Euro et Danemark

Carte sur L'union économique et monétaire (UEM) de l'Union européenne.
  •      États membres de la zone euro : 19 pays
  •      États membres de l'UE qui devront rejoindre la zone euro : 7 pays
  •      Micro-États utilisant l'euro avec l'accord de l'UE : 4 pays
  •      Pays qui ont adopté l'euro unilatéralement : 2 pays
  •      État membre de l'UE ayant signé le MCE II mais qui n'est pas obligé de rejoindre la zone euro (Danemark).
  •      État membre de l'UE qui n'est pas obligé de rejoindre la zone euro (Royaume-Uni).

La monnaie du Danemark est actuellement la couronne danoise, et le pays n'utilise pas l’euro grâce à un opting-out négocié dans l'accord d’Édimbourg en 1992. En 2000, le gouvernement organisa un référendum en vue d'une possible adoption de l'euro. Le « non » de la population l'emporta avec 53,2 % contre 46,8 % pour le « oui ». La couronne danoise fait partie du MCE II, son taux de change est donc lié à celui de l'euro, avec une marge de fluctuation de 2,25 %.

La plupart des partis politiques au Danemark sont favorables à l'introduction de l'euro et l'idée d'organiser un nouveau référendum a été proposée bien des fois depuis 2000. Cependant, certains partis influents tels que le Parti populaire danois et le Parti populaire socialiste ne soutiennent pas l'adoption. Les sondages d'intention ont montré des avis divergents au cours des années. La majorité de la population se déclarait en faveur de l'euro après l'introduction physique de l'euro au Danemark. Cependant, à la suite de la crise économique de 2008, le soutien à l'euro commença à se dégrader. Le soutien est au plus bas, fin 2011, à la suite de la crise européenne de la dette[1].

Le Danemark a une frontière avec un membre de la zone euro, l'Allemagne, et une autre avec un État obligé (de jure) d'adopter l'euro dans le futur, la Suède.

Statut

Le traité de Maastricht prévoyait initialement que tous les membres de l'Union européenne rejoignent la zone euro une fois les critères de convergence remplis. Le Danemark a ratifié ce traité le 18 mai 1993 mais avec un opting-out, sous le traité d’Édimbourg, permettant au Danemark de ne pas être obligé d'adopter l'euro. Cependant, le Danemark répond aux cinq critères pour l'adhésion et pourrait, par conséquent, rejoindre la zone euro à tout moment[2].

Critères de convergence
Inflation[A 1] Finances publiques Membre du MCE II Taux d'intérêt à long-terme[A 2]
Déficit budgétaire annuel au PIB Dette publique au PIB
Valeur de référence[A 3] max 1,5 % max 3 % max 60 % min 2 ans max 2 %
Drapeau du Danemark Danemark (2016-2017) 0,4% (juin 2017) 2,7 %[A 4] 39,6 % (2016) depuis le 1er janvier 1999 2,96 %[3]
Notes :
  1. Elle ne doit pas dépasser de plus de 1,5 point celui des trois États membres présentant les meilleurs résultats en matière de stabilité des prix.
  2. Il ne doit pas dépasser de plus de 2 % ceux des trois États membres présentant les meilleurs résultats en matière de stabilité des prix.
  3. Ce sont les valeurs du rapport de mai 2008. Celles-ci sont mises à jour tous les ans.
  4. Une valeur négative est un excédent.
Légende :
  •      Critère satisfait
  •      Critère non satisfait

Depuis le 1er janvier 1999, la couronne danoise fait partie du MCE II. La couronne et l'euro sont donc liés, à une plage de variation du taux de change ne pouvant excéder 2,25 %, le taux de change étant fixé à 1 EUR = 7,46038 DKK, le taux le plus bas est donc de 1 EUR = 7,29252 DKK et le plus haut 1 EUR = 7,62824 DKK[4]. Cette plage de variation de taux de change est plus réduite qu'avec les autres membres du MCE II (15 % pour les autres membres). Cependant, le taux de change de la couronne contre l'euro n'a varié que de 0,5 %, encore moins que les limites définies[N 1]. L'indépendance de la banque centrale danoise est donc en pratique limitée. Son rôle est de garder un taux de change de la couronne contre l'euro dans la plage de variation de 2,25 %. Cette politique ressemble grandement à une situation plus ancienne de 1982 à 1999, où le Deutsche Mark était lié à la couronne danoise. La BCE est, quant à elle, obligée d'aider la couronne à se protéger des attaques spéculatives.

