Espill

Spill o libre de les dones per Mestre Jacme Roig, edition critique de Roque Chabás (1905).

Espill[1] (titre original complet : Spill o libre de les dones, « miroir ou livre des femmes » en vieux catalan) est un livre en langue catalane de l'écrivain valencien Jaume Roig. Écrit vers 1460, la même année où Joanot Martorell entreprenait la rédaction de Tirant lo blanc, il s'agit de l'une des grandes œuvres du siècle d'or de la langue catalane.

Dans ce récit à la première personne, le narrateur, identifié à l'auteur lui-même, s'adresse à Baltasar Bou, son neveu fictif, pour lui narrer de quelle manière il a été maltraité par les femmes tout au long de sa malheureuse vie, afin de le convaincre qu'il faut vivre à la marge pour obtenir le salut. Foncièrement misogyne, l'œuvre est une longue diatribe contre les femmes, qui apparaissent toutes comme viles, excepté Isabel Pellicer (l'épouse réelle de Roig) et la Vierge Marie.

Présentation

L'Espill se compose d'une préface et de quatre livres (De sa joventut, De quan fon casat, De la lliçó de Salomó et D'enviudar), dont chacun est à son tour divisé en quatre parties.

Style

Comme l'auteur le revendique dans la préface, le livre est écrit dans un style très proche de la langue parlée, et est riche en termes empruntés au parler de l'Horta de Valence. On observe la présence de nombreuses caractéristiques du valencien ou du catalan occidental (démonstratifs non renforcés, verbes incohatifs en -isc, lexique caractéristique, etc.) et de très nombreux arabismes[2].

Notes et références

  1. « Espill » signifie « miroir ».
  2. Ferrando Francés et Amorós 2011, p. 161

Voir aussi

Bibliographie

  • Lola Badia, "El saber i les lletres fins a 1500", en Història de la cultura catalana. L'esplendor medieval (segles XI–XV), Barcelone, Edicions 62, 1999, vol. 1, 71-124.
  • Rosanna Cantavella, Els cards i el llir: una lectura del "Espill" de Jaume Roig, Barcelona, Quaderns Crema, 1992.
  • Antònia Carré, Jaume Roig, Espill. Edició, traducció i comentaris d'—, Barcelona, Quaderns Crema, 2006.
  • Antònia Carré, "L'estil de Jaume Roig: les propostes ètica i estètica de l'Espill", dans Lola Badia i Albert Soler (eds.), Intel·lectuals i escriptors a la baixa Edat Mitjana catalana, Barcelone, Publicacions de l'Abadia de Montserrat et Curial Edicions Catalanes, 1994, 185–219.
  • Antònia Carré, "La medicina com a rerefons cultural a l'Espill de Jaume Roig", dans A. Carré, J. Solervicens, Dos assaigs sobre cultura i literatura dels segles XV i XVI, Vic, Eumo, 1996, 7–71.
  • Antònia Carré, "El rescrit de Jaume Roig i les noves rimades comediades", dans Lola Badia, Miriam Cabré i Sadurní Martí (eds.), Literatura i cultura a la Corona d'Aragó (s. XIII-XV): Actes del III Col·loqui "Problemes i Mètodes de Literatura Catalana Antiga", Universitat de Girona, 5-8 de juliol de 2000), Barcelone, Curial–PAM, 2002, 355–372
  • (ca) Antoni Ferrando Francés et Miquel Nicolàs Amorós, Història de la llengua catalana, Barcelone, Editorial UOC, , 2e éd., 552 p. (ISBN 978-84-9788-380-1)
  • Joan Fuster, "Jaume Roig i sor Isabel de Villena", dans Obres completes, Barcelone, Edicions 62, 1968, vol. 1, 175–210.
  • Albert Hauf, "De l'Speculum Humanae Salvatoriis a l'Spill de Jaume Roig: itinerari especular i figural", Estudis Romànics, XXIII (2001), 173–219.
  • Anna Isabel Peirats, "L'Espill de Jaume Roig: notes per a una edició crítica", Boletín de la Sociedad Castellonense de Cultura, 74, janvier-juin 1998, 13–22.
  • Anna Isabel Peirats Navarro, Una aproximació a l'Espill de Jaume Roig, Valence, Institut Interuniversitari de Filologia Valenciana et Edicions Bromera, 2004.
  • Jaume Roig, Espill o Llibre de les dones (édition de M. Gustà, prologue de J. Bergés), Barcelona, Edicions 62 et La Caixa, MOLC 3.
  • Agustín Rubió Vela, "Autobiografia i ficció en l'Espill de Jaume Roig. A propòsit de l'episodi en l'hospital", L'Espill, 17–18, 1983, 127–149.
  • Josep-Antoni Ysern i Lagarda, "Retòrica, sermonària, exempla i construcció textual de l'Espill de Jaume Roig", Revista de Lenguas y Literaturas Catalana, Gallega y Vasca, 5, 1996–1997 (1998), 151–180.

Article connexe