Féminisme en France

Le féminisme en France naît au milieu du XIXe siècle mais bien avant des personnalités s'étaient préoccupées de l'égalité entre les hommes et les femmes. Plusieurs courants ont coexisté et des divergences existent encore même si le but est le plus souvent le même, à savoir l'égalité totale.

Histoire

Timides débuts

Christine de Pisan (née en 1364 et morte en 1430) est l'auteure de la Cité des Dames (1404-1405) et du Livre des trois vertus à l'enseignement des dames (1405). Elle apparaît sous la plume de Simone de Beauvoir comme la première femme à dénoncer la misogynie[1].

Au XVIIe siècle, d'autres auteurs, comme Marie de Gournay ou François Poullain de La Barre, reprennent le flambeau[2]. La demande principale est l'accès à l'éducation pour les jeunes filles mais ce combat est long avant de porter ses fruits. L'éducation des filles est faite par des religieuses et se borne le plus souvent à enseigner le catéchisme et la lecture alors que l'écriture est délaissée[3].

Période révolutionnaire

La révolution française est une période pendant laquelle les droits des femmes ont été l'objet de nombreux débats. Lors de la convocation des États généraux les femmes nobles et les religieuses peuvent être représentées par l'ordre auxquelles elles appartiennent. Quant aux femmes du peuple, dès l'écriture des cahiers de doléances, elles réclament l'amélioration de leur condition dont le droit à l'éducation vient en tête[4].

Le marquis de Condorcet

Article détaillé : Nicolas de Condorcet.

Le marquis de Condorcet est très tôt un défenseur de l'égalité entre femmes et hommes et dès 1787, il affirme, dans Lettres d’un bourgeois de New Haven à un citoyen de Virginie, l'égalité des hommes et des femmes[5]. Durant la Révolution, il propose, dans un article du Journal de la Société de 1789 : Sur l'admission des femmes au droit de cité publié le 3 juillet 1790, d'accorder le droit de vote aux femmes[6].

Olympe de Gouges

En France, en 1791, Olympe de Gouges rédige la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne et demande que l'on rende à la femme les droits naturels que les préjugés lui ont retirés. Elle réclame les mêmes droits civils que ceux accordés aux hommes[7]. Son combat ne se limite ps à la politique et elle demande aussi que soient créés des maternités qui permettraient aux femmes d'accoucher dans de meilleures conditions. Elle imagine un système de protection maternelle et infantile et milite pour la suppression du mariage religieux qui serait alors remplacé par un contrat civil de partenariat. Ses opinions politiques la rapprochent des Girondins et lors de la purge organisée par les Montagnards elle est guillotinée en 1793[8].

Première vague féministe

Des origines à 1914

Les premières féministes françaises apparaissent en France après les années 1860. André Léo, pseudonyme de Léodile Champseix[9] profite de la relative liberté promue par le second Empire à ses débuts, pour publier des ouvrages consacrés à l'égalité des sexes. En 1866, elle crée l'« Association pour l'amélioration de l'enseignement des femmes » et en 1868, elle publie un texte défendant l'égalité des sexes qui est à l'origine du premier groupe féministe français[10]. D'autres femmes défendent aussi l'idée de la libération des femmes comme Julie Daubié, première femme à obtenir le baccalauréat en 1861, Paule Minck, Amélie Bosquet, Adèle Esquiros, etc[9]. Toute cette réflexion se traduit par la création de journaux comme Le Droit des femmes de Léon Richer en 1869 et d'associations comme la «Société pour la revendication des droits civils de la femme» par André Léo aussi en 1869. Les différents mouvements pour l'amélioration de la condition féminine ne sont pas alors toujours d'accord sur ce qui est primordial. Les uns mettent en avant l'éducation des filles alors que d'autres réclament l'égalité civile avant tout[11].

