Eurofighter Typhoon

Eurofighter Typhoon
Vue de l'avion.
Un Typhoon italien en vol

Constructeur Drapeau : Allemagne Drapeau : Espagne Drapeau : Italie Drapeau : Royaume-Uni Eurofighter GmbH
Rôle Avion multirôle
Statut En service
Premier vol
Mise en service
Coût unitaire 126,25 millions £[1],[2],[3] (développement et production)
Nombre construits 539 (au 30 avril 2018)[4]
Équipage
1 pilote (monoplace)
1 pilote et 1 pilote navigateur (biplace)
Motorisation
Moteur Eurojet EJ200-3A
Nombre 2
Type Turboréacteurs avec postcombustion
Poussée unitaire 60 kN (90 kN avec postcombustion)
Dimensions
Envergure 10,95 m
Longueur 15,96 m
Hauteur 5,28 m
Surface alaire 51,2 m2
Masses
À vide 11 000 kg
Carburant Interne : 4 000 kg
Externe : 4 000 kg
Maximale 21 000 kg
Performances
Vitesse maximale 2 120 km/h (Mach 2,0[6])
Plafond 16 800 m
Vitesse ascensionnelle 15 240 m/min
Rayon d'action 1 852[5] km
Armement
Interne 1 canon Mauser BK-27 (27 mm)
Externe IRIS-T, SCALP-EG, AIM-9 Sidewinder, AIM-120 AMRAAM, AIM-132 ASRAAM, BVRAAM Meteor, AGM-88 HARM, MDBA ALARM. Bombes Paveway II (GBU-10, GBU-16), Paveway III (GBU-24A/B), Enhanced Paveway, Paveway IV,JDAM, Brimstone, TAURUS KEPD 350 et Désignateur laser Litening
Avionique
Système HOTAS, Liaison de données tactiques Liaison 16 et terminal MIDS, radar CAPTOR, système PIRATE d'acquisition passif et CME

L'Eurofighter Typhoon est un avion de combat bi-réacteur, ailes delta et plan canard, multi-rôles développé par le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne regroupés dans le consortium Eurofighter GmbH, pays qui ont reçu leurs premiers appareils de série en 2004. L'Autriche, Oman, le Koweït, l'Arabie saoudite et le Qatar s'en sont également portés acquéreurs, portant le total des commandes à 623. Au , 540 Eurofighters avaient été livrés[7].

Conception

Accords

Cocarde du consortium formé par l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie et le Royaume-Uni

C'est en décembre 1983 que des entretiens en vue de définir un avion multi-rôles européen ont débuté entre les états-majors français, allemand, italien, espagnol et britannique. L'étude de faisabilité a été entamée en juillet 1984, mais des divergences entre la France (qui préférait un avion plus léger, multirôle, navalisable et équipé de ses nouveaux réacteurs M88) et les autres pays, qui souhaitaient un chasseur destiné à la supériorité aérienne (dans un contexte de Guerre froide) apparurent. Ainsi l'État français se retire du programme dès juillet 1985 pour développer son propre projet, le Dassault Rafale. Les autres pays se partagent le budget du programme à raison de 33 % pour l'Allemagne, 33 % pour le Royaume-Uni, 21 % pour l'Italie et 13 % pour l'Espagne.

Le concept final, adopté à la fin de l'année 1987, reprend certaines caractéristiques du démonstrateur EAP (Experimental Aircraft Program) construit par British Aerospace et dont le premier vol s'est déroulé le . Les contrats concernant le développement du réacteur Eurojet EJ200 (8 900 kg de poussée) sont signés le , les deux premiers prototypes recevant en attendant des Turbo-Union RB 199 (7 264 kg de poussée).

À ce moment, le premier vol est prévu pour 1991 et les livraisons pour 1996. Les commandes envisagées étaient alors de 765 appareils, à raison de 250 exemplaires pour l'Allemagne et le Royaume-Uni, 165 pour l'Italie et 100 pour l'Espagne[8]. En fait, à la demande de l'Allemagne, qui désirait réduire le coût de l'appareil et examiner diverses autres options techniques, le programme a été réexaminé. Sept configurations différentes pour le futur EFA (European Fighter Aircraft) ont été comparées, tandis que l'Italie et l'Espagne gelaient provisoirement leurs études en octobre 1992. La conférence ministérielle internationale tenue le 10 décembre de la même année a permis la relance du programme sous l'appellation Eurofighter Typhoon, la mise en service étant alors prévue pour 1999.