Histoire

Premières unions monétaires au Danemark (1873-1914)

Le 5 mai 1873, le Danemark et la Suède lient leurs monnaies par rapport à l'or et forment l'Union monétaire scandinave. Avant cette date, le Danemark utilisait le dollar danois (rigsdaler). En 1875, la Norvège rejoint l'union. Un taux de change de 2,48 couronnes par gramme d'or est fixé, soit 0,403 gramme par couronne. Une valeur égale de la couronne de l'union monétaire fut alors établie pour remplacer les trois monnaies nationales : 1 couronne = ½ dollar danois (rigsdaler) = ¼ dollar norvégien (speciedaler) = 1 dollar suédois (riksdaler). Le nouvelle monnaie devint commune et fut bien acceptée dans les trois pays. Cette union monétaire durera jusqu'en 1914, début de la Première Guerre mondiale, qui y mis un terme. Mais les monnaies de chaque pays gardèrent le même nom.

Système monétaire européen et pré-coopération monétaire européenne

La couronne danoise a été liée à plusieurs autres monnaies européennes durant les années 1980 à travers le système monétaire européen[5]. Avant cela, le Danemark avait participé au serpent monétaire européen quelques années après la faillite des accords de Bretton Woods.

Documents pré-eurozone (1992-1999)

Double affichage des prix en euro et en couronne dans un grand magasin. (Magasin du Nord-2009)

Le traité de Maastricht prévoyait initialement que tous les membres de l'UE, sauf le Royaume-Uni, rejoignent la zone euro. Cependant, à la suite d'un référendum le 2 juin 1992 à travers lequel les Danois rejettent le traité, le Danemark négocia l'accord d’Édimbourg qui lui permettent de bénéficier d'un opting-out pour rester hors de la zone euro. Ces accords furent approuvés par référendum le 18 mai 1993. Par conséquent, le Danemark n'est pas obligé d'adopter l'euro[6]. Le Danemark a cependant participé à la phase 2 de l'UEM, qui était considérée comme être la phase préparatoire pour rejoindre la zone euro. Dans le cadre de ce processus, la Banque nationale du Danemark a participé à des aspects variés en vue de l'adoption de l'euro, toujours considérée comme importante pour le futur de la politique économique du Danemark. Selon un historique publié par la banque centrale, « premièrement, il était important de créer un cadre solide pour la stabilité des prix dans la zone euro : un point d'ancrage approprié pour la politique danoise du taux de change fixe. Deuxièmement, le Danemark avait un intérêt dans l'élaboration d'un cadre opportun pour la coopération des taux de change entre la zone euro et les États non-membres. Troisièmement, le Danemark avait un intérêt général dans la création des règles de base de la phase 3 de l'UEM pour assurer que le Danemark serait capable d'adopter la monnaie commune lors d'une phase ultérieure avec les mêmes conditions que les états initiaux de la zone euro »[6].

Référendum sur l'euro (2000)

Un référendum tenu le 28 septembre 2000 rejeta la participation du Danemark à la zone euro[7]. 87,6 % des personnes inscrites sur les listes électorales se rendirent aux urnes, 46,8 % ont voté pour le « oui » tandis que 53,2 % votaient pour le « non »[8]. La plupart des partis politiques, des médias et des acteurs économiques du Danemark ont fait campagne en faveur de l'adoption de l'euro. Cependant, quelques-uns des partis les plus influents ont fait campagne contre l'euro. Si le vote avait été favorable, le Danemark aurait rejoint la zone euro le 1er janvier 2002 et introduit pièces et billets en 2004. Le recours immédiat au référendum a entraîné un affaiblissement de l'euro face au dollar. Certains analystes estiment que cela a entraîné un manque de confiance général envers l'euro, ce qui contribue encore aujourd'hui à son opposition. La banque centrale danoise estime que le débat était « imprégné par l'idée que, du fait que le Danemark participait déjà à la politique du taux de change fixe, ce dernier avait déjà bénéficié de certains avantages de l'adhésion à la zone euro »[9].

