Essence de térébenthine

Essence de térébenthine
Identification
No CAS 8006-64-2
No ECHA 100.029.407
No CE 232-350-7
FEMA 3089
Apparence liquide incolore à jaunâtre[1]
Propriétés chimiques
Formule brute C10H16  [Isomères]
Masse molaire[2] 136,234 ± 0,0091 g/mol
C 88,16 %, H 11,84 %,
Propriétés physiques
fusion −55 °C[1]
ébullition 154 à 170 °C[1]
Solubilité 20 mg l−1 dans l'eau[1]
Paramètre de solubilité δ 16,6 MPa1/2 (25 °C)[3]
Masse volumique 0,86 à 0,87 g·cm-3[1]
d'auto-inflammation 220 °C[1]
Point d’éclair 35 °C[1]
Limites d’explosivité dans l’air inférieure :
0,7 Vol.-%
45 g·m-3

supérieure :
6 Vol.-%[1]

Pression de vapeur saturante 5,35 mbar à 20 °C[1]
Précautions
SGH[5]
SGH02 : InflammableSGH07 : Toxique, irritant, sensibilisant, narcotiqueSGH08 : Sensibilisant, mutagène, cancérogène, reprotoxiqueSGH09 : Danger pour le milieu aquatique
Danger
H226, H302, H304, H312, H315, H317, H319, H332, H411,
SIMDUT[6]
B2 : Liquide inflammableD1B : Matière toxique ayant des effets immédiats graves
B2, D1B, D2B,
NFPA 704

Symbole NFPA 704

3
1
0
Transport
30
   1299   
[1]
Écotoxicologie
Seuil de l’odorat bas : 100 ppm
haut : 200 ppm[7]

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.
Bocal d'essence de térébenthine (maison du patrimoine de Mimizan).

L'essence de térébenthine, ou par ellipse la térébenthine[8], est une huile essentielle obtenue par purification puis par distillation de térébenthine, une oléorésine récoltée à partir des arbres résineux. Elle a aussi porté le nome d’« huile de raze »[9], ou « esprit de raze »[10]. Les essences de térébenthine françaises sont obtenues par distillation, à température inférieure à 180 °C, exclusivement des oléorésines obtenues par le gemmage d’une variété de pins vivants : le pin maritime[11].

Composition et propriétés

L'essence de térébenthine est un mélange comprenant en particulier des composés terpéniques, des acides et des alcools. Ce liquide est insoluble dans l'eau, dans l'alcool absolu et dans l'éther, cependant il est légèrement soluble dans un mélange eau-alcool.

C'est un produit sensible à la lumière et au soleil, toxique et hautement inflammable. La réaction de l'essence de térébenthine avec de l'acide nitrique est violente, le mélange étant hypergolique (c'est-à-dire auto-inflammable).

La matière distillée contient des terpènes dont la formule brute générale est C10H16. La térébenthine fraîche de Pinus palustris contient 80 à 83 % d'α-pinène. Observée au polarimètre[12] :

  • la térébenthine de Pinus palustris (États-Unis) est dextrogyre, d'où le nom alpha pinène ;
  • la térébenthine de France est lévogyre, d'où le nom de lævo-alpha pinène ;
  • la térébenthine de Pinus caribaea est lévogyre.

La térébenthine de Pinus palustris en Amérique contient en petites quantités, camphène, sylvestrène, β-pinène et dipentène. On trouve surtout le sylvestrène et le dipentène dans la térébenthine obtenue par la distillation du bois (destructively destillated wood turpentine) ». L'essence contenant essentiellement du pinène, les caractères physiques et chimiques de l'essence sont ceux du pinène, sauf quelques petites différences qui sont dues à la présence de petites quantités de β-pinène, camphène, etc., et quelques produits d'oxydation. L'α-pinène bout de 153 à 156 °C ; le poids spécifique est de 0,858 à 0,860 à 30 °C ; l'indice de réfraction est 1,4655 à 21 °C. Le β-pinène bout de 162 à 163 °C ; son poids spécifique est d'environ 0,867 à 20 °C et l'indice de réfraction de 1,476 à 20 °C. La térébenthine se combine avec facilité avec oxygène, iode, brome, acide nitrique, acide sulfuriqueetc.[12].

Utilisation

Liquide incolore à odeur caractéristique de pin, l'essence de térébenthine est un très bon solvant des graisses, des huiles et des cires. On l'utilise dans de nombreux produits (peintures, vernis, cirage, insecticides et même parfums ou produits pharmaceutiques comme les onguents topiques). L’essence de térébenthine contient 60 % d’α-pinène.

L'essence de térébenthine est également conseillée pour l'élimination de la moisissure sur les cuirs (vestes, fauteuils, chaussures) et supprimer des taches de graisse sur un textile.[réf. nécessaire]

Aux États-Unis, en 1928, 85 % de la production de térébenthine de Pinus palustris est employée dans la fabrication des couleurs et vernis, 5 % va à la médecine, et 3 % dans la préparation du cirage pour dissoudre la cire[12].

L'essence de térébenthine a aussi été utilisée comme carburant de fusées, notamment pour le premier étage du lanceur Diamant A, vecteur du premier satellite français, Astérix[13].

Métabolisme

L’essence de térébenthine est bien absorbée, chez l’homme comme chez l’animal, par la peau, le tractus gastro-intestinal et le tractus respiratoire.

Toxicité

Voir la fiche toxicologique de l'INRS[14].

Ce produit est irritant, et peut être mortel en cas d'inhalation. Il nécessite des précautions d'emploi. Le contact avec la peau doit être évité, et son utilisation doit se faire dans un endroit ventilé. On ne dispose pas de donnée sur d'éventuels effets cancérogènes chez l'homme ou sur la fonction de reproduction.

Références

  1. a b c d e f g h i et j Entrée du numéro CAS « 8006-64-2 » dans la base de données de produits chimiques GESTIS de la IFA (organisme allemand responsable de la sécurité et de la santé au travail) (allemand, anglais), accès le 6 décembre 2008 (JavaScript nécessaire)
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. (en) James E. Mark, Physical Properties of Polymer Handbook, Springer, , 2e éd., 1076 p. (ISBN 0387690026, lire en ligne), p. 294
  4. « ESIS » (consulté le 6 décembre 2008)
  5. Numéro index 650-002-00-6 dans le tableau 3.1 de l'annexe VI du règlement CE N° 1272/2008 (16 décembre 2008)
  6. « Térébenthine » dans la base de données de produits chimiques Reptox de la CSST (organisme québécois responsable de la sécurité et de la santé au travail), consulté le 25 avril 2009
  7. « Turpentine », sur hazmap.nlm.nih.gov (consulté le 14 novembre 2009)
  8. « Définition de térébenthine », sur www.cnrtl.fr (consulté le 31 octobre 2018)
  9. Edmond Pelouze, Traité de l'éclairage au gaz tiré de la houille, des bitumes, des lignites, de la tourbe, des huiles, des résines, des graisses, Maison, 1839. Lire en ligne
  10. Cours complet d'agriculture ou nouveau dictionnaire d'agriculture théorique et pratique, Pourrat, 1836. Lire en ligne
  11. Essence de térébenthine - Fiche toxicologique no 132, INRS
  12. a b et c Johannes Cornelis Theodorus Uphof, La production d'essence de térébenthine en Amérique, In: Revue de botanique appliquée et d'agriculture coloniale, 8e année, bulletin no 80, avril 1928, p. 249-253, DOI:10.3406/jatba.1928.4604
  13. « Le lanceur Diamant A », sur Capcom Espace (consulté le 15 août 2016)
  14. Fiche toxicologique, INRS