Le prototype a tour à tour pris différents noms, d'abord EFA (European Fighter Aircraft, c'est-à-dire avion de chasse européen) puis Eurofighter ensuite Eurofighter 2000. Le nom finalement utilisé pour les avions de série est Eurofighter Typhoon.

Essais

Le moteur EJ200 de l'Eurofighter Typhoon

En 1996, les recherches d'économies ont été abandonnées et la firme Eurofighter GmbH a eu l'autorisation de développer le modèle initialement prévu. On espérait alors que les premières livraisons de série auraient lieu aux quatre forces aériennes concernées en 2001, la RAF voulant disposer d'une première unité opérationnelle en 2005. À l'origine, huit appareils de développement, appelés DA, devaient être construits, mais l'un d'eux a été supprimé au début de 1991 par souci d'économie.

Les sept avions d'essais sont :

  • Le DA1 (codé 98+29), construit par la firme Allemande DASA à Ottobrunn était un monoplace et devait décoller de Manching le . Mais, en raison de problème de commandes de vol, il n'a pu quitter le sol que le . En 1997, ses réacteurs RB199-122 ont été remplacés par des EJ200.
  • Le DA2 (codé ZH 588), sorti de l'usine de la Bae de Warton , également monoplace, a effectué son premier point fixe le mais n'a volé que le . Il a également reçu, en 1997, les réacteurs EJ200. Cet avion a été perdu en à la suite d'un problème moteur.
  • Le DA3 (codé MMX602), fabriqué par Alenia Aeronautica à Turin, doté dès le début de EJ200, a volé le .
  • Le DA4 (codé ZH 590), britannique, est le premier biplace et le premier appareil comportant l'ensemble du système radar. Sorti d'usine le , il a effectué son vol initial le .
  • Le DA5 (codé 98+30), monoplace, destiné aux essais d'armement, a volé le . En cet appareil aura été le premier Typhoon à voler équipé du nouveau radar CAESAR (CAPTOR Active Electronically Scanned Array Radar - Radar à antenne à balayage électronique actif).
  • Le DA6 (codé XCE.16-01), sorti de l'usine CASA de Séville, second biplace, a accompli son premier vol le . Il s'écrasa le à la suite d'une double extinction moteur[8].
  • Enfin, le DA7 (codé MMX603), italien, a volé le .

Commandes et coût du programme

Commandes et coût du programme par la Cour des comptes britannique

Le , le gouvernement allemand a décidé de financer la production de 180 exemplaires livrables à partir de 2002. L'Italie en achètera 121 et l'Espagne 87, quantités en net retrait par rapport aux premières intentions.

En 2011, la hausse du coût du programme Eurofighter Typhoon a conduit le ministère de la Défense britannique à réduire la cible de 232 à 160 appareils et la Cour des comptes britannique (National Audit Office) estime que les 160 appareils de la Royal Air Force coûteront (développement + production + possession) aux Britanniques 37,1 milliards de livres (43,6 milliards d'euros) soit 272 millions d'euros (+75 % du coût initial) pour chacun des 160 Eurofighter commandés, soit près du double du coût unitaire estimé de chaque Rafale (142,3 millions d'euros) selon la cour des comptes française[2]. Le coût par heure de vol est estimé par Der Spiegel[9], sur base du coût d'un vol d'essai de 2009, à 73 992 euros[10], il est cependant estimé à 18 000 euros dont 8 000 en carburant[11] par le groupe d'information Jane’s, groupe réputé londonien de renseignement et d'information sur la guerre et les transports. Ce chiffre tient compte du coût de maintenance, d'entretien, le support technique, les pièces et carburants, la préparation et la réparation pré-vol, et l'entretien régulier au niveau de l'aérodrome ainsi que les coûts de personnel mais pas le coût en armement, propre à chaque pays et dépendant des opérations67. Un coût qui prend certainement en compte une période plus large d'utilisation.

Les surcoûts et retards de l'Eurofighter sont liés aux processus de « coopération » choisis pour ce programme européen, à la multiplication des chaînes d'assemblage et à la volonté de certains partenaires d'acquérir de nouvelles compétences auprès des autres partenaires du programme,.