Possibilité d'un second référendum pour l'adoption de l'euro

Le 22 novembre 2007, le tout nouveau gouvernement danois réélu, déclare son intention d'organiser un nouveau référendum, aux alentours de 2011, pour abolir les quatre opting-out accordés au Danemark, y compris celui sur l'euro[10]. Le gouvernement n'a pas précisé à l'époque s'il y aurait un référendum par opting-out ou un seul référendum[11]. Cependant, ce référendum n'a pas eu lieu avant les élections législatives danoises de 2011 et le nouveau gouvernement n'a pas l'intention d'organiser un nouveau référendum sur l'euro[12].

Certains spécialistes politiques disent que le résultat de ce supposé référendum aurait pu influencer le débat sur l'euro en Suède[13].

Usage de l'euro aujourd'hui au Danemark

L'euro peut être utilisé à certains endroits au Danemark, le plus souvent dans des endroits fréquentés par les touristes, tels que les musées, les aéroports et les grandes boutiques attirant beaucoup de visiteurs étrangers. Mais la plupart du temps, les prix sont affichés en couronne. À bord des ferrys reliant le Danemark à l'Allemagne, un double affichage des prix, en couronne et en euro, est appliqué.

Effet possible de l'introduction de l'euro

Si le Danemark adoptait l'euro, la politique monétaire devra être transférée de la banque nationale du Danemark au système européen de banques centrales (SEBC). En théorie cela limiterait les compétences du Danemark à mener sa propre politique monétaire. Cependant, une étude de l'histoire de la politique monétaire danoise montre que même si le Danemark ne partage pas la monnaie unique, sa banque centrale a toujours suivi les recommandations du SEBC[14].

Toutefois, étant en dehors de la zone euro, le Danemark n'a aucun siège à la direction du SEBC. Cela engendra le soutien d'une adoption de l'euro par l'ancien premier ministre, Anders Fogh Rasmussen : « De facto, le Danemark participe déjà à la zone euro, mais sans avoir un siège à la table où les décisions sont prises et ceci est un problème politique »[15]. Par ailleurs, le SEBC ne défend pas le taux de change de la couronne danoise. Ceci est fait par la banque nationale du Danemark et le gouvernement. Lors de crises, il peut être difficile pour un petit pays de défendre seul son taux de change.

Les effets positifs attendus d'une adoption de l'euro au Danemark sont une diminution des coûts de transaction avec la zone euro, une meilleure transparence des marchés étrangers pour les consommateurs danois, et plus important, une diminution des taux d'intérêt, ce qui a un effet positif sur la croissance[14]. Néanmoins, en rejoignant la zone euro, le Danemark devra adopter la même politique que la BCE. Si jamais une crise économique venait à toucher uniquement le pays, le Danemark devra s'en sortir uniquement en modifiant sa politique fiscale et budgétaire et en réformant le marché du travail.

À la suite de la crise de la dette dans la zone euro, les dirigeants européens ont créé fonds européen de stabilité financière (FESF) qui est un fonds commun de créances[16] qui a pour but de préserver la stabilité financière dans l'UE en aidant financièrement les États de la zone euro en difficulté[17]. Ce FESF comprend deux branches. La première est un fond de stabilisation d'un montant de 60 milliards d'euros (mécanisme européen de stabilité financière)[18]. Tous les États membres contribuent à ce fond à des parts différentes, dépendant de leur appartenance ou non à la zone euro. La seconde branche, d'un montant de 400 milliards d'euros se compose de prêts garantis par les gouvernements pour améliorer la confiance des marchés. Tous les pays de la zone euro participeront en finançant ce mécanisme, tandis que les autres États de l'UE peuvent choisir d'y participer ou non[19]. Au contraire de la Suède et de la Pologne, le Danemark a refusé de financer cette branche du FESF. Si le Danemark venait à adopter l'euro, il serait obligé de financer la seconde branche du FESF.

Sondages d'opinion

Il y a eu de nombreux sondages au Danemark pour connaître l'avis de la population, pour quitter la couronne et adopter l'euro.