En 1878, se tient le premier Congrès international du droit des femmes qui travaille surtout sur l'amélioration du droit dans la vie courante (droit du travail, reconnaissance du travail ménager, etc.) et ne se préoccupe pas du tout des droits politiques. À part une minorité dont fait partie Hubertine Auclert, personne ne réclame l'égalité complète de l'homme et de la femme. Si les socialistes dans les premiers temps de la République soutiennent cette idée, ils l'oublient rapidement à partir du congrès du Havre en 1880. Cette fin du XIXe siècle est une période d'améliorations limitées de la condition des femmes, dont les rôles doivent se limiter à ceux de l'épouse et de la mère ; elle est aussi marquée par la naissance de groupes féministes dont le but est l'égalité complète. La plupart des féministes préconisent une stratégie sur le long terme avec une progression continue des droits. Dans ce mouvement modéré se retrouvent la « Société pour l'amélioration du sort des femmes » fondé en 1878 et présidé par Maria Deraismes et la « Ligue française pour le droit des femmes » fondé en 1882 par Léon Richer[12]. Toutefois certaines femmes sont beaucoup plus virulentes comme Hubertine Auclert qui préconise la grève de l'impôt et veut inscrire les femmes sur les listes électorales. Elle organise le 14 juillet 1881 la première manifestation féministe en opposant la prise de la Bastille et le refus d'accorder des droits aux femmes[12]. C'est aussi elle qui donne au mot féminisme son sens actuel de lutte pour améliorer la condition féminine[13]. En effet, jusqu'alors le mot était soit un terme médical utilisé pour désigner les sujets masculins dont le développement de la virilité s'est arrêté[14], soit, sous la plume d'Alexandre Dumas fils un terme péjoratif[15].

Dans les années 1890, le nombre d'associations féministes augmente ; chacune ayant des sensibilités différentes. En 1891, est créée la Fédération française des sociétés féministes pour les rassembler. Ces associations multiplient les actions pour faire évoluer le droit des femmes et particulièrement les droits civiques. Il faut noter toutefois que nombre de ces associations ont un caractère philanthropique et mêlent à leurs revendications des actions pour aider les démunis. Ceci n'est d'ailleurs pas toujours du goût des féministes radicales. Face à ces demandes, les pouvoirs en place accordent de nouveaux droits comme le droit de divorcer mais tentent de renvoyer sans cesse les femmes au foyer[16]. Ainsi, en 1889 le « Congrès international du droit des femmes » est renommé « Congrès des œuvres et institutions féminines » et la présidence est assurée par un homme, Jules Simon. Pour faire face à cela, des féministes, en juin 1889, sous la direction de Léon Richer et Maria Deraismes organisent le Congrès du droit des femmes[17]. D'autres féministes partagent ce point de vue comme Marguerite Durand. Elle crée le journal la Fronde pour présenter les actions féministes[18]. Ainsi le féminisme français se partage entre organisations assagies et mouvements radicaux. Les premières coopèrent avec le pouvoir en place alors que les secondes critiquent la faiblesse de ce genre de mouvement. Un cas exemplaire est la création en avril 1901 du Conseil national des femmes françaises marqué par le protestantisme. À ses débuts, le conseil n'est pas féministe mais il évolue peu à peu et en 1907, 102 organisations, regroupant 73 000 membres en font partie. Les féministes finissent par en prendre le contrôle et en 1909 le conseil crée l'Union française pour le suffrage des femmes qui a pour fin de créer un parti féministe. Le nombre de membres de l'Union progresse rapidement et passe de 6 000 en 1912 à 12 000 en 1914[19]. Cependant le conseil est vivement critiqué par des féministes comme Madeleine Pelletier et Hubertine Auclert qui lui reprochent ses liens avec l'église protestante et sa pusillanimité[20]. Cet âge d'or du féminisme est aussi marqué par la diffusion de nombreux journaux comme La Suffragiste de Madeleine Pelletier dans lequel tous les thèmes (droit de vote, harcèlement sexuel, etc.) sont abordés[21].

De 1914 à 1945

Durant la première guerre mondiale les organisations féminines se rallient très majoritairement à l'effort de guerre et mettent de côté leurs exigences électorales. Malgré cette soumission et l'évolution de la place des femmes qui remplacent les hommes partis au front, la loi et les mentalités changent peu. La femme doit rester au foyer et se soumettre à son époux. Le travail féminin est considéré alors comme un mal nécessaire[22]. L'immédiate après-guerre ne change pas la donne et les mouvements féministes ne sont plus dans une phase de combat contre l'idéologie masculine. Les féministes continuent de réclamer l'égalité des droits mais acceptent dans le même temps l'image idéale de la femme, mère au foyer. Ceci est d'autant plus important que la baisse de la population causée par la guerre entraîne une politique familiale volontariste. La plupart des féministes sont donc d'accord avec les lois réprimant l'avortement votées en 1920. Cependant cette identité féminine liée à la maternité sert aussi à réclamer l'amélioration de la condition des femmes, et en particulier des travailleuses. Pour protéger les mères, il faut que la loi leur accorde des droits[23]. Le droit de vote est alors toujours une demande forte qui se fait plus pressante à mesure que d'autres états l'accordent aux femmes. Après la Russie en 1917, l'Angleterre en 1918, l'Allemagne en 1919 et les États-Unis en 1920, le retard français apparaît incohérent. En 1919, sur la proposition de René Viviani et Aristide Briand le droit de vote des femmes est voté par l'Assemblée Nationale mais le Sénat rejette le projet de loi en 1922[24]. Cela ne décourage pas les féministes qui multiplient les actions. Certaines militent dans les partis politiques, d'autres diffusent des tracts, placardent des affiches ou manifestent[25]. Malgré cela, rien ne change et, au contraire, dans les années 1930 la situation empire. La montée du chômage liée à la crise économique renvoie les femmes dans leurs foyers. L'opinion publique, quelle que soit son orientation politique, considère majoritairement que la place naturelle des femmes est d'être à sa maison pour s'occuper de son mari et de ses enfants. Certaines féministes refusent cela et, sous l'influence de Louise Weiss, organisent des actions dans la rue pour que la visibilité de leur combat soit améliorée. Ainsi en 1935, des femmes s'enchaînent à la colonne de Juillet et en 1936 elles interrompent la course hippique de Longchamps.