Contrairement au Rafale, le Typhoon n'est pas utilisable sur porte-avions et les Britanniques doivent cofinancer un second projet très couteux de 6,9 milliards d'euros pour acheter 50 Lockheed Martin F-35 Lightning II (coût unitaire 100 millions de livres) qui équiperont leur porte-avions de la classe Queen Elizabeth vers 2020. Les 216 Typhoon et F35 britanniques reviendront donc à 50,5 milliards d'euros à comparer aux 40,69 milliards d'euros pour les 286 Rafale français, soit 64 % de plus par avion et un retard de 7 ans sur le programme Rafale (Les capacités multirôles du Typhoon équivalentes au standard F3 du Rafale ne seront livrées qu'en 2018[1],[14]).

Autres pays

  • L'Autriche et l'Arabie saoudite ont annoncé en 2006 l'intention d'acquérir cet avion : 18 puis 15 exemplaires pour le premier, et 72 pour le second. En revanche la Grèce, qui avait aussi annoncé l'achat de Typhoon, s'est rétractée.
  • Le Japon avait annoncé en 2007 son intérêt pour l'Eurofighter Typhoon, afin de remplacer ses F-4EJ Phantom, mais s'est décidé en décembre 2011 pour le F-35 américain.
  • La Suisse a également demandé à tester l'Eurofighter pendant l'automne 2008, en parallèle avec le Saab JAS 39 Gripen et le Dassault Rafale, pour remplacer ses Northrop F-5E Tiger II[15]. La Suisse a opté cependant pour des Saab JAS 39 Gripen NG bien que cet appareil n'ait pas été évalué dans sa version finale. Le mode de financement de ce dernier a toutefois été refusé en votation populaire le 18 mai 2014. L'Eurofighter Typhoon a obtenu de meilleures évaluations que le Saab JAS 39 Gripen MS21[16],[17]
  • Le Sultanat d'Oman a fait part de son intérêt pour l'Eurofighter Typhoon en avril 2010, dans le cadre du remplacement de ses SEPECAT Jaguar (qui avaient été commercialisés par le Royaume-Uni)[18]. Néanmoins la commande faite par le Sultanat d'Oman aux États-Unis de 18 F-16 en avril 2010 puis de 12 supplémentaires en décembre 2011 semble éloigner les perspectives d'exportation de l'Eurofighter Typhoon dans ce pays. Mais en 2017, 12 appareils sont commandés, dont deux exemplaires livrés en juin 2017[réf. nécessaire].
  • EADS a proposé à la Bulgarie, afin de remplacer une partie des Mikoyan-Gourevitch MiG-29, une Typhoon tranche 1 allemand mais ce pays à décliné l'offre[19].
  • Le Chili a annoncé son intérêt grandissant pour l'Eurofighter Typhoon pour remplacer ses Northrop F-5E Tiger II, et envisage d'acheter 12 appareils. Les négociations sont effectuées avec l'Espagne[20].
  • En septembre 2015, le Koweït commande 28 appareils. La négociation du contrat a été menée par le constructeur italien Finmeccanica (Leonardo depuis 2017) et conclue le 5 avril 2016 dans le cadre d'un accord intergouvernemental entre le Koweït et l'Italie pour un montant total de 7 à 8 milliards de dollars[21].
  • En septembre 2015, la Belgique est placée dans le camp des clients potentiels par la candidature annoncée du consortium Eurofighter. Néanmoins en octobre 2018, le pays décide l'acquisition de 34 Lockheed Martin F-35.

Performances

À Dubaï, en 2009, un exercice appelé Advanced Tactical Leadership Course (ATLC) a pour la première fois vu s'affronter les avions de chasse les plus modernes à partir de la base d'Al Dhafra. Voilà ce qu'il est ressorti de l'affrontement de l'Eurofighter et du Rafale:

Lors d'une simulation, quatre Eurofighter ont été détruits par deux rafale, qui en sont sortis indemnes. Les règles d'engagement étaient BVR, c'est-à-dire au-delà de la portée visuelle[22].

Production

Un Typhoon de la Royal Air Force.

L'Eurofighter Typhoon est, au début du 21e siècle, le seul avion de combat produit sur quatre sites. Cette particularité est une des principales raisons du prix élevé de l'appareil car elle en limite l'effet de production de masse en multipliant les coûts de production. Chaque partenaire assemble les modèles destinés à son besoin national, tout en participant à la production de composants pour les 747 avions commandés en date d'octobre 2017 construits (exports compris). La première livraison a lieu en 2003, et en avril 2017, la dernière livraison est annoncée pour 2023[23]. Cas unique, les deux ailes sont produites sur deux sites différents.

