Ernest Seillière

Ernest Seillière
Biographie
Naissance
Décès
(à 89 ans)
Paris
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Père
Conjoint
Germaine Demachy ()
Enfant
Jean Seillière de Laborde ()
Parentèle
Joseph de Laborde () (oncle maternel)
Alexandre de Laborde (oncle maternel)
Charles des Isnards (cousin germain)
Frédéric Seillière (oncle)
Autres informations
Membre de
Distinction

Ernest-Antoine Aimé Léon Seillière, connu sous le nom d'Ernest Seillière, baron romain (1er janvier 1866 à Paris - ) est un écrivain, journaliste et critique français.

Biographie

Ernest Seillière est l'arrière-petit-fils du célèbre financier Jean-Joseph de Laborde (1724-1794), qui périt sur l'échafaud, le petit-fils de Léon de Laborde. Sa mère Marie de Laborde (1844-1867), décédée à l'âge de 24 ans, avait épousé Edgar-Aimé Seillière (1835-1870), industriel et conseiller général du canton de Senoble dans les Vosges.

Il fait ses études au collège Stanislas puis à l'École polytechnique, où il entra 3e (1886).

Il est élu membre de l'Académie des sciences morales et politiques en 1914, dont il devient par la suite le secrétaire perpétuel. Il épousa Germaine Demachy (1875-1959), fille de Charles Demachy, président de la Banque de Paris et des Pays-Bas, et de Jeanne Lalouel de Sourdeval, dont deux enfants : Suzanne et Jean. Il est le grand-père d'Ernest-Antoine Seillière.

Âgé de 80 ans, il est, avec Jean Tharaud, René Grousset, Octave Aubry et Robert d'Harcourt, une des cinq personnes élues le à l'Académie française lors de la première élection groupée de cette année visant à combler les très nombreuses places vacantes laissées par la période de l'Occupation. Il est reçu le par Édouard Le Roy au fauteuil d'Henri Lavedan.

Ouvrages

  • Une excursion à Ithaque. Dessins de Pierre Vignal (1892)
  • Ferdinand Lassalle (1897).
  • Le parti socialiste allemand (1898).
  • La Philosophie de l'impérialisme
  • Le Comte de Gobineau et l'aryanisme historique (1903) texte en ligne
  • Étude sur Nietzsche (1905)
  • Apollon ou Dionysos (1906).
  • L'Impérialisme démocratique, (1907).
  • Le Mal romantique - Essai sur l'impérialisme irrationnel (1908)
  • Schopenhauer (1909).
  • Barbey d'Aurevilly (1910).
  • Arthur Schopenhauer (1911)
  • Mysticisme et domination, essais de critique impérialiste (1913)
  • Gustave Flaubert (1914).
  • Houston-Stewart Chamberlain, le plus récent philosophe du pangermanisme mystique (1917)
  • Les Origines romanesques (1918).
  • Madame Guyon et Fénelon (1918).
  • George Sand (1919).
  • Les étapes du mysticisme passionnel (1919)
  • Sainte-Beuve (1920).
  • Jean-Jacques Rousseau,(1921).
  • Balzac (1922).
  • Émile Zola (1923)
  • Auguste Comte (1924)
  • Les Pangermanistes d'après-guerre (1924)
  • Traduction du suédois et préface de Nadeschda, scènes de la vie russe de Johan Ludvig Runeberg, Éditions G. Servant, avec eaux-fortes et bois gravés de Henri Farge, (1924)
  • Alexandre Vinet, historien de la pensée française (1925)
  • Une académie à l'époque romantique (1926)
  • Les Goncourt moralistes (1927)
  • La Grâce du romantisme sage. Armand de Melun et Sophie Swetchine (1927)
  • Psychoanalyse freudienne ou psychologie impérialiste (1928)
  • Romantisme et démocratie romantique (1930)
  • Baudelaire (1931)
  • Marcel Proust (1931)
  • Essais critiques sur la psychologie du romantisme francais (1933)
  • La jeunesse d'Anatole France (1934)
  • Anatole France, critique de son temps (1934)
  • Jules Lemaître, historien de l'évolution naturiste (1935)
  • Léon Bloy, psychologie d'un mystique (1936)
  • L'évolution morale dans le théâtre d'Henri Bataille (1936)
  • Paul Bourget, psychologue et sociologue (1937)
  • Émile Faguet historien des idées (1938)
  • Le Naturisme de Montaigne et autres essais (1938)
  • Un précurseur du national-socialisme. L'actualité de Carlyle.(1939)
  • L'histoire et nous, avertissements et conseils (1942)
  • Un familier des doctrinaires, Ximénès Doudan (1943)

Notes et références

Voir aussi

Bibliographie

  • Louis Estève, Une nouvelle psychologie de l'impérialisme, Ernest Seillière, Félix Alcan, 1913.
  • Paul Teltcharoff, La philosophie de l'histoire d'Ernest Seillière, Madara, 1936.
  • Lucien Rudrauf,
    • Le Mysticisme : Esthétique selon la doctrine d'Ernest Seillière, Librairie Sirey, 1960.
    • Ernest Seillière et la philosophie de l'impérialisme
  • Seillière, Jean, Ernest Seillière - 1866-1966 - Centenaire de La Naissance. 1966.
  • Cazanove, Laetitia de, Ernest Seillière (1866-1955), théoricien de l'impérialisme et père du fascisme ?, Université de Paris- Nanterre, 2001 (Dir. Didier Musiedlak), 218 p.

Liens externes