l'amateurisme marron, illégal et non assumé[3]. L'équipe entame sa première saison en division de district, l'échelon le plus bas du football en Franche-Comté, et dispute son premier match le 2 septembre face à l'équipe de réserve de l'AS Montbéliard[2]. Le premier match officiel en championnat a lieu fin septembre 1928 et se solde par une large victoire (12-1). Composée de bons joueurs régionaux, l'équipe s'impose contre tous ses adversaires en championnat. En mai 1929, avec l'aide de trois nouvelles recrues arrivant du Club français, le FCS s'impose 3-2 face au Dunlop Sports, le double champion de France corporatiste, au stade Buffalo à Paris[4].

Le club attire parmi les meilleurs joueurs de France et de l'étranger grâce au soutien de Jean-Pierre Peugeot, dont l'objectif est de faire connaître son entreprise et la région Franche-Comté mais aussi d'offrir à ses ouvriers des distractions[3]. Grâce à un recrutement de qualité comprenant notamment des vedettes telles que Antonio Lozes, un gardien de but venu d'Espagne, Étienne Mattler ou Paul Wartel, débauché du Red Star, la formation sochalienne, entraînée par l'Anglais Victor Gibson débauché à l'Olympique de Marseille, prend l'ascendant sur les équipes de sa région[d 1]. Habillé de ses couleurs emblématiques bleu et jaune, le FC Sochaux se construit : il choisit de pratiquer un « football exhibition », où le spectacle prime[2].

Le , le FC Sochaux inaugure son nouveau terrain, le stade du Champ de foire à Montbéliard (où se situe aujourd'hui le stade René-Blum), par une large victoire sur l'AS Montbéliard, fondée en 1910[d 1]. Par ailleurs, Jean-Pierre Peugeot met en chantier un stade jouxtant les usines de Sochaux, le futur stade de la Forge. Sochaux prend bien vite la place de l'AS Valentigney dans le cœur des habitants de l'agglomération de Montbéliard.

Un démarrage en fanfare (1930-1939)

En juin 1930, le FC Sochaux absorbe l'AS Montbéliard, donnant naissance au Football Club Sochaux-Montbéliard (FCSM), et devient omnisports. Jean-Pierre Peugeot avait chargé en octobre 1929 Robert Dargein d'étudier la faisabilité d'une grande équipe Peugeot autour du FC Sochaux[2]. Les frères Jean et Lucien Laurent, tous deux internationaux, sont débauchés du CA Paris[d 1].

Alors que l’avènement du professionnalisme a été voté par la Fédération pour une application en 1932, les Sochaliens proposent aux meilleurs clubs nationaux de participer à une compétition nationale, baptisée Coupe Peugeot. D'abord rejetée par la Fédération, l'initiative est finalement tolérée. Huit équipes se disputent la première édition, dont la finale, qui se joue au Parc des Princes devant environ 10 000 spectateurs, voit le FC Sochaux-Montbéliard battre l'Olympique lillois six buts à un[5]. En Coupe de France, les vedettes sochaliennes sont arrêtées en 8e de finale par le CA Paris[d 1].

En 1935, le FC Sochaux gagne 4-0 contre l'Olympique de Marseille et devient pour la première fois champion de France.

Le , le Stade de la Forge est inauguré : il est doté de gradins et d’une pelouse faite de semences anglaises[2]. La deuxième édition de la Coupe Peugeot, qui rassemble vingt clubs répartis en deux groupes, s'achève sur la victoire du FC Mulhouse. Le succès populaire est au rendez-vous mais la compétition s'arrête là, puisque la FFFA lance le premier championnat de France de football officiel en septembre 1932.

Avec son effectif clinquant, qui rassemble de nombreux internationaux, Sochaux ne manque la finale de la première édition du championnat de France qu'à la moyenne de buts, au bénéfice de l'AS Cannes. Malgré le recrutement du brillant attaquant franco-suisse Roger Courtois, la saison suivante est catastrophique[d 2]. Le club se restructure avec l'objectif de conquérir un palmarès : Robert Dargein laisse la place à Étienne Gredy, directeur du personnel des usines Peugeot[2]. Gibson est remercié, l'Uruguayen Conrad Ross recruté comme entraîneur-joueur en mars[3]. Le Suisse André Abegglen rejoint son compatriote en attaque, formant une paire sans égal dans le pays. Ross veut faire pratiquer à son équipe un jeu d’attaque appuyée sur une défense de roc[2]. L'équipe, qui enchaîne 17 matchs sans défaite en championnat, prend finalement le dessus sur le RC Strasbourg, sur le terrain duquel il signe une victoire décisive en mars, devant plus 25 000 dont de nombreux Doubistes. La victoire sur l'Olympique de Marseille au stade de la Forge lors de la dernière journée scelle le titre des Sochaliens[d 2]. Invités au prestigieux « Tournoi de Bruxelles » organisé par le Daring Club, ils ne s'inclinent qu'en finale face à l'Ajax Amsterdam (2-1)[6].

Le FC Sochaux (short noir) l'emporte 2-1 en finale de la Coupe de France 1937 contre le RC Strasbourg.

Mise en place des premiers abonnements pour les supporters, d'un centre de formation (confié à Paul Wartel) : le club est alors en avance sur ses concurrents français. Comme annoncé Ross laisse son poste, confié à Abegglen. Mais les résultats sont décevants et Ross fait son retour en décembre, sans permettre au FCSM de conserver son titre, remporté par les Parisiens du Racing dont les moyens sont conséquents[d 2]. À l'été 1936, Peugeot casse sa tirelire avec le gardien de but de l'équipe de France Di Lorto et plusieurs joueurs internationaux étrangers, dont l'ailier argentin Lauri[d 2]. L'équipe, qui compte dans ses rangs six internationaux français et trois étrangers, revient progressivement à la hauteur de l'Olympique de Marseille après un début de saison manqué. Malgré une victoire à Marseille à l'avant-dernière journée, les Sochaliens cèdent le titre de champion de France aux Phocéens à la moyenne de buts (une première dans cette compétition)[d 2]. En consolation, ils arrachent la Coupe de France au RC Strasbourg (2-1)[7]. Chaque joueur reçoit en récompense un coupé Peugeot 201[2].

L'intersaison 1937 est de nouveau agitée, mais cette fois l'équipe ne manque pas son début de saison, prenant vite une avance importante sur ses concurrents. Malgré le retour de l'OM et du FC Sète en fin de saison, le club remporte logiquement son deuxième titre de champion de France, ce qu'aucun autre club n'avait encore réussi à faire[d 2]. Inquiets de l'augmentation des coûts dues à sa politique de recrutement de vedettes, les dirigeants décident alors de mettre l'accent sur la formation de joueurs français. La saison suivante est quelque peu décevante, à peine éclairée par la 42e sélection en équipe de France du capitaine sochalien Mattler, un record[d 2]. L'arrivée imminente de la Seconde Guerre mondiale, et le départ concomitant des nombreux joueurs étrangers du club, vont marquer un coup d'arrêt brutal aux ambitions doubistes[d 2].

Les années de guerre (1939-1945)

Dès la saison 1938-1939 le club subit les effets de la crise internationale : lorsque la 4e journée de championnat est reportée, Maxime Lehmann déserte en Suisse et abandonne le club. L'international français d'origine suisse est radié à vie du championnat de France. La mobilisation générale est décrétée en septembre 1939, les footballeurs passent sous l'uniforme. Comme de nombreux autres clubs, le FC Sochaux suspend ces activités professionnelles. L'entraîneur Ross rentre en Uruguay et se trouve remplacé par l'entraîneur de la réserve Paul Wartel.