Partenaires :

Commandes et Production[24]
Pays Tranche 1 Tranche 2 Tranche 3 Total commandes Total livrés En service
Drapeau de l'Autriche Autriche 15 0 0 15 15 15
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 33 79 31 143 132 132
Drapeau de l'Italie Italie 28 47 21 96 91 90
Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite 0 48 24 72 72 71
Drapeau de l'Espagne Espagne 19 34 20 73 68 65
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 53 67 40 160 150 150
Drapeau d'Oman Oman 0 0 12 12 11 11
Drapeau du Koweït Koweït 0 0 28 28 0 0
Drapeau du Qatar Qatar 0 0 24 24 0 0
Total 148 275 200 623 539 534

Les appareils de la tranche 1 sont limités à l'emploi de missile air-air et possèdent des capacités air-sol très limitées avec l'emploi des seules bombes lisses ou à guidage laser[25].

Le , le dernier Typhoon de la première tranche a été livré. Les derniers avions de la tranche suivante sont livrés fin 2014[26].

Les appareils de la tranche 2 sont dotés d'un calculateur principal plus performant lui permettant l'emploi de bombes à guidage GPS et de missiles de croisière de type Taurus ou Storm Shadow[25].

Mise en service

Vue du dessous d'un Eurofighter espagnol

Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni

L'Eurofighter devait équiper les unités suivantes : No. 17 (Reserve) Squadron, No. 29 (Reserve) Squadron, No. 3 Squadron, No. 11 Squadron, No. 43 Squadron, No. 111 Squadron, No. 6 Squadron, No. 54 Squadron, No. 41 Squadron.

Le 10 octobre 2008, la Royal Air Force a reçu le premier appareil de la tranche 2[25].

En septembre 2010, elle dispose de 64 Eurofighters[27]. Au , sur 69 pilotes qualifiés sur Typhoon (dont les instructeurs), 18 sont en Italie dans le cadre des opérations en Libye, 24 sont affectés à la défense aérienne britannique et 12 assurent le même rôle aux Malouines, seuls 15 restant disponibles pour d’autres missions[28], et parmi ces pilotes, seul huit sont aptes aux attaque air-sol. Selon un rapport de 2011, avec la réduction de la tranche 1 (48 appareils) et de la tranche 2 (24 appareils transférés à l'Arabie saoudite) la RAF ne commandera que 160 appareils[3]. En novembre 2015, on prévoit dans un délai de 10 ans 84 avions modernisés dans 7 Squadrons de 12 appareils et qu'ils restent en service jusqu'en 2040 au lieu de 2030[29],[30].

Les Squadrons actuellement équipés de Typhoon sont :

À RAF Coningsby (Angleterre) :

  • No. 3 Squadron RAF depuis le 1er avril 2006,
  • No. 11 Squadron RAF depuis 2007,
  • No. 29 Squadron RAF depuis 2003 (unité d'entraînement et d'évaluation),
  • No. 41 Squadron RAF depuis avril 2013 (unité de test et d'évaluation),

À RAF Lossiemouth (Écosse) :

  • No. 1 Squadron RAF depuis le 15 septembre 2012,
  • No. 2 Squadron RAF depuis le 1er avril 2015,
  • No. 6 Squadron RAF depuis le 6 septembre 2010,

À RAF Mount Pleasant (Îles Malouines)

  • No. 1435 Flight RAF depuis septembre 2009.

Drapeau de l'Espagne Espagne

63 Eurofighter équipent les unités Ala 11 à Séville et Ala 14 d'Albacete de l'Ejército del aire le 13 octobre 2017[31] qui a perdu 3 des 87 appareils commandés, respectivement en 2010, 2014 et 2017.

Drapeau de l'Italie Italie

Le premier avion de série a été livré officiellement le 19 février 2004 à l'Aeronautica militare. Le 4° Stormo est le premier escadron à recevoir l'Eurofighter à partir de mars 2004, d'abord au sein de son 9° Gruppo chargé de la transformation des pilotes. Les Typhoon italiens sont les premiers à être utilisés opérationnellement, en assurant la couverture aérienne des Jeux olympiques de Turin[8]. Les 29 avions de la première tranche sont livrés à la fin de 2007. 90 appareils ont été réceptionnés en février 2018, un a été perdu le 25 septembre 2017[31];

L'Eurofighter équipe les unités suivantes :

Drapeau de l'Allemagne Allemagne

Un Eurofighter allemand

Le premier avion de série a été livré officiellement le 4 août 2003. Chargée de la formation des pilotes, la JG 73 a reçu son premier biplace fin avril 2004. Chargée de la défense aérienne, la JG 74 est la première unité de combat transformée sur Eurofighter, qu'elle a commencé à recevoir en juillet 2006. Début 2008, ces deux unités disposaient chacune d'une vingtaine d'avions.