Résultats des sondages[A 1],[A 2]
Date Oui Non Sans opinion Nombre de personnes interrogées Institut de sondage
29 mars – 30 avril 2002 47 % 33 % 20 % Inconnu Eurobaromètre[20]
Mars 2007 56 % 39 % 5 % 910 personnes Greens Analyseinstitut[A 3],[21]
Avril 2007 53 % 40 % 7 % 910 personnes Greens Analyseinstitut[21]
Novembre 2007 54 % 42 % 4 % Inconnu Greens Analyseinstitut[22]
26 novembre 2007 52 % 39 % 9 % 1 016 adultes danois Vilstrup Synovate[22]
Avril 2008 55 % 38 % 7 % 1 009 adultes danois Greens Analyseinstitut[23]
5–7 mai 2008 54 % 42 % 4 % 1 009 adultes danois Greens Analyseinstitut[23],[24]
Mi-juin 2008 40 % 48 % 12 % 1 036 danois Capacent Opinions[25]
29 septembre – 1er octobre 2008 52 % 44 % 4 % 1 050 adultes danois Greens Analyseinstitut[26]
3–5 novembre 2008 54 % 38 % 8 % 1 098 adultes danois Greens Analyseinstitut[27]
Décembre 2008 54 % 40 % 6 % >1 000 adultes danois Greens Analyseinstitut[28]
5–7 janvier 2009 56 % 38 % 4 % 1 307 adultes danois Greens Analyseinstitut[28]
2–4 février 2009 57 % 39 % 4 % 1 124 adultes danois Greens Analyseinstitut[29]
11 février 2009 42 % 42 % 16 % Inconnu Gallup[30]
2–4 mars 2009 52 % 38 % 10 % 1 085 adultes danois Greens Analyseinstitut[31]
30 mars – 1er avril 2009 51 % 42 % 7 % 1 007 adultes danois Greens Analyseinstitut[32]
27–29 avril 2009 52 % 40 % 8 % 1 178 adultes danois Greens Analyseinstitut[33]
13 mai 2009 43 % 45 % 11 % Inconnu Rambøll[34]
25–27 mai 2009 51 % 42 % 7 % 951 adultes danois Greens Analyseinstitut[35]
Septembre 2009 50 % 43 % 7 % 951 adultes danois Greens Analyseinstitut[36]
Octobre 2009 50 % 43 % 7 % 1 081 adultes danois Greens Analyseinstitut[37]
2–4 novembre 2009 54 % 41 % 5 % 1 158 adultes danois Greens Analyseinstitut[38]
30 novembre – 2 décembre 2009 50 % 40 % 10 % 1 001 adultes danois Greens Analyseinstitut[39]
2–4 janvier 2010 51 % 42 % 7 % 1 162 adultes danois Greens Analyseinstitut[40]
1–3 février 2010 49 % 45 % 6 % 1 241 adultes danois Greens Analyseinstitut[41]
1er–3 mars 2010 48 % 46 % 6 % 552 adultes danois Greens Analyseinstitut[42]
12–14 avril 2010 52 % 41 % 7 % 988 adultes danois Greens Analyseinstitut[43]
3–5 mai 2010 48 % 45 % 7 % 1 004 adultes danois Greens Analyseinstitut[44]
11–13 mai 2010 45 % 43,2 % 11,2 % 1 002 adultes danois Catinét Ritzau[45]
31 mai– 2 juin 2010 45 % 48 % 7 % 1 079 adultes dannois Greens Analyseinstitut[46]
27 septembre 2010 45 % 48,3 % 6,7 % Inconnu Jyllands-Posten[47]
1er octobre 2010 46 % 48 % 6 % 1 025 adultes danois Greens Analyseinstitut[48]
1er novembre 2010 44 % 49 % 7 % Inconnu Greens Analyseinstitut[48]
1er décembre 2010 46 % 48 % 6 % 1 006 adultes danois Greens Analyseinstitut[48]
1er janvier 2011 43 % 50 % 7 % 1 336 adultes danois Greens Analyseinstitut[48]
1er février 2011 43 % 48 % 9 % 1 053 adultes danois Greens Analyseinstitut[48]
1er mars 2011 47 % 46 % 7 % 1 060 adultes danois Greens Analyseinstitut[48]
1er avril 2011 43 % 50 % 7 % 1 286 adultes danois Greens Analyseinstitut[48]
1er mai 2011 44 % 48 % 8 % 1 133 adultes danois Greens Analyseinstitut[48]
1er août 2011 37 % 54 % 9 % 1 143 adultes danois Greens Analyseinstitut[48]
Septembre 2011 22,5 % 50,6 % 28,1 % Inconnu Danske Bank[49]
11 octobre 2011 29 % 65 % 6 % 1 239 personnes Greens Analyseinstitut[50]
4–6 mai 2012 26 % 67 % 7 % 1 092 Greens Analyseinstitut[51]
24–27 février 2013 29 % 64 % 7 % 1 004 Greens Analyseinstitut[52]
  1. Il convient de prendre compte la marge d'erreur dans la lecture des résultats de ces différents sondages (en moyenne de 3 %). Les résultats indiqués ne sont qu'indicatifs et le code couleur répond à des exigences de lisibilité.
  2. Le libellé même de la question posée a pu varier.
  3. L'institut Greens a généralement posé la question : « Comment voteriez-vous à un possible nouveau référendum sur la participation du Danemark à la monnaie commune ? ». En danois : « Hvad ville du stemme ved en evt. ny folkeafstemning om Danmarks deltagelse i den fælles valuta? »