La commission de la FFF met bien en place un « championnat national » auquel ne participe pas Sochaux, mais celui-ci est interrompu avant l'attribution d'un titre national sans grande valeur. En , la région se trouve incluse dans la « zone interdite ». En 1940-1941, Sochaux fait son retour à la compétition en championnat amateur (DH) de Bourgogne – Franche Comté. Champion de son groupe devant l'US Belfort, le FCSM s'incline en finale de la compétition face à son vieux rival de l'AS Valentigney. Il remporte la compétition en 1942, à la suite de quoi il fusionne avec l'AS Valentigney[8].

Le FC Sochaux-Valentigney participe à nouveau à un championnat national pendant la saison 1942-1943, terminant 8e sur 16 dans le groupe Nord. Pour la saison 1943-1944, Sochaux comme tous les autres clubs possédant une section professionnelle, est dessaisi de son statut professionnel. Les sept Sochaliens (Jacques, Pibarot, Magnin, Parmeggiani, Pessonneaux, Rué et Coulon) demeurant professionnels constituent la base de l'équipe fédérale Nancy-Lorraine, la sélection professionnelle habilitée la plus proche, dont l'entraîneur n'est autre que Wartel[9]. La sélection remporte la coupe de France 1944, tandis que le club sochalien poursuit son activité en championnat amateur, sous la direction de l'emblématique Étienne Mattler, engagé par ailleurs dans la résistance[10].

À la Libération, le club se sépare de l'AS Valentigney et redevient le FCSM. Il se donne une saison avant de repartir en première division à l'occasion de la saison 1945-1946.

La renaissance d'après-guerre (1945-1959)

Au sortir de la guerre, la stratégie consistant à s'attribuer les services des meilleurs joueurs à prix d'or est abandonnée d'une part parce qu'en période de restrictions, cela pourrait être mal vu et d'autre part parce que le club choisit volontairement de ne pas s'inscrire dans la surenchère qui va s'accélérer dans les années 1950. À partir de cette date, la gestion du club se fait « en bon père de famille » : le but du club n'est pas de gagner de l'argent mais il ne doit pas en perdre non plus[8].

À la Libération, le Stade de la Forge est rebaptisé du nom d'Auguste Bonal, ancien dirigeant et directeur sportif du club, directeur à l'usine Peugeot déporté puis fusillé en avril 1945 par la Gestapo pour obstruction de collaboration[2]. Le FC Sochaux-Montbéliard reprend du service en D1 lors de la saison 1945-1946, mais l'équipe entraînée par Étienne Mattler, mêlant anciennes vedettes tel Roger Courtois qui a alors 33 ans et jeunes faisant leurs débuts dans le monde professionnel, termine à la dernière place[8]. Le club se trouve relégué en deuxième division pour la première fois de son histoire. Un recrutement judicieux, notamment celui du Tchèque Pépi Humpal, auteur de 45 buts, permet au club de survoler son championnat et de retrouver l'élite dès la saison suivante[d 3].

Pour éviter au club de connaître à nouveau les affres de la relégation, le président Fortuné Chabrier décide de mettre en place en 1949 une nouvelle structure pour former de jeunes joueurs destinés à alimenter l'équipe première, baptisée « La phalange des Lionceaux ». Des jeunes prometteurs sont détectés dans tout le pays par les hommes du réseau Peugeot, recrutés et accueillis au Cercle Hôtel Peugeot à Sochaux. Ils travaillent à mi-temps dans l'usine automobile et sont formés au moule du club le reste du temps. Cette structure est considérée comme la première des « écoles de club », ancêtres des centres de formation[11].

Cette stratégie est rapidement payante puisque l'équipe sochalienne, entraînée par Gabriel Dormois à partir de 1952, termine à la seconde place du championnat en 1952-1953 derrière l'irrésistible Stade de Reims, et remporte la première édition de la Coupe Drago. Malgré des moyens limités, le club apparaît souvent en bonne place en championnat, avec notamment une 5e place en 1955, et dispute la finale de la Coupe de France en 1959 face au Havre AC. La première finale, conclue sur un match nul (2-2), fait polémique car l'arbitre refuse de valider un but sochalien marqué juste après le coup de sifflet final. Lors de la revanche, les Normands s'imposent sèchement[d 3]. Cette défaite en finale, reste pendant 50 ans, la seule défaite en finale, d'un club de 1re division, face à un club de 2nde division.

Une période de turbulences (1960-1964)

Au début des années 1960, le FC Sochaux-Monbéliard est en difficulté et « fait l'ascenseur » : 17e du championnat en 1959-1960, après treize saisons consécutives dans l'élite, le club descend en D2 avant de remonter immédiatement à la fin de l'exercice suivant. Cependant, l'effectif n'est pas assez riche en joueurs d'expérience et termine à la première place de relégable en 1962, ne s'imposant pas une seule fois à l'extérieur. Il lui faut cette fois-ci deux saisons pour retrouver la première division. Au cours de cette période, le parcours du FC Sochaux-Montbéliard en Coupe de France n'est guère plus brillant, l'équipe ne dépassant jamais le stade des huitièmes de finale.

Pourtant la remontée de 1964 introduit pour le club sochalien une longue période de stabilité et de prospérité[3].

La renaissance (1964-1990)

Durant cette période, le club devient l'un des acteurs majeurs du football français, figurant régulièrement dans le Top 5 de première division et disputant notamment une demi-finale de Coupe UEFA lors de la saison 1980-1981 après avoir décroché une deuxième place en championnat la saison précédente. Ceci est en partie dû à l'ouverture en 1974 d'un centre de formation[3] qui porte ses fruits assez rapidement, révélant des joueurs tels que Philippe Anziani, Yannick Stopyra, Bernard Genghini, Joël Bats. qui feront les beaux jours du club et de l'équipe de France. Le 16 mai 1976, le club bat son record d'affluence avec 20 886 spectateurs pour la réception de l'AS Saint-Étienne. En 79-80, Sochaux entraîné par René Hauss réussit un championnat magnifique en terminant deuxième derrière Nantes, champion de France. Et dans la foulée, le club va jusqu'aux demi-finales de la Coupe de l'UEFA 1980-1981 en émiminant notamment l'Eintracht Francfort sous la neige.

Néanmoins, le club voit partir très vite ses meilleurs éléments et les résultats commencent à s'en faire ressentir au milieu des années 1980. Au terme de la saison 1986-1987, Sochaux se voit même relégué en deuxième division après 24 années de présence continue parmi l'élite. Cela aura l'effet d'un électrochoc : l'année suivante, sous les ordres du nouvel entraîneur Silvester Takač, le club survole son groupe de deuxième division, ne s'inclinant qu'à deux reprises et donnant la leçon au favori lyonnais dans son antre de Gerland par un score final de 7 à 1. Parallèlement, il atteint la finale de Coupe de France, ne s'y inclinant qu'aux tirs aux buts face au FC Metz. C'est au cours de cette saison que va se révéler une nouvelle génération de joueurs formés au club dont plusieurs deviendront internationaux (Franck Sauzée, Stéphane Paille, Gilles Rousset, Franck Silvestre) ou effectueront une carrière brillante comme Jean-Christophe Thomas, qui gagnera la Champions League avec l'Olympique de Marseille. À noter aussi la présence dans cette équipe de deux joueurs bosniaques de grand talent qui s'illustreront au club pendant plusieurs saisons, Faruk Hadžibegić et Mécha Baždarević. Les deux saisons suivantes, le club terminera quatrième du championnat de D1.