En novembre 2016, 125 des 143 exemplaires commandés étaient en service dans les unités suivantes :

Drapeau de l'Autriche Autriche

Le premier Eurofighter tranche 1 à équiper la force aérienne autrichienne, codé 7L-WA, atterrit le 12 juillet 2007 à 10 h 45 sur la base aérienne de la Bundesheer de Zeltweg en Styrie, Le 7L-WA est le 125e Eurofighter livré à une force aérienne. Trois autres avions sont livrés en 2007 : un en août, un en octobre et un en décembre. La livraison des 11 autres appareils s'échelonne jusqu'en mars 2009[25].

La capacité opérationnelle complète est atteinte à l'été 2009. Les Typhoon autrichiens prennent le relais des F-5E/F prêtés par la Suisse[25].

Ce contrat est remis en cause par le ministre de la Défense Autrichien en 2017. Ce dernier va poursuivre Airbus en justice pour fraude et corruption[32],[33] .

Les quinze Eurofighter devraient être retirés de service progressivement d'ici 2020[34].

Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite

L'Arabie saoudite prend livraison à compter de l'été 2009 de 72 avions militaires Eurofighter commandés à BAE Systems 4,43 milliards de livres (5,2 milliards d'euros) en septembre 2007[35]. Les dernières livraisons ont lieu fin 2017. Le Royaume-Uni a signé avec l'Arabie saoudite un protocole d'accord pour l'achat par les Saoudiens de 48 avions de combat Eurofighter Typhoon en mars 2018

  •      Utilisateurs actuels
  •      En attente de livraison

Drapeau d'Oman Oman

Le sultanat d'Oman a approuvé l'achat de douze Eurofighter Typhoon en décembre 2012. Les livraisons devraient commencer en 2017[36],[37].

Drapeau du Qatar Qatar

Le Qatar a signé le 10 décembre 2017 un contrat portant sur l'achat de 24 Eurofighter Typhoon pour un montant de 6 milliards de livres. Les livraisons sont prévues en 2022[38].

Caractéristiques

Le système AIS

Le système AIS (Attack and Identification System) réalise la fusion des informations remontant des multiples capteurs embarqués et des capteurs externes via le système MIDS (Multifunction Information Distribution System). C'est par ce système que l'on contrôle les émissions électromagnétiques de l’avion pour réduire sa détectabilité (système EMCON - EMission CONtrol).

Le radar CAPTOR

CAPTOR est un radar de troisième génération opérant en bande X qui permet à la fois de faire une recherche sur grande distance et de l’illumination et de la poursuite. Il lance automatiquement une poursuite lors de scan (Track while scan – TWS) pour une liste de cibles dont le nombre exact reste classé. Il est possible de l’asservir directement sur le casque du pilote, les données obtenues pouvant ensuite être utilisées pour l’armement air-air courte portée tel que l’ASRAAM. Le système d'identification ami (IFF) est intégré dans le système CAPTOR. Crédité d'une portée de 180 km, le CAPTOR est toutefois un radar technologiquement dépassé (antenne à balayage mécanique), de la même génération que le radar RDY (160 km de portée) du mirage 2000-5F.

Une première version de test du radar CAPTOR E-Scan avec antenne à balayage électronique actif a été présentée pour la première fois le 15 juillet 2014 lors du salon de Farnborough, sans date de mise en service opérationnelle annoncée[39]. Les appareils existants de tranche 2 et ceux à venir de tranche 3A pourront utiliser ce nouveau radar[40]. Le programme de développement et d'intégration dans les appareils est budgété à son lancement en 2014 à hauteur de 1 milliard d'euros par l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne et la Grande-Bretagne[41].

Le système PIRATE

Le radar CAPTOR étant un système actif, il est détectable par un ennemi qui utiliserait un détecteur d’alerte radar performant. Il n’y a que deux façons de résoudre ce problème. Une méthode consiste à utiliser les données recueillies auprès d’autres plates-formes. Une autre méthode consiste à utiliser un système embarqué de détection passive. Le PIRATE, pour Passive Infra Red Airborne Tracking Equipment, est un équipement de deuxième génération d’imagerie infrarouge utilisé à cet effet.