Dominions danois

Les îles Féroé utilisent actuellement la couronne féroïenne, une version spécifique de la couronne danoise, mais qui sont légalement les mêmes monnaies. Les billets de la couronne féroïenne ne sont normalement pas acceptés dans les boutiques danoises, ni dans les bureaux de change mais sont échangés à 1 contre 1 contre de la couronne danoise dans les banques. Le Groenland utilise, quant à lui, la couronne danoise ordinaire mais envisage d'introduire sa propre monnaie, la couronne groenlandaise, d'une façon similaire aux Iles Féroé[53]. Les deux dominions utilisent les pièces danoises.

Il est incertain que le Groenland et les îles Féroé adopteront l'euro si le Danemark l'adopte. Ces deux territoires font partie du Royaume du Danemark mais demeurent en dehors de l'UE. Ils ne prennent donc pas part aux référendums sur les sujets européens, tels que l'adoption de l'euro.

Dessins possibles des pièces en euro du Danemark

Avant le résultat du référendum de 2000, la banque nationale du Danemark et la Monnaie royale ont été priées par le ministre de l'économie de proposer des dessins possibles pour les futures pièces d'euro danoises[54]. Les dessins suggérés étaient basés sur les pièces danoises de 10 et 20 couronnes, avec la reine Marguerite II sur le côté face, et sur les pièces de 25 et 50 øres, qui ont comme motif une couronne, pour le côté face des pièces d'euro[55].

Notes

  1. Les taux les plus bas et les plus élevés relevés par la BCE sont de 7,4234 (0,49 % au-dessous) et 7,468 (0,1 % au-dessus) couronnes par euro, respectivement en date du 25 avril 2003 et du 18 septembre 2000 (BCE - Euro exchange rates).

Sources

Références

  1. Ritzau 2011
  2. Denmark economy - traveldocs.com
  3. Long-term interest rate - BCE juin 2011
  4. Upper and lower of the exchange rate of the DKK 2004
  5. Report and Accounts 1998
  6. a et b Abildgren 2010, p. 216
  7. René Leboutte, Histoire économique et sociale de la construction européenne, Peter Lang, , p. 257.
  8. Folketinget 2006
  9. Abildgren 2010, p. 221
  10. Stratton 2007
  11. Huvudledare 2007
  12. Brand 2011
  13. Brors 2007
  14. a et b Fic 2012
  15. Moller et Brogger 2008
  16. Conseil « Affaires économiques et financières » 2010
  17. Regling 2010
  18. Brunsden 2010
  19. Moya 2010
  20. Eurobaromètre 2002
  21. a et b Institut Greens mars 2007
  22. a et b Vilstrup Synovate / Politiken novembre 2007
  23. a et b Greens Analyseinstitut / Borsen mai 2008
  24. EUbusiness - 3 février 2008
  25. Nielsen 2008
  26. Greens Analyseinstitut septembre-octobre 2008
  27. Greens Analyseinstitut novembre 2008
  28. a et b Greens Analyseinstitut décembre 2008
  29. Greens Analyseinstitut février 2009
  30. Isherwood 2009
  31. Greens Analyseinstitut mars 2009
  32. Greens Analyseinstitut 30 mars - 1er avril 2009
  33. Greens Analyseinstitut 27-29 avril 2009
  34. Kongstad et Beder 2009
  35. Greens Analyseinstitut mai 2009
  36. Greens Analyseinstitut septembre 2009
  37. Greens Analyseinstitut octobre 2009
  38. Greens Analyseinstitut novembre 2009
  39. Greens Analyseinstitut novembre-décembre 2009
  40. Greens Analyseinstitut janvier 2010
  41. Greens Analyseinstitut février 2010
  42. Greens Analyseinstitut mars 2010
  43. Greens Analyseinstitut avril 2010
  44. Greens Analyseinstitut mai 2010
  45. Ritzau 2010
  46. Greens Analyseinstitut juin 2010
  47. Ritzau septembre 2010
  48. a, b, c, d, e, f, g, h et i Børsen
  49. SvD Näringsliv 2011
  50. Børsen 2011
  51. [1]
  52. [2]
  53. Folketinget, loi n° 42
  54. Illustration - Parlement danois
  55. On peut voir des photos de ces projets officieux sur le site commercial Eurocoins