La décennie du doute (1991-2000)

La décennie 1990-2000 est sans doute la période la moins faste pour le club[3]. Les résultats sont décevants en première division : 18e en 90/91, 17e en 91/92, 16e en 92/93, 14e en 93/94. Le club finit par descendre au terme de la saison 1994-1995 pour rester trois saisons consécutives en deuxième division, période la plus longue en dehors de l'élite qu'ait connue le club. Il y enregistrera même les plus mauvais classements de son histoire (10e en 1995-1996 puis 11e en 1996-1997), alors que les cinq saisons que Sochaux avait disputées jusque là en deuxième division s'étaient toujours soldées par un podium. Une embellie se produit pendant la saison 1998-1999 durant laquelle le club est à nouveau en première division, mais il redescend aussitôt dans l'antichambre de l'élite où il restera deux saisons supplémentaires. Le club ne brille guère plus en coupe, ne disputant au mieux qu'un quart de finale de la Coupe de France et une demi-finale et un quart de finale en Coupe de la Ligue. Mais c'est pendant cette période très délicate de la vie du club que, sous l'impulsion du président Gilles Daget, le vieux stade Bonal est totalement transformé (travaux du printemps 1997 à début 2000) ; un nouveau centre de formation est réalisé dans une ancienne propriété de la famille Peugeot[3]. La formation est réorganisée et relancée avec l'arrivée de F.Blaquart en 1996. Cette décennie est donc celle de la remise en question, et avant de quitter la présidence du club en décembre 1999, Gilles Daget malgré des résultats sportifs décevants, laissera à son successeur des infrastructures neuves dignes de la Ligue 1[3] et de nombreux jeunes en post formation : Ljuboja, Meriem, Pedretti, Frau, Diouf, Daf, Mathieu, Monsoreau.

Années dorées sous Plessis (2001-2007)

La Coupe de France 2007, présentée par le capitaine Jérémie Bréchet aux supporters.

Jean-Claude Plessis remplace Gilles Daget le et poursuit les efforts entrepris ; ceux-ci finissent par payer. L'entrée dans le nouveau millénaire est réussie : le nouveau stade Auguste-Bonal, enceinte moderne de 20 005 places, est inauguré[3] en fanfare pour le Trophée des champions 2000, marquant le début d'une saison qui verra le FC Sochaux-Montbéliard triompher en Ligue 2, remportant au passage son premier titre depuis 1947 et mettant en lumière la nouvelle génération dorée de joueurs, purs produits de la formation maison, parmi lesquels Benoît Pedretti et Pierre-Alain Frau.

Pour son retour parmi l'élite, le club décroche une très honorable huitième place, lui permettant de retrouver les joutes européennes après 13 ans d'absence sur la scène continentale. L'arrivée de Guy Lacombe au poste d'entraîneur à l'aube de la saison 2002-2003 et la fidélité des joueurs-clés du club va permettre à Sochaux de s'affirmer à nouveau comme un des acteurs majeurs du football hexagonal[3] : deux cinquièmes places consécutives remportées en 2002-2003 et 2003-2004, des matches mémorables en Coupe UEFA face aux plus grands d'Europe (4-0 face au Borussia Dortmund, deux matchs nuls face à l'Inter Milan, 1-0 sur le terrain du Sporting Portugal) et deux finales de Coupe de la Ligue, la première en 2003 perdue 4-1 face à Monaco, et la seconde en 2004 remportée face à Nantes à la suite d'une séance de tirs aux buts interminable, au cours de laquelle le gardien Teddy Richert se sublime en arrêtant notamment la Panenka du gardien adverse Mickaël Landreau, marquant ainsi à jamais de sa patte l'histoire du club.

Les supporters du FCSM au stade de France lors de la finale de la coupe de la Ligue 2003 contre l'AS Monaco.

L'équipe est alors composée d'un savant dosage de purs produits du centre de formation (Benoit Pedretti, Pierre-Alain Frau, Jérémy Mathieu, Sylvain Monsoreau) et de joueurs plus expérimentés révélés parfois tardivement (Mickaël Pagis, Michaël Isabey ou le brésilien naturalisé tunisien Francileudo Santos).

La saison 2005-2006 est une saison de transition, les départs quasi simultanés de l'entraîneur Guy Lacombe et des meilleurs joueurs souhaitant légitimement faire évoluer leurs carrières dans des clubs plus prestigieux sonnant la fin d'un des plus beaux épisodes de l'histoire du club. Le FC Sochaux termine quinzième du championnat derrière Nantes et devant Toulouse.

La 2006-2007 fut un exercice réussi, grâce à l'embauche d'Alain Perrin comme nouvel entraîneur et à un recrutement intelligemment mené associant joueurs d'expérience tels Jérémie Bréchet, Jérôme Leroy ou encore Stéphane Pichot et jeunes stars montantes comme le Brésilien Álvaro Santos remarqué dans le championnat du Danemark, le Slovène Valter Birsa, l'espoir français Anthony Le Tallec et le meilleur joueur de Ligue 2 Karim Ziani, le club s'est classé septième en championnat de Ligue 1, a atteint les quarts de la Coupe de la Ligue et a remporté deux nouveau titres : le , le FC Sochaux-Montbéliard s'est emparé de la Coupe de France pour la deuxième fois de son histoire en s'imposant face à l'Olympique de Marseille, réalisant un doublé fabuleux puisque quelques heures auparavant, ce sont les jeunes du centre de formation qui ont remporté la Coupe Gambardella.

Nouvelle période de doute (2007-2014)

Alain Perrin, parti à l'Olympique lyonnais, est remplacé par Frédéric Hantz en provenance du Mans. Après un mauvais début de championnat, une 19e place au classement et une élimination dès le 1er tour de la coupe UEFA contre Panionios Athènes (défaite 0-2 à domicile puis victoire 0-1 à l'extérieur), Hantz est démis de ses fonctions le , moins de 6 mois après son arrivée. C'est Francis Gillot, ancien entraîneur du RC Lens qui lui succède après un intérim de 2 matchs de Jean-Luc Ruty, le directeur du centre de formation. Francis Gillot, le sixième entraîneur de Sochaux depuis 1999 réussit l'exploit de sauver le club de la relégation grâce à une très bonne seconde moitié de saison et les performances du jeune attaquant franco-turc Mevlüt Erding. Le , le président du club Jean-Claude Plessis en poste depuis 1999 part en retraite et laisse sa place à Alexandre Lacombe, directeur des ventes des automobiles Peugeot en France. Le binôme Gillot/Lacombe enchaîne deux saisons difficiles où le club flirte avec la relégation (14e en 2008-2009 puis 16e en 2009-2010).


En 2010-2011, le club réalise une très belle saison et termine à la cinquième place du championnat, se qualifiant ainsi pour la Ligue Europa. L'équipe composée d'une ossature issue de la Gambardella 2007 complétée de recrues venues de Ligue 2 propose un jeu très offensif reposant sur la technique et le collectif. Les révélations de cette équipe sont l'international algérien Ryad Boudebouz et Marvin Martin qui termine meilleur passeur de Ligue 1 avec 17 passes décisives et intègre l'équipe de France A en juin (doublé pour son premier match en Bleu face à l'Ukraine).

