Apremont-la-Forêt

(Redirigé depuis Fôret d'Apremont)

Apremont-la-Forêt
Apremont-la-Forêt
Église de la Nativité-de-la-Sainte-Vierge d'Apremont-la-Forêt.
Blason de Apremont-la-Forêt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meuse
Arrondissement Commercy
Canton Saint-Mihiel
Intercommunalité Communauté de communes Côtes de Meuse Woëvre
Maire
Mandat
Lionel Plantegenet
2014-2020
Code postal 55300
Code commune 55012
Démographie
Gentilé Asperomontais
Population
municipale
398 hab. (2016 en stagnation par rapport à 2011)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 51′ 22″ nord, 5° 38′ 23″ est
Altitude Min. 231 m
Max. 383 m
Superficie 32,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte administrative de la Meuse
City locator 14.svg
Apremont-la-Forêt

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Apremont-la-Forêt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Apremont-la-Forêt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Apremont-la-Forêt

Apremont-la-Forêt est une commune française située dans le département de la Meuse, en région Grand Est. En dialecte, le village se nommait Apramon.

Géographie

La commune fait partie du Parc naturel régional de Lorraine[1].

Toponymie

Le , Apremont est renommé Apremont-la-Forêt.

Histoire

Marbotte en 1916.

En 1285, Geoffroi d'Âpremont est l'un des héros du Tournoi de Chauvency.

En 1387, le village est le chef-lieu du comté d'Apremont, alors très puissant (290 villages en dépendaient). Ce comté est alors dirigé par la famille luxembourgeoise d'Autel. C'est seulement en 1599 qu'il est rattaché au duché de Lorraine.

Ce village fut aussi le siège d'un prieuré et d'une collégiale fondée par les impériaux. Leur château fut détruit durant la guerre 1914-1918 avec presque tout le village ; l'aide des Americaines et de Belle Skinner, une philanthrope d'Holyoke, Massachusetts, a permis de le reconstruire. une adduction d'eau a été installée grâce à l'administration municipale d'Holyoke en 1922. En honneur de cette aide, le village a renommé sa place principale, « Place d'Holyoke », et sa route principale « Rue Belle Skinner ». En retour, la ville d'Holyoke a renommé une route construite par les soldats américains « Apremont Highway »[2].

Le village au pied des Côtes-de-Meuse s'appelait Tigéville, dominé par le Château d'Apremont entouré de maisons.

Durant la Première Guerre mondiale, le village fut entièrement détruit puis reconstruit. Ce fut un point stratégique du saillant de Saint-Mihiel[3]. Ont combattus durant les combats en forêt d'Apremontles : 10e RI, 13e RI, 27e RI, 29e RI, 33e RI, 34e RI, 56e RI,134e RI, 171e RI, 172e RI, 210e RI, 227e RI, 372e RI, 16e RCC, 1er RA, 37e RA, 48e RA, 4e RG[4].

Maison d'Apremont

Article détaillé : Maison d'Apremont.

Le château d'Apremont est reconstruit au XIIe siècle par les sires d'Aspremont-Briey sur une montagne isolée non loin de Commercy. Il fut le chef-lieu d'une baronnie qui relevait de l'évêché de Metz. Au faite de sa gloire cette baronnie comprenait environ 280 villes et villages[5].

Politique et administration

Le , Apremont-la-Forêt fusionne avec Liouville, Marbotte et Saint-Agnant-sous-les-Côtes, sous le régime de la fusion-association[6].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2008 mars 2014 René Huret SE  
mars 2014 En cours Lionel Plantegenet    

Population et société

Démographie

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[8].

En 2016, la commune comptait 398 habitants[Note 1], en stagnation par rapport à 2011 (Meuse : -2,33 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
383566604592670719725697717
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
658658674620649587601566557
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
560511527212251218234199190
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
179159326284342337388402396
2016 - - - - - - - -
398--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

Un mémorial pour les soldats Américains de la 104e division d'infanterie, et de la ville d'Holyoke, qui a offerié une adduction d'eau pour le village.