Bibliographie

  • (en) Kim Abildgren, Monetary History of Denmark 1990–2005, Copenhagen, Banque nationale du Danemark, , 303 p. (ISBN 978-87-87251-84-6 et 978-87-87251-86-0, lire en ligne)
  • (sv) Henrik Brors, « Utspelet kan höja temperaturen i den iskalla svenska EU-debatten », Dagens Nyheter,‎ (lire en ligne)
  • (en) Constant Brand, « Denmark scraps border-control plans », European Voice,‎ (lire en ligne)
  • (en) Allegra Stratton, « Danes to hold referendum on relationship with EU », The Guardian, Londres,‎ (lire en ligne)
  • (sv) Dagens Huvudledare, « Danmark går före », Dagens Nyheter,‎ (lire en ligne)
  • (en) Jim Brunsden, « Spain seeks to reassure EU leaders », European Voice,‎ (lire en ligne)
  • (en) Klaus Regling, « Chief bail-out officer », The Economist, Berlin,‎ (lire en ligne)
  • (en) Elena Moya, « Debt crisis Q&A: How the EU bailout will work », The Guardian, Londres,‎ (lire en ligne)
  • (en) Joanna Fic, How long is the Danish road to the euro?, Varsovie, Warsaw School of Economics, , 10 p. (lire en ligne)
  • (da) « Législature 2006–2007, loi n° 42 », sur Folketinget
  • (da) « Illustration af danske euromønter », sur Folketingets EU-oplysning
  • (en) Conseil « Affaires économiques et financières », European Stabilisation Mechanism to preserve Financial Stability, Bruxelles, , 8 p. (lire en ligne)
  • (en) Marie-Louise Moller et Tasneem Brogger, « Rasmussen Says He Isn't Candidate for EU Presidency », Bloomberg,‎ (lire en ligne)
  • (da) « Folkeafstemning om euroen den 28. september 2000 », sur Folketinget,
  • (da) « Monetary and Exchange-Rate Policy », Danmarks Nationalbank (consulté le 25 octobre 2011)
  • (en) « Euro foreign exchange reference rates », sur le site de la Banque centrale européenne
  • (en) « Euro central rates and compulsory intervention rates in ERM II », sur le site de la Banque centrale européenne,
  • (en) Rapport sur la convergence, Banque centrale européenne, , 265 p. (ISSN 1725-9312, OCLC 317967978, lire en ligne)
  • (en) « Long-term interest rate statistics for EU Member States », sur le site de la Banque centrale européenne,
  • Déficit public de la zone euro et de l’UE-27 respectivement de 6,3 % et 6,8 % du PIB, Eurostat, , 12 p. (lire en ligne)
  • (da) « Inflation », sur Danmarks Statistik
  • (en) « Travel Document Systems – Denmark Economy », sur traveldocs.com : « Denmark meets, and even exceeds, the economic convergence criteria for participating in the third phase (a common European currency–the euro) of the European Monetary Union (EMU) »
  • (da) Ritzau, « Danskerne siger nej tak til euroen », Berlingske,‎ (lire en ligne)