Malgré cette qualification en Ligue Europa, l'entraîneur Francis Gillot quitte le club. Mécha Baždarević, joueur emblématique du club pendant les années 1980, devient l'entraîneur du groupe. L'équipe est éliminée dès le premier tour de la Ligue Europa face au Metalist Kharkiv (0-0 à l'extérieur puis défaite 0-4 à domicile) et se retrouve 20e et relégable lorsque Mécha Baždarević est démis de ses fonctions le . Ce dernier est remplacé par le responsable de la réserve, Éric Hély qui sauve le club lors de la dernière journée, terminant même 14e du championnat à la suite de trois victoires consécutives lors des trois dernières journées de championnat. En fin de saison, Marvin Martin, sélectionné pour l'Euro 2012, signe pour le LOSC. D'autres joueurs cadres quittent le club comme le gardien de but Teddy Richert ou encore Jérémie Bréchet. Un nouveau cycle démarre pour le club qui garde sa confiance à Éric Hély pour la saison 2012-2013.

Les jaunes et bleus se retrouvent 18e à la mi-saison. Le FCSM doit composer avec un effectif très jeune et faire face à de nombreuses blessures lors de cette première partie de championnat. Le club enregistre peu de mouvements lors du mercato hivernal, avec le départ d'Abdoul Camara (PAOK Salonique) et l'arrivée de Giovanni Sio en provenance de Wolfsbourg. Alors 17e de Ligue 1, le FC Sochaux s'offre les trois « gros » du championnat en battant l'Olympique de Marseille (3-1), le Paris SG d'Ibrahimović au stade Bonal (3-2) et l'Olympique lyonnais (1-2). Toutefois, le , le président du club Alexandre Lacombe annonce sa démission. Le 28 mars, Laurent Pernet prend sa succession. Le maintien est finalement obtenu lors de la dernière journée de championnat à Bastia. Le FCSM finit 15e avec 41 points grâce notamment à une bonne deuxième partie de championnat. Le FC Sochaux repart pour une 66e saison au sein de l'élite (un Statistiques et records du championnat de France de football).

Lors de la saison 2013-2014, l’entraîneur Eric Hély démissionne alors que le club n'a encaissé que 2 points en sept journées de championnat et notamment une sévère défaite contre l'EA Guingamp (5-1). Il est remplacé par Hervé Renard, champion d'Afrique 2012 avec la Zambie, le 7 octobre. Une série de victoires et de matchs nuls permet au club de disputer une finale de maintien contre Évian Thonon Gaillard au stade Bonal. Dans l'obligation de gagner, le FCSM perd finalement le match sur le score de 0-3. À l'issue de cette dernière journée, le club se voit relégué en Ligue 2. Moins d'une semaine après la relégation, le groupe Peugeot en difficulté annonce sa volonté de se désengager du club qu'il a fondé près d'un siècle auparavant[12].

Descente en Ligue 2 et fin de l'ère Peugeot (depuis 2014)

Dans ce contexte, le mercato est difficile pour le FCSM, la plupart des joueurs cadres de l'équipe quittent le navire, à l'image de Sebastien Roudet, qui rejoint Chateauroux, de Sanjin Prcić, qui part au Stade Rennais, de Sébastien Corchia qui rejoint le LOSC. Olivier Echouafni, nouvel entraîneur du FCSM tente de créer une équipe compétitive en recrutant des joueurs expérimentés (Jean-Pascal Mignot, en provenance de l'AS Saint-Étienne, Florin Bérenguer du Dijon FCO, Pierre Gibaud de USJA Carquefou), Romain Habran, prêt du Paris Saint-Germain, Karl Toko-Ekambi du Paris FC, Famara Diedhiou du GFC Ajaccio, Matheus Vivian de l'En Avant de Guingamp, et en faisant signer à trois jeunes formés au club leur premier contrat professionnel : Marco Ilaimaharitra, Hilel Konaté et Lamanara Diallo. Après un début de saison difficile, les Sochaliens enchaînent les bons résultats et après une série de quatorze matchs sans défaite, reviennent à hauteur du podium à mi-saison. La deuxième moitié de la saison est beaucoup plus décevante, le club terminant finalement à une modeste 10e place.

Pour la saison 2015-2016, le club est pour la première fois de son histoire sans son actionnaire historique Peugeot. En effet, le club a été racheté le par le groupe Chinois Ledus, rejoignant ainsi le Paris Saint-Germain et l'AS Monaco dans le cercle des clubs français rachetés par un capital étranger. Il est le premier club en Europe à passer sous pavillon chinois. Dans la continuité de cette reprise, le président délégué Laurent Pernet annonce sa démission après deux années passées au club. Le club annonce l'arrivée de Ilja Kaenzig, qui prend officiellement ses fonctions de Président-directeur général le 15 août 2015[13],[14].

Après une série de six matchs sans victoire et une 17e place au classement, Olivier Echouafni est limogé de son poste d'entraîneur. Le duo Omar Daf - Eric Hély assure l'intérim pour trois matchs. Le 3 octobre, sa fin est annoncé par Ilja Kaenzig qui présente le nouvel entraîneur Albert Cartier. Sa performance d'avoir fait remonter le FC Metz en Ligue 1 ont convaincu les dirigeants qui misent sur une accession rapide. Pourtant, les Sochaliens vont réaliser une saison 2015-2016 chaotique flirtant avec la zone de relégation durant tout le championnat. Seule une victoire dans la dernière journée contre Clermont (2-0) assure le maintien en Ligue 2. Un exercice à peine compensé par le beau parcours en coupe de France où le FCSM parvient à faire tomber respectivement Bastia (1-2), Monaco (2-1) puis Nantes (3-2) avant d'être éliminé en demi-finale contre Marseille (0-1) à Bonal[15].

Palmarès et records

Palmarès

Le tableau suivant liste le palmarès du FC Sochaux-Montbéliard actualisé au 1er janvier 2010 dans les différentes compétitions officielles au niveau national, international, ainsi que dans les compétitions de jeunes. En tournoi amical, le club est vainqueur de la Coupe Peugeot 1931, et finaliste du Trophée Joan Gamper en 1989.

Palmarès du FC Sochaux-Montbéliard en compétitions officielles
Compétitions nationales Compétitions internationales

Bilan sportif

Ce tableau récapitule les statistiques du club depuis sa création en 1928 jusqu'à la saison 2011-2012 incluse. Les matches de la saison en cours ne sont donc pas pris en compte.

Nombre de buts marqués pour le FCSM
Compétition Saisons ou

participations

Titres 2e /
f.
3e /
1/2 f.
4e /
1/4 f.
J V N D BP BC DB
D1 / L1 66 2 - 3 5 3 2 330 856 618 856 3 367 3 222 +145
D2 / L2 10 2 - 2 3 1 384 195 108 81 705 378 +327
Coupe de France 80 ? 2 - 3 10 ? 13 ?
Coupe de la Ligue 18 1 - 1 1 2 37 20 - 17 54 47 +7
C1 0 0 - 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
C2 8 0 - 0 1 0 36 16 9 11 57 34 +23
C3 1 0 - 0 1 0 6 3 1 2 7 4 +3

Records nationaux

Records du club

  • Deuxième club ayant le plus grand nombre de saisons en D1/L1 : 66 (Premier : Marseille, 68)
  • Plus grand nombre de saisons consécutives en D2/L2 : 4 (2014-)
  • Plus large victoire à domicile: 12-1, Sochaux - Valenciennes, 1935/1936
  • Plus large victoire à l'extérieur: 1-7, Lyon - Sochaux, 1987/1988
  • Plus large défaite à domicile: 0-5, Sochaux - Monaco, 1994/1995
    1-6, Sochaux - Ajaccio, 2017/2018
  • Plus large défaite à l'extérieur: 8-0, RC Paris - Sochaux, 1959/1960
  • Matchs disputés (toutes compétitions confondues) : Albert Rust (454 matches)
  • Buts marqués (toutes compétitions confondues) : Roger Courtois (281 buts)

Image et identité

Couleurs et maillots

Sous l'impulsion de Jean-Pierre Peugeot, le FC Sochaux naît en 1928. Le choix des couleurs ne fait pas l'objet d'une grande discussion, c'est une évidence. Les footballeurs doubistes évolueront en jaune-bouton d'or et bleu roi, les teintes de Peugeot Automobiles mais aussi de la région Franche-Comté[16]. Depuis des décennies, les maillots sochaliens sont donc principalement de couleurs jaune et bleue. D'où le surnom des joueurs, les « Jaunes et bleus ». Néanmoins, la couleur majoritaire reste le jaune.