En 1935 puis en 1936, l'assemblée nationale accepte le droit de vote des femmes mais le sénat refuse encore de se saisir de la proposition de loi qui ne débouche donc sur rien[26]. Une exception notable à cet assujettissement des femmes est la loi sur les droits civils de la femme mariée votée 18 février 1938. Bien que le mari reste le chef de famille, l'épouse peut accomplir plusieurs actes de la vie civile comme ouvrir un compte ou faire des études sans avoir l'autorisation de son époux[27]. La place de la femme sous le régime de Vichy est évidemment au foyer et cette idéologie n'a pas de difficulté à s'imposer puisqu'elle était déjà présente les années d'avant-guerre. La restauration de la République après la victoire alliée apporte avec elle le droit de vote et le droit d'être éligible aux femmes. Dans ces années de reconstruction, cette avancée n'est même pas mise en avant, comme si elle apparaissait normale[28]. Cependant cette victoire ne signifie pas une remise en cause de l'image de la femme. Comme après la première guerre mondiale, la maternité est mise en valeur pour compenser les morts et les naissances qui n'ont pas eu lieu durant les années d'occupation.

Deuxième vague du féminisme

photographie en noir et blanc de Simone de Beauvoir en gros plan.
Simone de Beauvoir en mars 1967.

Les organisations féministes s'étiolent durant les années 1950. Il faudra attendre les années 1960 pour qu'elles reprennent de la vigueur avec pour objectif la maîtrise de la procréation[29].

L'une des sources de cette deuxième vague de féminisme est la publication, en 1949, de l'essai de Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe. Dans cet ouvrage, l'auteure montre comment la société construit le genre féminin à partir du déterminisme biologique et comment la femme apparaît, dans l'imaginaire masculin, comme « l'autre »[30]. Le discours féministe et existentialiste de cet ouvrage a une grande influence sur les lectrices qui vont aussi s'inspirer des mouvements anglo-saxons, les Women's Lib, pour mener leurs combats. À la fin des années 1960, des groupes féministes se forment sans qu'ils soient unifiés. Le rapprochement se fait à partir de 1970, bien que la date exacte soit sujette à controverse, et des actions sont organisées dès cette année-là[31]. En mai, le journal L'Idiot international de Jean-Edern Hallier publie Combat pour la libération des femmes. Ce texte est suivi d'une action le 26 août 1970, lorsque des femmes, dont Christiane Rochefort et Monique Wittig, tentent de déposer une gerbe sous l'Arc de triomphe en hommage à la femme du Soldat inconnu. C'est cette date qui est souvent retenue pour marquer la naissance du Mouvement de libération des femmes[32].

Les militantes ont alors l'impression d'être les laissées pour compte de mai 1968 et veulent transformer la société qui ne semble leur réserver qu'un rôle domestique ou technique. Les combats principaux portent sur la reconnaissance du travail domestique, la libération de la sexualité et le droit à l'avortement libre et gratuit[31]. En 1971, à l'initiative des journalistes Jean Moreau et Nicole Muchnik, Simone de Beauvoir rédige le manifeste des 343. Cette pétition signée par 343 Françaises, connues ou inconnues, qui se sont fait avorter, s'exposant à l'époque à des poursuites pénales, paraît dans Le Nouvel Observateur du 5 avril et commence par ces mots : « Un million de femmes se font avorter chaque année en France. Elles le font dans des conditions dangereuses en raison de la clandestinité à laquelle elles sont condamnées, alors que cette opération, pratiquée sous contrôle médical, est des plus simples. On fait le silence sur ces millions de femmes. Je déclare que je suis l'une d'elles. Je déclare avoir avorté. De même que nous réclamons le libre accès aux moyens anticonceptionnels, nous réclamons l'avortement libre »[33]. Le droit à l'avortement sera gagné lors de l'adoption de la loi Veil du 17 janvier 1975 dépénalisant l'interruption volontaire de grossesse[34].