Sondages

  • (da) Eurobaromètre, Danskerne og EU, , 70 p. (lire en ligne)
  • (da) Greens Analyseinstitut, Seneste undersøgelse er foretaget som telefoninterview i perioden 26. - 28. marts 2007, (lire en ligne)
  • (en) « Many Danes Willing to Switch to Euro », Angus Reid Global Monitor,‎ (lire en ligne)
  • (en) « Danes Still Willing to Adopt Euro », Angus Reid Global Monitor,‎ (lire en ligne)
  • (en) « Denmark and the euro », EUbusiness,‎ (lire en ligne)
  • (da) Karen Nielsen, « Danskerne vil kun af med et EU-forbehold », DRForside,‎ (lire en ligne)
  • (da) Greens Analyseinstitut, Seneste undersøgelse er foretaget som telefoninterview i perioden 3. - 5. november 2008, (lire en ligne)
  • (da) Greens Analyseinstitut, Seneste undersøgelse er foretaget som telefoninterview i perioden december 2008, (lire en ligne)
  • (da) Greens Analyseinstitut, Seneste undersøgelse er foretaget som telefoninterview i perioden 5. - 7. januar 2009, (lire en ligne)
  • (da) Greens Analyseinstitut, Seneste undersøgelse er foretaget som telefoninterview i perioden 2. - 4. februar 2009, (lire en ligne)
  • (en) Julian Isherwood, « Support for euro in free fall », Politiken,‎ (lire en ligne)
  • (da) Greens Analyseinstitut, Seneste undersøgelse er foretaget som telefoninterview i perioden 2. - 4. marts 2009, (lire en ligne)
  • (da) Greens Analyseinstitut, Seneste undersøgelse er foretaget som telefoninterview i perioden 30. marts - 1. april 2009, (lire en ligne)
  • (da) Greens Analyseinstitut, Seneste undersøgelse er foretaget som telefoninterview i perioden 27. - 29. april 2009, (lire en ligne)
  • (da) Jesper Kongstad et Charlotte Beder, « Opbakningen til EU i bakgear », jp.dk,‎ (lire en ligne)
  • (da) Greens Analyseinstitut, Seneste undersøgelse er foretaget som telefoninterview i perioden 25. - 27. maj 2009, (lire en ligne)
  • (da) Greens Analyseinstitut, Seneste undersøgelse er foretaget som telefoninterview i perioden 25. - 27. maj 2009, (lire en ligne)
  • (da) Greens Analyseinstitut, Seneste undersøgelse er foretaget som telefoninterview i perioden 5. - 7. oktober 2009, (lire en ligne)
  • (da) Greens Analyseinstitut, Seneste undersøgelse er foretaget som telefoninterview i perioden 2. - 4. november 2009, (lire en ligne)
  • (da) Greens Analyseinstitut, Seneste undersøgelse er foretaget som telefoninterview i perioden 30.november - 2.december 2009, (lire en ligne)
  • (da) Greens Analyseinstitut, Seneste undersøgelse er foretaget som telefoninterview i perioden 2. - 4. januar 2010, (lire en ligne)
  • (da) Greens Analyseinstitut, Seneste undersøgelse er foretaget som telefoninterview i perioden 1. - 3. februar 2010, (lire en ligne)
  • (da) Greens Analyseinstitut, Seneste undersøgelse er foretaget som telefoninterview i perioden 1. - 3. marts 2010, (lire en ligne)
  • (da) Greens Analyseinstitut, Seneste undersøgelse er foretaget som telefoninterview i perioden 12. - 14. april 2010, (lire en ligne)
  • (da) Greens Analyseinstitut, Seneste undersøgelse er foretaget som telefoninterview i perioden 3. - 5. maj 2010, (lire en ligne)
  • Ritzau, « Danskere tvivler på euro efter græsk krise », Fyens,‎ (lire en ligne)
  • (da) Greens Analyseinstitut, Seneste undersøgelse er foretaget som telefoninterview i perioden 31. maj - 2. juni 2010, (lire en ligne)
  • (da) Ritzau, « Voksende modstand mod at indføre euroen », jv.dk,‎ (lire en ligne)
  • (da) « Rungande danskt nej till euron », SvD Näringsliv,‎ (lire en ligne)
  • (da) « Tilslutningen til euroen styrtdykker », Børsen,‎ (lire en ligne)

Compléments

Lectures approfondies

Articles connexes