Le club a, à plusieurs reprises au cours de son histoire, changé d'écusson, mais le principe du lion sur fond jaune et bleu a toujours été présent et fait partie intégrante de l'identité du club. Ainsi, il est fréquent d'entendre l'appellation de Lionceaux au sujet des joueurs de l'équipe. Toutefois, ce surnom est à la base attribué aux équipes juniors du club mais désigne de plus en plus, par extension, l'équipe A professionnelle. En juillet 2015, suite aux changements de propriétaire, le logo du club rompt avec la tradition et abandonne le lion symbole de la marque automobile Peugeot pour un lion plus neutre rappelant un des symboles des armoiries franc-comtoises. Les couleurs jaune et bleu sont elles aussi tirées des armoiries franc-comtoises.

Joueurs et personnalités du club

Présidents

Jean-Claude Plessis, président du club entre 1999 et 2008.

Le Football Club Sochaux-Montbéliard tire sa force dans la stabilité de ses structures et de ses dirigeants.Ilja Kaenzig n'est ainsi que le dixième président sochalien en plus de soixante-quinze ans d'existence.

Présidents du FC Sochaux
Rang Nom Période
1 Louis Maillard-Salin 1928-1939
2 Antoine Peugeot 1939-1945
3 Gaston Turin 1945-1960
4 René Bouquet 1960-1974
5 Jacques Thouzery 1974-1994
Rang Nom Période
6 Gilles Daget 1994-1999
7 Jean-Claude Plessis 1999-2008
8 Alexandre Lacombe 2008-2013
9 Laurent Pernet 2013-2015
10 Ilja Kaenzig Depuis 15/08/2015

Entraîneurs et directeurs sportifs

Alain Perrin, entraîneur lors de la saison 2006-2007.

Depuis sa création en 1928, le club de Sochaux a été dirigé par 28 entraîneurs, soit une moyenne de 3 ans par entraîneur. Quatre d'entre eux ont été entraîneurs à deux reprises (Conrad Ross, Paul Wartel, Jean Fauvergue et Silvester Takač) et sur les six intérims qu'a connu le club, trois ont été assurés par d'anciens entraîneurs du club (Maurice Bailly, Paul Wartel et Paul Barret).

Les entraîneurs qui sont restés le plus longtemps en poste de manière continue sont Gabriel Dormois (8 ans : 1952-1960), Paul Barret (8 ans : 1969-1977) et Silvester Takač (7 ans : 1987-1994) mais c'est Paul Wartel qui détient la palme du nombre de saisons aux commandes de l'équipe première avec un total de 11 réparties en deux périodes (1939-1944 et 1946-1952). Depuis 1994, aucun entraîneur n'a enchaîné plus de trois saisons. Sept de ces entraîneurs étaient étrangers : l'Écossais Victor Gibson, l'Uruguayen Conrad Ross, le Tchécoslovaque Louis Dupal, les Yougoslaves Dobrosav Krstić et Silvester Takač, les Bosniens Faruk Hadžibegić et Mécha Baždarević[17],[18].

Entraîneurs du FC Sochaux[17],[18]
Rang Nom Période
1 Drapeau : France Maurice Bailly 1928-1929
2 Drapeau : Écosse Victor Gibson 1929-1934
3 Drapeau : France Maurice Bailly 1934
4 Drapeau : Uruguay Conrad Ross 1934-1935
5 Drapeau : France André Abegglen 1935-1936
6 Drapeau : Uruguay Conrad Ross 1936-1939
7 Drapeau : France Paul Wartel 1939-1944
8 Drapeau : France Étienne Mattler 1944-1946
9 Drapeau : France Maurice Bailly 1946
10 Drapeau : France Paul Wartel 1946-1952
11 Drapeau : France Gabriel Dormois 1952-1960
12 Drapeau : France Paul Wartel 1960
13 Drapeau : République tchèque Louis Dupal 1960-1962
14 Drapeau : France Roger Hug 1962-1967
Rang Nom Période
15 Drapeau : France Georges Vuillaume 1967
16 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Dobrosav Krstić 1967-1969
17 Drapeau : France Paul Barret 1969-1977
18 Drapeau : France Jean Fauvergue 1977-1981
19 Drapeau : France Pierre Mosca 1981-1984
20 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Silvester Takač 1984-1985
21 Drapeau : France Jean Fauvergue 1985-1987
22 Drapeau : France Paul Barret 1987
23 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Drapeau : République fédérale de Yougoslavie Silvester Takač 1987-1994
24 Drapeau : France Jacques Santini 1994-1995
25 Drapeau : France Didier Notheaux 1995-1996
26 Drapeau : Bosnie-Herzégovine Faruk Hadžibegić 1996-1998
27 Drapeau : France Philippe Anziani 1998-1999
28 Drapeau : France Jean Fernandez 1999-2002
Rang Nom Période
29 Drapeau : France Guy Lacombe 2002-2005
30 Drapeau : France Dominique Bijotat 2005-2006
31 Drapeau : France Alain Perrin 2006-2007
32 Drapeau : France Frédéric Hantz 2007
33 Drapeau : France Jean-Luc Ruty décembre 2007
34 Drapeau : France Francis Gillot 2008-2011
35 Drapeau : Bosnie-Herzégovine Mécha Baždarević 2011-2012
36 Drapeau : France Éric Hély 2012-2013
37 Drapeau : Sénégal Omar Daf (intérim) 2013
38 Drapeau : France Hervé Renard 2013-2014
39 Drapeau : France Olivier Echouafni 2014-sept 2015[19]
40 Drapeau : Sénégal Omar Daf, Drapeau : France Éric Hély (intérim) sept. 2015
41 Drapeau : France Albert Cartier octobre. 2015- juin. 2017
42 Drapeau : Allemagne Peter Zeidler juin. 2017 -

À la tête du secteur sportif du club, les personnalités suivantes se succèdent au poste de directeur sportif : Roger Dargein (1929-1934), Étienne Gredy (1934-1942), Fortuné Chabrier (1942-1960), Louis Deur (1960-1973), René Hauss (1973-1985), Léonard Specht (1998-1999) et Bernard Genghini (1999-2006).