PIRATE intègre à la fois une capacité FLIR (imagerie infrarouge frontale) et IRST (veille et poursuite infrarouge). Le système fait appel à un capteur infrarouge très sensible qui opère dans des longueurs d’onde de 3 à 11 µm en deux bandes. Cela permet aussi bien la détection des panaches de gaz d’échappement chauds des moteurs à réaction que la détection de la surface de chauffe causée par la friction avec l'air de l’atmosphère. Le refroidissement du capteur permet de détecter même de petites variations de température à longue portée. L’utilisation de techniques de traitement d’image améliore encore les données recueillies, ce qui donne presque une image haute résolution des objectifs. Les images obtenues via ce système peuvent être affichées sur l’un des afficheurs multifonctions intégrés dans le cockpit. En outre, l’image peut être superposée à la fois sur le viseur de casque et sur l’afficheur tête haute.

Le système DASS

Il a été décidé d’adopter une architecture modulaire pour le système défensif, le DASS (Defensive Aids Sub System). Toutes les parties du DASS sont contrôlées par un DAC (Defensive Aids Computer). Le DAC offre une capacité entièrement automatisée pour analyser et répondre à toute menace que l’Eurofighter pourrait rencontrer. Pour fournir ces informations essentielles sur la situation extérieure, le DASS s’appuie sur différents sous-systèmes comme le détecteur d’alerte radar et son équivalent optronique, le Détecteur d’Alerte Laser (DAL) qui prévient de toute illumination lié à des télémètres lasers ou autres systèmes de guidage laser. On note également la présence de Détecteurs de Départ Missiles (DDM) qui fournissent des informations à 360° sur toute approche de missile, donnant ainsi le temps nécessaire pour engager des manœuvres d’évitement, en s’appuyant par exemple sur des leurres.

Engagements

À partir du , des Eurofighter Typhoon de la Royal Air Force ont été engagés en Libye dans le cadre de la résolution 1973 des Nations unies[42]. Le , deux d'entre eux, accompagnés par un Tornado GR4 désignateur laser, tirent leurs premières munitions en situation de combat, en l'occurrence deux Paveway II de 454 kg sur des véhicules de l'armée libyenne[43]. Les Eurofighter Typhoon ont surtout été engagés en mission de contrôle de l'espace aérien libyen.

Accidents

Depuis son premier vol l'Eurofighter Typhoon a connu 9 accidents (entraînant la mort de 5 de ses pilotes). 4 d'entre eux sont officiellement dus à des défaillances de l'appareil.

  • Le , l'Eurofighter Typhoon prototype biplace espagnol DA-6 s'est écrasé à la suite d'une double extinction moteur, causée par un décrochage compresseur sur ses deux réacteurs. Les deux membres d'équipage ont pu s'éjecter[44].
  • En février 2006, un Eurofighter Typhoon du 29 Operational Conversion Unit (escadron de transformation opérationnelle) de la Royal Air Force a été endommagé en atterrissant avec le train avant relevé, à la suite d'une panne qui a empêché celui-ci de sortir[45]. Spectaculaire, l'accident n'a endommagé que légèrement l'avion. Réparé, celui-ci a pu reprendre du service.
  • Le , un Eurofighter Typhoon de la Royal Air Force a été endommagé durant un atterrissage train rentré sur la base aéronavale de China Lake, en Californie[46]. Les dégâts trop importants subis par l'appareil n'ont pas pu permettre de le réparer.
  • Le , un Eurofighter Typhoon de l'Ejército del aire s'est écrasé sur la base espagnole de Morón quelques instants après avoir décollé pour un vol d'entraînement de routine. Il était piloté en double commande par un lieutenant colonel de l'armée de l'air saoudienne, décédé dans l'accident, et un commandant de l'armée de l'air espagnole, qui a réussi à s'éjecter[47].
  • Le 9 juin 2014, un Eurofighter Typhoon de l'Ejército del aire s'est écrasé à l'atterrissage sur la base espagnole de Morón, tuant le capitaine de l'armée de l'air espagnole qui était aux commandes[48]. Il s'agit du troisième accident impliquant un Eurofighter en Espagne.
  • Le 23 juin 2014, un Eurofighter Typhoon de la Luftwaffe est entré en collision avec un Learjet lors d'une mission d'interception simulée. L'Eurofighter a réussi à rentrer à sa base, tandis que le Learjet s'écrasait au sol près de Olsberg, entrainant la mort des 2 pilotes à son bord[49].
  • Le 13 septembre 2017, un Eurofighter Typhoon de la Force aérienne royale saoudienne s'est écrasé dans le sud du Yémen alors qu'il effectuait une mission de combat au-dessus du pays, dans le cadre de l'opération Tempête décisive. Selon les autorités saoudiennes, l'appareil s'est écrasé dans la nuit du mercredi 13 septembre dans le gouvernorat d'Abyan, une région montagneuse située dans le sud du Yémen, dont une partie jouxte le golfe d'Aden. L'accident, qui est officiellement dû à une défaillance technique, a coûté la vie au pilote qui ne s'est pas éjecté pour des raisons qui n'ont pas été précisées[50]
  • Le 24 septembre 2017, un avion de combat Eurofighter Typhoon de l’Aeronautica Militare s’est abîmé en mer lors d’une démonstration aérienne donnée à Terracina, à 80 km au sud de Rome environ. L’accident est survenu alors que le vol de cet Eurofighter Typhoon touchait à sa fin. Le pilote n'a pas pu s'éjecter avant le crash. Bien que les circonstances de l’accident n’aient pas encore été établies, il semblerait que l’erreur humaine en soit à l’origine[51]
  • Le , un Eurofighter Typhoon de l'Ejército del aire s'est écrasé durant la fête nationale espagnole[52], entraînant la mort de son pilote.