Dans le massif boisé séparant les communes de Marbotte et Liouville, a été construit entre juin 1876 et septembre 1878 un fort appartenant à la ligne de défense reliant Toul à Verdun. L'édifice est renforcé entre 1892 et 1910. À partir du , les troupes allemandes bombardent le fort avec des obus de gros calibre. Une des deux tourelles, équipée d'un canon de 155 mm, est endommagée le 27. L'arrivée du 8e corps permet au gouverneur du fort de donner l'ordre d'évacuer le 30 septembre. Mis hors d'usage après huit jours de bombardements, le fort ne servira plus que de poste d'observation jusqu'en 1918 où la tourelle restée intacte apportera son soutien aux troupes américaines lors de la reprise du saillant de Saint-Mihiel.

La restauration du fort a été entreprise par l'« Association de Sauvegarde du Fort de Liouville ». Des visites sont organisées tous les troisièmes dimanches de chaque mois d’avril à fin octobre ou sur rendez-vous.

Édifices religieux

  • Église de la Nativité-de-la-Sainte-Vierge à Apremont-la-Forêt, construite en 1723, détruite au cours de la Première Guerre mondiale et reconstruite en 1926.
  • Église Saint-Agnant à Saint-Agnant-sous-les-Côtes, XIXe siècle reconstruite en 1931.
  • Église de la Translation-de-Saint-Nicolas à Liouville, XIXe siècle.
  • Église Saint-Gérard à Marbotte, XIXe siècle.
  • Chapelle de la commanderie des Templiers (privé).

Personnalités liées à la commune

Héraldique

Blason de Apremont-la-Forêt Blason Écartelé: au 1er de gueules à la croix d'argent, au 2e d'or au tétragone bastionné et évidé de gueules, au 3e d'or à la mitre de gueules chargée d'une tiercefeuille d'argent, au 4e d'argent à la croix pattée de gueules.
Détails
Création Robert André Louis et Dominique Lacorde. Adopté le 18 septembre 2018.
Blason Blasonnement :
De gueules à la croix d'argent.
Commentaires : Telles sont les armoiries de Geoffroi décrites par Jacques Bretel lors du Tournoi qui eut lieu à Chauvency-le-Château. Ce seigneur avait épousé Isabelle de Quiévrain.
Blason Blasonnement :
De gueules à croix d'argent chargée de 5 coquilles de sable.
Commentaires : Armes de Thomas d'Âpremont, frère de Geoffroi, époux de Jeanne de Quiévrain.

Voir aussi

Bibliographie

Archives généalogiques et historiques de la noblesse de France, ou Recueil de preuves, mémoires et notices généalogiques, servant à constater l'origine, la filiation, les alliances et les illustrations religieuses, civiles et militaires de diverses maisons et familles nobles du royaume, volume 9, P. Louis Lainé, 1844, p. 14 à 43 Google livres

Articles connexes

Liens externes

  • Apremont-la-Forêt sur le site de l'Institut géographique national
  • Apremont-la-Forêt sur le site de l'Insee

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références

  1. Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, Décret no 2015-73 du 27 janvier 2015 portant renouvellement du classement du parc naturel régional de Lorraine, (lire en ligne)
  2. « Apremont Way Between Holyoke and Westfield Is Formally Dedicated », Springfield Republican, Springfield, Mass.,‎  :

    « [In a letter from the mayor of Apremont] 'I can never thank too much,' it read, 'in the name of the commune of Apremont La Forget [sic] the brave soldiers of the 26th American division and especially the 104th infantry, who really contributed to the deliverance of our village...we have never forgotten you here–everything is a reminder of your generous presence. The village square is named Place d'Holyoke, in memory of the city of that name...the main street is the Rue Belle Skinner, given this honor in memory of the great friend of the commune, a woman with a big heart »

  3. Renseignement trouvé à la mairie du village et/ou témoigné par les récits de certains de ses habitants.
  4. Monuments commémoratifs
  5. Archives généalogiques et historiques de la noblesse de France
  6. http://www.insee.fr/fr/methodes/nomenclatures/cog/fichecommunale.asp?codedep=55&codecom=012
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.