Joueurs emblématiques

Nombre de buts marqués pour le FCSM
Joueur Ligue 1 Matchs officiels
Drapeau : France Roger Courtois 209 281
Drapeau : France René Gardien 121 156
Drapeau : France Stéphane Paille 50 80
Drapeau : France Pierre-Alain Frau 41 75
Drapeau : France Robert Pintenat 62 73
Drapeau : France Gérard Soler 67 73
Drapeau : France Bernard Genghini 60 71
Drapeau : Luxembourg Adolphe Schmit 25 70
Drapeau : Tunisie Francileudo Santos 34 67
Drapeau : Argentine Alberto Muro 57 65
Drapeau : France Jean-Louis Reignier 47 64
Drapeau : France Guy Lassalette 52 64
Drapeau : France Yannick Stopyra 57 61
Nombre de matchs joués pour le FCSM
Joueur Ligue 1 Matchs officiels
Drapeau : France Albert Rust 390 454
Drapeau : France Joseph Tellechéa 376 412
Drapeau : France Jean-Pierre Posca 358 420
Drapeau : France René Gardien 358 410
Drapeau : France Teddy Richert 323 376
Drapeau : Algérie Abdel Djaadaoui 307 362
Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Laszlo Seleš 296 347
Drapeau : France Roger Courtois 285 369
Drapeau : France Laurent Croci 278 319
Drapeau : France Michaël Isabey 265 366
Drapeau : France Philippe Lucas 262 328
Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Drapeau : Bosnie-Herzégovine Mécha Baždarević 244 339

Au début des Années 2010, le club publie une liste de joueurs marquants ayant joué sous les couleurs jaune et bleu. Cette liste, aussi dénommée Hall of Fame, comprend cinquante joueurs qui ont participé à la vie du club de l'avant-guerre jusqu'aux Années 2000[20],[21].

Dix de ces joueurs font partie de l'équipe talentueuse des Années 1930. Il s'agit de Antonio Lozes, Étienne Mattler, André Maschinot, Lucien Laurent, Bernard Williams, Roger Courtois, André Abegglen, János Szabó, Pierre Duhart et Laurent Di Lorto[20],[22].

Les années 1940 et 1950 du FC Sochaux-Montbéliard sont marquées par Pépi Humpal, Joseph Tellechéa, François Remetter, René Gardien, Jean-Jacques Marcel et Alberto Muro[20],[23].

Dans les années 1960 et 1970, le club est marqué par Claude Quittet, Bernard Bosquier, Dobrosav Krstić, Maryan Wisniewski, Vojislav Melić, Jacky Nardin, Georges Lech, Eugène Battmann, Laszlo Seleš, Gérard Soler, Robert Pintenat, Philippe Piat, Zvonko Ivezić, Patrick Revelli, Abdel Djaadaoui et Albert Rust[20]. Jean-Pierre Posca, non-membre du Hall of Fame, est un autre joueur marquant de cette période[24].

Les années 1980 et 1990, marquées par la finale de la Coupe de France 1987-1988, voient passer des joueurs comme Jean-Luc Ruty, Bernard Genghini, Joël Bats, Yannick Stopyra, Philippe Anziani, Franck Silvestre, Franck Sauzée, Stéphane Paille, Gilles Rousset, Jean-Christophe Thomas, Mécha Baždarević, Faruk Hadžibegić, Stéphane Cassard, Alain Caveglia et Henk Vos[20],[25].

Les trois joueurs du Hall of Fame actifs dans les années 2000 sont Pierre-Alain Frau, Benoît Pedretti et Francileudo Santos[20]. Les autres joueurs marquants de cette décennie selon le club sont Ryad Boudebouz, Michaël Isabey, Omar Daf, Jaouad Zairi, Camel Meriem et Teddy Richert[26].

Internationaux français

Un total de soixante-quatre joueurs du FCSM ont porté le maillot de l'équipe de France[27].

Internationaux français du FCSM par ordre alphabétique (en gras les joueurs ayant été sélectionnés durant leur contrat à Sochaux)
Joueur Sélections Buts
Anziani Philippe 5 1
Bats Joël 50 0
Biancheri Henri  2 0
Bosquier Bernard 42 3
Bréchet Jérémie 3 0
Bruat Marius 1 0
Cazenave Hector 8 0
Courtois Roger 22 10
Di Lorto Laurent 11 0
Duhart Pierre 6 1
Faivre Jacques 2 2
Ferri Jean-Michel 5 0
Finot Louis 7 0
Gabrillargues Louis 9 0
Garande Patrice 1 0
Gardien René 2 2
Joueur Sélections Buts
Genghini Bernard 27 6
Gnako Jérôme 2 0
Goujon Yvon 11 6
Guy André 8 2
Heiné Charles 2 0
Jacques Michel  1 0
Keller Curt 1 0
Kenner René  1 0
Koranyi Désiré 5 5
Korb Pierre 12 2
Laurent Jean 9 0
Laurent Lucien 10 2
Laurey Thierry 1 0
Lauri Michel 1 0
Lech Georges 35 7
Lehmann Maxime 2 0
Joueur Sélections Buts
Liberati Ernest 19 4
Lozes Antonio 3 0
Madar Mickaël 3 1
Marcel Jean-Jacques 44 3
Martin Marvin 15 2
Maschinot André 5 2
Mathieu Jérémy 5 0
Mattler Étienne 46 0
Menez Jérémy 24 2
Meriem Camel  3 0
Paille Stéphane  8 1
Parizon Patrick 3 1
Pedretti Benoît 22 0
Piasecki Francis 3 0
Pintenat Robert 3 1
Quittet Claude 16 0
Joueur Sélections Buts
Remetter François 26 0
Revelli Patrick 5 1
Rousset Gilles 2 0
Rust Albert  1 0
Sauzée Franck 39 9
Silvestre Franck 12 0
Simonyi André  4 1
Skiba Henri 3 0
Soler Gérard  16 4
Stopyra Julien 1 0
Stopyra Yannick 33 11
Tellechea Joseph 3 1
Vanucci Albert 2 0
Watteau Michel 1 0
Wisnieski Maryan 33 12
Zimako Jacques  13 2