Apparition

Il est représenté pour la première fois dans une simulation de vol : T.F.X., sorti en 1993.

L'Eurofighter Typhoon apparait aussi dans le jeu vidéo Eurofighter Typhoon, dans l'extension de Battlefield 2 : Euro Force, dans les jeux Ace Combat 4 (Distant Thunder), 5 (Squadron Leader), 6 (Fires of Liberation), X (Skies of Deception) ainsi que dans Tom Clancy's HAWX.

Deux Eurofighter Typhoon apparaissent dans le film Non-Stop. Ils escortent l'avion qui est détourné.

Notes et références

  1. a et b Source de la BBC.
  2. a et b (en) « MoD: Management of the Eurofighter Typhoon Project », sur Defencetalk, (consulté le 21 avril 2015).
  3. a et b (en) « Management of the Typhoon Project - Public Accounts Committee Contents », Chambre des communes (Royaume-Uni), (consulté le 15 avril 2011).
  4. http://www.airbus.com/defence/eurofighter.html
  5. Avec réservoirs de carburant externes, hors mission combat
  6. All the World's Aircraft, Jane's Information Group, 2013
  7. (en) « Orders, Deliveries, In Operation Military aircraft by Country - Worldwide » [PDF], Airbus, (consulté le 25 août 2018).
  8. a b et c « L'héritier du Tornado », Air et Cosmos « Hors série : Avions de combat »,‎ , p. 24-29 (ISSN 1240-3113)
  9. « : Flugstunden des Eurofighters fast doppelt so teuer wie erwartet », Der Spiegel,‎ (lire en ligne)
  10. Laurent Lagneau, « L’Eurofighter, ce gouffre financier », Zone Militaire,‎ (lire en ligne)
  11. (en-US) « Gripen operational cost lowest of all western fighters: Jane’s », StratPost,‎ (lire en ligne)
  12. Source du Times.
  13. Japan considers the Eurofighter
  14. Cellule et moteur du Gripen équipé d'un nouvel avionique et d'un nouveau radar(AESA Radar, IRS&T).
  15. http://files.newsnetz.ch/upload//1/2/12332.pdf consulté le 15/12/2016
  16. (en) « Oman 'wants to buy' Eurofighter planes from the UK », sur bbc.co.uk, (consulté le 27 mars 2018)
  17. « La Bulgarie cherche à remplacer ses Mig-29 ! », sur psk.blog.24heures.ch, (consulté le 23 novembre 2015)
  18. « Fuerza Aerea de Chile podria adquirir 12 Eurofighter Typhoon », sur taringa.net (consulté le 12 septembre 2015)
  19. « Le Koweït a officiellement commandé 28 avions Eurofighter auprès de Finmeccanica », sur Zone Militaire (consulté le 29 mai 2016)
  20. Equipe internet Advanced Informatique, « RING - Capitaine Romain, pilote de Rafale en Afghanistan », sur www.surlering.com (consulté le 23 août 2018)
  21. (en) Beth Stevenson, « PICTURE: Eurofighter delivers 500th Typhoon », sur flightglobal.com, (consulté le 10 juin 2018).
  22. http://www.airbus.com/content/dam/corporate-topics/publications/o&d/2018-04_MRS_GEN_Ord-Deliv-by-country.pdf
  23. a b c d et e Guillaume Steuer, « L'Eurofighter gagne en polyvalence », Air et Cosmos, no 2144,‎ , p. 18-19 (ISSN 1240-3113)
  24. « Une semaine dans l'air et le cosmos : Industrie », Air et Cosmos, no 2118,‎ , p. 6 (ISSN 1240-3113)
  25. (fr) Les Eurofighters britanniques à leur tour cloués au sol, Secret Défense, 20 septembre 2010