Précédemment, les luttes féministes avaient déjà permis la légalisation du droit à la contraception en 1967 et 1974[35]. Sur d'autres points, les femmes parviennent aussi à obtenir l'égalité : mixité des concours de la fonction publique en 1974, interdiction des licenciements motivés par le sexe ou la situation familiale des personnes, instauration du divorce par consentement mutuel[36].

Situation actuelle

Notes et références

  1. Simone de Beauvoir, Le deuxième sexe, Gallimard,
  2. (en) Miram Schneir, Feminism : The Essential Historical Writings, (ISBN 0-679-75381-8)
  3. Sylvie Steinberg, « Y a-t-il eu une Renaissance pour les femmes ? », dans Geneviève Dermenjian, Irène Jami, Annie Rouquier et al., La place des femmes dans l'histoire : une histoire mixte, Paris, Éditions Belin, (ISBN 978-2-7011-5391-9), p. 103-104,108
  4. Riot-Sarcey 2008, p. 6
  5. Condorcet, Lettres d’un bourgeois de New Haven à un citoyen de Virginie, t. 9, Paris, Firmin Didot frères, (lire en ligne), p. 14 sqq.
  6. Nicolas de Condorcet, « Sur l'admission des femmes au droit de cité », Journal de la Société de 1789,‎ , disponible sur Gallica
  7. Olympe De Gouges, Les droits de la femme, , 24 p. (lire en ligne)
  8. Olivier Blanc, « Celle qui voulut politiquer », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  9. a et b Riot-Sarcey 2008, p. 51
  10. Riot-Sarcey 2008, p. 50
  11. Riot-Sarcey 2008, p. 52
  12. a et b Riot-Sarcey 2008, p. 56
  13. Françoise Lautman, Ni Ève ni Marie : luttes et incertitudes des héritières de la Bible, Labor et Fides, , 350 p. (ISBN 978-2-8309-0882-4), p. 212
  14. « Histoire du féminisme », sur Encyclopedia Universalis (consulté le 1er mars 2015)
  15. Alexandre Dumas fils, L'Homme-femme : réponse à Henri d'Ideville, Paris, Michel Levy frères, (présentation en ligne), p. 91
  16. Riot-Sarcey 2008, p. 58
  17. Riot-Sarcey 2008, p. 57
  18. Riot-Sarcey 2008, p. 59
  19. Claude Maignien et Charles Sowerwine, Madeleine Pelletier : une féministe dans l'arène politique, Paris, Les Éditions ouvrières, (lire en ligne), p. 129
  20. Riot-Sarcey 2008, p. 61
  21. Riot-Sarcey 2008, p. 62
  22. Riot-Sarcey 2008, p. 66
  23. Riot-Sarcey 2008, p. 72
  24. Riot-Sarcey 2008, p. 73
  25. Riot-Sarcey 2008, p. 77
  26. Riot-Sarcey 2008, p. 82
  27. Riot-Sarcey 2008, p. 80
  28. Riot-Sarcey 2008, p. 86
  29. Riot-Sarcey 2008, p. 88
  30. Code 2000, p. XXIII.
  31. a et b Bard, Capdevila, Dubesset et al. et Les mots de l'histoire des femmes 2004, p. 64.
  32. Riot-Sarcey 2008, p. 99.
  33. Simone de Beauvoir, « Manifeste des 343 », Le Nouvel Observateur, no 334,‎ (lire en ligne).
  34. « Histoire et théories du mouvement féministe », sur Institut de recherches et d'études sur le syndicalisme et les mouvements sociaux (consulté le 18 mars 2015).
  35. Bard, Capdevila, Dubesset et al. et Les mots de l'histoire des femmes 2004, p. 28.
  36. Riot-Sarcey 2008, p. 102.

Annexes

Bibliographie

  • Michèle Riot-Sarcey, Histoire du féminisme, Paris, La Découverte, coll. « Repères », (ISBN 978-2-7071-5472-9)

Articles connexes