Effectif professionnel actuel

Effectif professionnel actuel du FC Sochaux-Montbéliard pour la saison 2017-2018 au 29 juillet 2017[28]
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[Note 2] Nom Date de naissance Sélection[Note 3] Club précédent Contrat
16 G Drapeau de la France Prévot, MaxenceMaxence Prévot 09/04/1997 (20 ans) France Espoir 0 Formé au club 2015-2018
30 G Drapeau du Ghana Ati Zigi, Lawrence AtiLawrence Ati Ati Zigi 29/11/1996 (20 ans)
2017-2018
40 G Drapeau de la France Long, AubinAubin Long 20/03/1997 (20 ans)
2017-2018
2 D Drapeau de la France Alphonse, MickaëlMickaël Alphonse 12/07/1989 (28 ans)
FC Bourg-Péronnas 2016-2018
4 D Drapeau du Cameroun Teikeu, AdolpheAdolphe Teikeu 23/06/1990 (27 ans) Cameroun Tchornomorets Odessa 2015-2018
3 D Drapeau de la France Senzemba, NicolasNicolas Senzemba 25/03/1996 (21 ans) France -19 ans 0 Formé au club 2014-2019
5 D Drapeau du Maroc Bergdich, ZakaryaZakarya Bergdich 07/01/1989 (28 ans) Maroc Córdoba Club de Fútbol 2017-2018
12 D Drapeau de la France Ogier, FlorentFlorent Ogier 21/03/1989 (28 ans)
FC Bourg-Péronnas 2016-2018
23 D Drapeau de la France Pendant, JasonJason Pendant 09/02/1997 (20 ans)
2017-2018
25 D Drapeau de la France Senhadji, RayanRayan Senhadji 13/06/1997 (20 ans)
0 Formé au club 2016-2019
27 D Drapeau de la France Gibaud, PierrePierre Gibaud 22/04/1988 (29 ans)
USJA Carquefou 2014-2019
29 D Drapeau de l'Allemagne Kapp, PatrickPatrick Kapp 20/07/1997 (20 ans)
TSG 1899 Hoffenheim 2017-2018
6 M Drapeau de la France Fuchs, JeandoJeando Fuchs 11/10/1997 (20 ans) France -19 ans 0 Formé au club 2015-2019
7 M Drapeau de la France Bérenguer, FlorinFlorin Bérenguer 01/04/1989 (28 ans)
Dijon FCO 2014-2018
8 M Drapeau de la France Aktas, AxelAxel Aktas 15/07/1999 (18 ans)
0 Formé au club 2017-2018
14 M Drapeau de la France Martin, FlorianFlorian Martin 19/03/1990 (27 ans)
Chamois niortais 2015-2018
18 M Drapeau de la France Ruiz, JeanJean Ruiz 06/04/1998 (19 ans)
0 Formé au club 2016-2019
19 M Drapeau de l'Algérie Daham, SofianeSofiane Daham 15/01/1996 (21 ans)
0 Formé au club 2014-2018
22 M Drapeau de la France Tardieu, FlorianFlorian Tardieu 22/04/1992 (25 ans)
FC Istres 2014-2017
26 M Drapeau de la France François, MartinMartin François 23/12/1996 (20 ans)
0 Formé au club 2016-2018
24 M Drapeau de la France Ba, El HadjiEl Hadji Ba 05/03/1993 (24 ans) France -20 ans Stabæk 2017-2019
9 A Drapeau de la France Robinet, ThomasThomas Robinet 18/08/1996 (21 ans)
0 Formé au club 2016-2019
10 A Drapeau de la France Sao, MoussaMoussa Sao 17/10/1989 (28 ans) France futsal Le Havre AC 2015-2018
14 A Drapeau de la Tunisie Touzghar, YoannYoann Touzghar 29/11/1986 (30 ans) Tunisie AJ Auxerre 2017-2018
15 A Drapeau de la France flèche vers la droite Kalulu, AldoAldo Kalulu 21/01/1996 (21 ans)
Olympique Lyonnais 2017-2018
17 A Drapeau de la France Lasme, BrianBrian Lasme 14/11/1998 (19 ans)
2017-2018
20 A Drapeau de la France flèche vers la droite Bakayoko, AxelAxel Bakayoko 06/01/1998 (19 ans)
Inter Milan rés. 2017-2018
21 A Drapeau de la France Meïté, YakouYakou Meïté 11/02/1996 (21 ans)
2017-2018
28 A Drapeau de Madagascar Andriatsima, FanevaFaneva Andriatsima 03/06/1984 (33 ans) Madagascar US Créteil-Lusitanos 2016-2018
Entraîneur(s)
Préparateur(s) physique(s)
  • Drapeau : France Sandy Guichard
Entraîneur(s) des gardiens
Kinésithérapeute
  • Drapeau : France Gérard Calmelet
  • Drapeau : France David Laga
  • Drapeau : France Gaëtan Papin
  • Drapeau : France Frédéric Talbi
  • Drapeau : France Guillaume Bouillard
  • Drapeau : France Clément Marey
Médecin(s)
  • Drapeau : France Philippe Pasquier
  • Drapeau : France Fabrice Michel

Légende

Encadrement

Direction
Président Wing Sang Li
Directeur Général Ilja Kaenzig
Présidents d'honneur Éric Peugeot
Directrice financière Danièle Fontorbes
Directeur administratif Emmanuel Desplats
Directeur centre de formation Éric Hély
Responsable du recrutement Vacant[29]
Coordinateur du recrutement des jeunes Jean-Sébastien Mérieux
Recruteur Philippe Raschke
Sportif
Entraîneur Peter Zeidler
Entraîneur adjoints Pierre Alain Frau et Bruno Pascal
Entraîneur des gardiens Gérard Gnanhouan
Préparateur Physique Sandy Guichard
Médecins Fabrice Michel et Philippe Pasquier
Intendant Freddy Vandekerkhove
Entraîneur CFA Omar Daf
Préparateur physique CFA Jean-Philippe Blanc
Entraîneur des gardiens CFA Brice Morin

Infrastructures

Stade

Article détaillé : Stade Auguste-Bonal.

Le club du FC Sochaux-Montbéliard évolue dans une enceinte moderne de 20 005 places inaugurée en 2000 (à l'occasion du Trophée des champions) après rénovation : le stade Auguste-Bonal.

Centre de formation

Depuis 2014, le directeur du centre de formation est Eric Hély, ancien joueur professionnel.

Équipe de Sochaux à l'entraînement.

Le centre de formation a vu le jour en 1974[3]. Il a été remplacé en 2000 par le centre de formation aux métiers du football Roland-Peugeot situé dans le château Jean-Pierre Peugeot sur la commune de Seloncourt[3]. Le centre de formation du FCSM a été élu meilleur centre de Ligue 1 pour la saison 2011-2012[30]

En 2008, un rapport émanant de la Communauté d'agglomération du pays de Montbéliard met notamment en évidence l'absence de contrepartie financière versée par le club pour l'utilisation de ce centre. À ce jour, la situation reste inchangée.

Aspects économiques

Autres équipes

Équipes réserve et de jeunes

L'équipe réserve du FC Sochaux-Montbéliard évolue en CFA, quatrième échelon national et premier niveau accessible aux réserves.

Palmarès du FC Sochaux-Montbéliard
Compétition Vainqueur Finaliste
Coupe Gambardella (3) 1983, 2007, 2015 1975, 2010
Championnat de France des réserves 2009
Championnat de France U19 (1) 2003 1998
Championnat de France U17 (1) 2010 2006

Section handball

Une section de handball a également existé et a évolué au plus haut niveau du handball français dans les années 1960-70[31]. Plusieurs joueurs du club ont été internationaux français, tels Jean-Pierre Etcheverry, Roger Lambert ou encore Jean-Louis Silvestro. Le yougoslave Boro Golić, père du champion du monde français Andrej Golic, a également évolué à Sochaux lors de la saison 1967-68. Tous ces joueurs n’étaient pas formés à Sochaux, mais étaient venus car il y avait un avenir professionnel pour eux chez Peugeot notamment.

  • Championnat de France D1 :
    • Classement inconnu avant 1963
    • Demi-finaliste en 1964
    • 2e de la poule est en 1965
    • entre la 3e et la 6e place en 1966
    • Quart-de finale en 1967
    • Quart-de finale en 1968
    • 4e de la poule A en 1969
    • 3e de la poule A en 1970
    • 7e de la poule B en 1971
    • 8e de la poule B en 1972
    • 8e de la poule B en 1973
    • 6e de la poule A en 1974
    • 6e de la poule B en 1975
    • 9e de la poule B en 1976 (relégué)

Groupes de supporters

  • Joyriders Sochaux 1996 : principal groupe ultra du stade Bonal, fort de 150 membres et d'autant de suiveurs à chaque match. Ils étaient situés en seconde nord. Le groupe est en sommeil depuis mars 2014 et n'organise plus aucune animation en son nom[32]. Un rassemblement de supporters baptisé "Tribune Nord Sochaux" assure maintenant la majorité de l'ambiance au stade Bonal[33].
  • Supporter club du FCSM : née en 1933, cette association loi 1901 compte à l'heure actuelle près de 1 500 membres. Affiliée à la Fédération des Associations de Supporters du Football français, elle-même agréée par le ministère de la Jeunesse et des Sports, reconnue par la LFP et la FFF. Les deux chartes (Supporter et adhésion d'un club de supporters) figurent dans le guide officiel de la LFP. Elle organise aussi les déplacements à l'extérieur. Le groupe prend place en seconde sud.
  • Banda Ultra Sochaux 2003 : elle fut créée en 2003 prenant la suite des 100 % Sochaux 1998. Elle regroupe à l'origine la plupart des ultras historiques supportant le club. À l'intersaison 2005-2006, la quasi-totalité des fondateurs quittent le groupe, il ne compte aujourd'hui qu'une quinzaine de personnes qui ne sont quasiment plus actives.
  • Les IDS68 Lions d'Alsace 2003 : les indépendantistes Lions d'Alsace du secteur 68 à Bonal rassemblent les supporters franc-comtois en Alsace du club. Les Lions d'Alsace se sont séparés du Supporter club le 8 juin 2007 à la suite de la demande des membres et de son bureau et devient alors indépendante. Leur banderole et renommée « les indépendantistes du secteur 68 » et ils sont présents en tribune sud populaire depuis décembre 2011[34].
  • VAL 70 : groupe ultra regroupant les Haut-saônnois. Leur but est de suivre Sochaux partout en France et en Europe. Après avoir été affiliés au Supporter Club, ils rejoignent les joyriders sochaux pour deux saisons, depuis la saison 2011 ils rejoignent les Bonal Boys en populaire sud. Ce groupe est maintenant un groupe ultra.
  • Bonal Boys : cette Section n'est plus affiliée au Supporter Club et rejoint les IDS68 lions d'Alsace et le Val70 dans le nouveau secteur L du populaire Sud.
  • Section jeunes & bleus : section crée début de saison 2010-2011 qui est affiliée au supporter club est une section qui regroupe des jeunes supporters du FCSM.
  • Juralions : section de supporters du Haut-Jura crée en 2004 affiliée au Supporter Club du FCSM.
  • Les Parigots de Sochaux : section regroupant les supporters parisiens et franciliens du FCSM crée en 2013 et affiliée au Supporter club du FCSM.
  • Les Lions de l'INSAT : section regroupant les supporters de l'INSA de Toulouse du FCSM, créé en 2016 et affiliée au Supporter club du FCSM.

Annexes

Notes

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  3. Seule la sélection la plus importante est indiquée.

Ouvrages

Dictionnaire historique des clubs de football français
  1. a, b, c, d et e Collectif 1999, p. 410
  2. a, b, c, d, e, f, g et h Collectif 1999, p. 411-412
  3. a et b Collectif 1999, p. 413-414

Autres références

  1. « FCSM : Le Suisse Ilja Kaenzig remplace Laurent Pernet », France Bleu,‎ (lire en ligne)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i Jean-Louis Loubet, « Peugeot : Mai 1937 - À l'origine du foot moderne », L'Automobile Magazine, (consulté le 5 octobre 2012)
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m « F.C. Sochaux Montbéliard », sur memoire-sochaux.fr, Mairie de Sochaux (consulté le 17 août 2012)
  4. « Il y a quatre-vingts ans... », sur site officiel, FC Sochaux, (consulté le 5 octobre 2012)
  5. (en) « France (Coupe Sochaux) 1930/31 », RSSSF (consulté le 5 octobre 2012)
  6. (en) « Various Tournaments in Bruxelles/Brussel 1926-1958 », RSSSF (consulté le 8 octobre 2012)
  7. « Coupe de France 1936-1937 », sur fff.fr, Fédération française de football (consulté le 8 octobre 2012)
  8. a, b et c « Historique - De 1940 à 1959 », sur le site officiel, FC Sochaux (consulté le 12 octobre 2012)
  9. « COUPE DE FRANCE Saison 1943 - 1944 », sur fff.fr, Fédération française de football (consulté le 15 octobre 2012)
  10. Antoine Mourat, « Etienne Mattler », We are football (consulté le 15 octobre 2012)
  11. « Les Lionceaux, 60 ans après », sur le site officiel, FC Sochaux (consulté le 12 octobre 2012)
  12. Football: Peugeot va mettre en vente le FC Sochaux sur L'Express le 23 mai 2014.
  13. « Sochaux : le nouveau directeur général arrive le 15 août et vise la L1 », oui,‎ (lire en ligne)
  14. Pierre, « Ilja Kaenzig nouveau directeur général du FC Sochaux-Montbéliard », non,‎ (lire en ligne)
  15. https://www.francebleu.fr/sports/football/direct-suivez-sochaux-marseille-en-demi-finale-de-la-coupe-de-france-1461069781
  16. Nicolas Delage et Richard Place, À fleur de peau:40 maillots mythiques racontés par ceux qui les ont portés, t. Du cambouis sur le bouton-d'or, Calmann-Lévy, , e-book (ISBN 2702135129), Empl.1503
  17. a et b (en) Erik Garin, « France - Trainers of First and Second Division Clubs - Football Club de Sochaux-Montbéliard », sur rsssf.com, (consulté le 16 août 2012)
  18. a et b « Les anciens entraîneurs du FCSM », sur fcsochaux.fr (consulté le 16 août 2012)
  19. « Sochaux: Olivier Echouafni démis de ses fonctions », sur lequipe.fr, (consulté le 27 septembre 2015)
  20. a, b, c, d, e et f (en) « Hall of Fame », sur fcsochaux.fr (consulté le 15 août 2012)
  21. « Les grands noms de l'histoire du club », sur fcsochaux.fr (consulté le 15 août 2012)
  22. « Les grands noms d'avant-guerre », sur fcsochaux.fr (consulté le 15 août 2012)
  23. « Les grands noms des années 1940 et 1950 », sur fcsochaux.fr (consulté le 15 août 2012)
  24. « Les grands noms des années 1960 et 1970 », sur fcsochaux.fr (consulté le 15 août 2012)
  25. « Les grands noms des années 1980 et 1990 », sur fcsochaux.fr (consulté le 15 août 2012)
  26. FD, « Les grands noms des années 2000 à aujourd'hui », sur fcsochaux.fr, (consulté le 15 août 2012)
  27. « Le FCSM et l'équipe de France », sur fcsochaux.fr (consulté le 19 avril 2016)
  28. « Saison 2017-2018 - Effectif », sur fcsochaux.fr (consulté le 29 juillet 2017)
  29. « Caen : Maraval intègre la cellule recrutement - Mercato 365 », sur Mercato 365 (consulté le 18 avril 2016)
  30. Sochaux élu meilleur centre de formation 2012, eurosport, 10/07/2012
  31. « Handball - Quand les Experts étaient Sochaliens », L'Est Républicain, (consulté le 31 août 2017)
  32. Benoît Caen, « [Sochaux] Mise en sommeil des Joyriders 1996 03/03/2014 », sur www.mouvement-ultra.fr (consulté le 18 avril 2016)
  33. « Populaire Nord Secteur C, pour supporter activement le FCSM ! - Les news de PS », sur PlaneteSochaux (consulté le 18 avril 2016)
  34. http://sochaux-lions-alsace-asso.fr/

Bibliographie

  • Collectif, « Sochaux », dans Dictionnaire historique des clubs de football français, t. 2, Pages de Foot, (ISBN 2-913146-02-3), p. 410-416 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Liens externes

| discuter
Bon thème
20 articles
            Championnat de France de football masculin - les clubs champions
Ligue1 trophy.svg