  26. « Opérations en Libye : les conséquences pour les forces aériennes européennes », Défense et Sécurité internationale, (consulté le 1er avril 2011)
  27. Philippe Chapleau, « Londres décide de doper sa force de projection et son aviation de patrouille maritime », sur Ouest-France, (consulté le 23 novembre 2015).
  28. (en) « PM pledges £178 billion investment in defence kit », sur Gouvernement du Royaume-Uni, (consulté le 23 novembre 2015).
  29. a et b « Trois Eurofighter perdus en un mois », sur Air et Cosmos, (consulté le 7 novembre 2017).
  30. « Contrat Eurofighter : l'Autriche poursuit Airbus pour corruption », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  31. « Contrat Eurofighter : l’Autriche poursuit Airbus pour corruption », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  32. Justine Boquet, « L'Autriche renonce à l'Eurofighter », sur Air et Cosmos, (consulté le 16 juillet 2017).
  33. http://www.interet-general.info/article.php3?id_article=8415 L'Arabie saoudite prend livraison de ses premiers Eurofighter Typhoon
  34. Guillaume Steuer, « Oman commande douze Eurofighter Typhoon », sur air-cosmos.com, (consulté le 18 février 2015)
  35. Guillaume Steuer, « Le sultanat d'Oman se prépare à recevoir de nouveaux F-16C/D », sur air-cosmos.com, (consulté le 18 février 2015)
  36. Defens'Aero, « Le Qatar signe un contrat pour l'achat de 24 Eurofighter Typhoon - Defens'Aero », Defens'Aero,‎ (lire en ligne)
  37. (en) « Eurofighter Typhoon flies into Farnborough international airshow with new AESA radar system », Eurofighter Typhoon website, (consulté le 28 janvier 2017)
  38. « FARNBOROUGH: Eurofighter gets AESA programme boost », sur Flightglobal.com, (consulté le 6 décembre 2015)
  39. « AESA radar deal lifts Eurofighter sales prospects », sur Flightglobal.com, (consulté le 6 décembre 2015)
  40. Typhoon makes history in Libya with first combat mission.
  41. (en) LIBYA: RAF Typhoon drops first bombs in combat, Craig Hoyle, Flight International, 13 avril 2011.
  42. "Engine surges caused DA6 crash." flightglobal.com, 10 décembre 2002.
  43. "Eurofighter Typhoon Crash." defencetalk.com, 13 juillet 2010.
  44. "RAF Eurofighter damaged in US landing incident." flightglobal.com, 28 avril 2008.
  45. "Saudi pilot killed as Eurofighter crashes in Spain." flightglobal.com, 24 août 2010.
  46. Espagne : un Eurofighter s'écrase à l'atterrissage à Moron, Le Point.fr, 9 juin 2014.
  47. (en) « German fighter and Learjet collide - one confirmed dead », sur BBC News, (consulté le 16 juillet 2014).
  48. Loïc, « Un Eurofighter Typhoon saoudien s'est écrasé au Yémen lors d'une mission - Defens'Aero », Defens'Aero,‎ (lire en ligne)
  49. Laurent Lagneau, « Un Eurofighter Typhoon italien s’est abîmé en mer lors d’une démonstration aérienne », Zone Militaire,‎ (lire en ligne)
  50. http://www.europe1.fr/international/espagne-mort-dun-pilote-dans-le-crash-dun-eurofighter-apres-le-defile-de-la-fete-nationale-3462332

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes